Un cerveau bien soigné ne se fatigue jamais

cerveau

Nous savons tous que la consommation excessive de sucre augmentera notre tour de taille. Une étude récente postule que le sucre pourrait aussi être nuisible pour notre cerveau.

Dans une étude publiée ce mois-ci dans le Journal of Physiology on y apprend que des breuvages sucrés ont causé des problèmes de mémoire et ralentit l’apprentissage chez des rats en laboratoire. Les conclusions sont inquiétantes selon le neuroscientifique Fernando Gomez-Pinilla car elles nous font craindre que les effets pourraient être les mêmes chez les humains.

Pour réaliser cette étude, on a d’abord entraîné les rats à naviguer un labyrinthe avec succès tout en leur donnant seulement de l’eau et de la nourriture pour rats pendant cinq jours. Puis, pendant les six semaines suivantes, l’eau a été remplacée par des sirops contenant 15 pourcent de fructose.

En général les boissons gazeuses contiennent environ 12 pourcent de fructose donc les sirops étaient encore plus sucrés que ces boissons.

Pendant ces six semaines, la moitié des rats recevaient de l’huile de lin et de l’huile de poisson, toutes deux riches en acides gras oméga-3. Ces antioxydants pourraient protéger les synapses du cerveau contre les dommages selon certaines recherches.

Après six semaines de sirop de fructose, tous les rats étaient plus lents pour parcourir le labyrinthe. Par contre, ceux qui avaient reçu des acides gras omega-3 étaient légèrement plus rapides que les autres.

En examinant les cerveaux des rats, les chercheurs ont déterminé que la diète haute en fructose avait entravé la capacité des synapses de se modifier, ce qui est un facteur clé pour l’apprentissage. Le sirop avait aussi affecté la régulation de l’insuline dans la partie du cerveau appelée l’hippocampe. L’hippocampe joue un rôle dans la formation de la mémoire autant chez les rats que chez les humains.

Fernando Gomez-Pinilla a rapporté être étonné de voir le fort impact que ce type de diète pouvait avoir sur le cerveau. Ce genre de nourriture peut affecter grandement l’humeur et les fonctions cognitives.

Le sirop de maïs avec fructose, qui est moins coûteux que le sucre de table est ajouté à la plupart des boissons gazeuses, certains condiments et d’autres aliments transformés.

Aux États-Unis, on a calculé qu’une personne moyenne consomme plus de soixante livres (27 kilos) de sirop de maïs par année selon le Département Américain d’Agriculture. La consommation de sucre de cane ou de betterave qui contiennent aussi du fructose est légèrement moindre.

Selon le chercheur, ce n’est pas nécessairement que le fructose est mauvais pour nous dit-il. Les fruits contiennent du fructose naturel, mais le fructose du sirop de maïs est un fructose de synthèse. Historiquement, nous ne consommions pas beaucoup de fructose mais avec la venue des aliments et boissons transformés, nous en consommons d’énormes quantités. Le gros problème est la consommation excessive.

Les gens vont devoir évaluer l’ensemble de  leur diète et penser à ajouter des aliments contenants des acides gras omega-3, comme le saumon, le thon, les noix et l’huile d’olive.

La prochaine étape pour cette équipe de recherche est de déterminer si les effets à long terme d’une mauvaise diète sont réversibles. Un autre domaine à explorer sera les effets de la diète sur le vieillissement et le développement. Qu’arrive-t-il à des jeunes exposés à une diète chronique haute en fructose et basse en acides gras omega-3 durant leur période de croissance?

Lorsque l’on sait qu’un repas riches en hydrates de carbones nous rend amorphes et somnolents, il ne faut pas s’étonner de voir à quel point notre cerveau est affecté par la surconsommation de fructose synthétique. Notre alimentation est de plus en plus chimique et il faudrait apprendre à délaisser les aliments transformés et retourner à nos fourneaux. Notre corps et notre cerveau nous en seraient gré.

Dans le titre: Un cerveau bien soigné ne se fatigue jamais.    –   Jules Renard
Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible.      –    Patrick Lelay

Vous aimerez peut-être:

Partagez!

Exprimez vous!

*