Un esprit plus vif en vieillissant

cerveau âgé

Mes électro-ménagers sont finalement arrivés! Pendant que Tendre Moitié cuisine des rillettes sur la nouvelle cuisinière et après avoir lu trois guides d’utilisation, je me suis trouvé une lecture plus inspirante avec un article du New York Times.

On y discute de moyens pour préserver et maximiser notre « forme cérébrale » à mesure que l’on avance en âge.

Tout d’abord, il semblerait qu’il y ait deux catégories d’ intelligence; la première, l’intelligence fluide, comprend les compétences qui produisent des solutions non basées sur l’expérience, comme la reconnaissance des formes, la mémoire opérationnelle et la pensée abstraite. Ce genre d’intelligence est celui que l’on mesures avec les tests de quotient intellectuel. Ces compétences seraient à leur sommet dans la vingtaine.

La deuxième catégorie serait l’intelligence cristallisée. Celle-ci réfère aux habiletés acquises à travers l’expérience et l’éducation; comme les aptitudes verbales, le raisonnement inductif et le jugement. Si l’intelligence fluide est considérée comme étant en grande partie dictée par nos gènes, l’intelligence cristallisée elle, est beaucoup plus le résultat d’une multitude d’influences, incluant la personnalité, la motivation, les opportunités et la culture.

Certaines personnes parviennent beaucoup mieux que leurs pairs à retarder les effets de l’âge. Chez elles,  le déclin de la mémoire et de la rapidité à calculer mentalement se fait plus tard. Pourquoi votre voisine de 70 ans, réussit-elle un test de mémoire en se classant comme si elle avait 35 ans, alors qu’un autre de 40 ans aura la mémoire d’une personne beaucoup plus âgée?

Les scientifiques cherchent à  mieux détecter ce qui protège les forces mentales d’une personne ou à l’inverse savoir ce qui gruge les facultés d’un autre. Le but ultime serait  de concevoir un programme pour arrêter ou inverser le déclin et même apporter des améliorations.

Un élément essentiel de la santé cérébrale a déjà été identifié. L’éducation retarderait le déclin des fonctions cognitives. Pour ceux dans la quarantaine et au-delà, un diplôme d’études collégiales ou universitaires semble ralentir le vieillissement du cerveau pour une période allant jusqu’ à une décennie.

L’un des outils les plus puissants du cerveau est sa capacité à analyser rapidement un immense réservoir de modèles contenant nos expériences passées pour y puiser les  informations pertinentes à un problème et  arriver à une solution novatrice . Dans ce contexte, le cerveau mature est particulièrement bien équipé, ce qui est probablement pourquoi nous associons  la sagesse avec l’âge.

En effet, les capacités mentales qui dépendent le plus fortement sur ​​les connaissances accumulées et l’expérience, comme le règlement des différends et augmenter son vocabulaire, s’améliorent clairement  au fil du temps.

Selon Richard E. Nisbett, psychologue cognitif à l’Université du Michigan, quand il s’agit de l’intelligence, l’expérience peut avoir le meilleur sur  la biologie. Dans une étude récente écrite avec Igor Grossmannon sur le vieillissement et la sagesse, il conclut que  les personnes âgées utilisent davantage des systèmes de raisonnement d’ordre supérieur, considérant des perspectives multiples, qui permettent le compromis, et reconnaissent les limites de la connaissance.

De plus, ils ont découvert que malgré une baisse de l’intelligence fluide, le raisonnement complexe qui concerne des personnes, des questions morales ou des institutions politiques s’améliore avec l’âge.

Ils cherchèrent alors à savoir si quelque chose pouvait être fait pour enrayer le déclin apparemment constant des compétences intellectuelles fluides au fil des années.

Ils élaborèrent différents tests et découvrirent que les personnes de plus de 50 ans performaient moins bien dans les tests de rapidité et de mémoire que les plus jeunes. Le cerveau plus âgé est plus facilement distrait et plus lent à  récupérer l’information; il a de la difficulté à faire taire les murmures internes et à empêcher  les pensées vagabondes d’interférer avec la concentration. Les femmes réussissaient mieux que les hommes pour se souvenir d’une liste de mots, alors que les hommes étaient meilleurs pour trouver des suites numériques et réagissaient plus rapidement aux changements d’ instructions.

Toutes chose étant semblables, Plus un sujet avaient étudié longtemps, plus il performait sur chaque test mental. Jusqu’à l’âge de 75 ans, les études ont démontrées que les personnes avec le plus d’éducation réussissaient aussi bien des tests complexes que des personnes moins éduquées mais 10 ans plus jeunes.

L’éducation est aussi associée avec une vie plus longue et un risque moindre de démence.

Il semble que l’on peut compenser pour les désavantages éducationnels rencontrés plus tôt dans notre vie. Les personnes qui stimulent régulièrement leur cerveau en lisant, écrivant, assistant à des conférences ou en faisant des  mots croisés, réussissent mieux dans les tests d’intelligence fluide que ceux qui ne le font pas.

Les gens ayant quitté l’école jeunes mais qui s’efforcent de garder leur cerveau stimulé auront une mémoire et des aptitudes de calcul significativement meilleures que ceux qui ne font rien. Ils peuvent même avoir des résultats semblables à ceux des diplômés d’université.

Donc, des exercices mentaux réguliers peuvent altérer les circuits neuronaux chez les personnes adultes, en rendant certaines régions comme l’hippocampe, plus sensibles.  Les exercices cognitifs aident aussi à améliorer les fonctions exécutives.

Les personnes âgées éduquées avec les fonctions cognitives les plus élevées partageaient aussi d’autre similitudes: elles étaient actives socialement et physiquement,voyaient fréquemment les amis et la famille, faisaient du bénévolat ou assistaient à des réunions, elles étaient capables de rester calme face au stress et se sentaient plus en contrôle de leur vie.

De nos jours, la perspective d’une vie plus longue est parfois assombrie par la peur d’un déclin des fonctions cognitives. Si nous pouvons avoir un certain contrôle sur notre santé cérébrale, c’est un peu plus rassurant de se voir vieillir.

On ne peut d’empêcher de vieillir, mais on peut s’empêcher de devenir vieux.  –  Henri Matisse
Je m’intéresse à l’avenir car c’est là que j’ai décidé de passer le restant de mes jours.
 –  Woody Allen

Vous aimerez peut-être:

  • À mon âge, un samedi soir agréable consiste souvent à lire un bon livre, bien confortable en pyjama pendant que Tendre Moitié et Charmante Ado p ...

  • Voici un article fort intéressant que j'ai lu dans le journal anglais The Independent. Je vous ai aussi traduit le tableau ci-bas, qui accompagn ...

  • Nous souhaitons parfois retrouver l’innocence, l’enthousiasme et la curiosité de notre enfance. La curiosité rendait notre vie si excitante, ell ...

Partagez!

Exprimez vous!

*