Trafic d’influences

influence

Notre cerveau est bombardé par une foule de sensations à chaque moment de notre vie. Nous ne sommes pas toujours conscients des stimuli que notre cerveau enregistre ni de l’influence qu’ont ces stimuli sur les décisions que l’on prend.

Si notre cerveau conscient devait faire face à toute l’information qui l’entoure, il serait submergé. Alors, notre inconscient filtre les stimuli, un processus qui ne dure qu’une demie seconde et envoie l’information la plus importante au cerveau conscient.

Ce système de filtration fonctionne dans les deux sens. Premièrement, il enregistre les réponses inconscientes, comme de reculer devant une chaleur intense, ce qui permet de libérer de l’espace pour d’autres fonctions cognitives. Ensuite, le cerveau conscient délègue une partie du travail à l’inconscient pour que le cerveau puisse se concentrer sur les décisions importantes.

Le parfait exemple est la route que nous suivons tous les jours pour nous rendre au travail ou revenir à la maison. Nous tournons à gauche sans y penser pendant que notre esprit vagabonde ou essaie de résoudre un problème.

Des études ont démontré que certains stimuli nous portent à faire certains jugements. Ainsi, des sujets tenant un café chaud ont estimé à l’unanimité que les gens qu’on leur présentait étaient plus amicaux et ouverts que ceux à qui on avait demandé de tenir un café glacé. La chaleur physique serait associée au confort par notre inconscient et les gens nous paraissent moins hostiles.

Plusieurs compagnies, dont General Motors, American Express, ESPN et Miller Coors commanditent des projets de recherche sur l’inconscient. Le potentiel économique est énorme mais les résultats sont rarement rendus publics. On nomme tout ce champ d’étude le neuromarketing.

Selon Wikipedia, le neuromarketing désigne deux concepts étroitement liés :
• L’étude, via les neurosciences, du fonctionnement du cerveau humain lorsque soumis à des stimuli qui peuvent être des marques, des produits ou des publicités.
• L’amélioration des outils de persuasion

La compagnie Campbell Soups a engagé des spécialistes pour évaluer les réponses inconscientes des consommateurs à leurs étiquettes redessinées.

Quelques études académiques publiques permettent de voir les usages potentiels du neuromarketing. Thorsten Hennig-Thurau de l’Université Bauhaus de Weimar en Allemagne, a découvert que les sourires sincères inspirent une plus grande conformité inconsciente que les sourires forcés ou artificiels. L’étude suggère même comment perfectionner son sourire en tant que vendeur, pour rendre les consommateurs plus malléables.

L’Université de Waterloo en Ontario a tant qu’à elle démontré qu’en déclenchant de façon subliminale des associations de tristesse, on pouvait stimuler les clients à consommer davantage d’un produit qui améliore le moral.

En politique, la manipulation de l’inconscient est utilisée couramment. Des études ont démontré que les personnes anxieuses deviennent plus résistantes aux risques et aux changements. Les politiciens n’hésitent pas à créer un climat de peur et à prédire les pires catastrophes si le parti rival l’emporte.

Le neuromarketing soulève l’inquiétude d’un gouvernement ou de corporations qui influenceraient le comportement de la population sans leur consentement ou même sans que les gens en aient connaissance.

Aux États-Unis, le Center for Digital Democracy analyse la possibilité de nouvelles règles à mettre en place au sujet de la publicité inconsciente. L’Autriche et la Grande Bretagne évaluent aussi la question.

Selon un scientifique, l’important est d’empêcher que les gens soient manipulés. La science nous permet de comprendre comment l’inconscient peut être influencé et ses usages positifs et néfastes en politique et dans le domaine de la consommation. Le gouvernement doit ensuite décider de ce qui sera permis.

Les humains ont depuis longtemps pressenti des forces occultes dans leurs vies et ont cherché à les apprivoiser à travers la prière, la méditation, la raison ou la science.

D’autre part, plusieurs personnes ou organisations tentent d’influencer nos décisions; les politiciens veulent nos votes et les compagnies veulent notre argent.

Nous pensions précédemment que les gens prenaient des décisions et se comportaient d’une certaine façon de manière consciente. Nous savons maintenant que notre inconscient est aussi en ligne et que les autres peuvent nous chuchoter des suggestions ou des instructions.

Les gens se laissent facilement manipuler. La religion est le moyen le plus efficace pour ça… et les médias n’aident pas !   –   Michael Moore 
Ce ne sont pas les influences qui comptent, c’est le choix de ses influences qui est important.    
–   Titouan Lamazou
Les influences qu’on n’arrive pas à discerner sont les plus puissantes.   –   Gustav Meyrink

Vous aimerez peut-être:

  • Le week end dernier, nous avons fait une petite expédition pour aller voir notre neveu qui est élève officier de la marine, arriver à un port à ...

  • Il y a de petites choses en notre pouvoir qui peuvent rendre le monde qui nous entoure instantanément meilleur. Nous pouvons décider qu'à chaqu ...

  • Il est très difficile de ne rien faire. Tendre Moitié se moque gentiment de moi, car même si je m’efforce de relaxer, mon esprit tourne sans ces ...

Partagez!

Exprimez vous!

*