Qu’un chien aboie et la meute le suit

dénigrerQuelques réflexions sur les ragots et autres commérages.

De tout temps l’homme s’est amusé à médire sur son prochain. L’intimidation est de toutes les tribunes actuellement et je crois que rapporter des faits erronés en les attribuant à quelqu’un, pour mieux ridiculiser, se moquer ou salir une réputation est aussi de l’intimidation.

Il y a une ligne dangereuse entre les potins et la médisance. La médisance a pour seul but le dénigrement, la diffamation et la calomnie. Un potin est plus innocent mais certains s’y adonnent avec une telle férocité, qu’il devient bien difficile de les croire lorsqu’ils nous assurent qu’ils disaient cela juste pour jaser.

L’avènement d’Internet et des blogues a amené l’explosion de commentaires plus ou moins désobligeants sur tous les sujets. Certains blogues deviennent assiégés par des gens qui attaquent l’auteur en tant que personne, le traitant de tous les noms. Le mépris semble être l’émotion dominante et l’on a l’impression que les gens confondent la divergence d’opinion avec l’attaque de la personne elle-même. Il est permis de ne pas être d’accord avec quelqu’un sans avoir à démolir son interlocuteur.

En conclusion, voici une petite scène  entre philosophes célèbres:

Le philosophe grec Socrate se promenait sur l’agora d’Athènes et se fait aborder par le philosophe Protagoras qui lui dit :
– J’ai une histoire à te raconter sur la conduite d’un de tes amis.
– Un instant, répondit Socrate. Avant que tu me la racontes, as-tu passé ce que tu as à me dire à travers les trois tamis ?
– Quels tamis ?
– Le premier: celui de la vérité. L’as-tu vu par toi-même ou te l’a-t-on raconté et contrôlé que ce que tu veux me raconter est bien vrai ?
– Non, je l’ai entendu raconter.
– Bien, bien ! Mais sans doute l’as-tu fait passer à travers le deuxième tamis, celui de la bonté ? Si ce que tu veux me raconter n’est pas tout à fait vrai, est-ce au moins quelque chose de bon ?
– Non, ce n’est pas quelque chose de bon, au contraire…
– Essayons encore le troisième tamis. Voyons s’il est utile de me raconter ce que tu as envie de me dire.
– Utile ? Pas précisément.
– Alors, dit Socrate en souriant, si ce que tu as à me dire n’est ni vrai, ni bon, ni utile, je préfère ne pas le savoir et, quant à toi, je te conseille de l’oublier.

Si ce que tu as à dire est moins beau que le silence alors tais-toi !  –  Platon
Est-il rien de plus haïssable que la médisance… ? mais, parce qu’on l’appelle franchise de naturel et liberté qui dit ce qu’elle pense…. on ne regarde plus combien les traits sont envenimés.   –  Bossuet

Vous aimerez peut-être:

  • J’ai reçu la visite de deux agents de la SPCA aujourd’hui. Il semblerait qu’un voisin se soit plaint des aboiements de Tête de Mule. Je ne vous ...

  • Voilà un mois déjà que l'école est recommencée. Nous avons repris sans problème la routine de l'année scolaire; tout le monde se lève tôt, on dé ...

  • Aujourd'hui, nous sommes allés faire du bénévolat en famille à la SPCA.  Cela faisait longtemps que nous en parlions et le beau temps nous a sti ...

Partagez!

Exprimez vous!

*