Mon âme a son secret, ma vie a son mystère

risques facebook

Une de mes connaissances, une jeune mère d’une trentaine d’années, passe beaucoup de temps sur Facebook. Elle ne travaille pas à l’extérieur de la maison, s’occupant de son jeune fils de quatre ans et sa fille d’âge scolaire.

Faisant partie de ses « amis » Facebook, je peux voir ce qu’elle y écrit. J’avais déjà remarqué il y a quelques mois, qu’elle racontait beaucoup de choses qui auraient dû rester privées. Elle a eu des problèmes avec certains parents des amies de sa fille et elle a réglé ça sur Facebook, en y allant de commentaires assez abrupts. Elle nous décrit sa journée de A à Z en reliant tous les points. Nous savons à quelle heure elle se lève (très tard), que son ménage n’est pas fait et qu’elle préfère acheter des mets congelés que de faire la cuisine.

Dans le passé, ces états d’âme auraient été partagés face à face avec ses amies les plus intimes. Aujourd’hui, elle les partage sans aucune pudeur avec près de 250 « amis ». Réalise-t-elle qu’il est absolument impossible d’avoir 250 amis proches? Que la très grande majorité de ces « amis » ne sont, comme moi, que de vagues connaissances? Ne comprend-t-elle pas que toutes ces personnes qui ne font pas partie de sa vraie vie n’ont pas accès au contexte de ce qu’elle raconte et qu’elle pourrait être mal jugée?

Je ne la connais pas assez pour la mettre en garde et de toute façon, je ne crois pas qu’elle m’aurait écoutée. Toujours est-il, qu’aujourd’hui, elle raconte sur Facebook que les services sociaux (DPJ) ont débarqués chez elle ce matin parce qu’il y a eu un signalement à son sujet comme quoi elle passerait ses matinées à dormir et qu’elle ne s’occuperait pas de son fils. Je ne l’ai pas vu depuis plus d’un an et je n’ai aucune idée si ces accusations sont fondées ou non, mais je ne crois pas que discuter de la visite de la DPJ sur Facebook soit une bonne idée.

Surtout que la discussion et les commentaires portaient plus sur chercher à savoir qui l’avait accusée. Pour moi, toute cette exhibition sur le Web est incompréhensible. Facebook ne devrait pas servir à révéler chaque détail de sa vie. On dirait que cela a remplacé la communication réelle entre personnes. Est-ce qu’on annoncerait au commis de l’épicerie que la DPJ est passée chez nous ou qu’on trouve que la mère de telle enfant est une traînée? Alors pourquoi le faire sur Facebook?

Les gens accueillent et adoptent les nouvelles technologies à bras ouverts et s’y jettent à fond sans se questionner sur l’impact de s’exposer ainsi à la face du monde. Un peu de pudeur serait de mise pour sauvegarder notre vie privée. Je crois que les télé-réalités sont aussi une part du problème. Les jeunes pensent qu’il est normal de voir toute sa vie, ses amours, exposés à la télévision.

Que reste-t-il de privé et d’intime lorsqu’on a tout dit sur Facebook? De vive voix, nous ne disons pas absolument tout de ce que nous pensons car nous pourrions avoir des regrets. Facebook semble nous amener à ne plus voir cette barrière de contrôle de soi et tout est permis et même encouragé.

Ce n’est pas très sain tout cela et il m’arrive de m’ennuyer d’une époque plus simple et moins techno. N’y a-t-il plus de secret, plus de mystère?

Dans le titre: Mon âme a son secret, ma vie a son mystère.    –  Alexis-Félix Arvers
Le secret d’ennuyer est celui de tout dire.     –   Voltaire
Dire le secret d’autrui est une trahison, dire le sien est une sottise.    –  Voltaire
En ravalant des paroles méchantes sans les avoir dites, personne ne s’est jamais abîmé l’estomac.  –   Winston Churchill

Vous aimerez peut-être:

  • Je me targue d’être une personne efficace et organisée. Aujourd’hui toute cette organisation s’est révélée insuffisante lorsque le serveur qui h ...

  • Après plus de dix mois à vous écrire à tous les jours, je me sens un peu plus confortable d'en dévoiler davantage sur moi. Voici donc ma présent ...

  • Si l’on tente de définir la cause de l’épidémie mondiale d’obésité, On remarque qu’un changement majeur est survenu dans les années 1970, qui a ...

Partagez!

Exprimez vous!

*