Quand on ose être soi-même, on se porte beaucoup mieux

introverti

C’est une petite soirée tranquille à la maison, Charmante Ado est partie à son tournoi de basketball et nous irons la rejoindre demain. Tendre Moitié est à un 5 à 7 pour une association de gens d’affaires. J’aurais dû y aller avec lui mais je dors très mal depuis quelques nuits et je suis très fatiguée.

Je me promets de me coucher tôt ce soir, d’autant plus que nous devons prendre la route à 06h30 demain matin pour assister à la première partie de Charmante Ado.

Je déteste les sorties sociales. J’avais offert au début de la semaine, à Tendre Moitié de l’accompagner, mais dans l’état de somnolence où je me trouve présentement, je  me sens incapable de parler de tout et de rien pendant deux heures. D’aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais aimé les soirées en groupe. Je ne bois à peu près pas et je n’y vois aucun intérêt.

Un peu sauvage comme tempérament me direz-vous, mais je vous répondrais que je suis seulement tranquille. Je n’ai pas de problème avec deux ou trois personnes, mais plus que ça et tout espoir d’avoir une conversation intéressante s’envole car chacun batifole d’une personne à l’autre en restant tout à fait superficiel. Ça m’épuise.

J’ai longtemps pensé que je devais changer et me forcer à être plus sociable. Les résultats ont été moins que probants. Maintenant, je m’assume comme je suis, je ne serai jamais un petit papillon social qui virevolte gaiement durant les soirées. J’ai remarqué que les gens qui insistent pour que je participe à ce genre de soirée, sont des extravertis qui y trouvent grand plaisir et qui ne comprennent tout simplement pas qu’on n’éprouve pas la même satisfaction. Dans la mesure où je n’y prend aucun plaisir, pourquoi devrais-je le faire?

Je ne suis pas exactement timide. Je suis réservée mais je n’ai aucun problème à entreprendre et soutenir une conversation avec des étrangers. Ce que je n’aime pas ce sont les occasions où il est impossible d’avoir une conversation; trop de monde, trop de bruit, trop de musique.

Souvent, après une de ces soirées, Tendre Moitié me dira: Tu vois, ce n’était pas si mal et les gens t’ont bien aimée. Le problème est qu’il confond timidité et manque d’intérêt. Je n’ai pas peur de parler aux gens, je n’aime tout simplement pas les situations où on ne pourra parler de rien de substantiel.

Passer une soirée à parler de banalités parmi un grand groupe, dans un endroit bruyant est pour moi une  lente torture. Si j’y vais à l’occasion, pour faire plaisir à Tendre Moitié, il ne m’est jamais arrivé de trouver cela agréable et ce ne sera jamais mon premier choix d’activité.

Tendre Moitié fait partie de nombreuses organisations et il m’arrive de l’accompagner à ces soirées. Celles-là ne sont pas si mal car un repas est servi, alors l’on peut se concentrer sur nos voisins, qui n’iront nulle part, durant le repas, à tout le moins. J’y ai eu quelques conversations très intéressantes d’ailleurs.

Être soi-même et ne pas se conformer à ce que les autres voudraient que nos soyons; c’est difficile plus jeune, mais avec l’âge on y arrive beaucoup plus facilement. Il y a une certaine acceptation de soi qui vient en vieillissant, on se dit: je suis comme ceci et c’est très bien.

Dans le titre:  Quand on ose être soi-même, on se porte beaucoup mieux.   –   Bernard Siegel 
Je ne connais pas la clé du succès mais celle de l’échec est d’essayer de plaire à tout le monde.   –   Bill Cosby
Soyons moins sociables et plus affectionnés à la société. – Germain-François Poullain de Saint-Foix

Vous aimerez peut-être:

  • Suite à mon article d’hier sur les dauphins, poursuivons avec un autre animal que les gens trouvent pas mal moins mignon mais qui a pourtant bea ...

  • Petite mise à jour sur Tête de Mule et mon indécision quant à la laisser en liberté la nuit comme je le fais avec Toutou Parfait. Tête de Mule ...

  • Charmante Ado a pris part à sa première leçon de couture aujourd’hui. L’idée nous est venue en magasinant pour des costumes d’Halloween. Vous n’ ...

Partagez!

Exprimez vous!

*