Rencontre du troisième type

Depuis deux jours, je passe mes journées à l’extérieur. J’ai finalement terminé l’application d’une teinture imperméabilisante sur ma terrasse. Nous avons aussi démonté l’ensemble balançoires et glissoire car Charmante Ado est devenue beaucoup trop grande pour l’utiliser. C’est un peu l’enfance qui s’en va.

Le vidéo ci-haut vous fera sourire j’espère. J’adore les dauphins. J’ai même travaillé comme bénévole durant trois semaines il y a plusieurs années, pour le Mote Marine Laboratory à Sarasota en Floride.

C’était des vacances organisées par Earthwatch Institute, un organisme qui depuis 1971, a permis à plus de 93 000 bénévoles de travailler comme assistants de recherche avec des scientifiques, directement sur le terrain.

Le projet auquel j’avais participé consistait à partir en bateau huit heures par jour avec un biologiste marin. Nous allions dans la baie de Sarasota et nous devions repérer les dauphins, prendre des photos de leur queue pour les identifier grâce aux marques et cicatrices et indiquer avec qui se tenait chaque dauphin. Nous avions des photos de dauphins avec les marques de leurs queues et leurs noms. Je me souviens entre autres de Lasagna qui venait nous voir au bateau pour quémander de la nourriture.  Les dauphins avaient tendance à se tenir en petits groupes de deux ou trois. Les mâles adolescents se tenaient ensemble, on voyait souvent une mère avec son bébé, accompagnée par une autre femelle.

Cela a été des vacances merveilleuses. Nous travaillions du lundi au vendredi et étions libres de notre temps la fin de semaine. Un certain dimanche, un bébé dauphin mort a échoué sur la plage où je me promenais. J’ai appelé le laboratoire et ils sont venus le chercher. Le lendemain, les biologistes et le vétérinaire ont procédé à l’autopsie et j’ai pu y participer. Personne d’autre de mon groupe  de bénévoles n’a été tenté par l’expérience, mais n’oublions pas que j’ai été infirmière et que cela ne me rebutait pas du tout.

Je n’ai pas fait grand chose. On m’a tendu la mâchoire inférieure du dauphin et on m’a demandé de compter les dents. Les biologistes ont déterminé que le bébé dauphin n’avait vécu que quelques minutes. Ses poumons étaient sous-développés alors il était probablement né prématurément.

Je n’ai pas refait ce genre de voyage depuis, tout d’abord parce que c’est assez cher, l’on doit payer son transport et un montant assez considérable qui comprend la nourriture, l’hébergement et un don pour contribuer au programme de recherche. J’étais encore célibataire à l’époque mais avec un époux et un enfant, ça devenait plus compliqué comme organisation.

Cela a au moins satisfait un peu de ma curiosité sur les dauphins. J’aurais beaucoup aimé être biologiste marin.  Durant ce voyage, j’ai aussi vu de près beaucoup de lamantins qui sont incroyablement attachants. Ils n’ont qu’une vitesse: très lentement, et ils aiment se laisser flotter tout doucement en ne faisant strictement rien pendant des heures.

Peut-être referai-je un voyage bénévole lorsque nous serons à la retraite. C’est plus agréable et intéressant que de passer la semaine sur la plage ou le bord d’une piscine.

S’il a été remarqué que quelques dauphins pouvaient reconnaître jusqu’àcinquante mots de notre langue, aucun humain n’a jamais pu comprendre un seul mot de la leur.     –   Carl Sagan

Vous aimerez peut-être:

Partagez!

Exprimez vous!

*