Recharge des batteries

productivité

En tant qu’adultes, nous avons parfois tendance à brûler la chandelle par les deux bouts. Depuis quelque temps, je remarque que je me couche de plus en plus tard principalement parce que j’ai des tâches à compléter que je n’ai pas eu le temps de faire durant la journée.

J’ai aussi une habitude ancrée en moi depuis des années, je dois absolument lire un peu avant de m’endormir. Si je ne le fais pas, je sens que ma journée a été incomplète et pas très agréable. C’est ma récompense journalière. Nul besoin que cela dure très longtemps, trente minutes suffisent, mais cela reporte l’heure du dodo d’autant plus.

Les matins sont plus difficiles lorsque les nuits sont trop courtes. J’essaie de combattre cette léthargie pour être capable de fonctionner et être productive durant la journée.

Travaillant en partie de la maison, il est très tentant de travailler le soir pour faire avancer les dossiers. Je tourne un peu en rond en ce moment car plus je travaille le soir, plus je me couche tard, plus je suis fatiguée durant la journée et moins je suis efficace, moins de travail est complété et…plus je travaille tard le soir pour faire avancer les dossiers! Je me sens comme un hamster dans sa roue, je cours frénétiquement vers nulle part.

Donc, ma solution à ce problème est d’accepter pour quelques jours d’être moins productive pour redéfinir mon cycle de vie. Il faudrait que je me donne un couvre-feu à la fois pour le travail et l’heure du coucher. Si je décide que 20h00 est la limite absolue pour le travail et 22h30 est l’heure du dodo, ce sera une très grande amélioration par rapport à mon horaire habituel qui me voit rarement prête à dormir avant minuit, minuit et demie.

J’ai déjà parlé du fait que pour moi, trop manger d’hydrates de carbone me rendait complètement amortie. Je les évite donc durant le repas du midi pour m’assurer de rester bien éveillée et dynamique.

Mon travail implique de longues périodes où ma seule activité physique est de taper sur un clavier. J’ai récemment inclus à ma routine une marche de trente minutes pour distribuer des prospectus offrant mes services. Cela pourrait m’amener de nouveaux clients et je le fais trois fois par semaine mais je vais essayer d’augmenter à cinq fois par semaine.

J’espère que ces quelques changements augmenteront mon niveau d’énergie car je ne suis pas dans une période de ma vie où je désire ralentir le rythme. Je suis plutôt dans le dernier droit pour atteindre le maximum de mes capacités afin de pouvoir éventuellement ralentir dans six ou sept ans. Ce n’est donc pas le temps de ralentir la cadence.

Avoir un travail qui me passionne est un grand atout pour se motiver à être plus productive.

L’échec provient plus souvent d’un manque d’énergie que d’un manque d’argent.
–   Daniel Webster
Il faut d’abord savoir ce que l’on veut, il faut ensuite avoir le courage de le dire, il faut ensuite l’énergie de le faire.   –  Georges Clemenceau

Vous aimerez peut-être:

  • Ceci est mon 400e article sur ce blogue. Nous sommes totalement détendus en cette veille de Noël. La convalescence de Toutou Parfait se porte à ...

  • J’ai reçu la visite de deux agents de la SPCA aujourd’hui. Il semblerait qu’un voisin se soit plaint des aboiements de Tête de Mule. Je ne vous ...

  • Une étude datant de 2010 indique que les américains utilisent seulement 16 des 18 jours qui leur ont alloués en moyenne pour leurs vacances. Les ...

Partagez!

Exprimez vous!

*