On ne naît pas vainqueur, on le devient

instructeur

Coup de théâtre hier au basketball, l’instructeur a démissionné et l’équipe se retrouve sans entraîneur. Il faut dire que l’école n’a pas offert le soutien escompté depuis le début de la saison. Les joueuses n’ont toujours pas reçu leurs uniformes, l’école devait s’assurer de la présence de deux personnes pour marquer les points durant les parties, ce qui est fait partiellement et de manière irrégulière; la dernière personne présente ne connaissait rien au basketball et ne savait pas marquer les points, les fautes ou faire fonctionner la minuterie.

Les tableaux indicateurs de l’école ne sont pas fonctionnels et vont à l’encontre des règlements de la ligue. On voit bien que les sports ne sont pas la priorité pour la direction, mais les parents paient le même prix que les parents des élèves d’autres écoles plus sérieuses dans leur implication.

Notre instructeur était excellent, mais il a été victime de découragement face au peu de soutien de l’école et l’attitude indisciplinée de l’équipe. Le manque de sérieux des joueuses était évident comparé aux autres équipes. Elles répliquaient à l »instructeur, contestaient ses décisions , disparaissaient en groupe dans les toilettes durant toute la mi-temps alors que l’autre équipe restait sur le terrain à écouter les conseils de l’instructeur, bref, cela manquait totalement de maturité.

C’est dommage, car lors du premier tournoi, notre équipe toute neuve avait fait montre d’un grand potentiel en se rendant à un cheveu de la finale. Les filles avaient démontré un esprit de corps et elles s’étaient soutenues, suivant à la lettre les instructions de l’entraîneur. Je ne sais pas ce qui s’est passé depuis, mais la dissension a suivi plutôt que la progression et la qualité de leur jeu et l’ambiance de l’équipe ont dégénéré avec l’influence de quelques têtes fortes qui revendiquaient plus de temps de jeu et contestaient ouvertement l’instructeur sur le banc lors des parties.

On se serait découragé à moins! Ce qui me désole, c’est qu’il y a environ deux semaines, j’avais pensé offrir à l’entraîneur d’agir comme assistante-entraîneur pour tenter de créer un esprit d’équipe entre les filles et instaurer une certaine discipline et respect des règles. Je n’y connais pas grand chose en stratégies au basketball, mais j’ai travaillé dans ma jeunesse comme gérante d’un restaurant de restaurant rapide pendant trois ans et j’avais une très bonne relation avec mes employés ados. Presque la totalité de mes employé avaient entre 15 et 18 ans et j’avais beaucoup apprécié cette expérience avec les jeunes.

Malheureusement, je n’ai pas osé m’imposer ni suggérer que l’entraîneur avait un problème de discipline, alors je n’ai rien fait. Dommage, car j’aurais peut-être pu éviter la perte d’un excellent instructeur. Il dit que c’est entièrement de sa faute et qu’il faut changer l’instructeur, mais je crois que les filles avaient seulement besoin d’une personne pour les regrouper et leur inculquer un esprit d’appartenance, d’entraide et d’équipe.

Je vais voir qui sera le prochain instructeur de l’équipe. Il y a une mère qui avait mentionné qu’elle serait intéressée par le poste pour l’année prochaine, mais si c’est elle qui reprend le flambeau maintenant, je ne lui offrirai certainement pas mes services. C’est le genre de mère qui hurle dans les estrades lors des matchs, qui fait des commentaires extrêmement désobligeants et agressifs aux joueuses de notre équipe, incluant sa fille et qui a engueulé l’instructeur après le dernier match en contestant publiquement et vigoureusement ses décisions et stratégies. Disons, que ce n’est pas mon genre de personne et que j’espère de tout coeur qu’elle ne prendra pas le relais.

Parfois, on hésite à s’avancer ou à agir et le moment passe pour ne plus revenir. Ne restent que le regret de ne pas avoir osé faire quelque chose qui aurait pu aider et une leçon j’espère, pour la prochaine fois où une occasion se présentera. À ne pas vouloir prendre trop de place, on se retrouve à ne pas offrir de l’aide à quelqu’un qui en aurait bien eu besoin et qui l’aurait sûrement appréciée.

Dans le titre: On ne naît pas vainqueur, on le devient.   –   Andrew Williams
Nous sommes tous des athlètes d’exception. La seule différence c’est que certains s’entrainent, et d’autres non.  –  George Sheehan

Vous aimerez peut-être:

Partagez!

Exprimez vous!

*