Les limites de l’âge

stress et longévité

Nous vivons de plus en plus vieux. L’espérance de vie moyenne a atteint 79 ans pour les hommes et 83 ans pour les femmes au Canada. Pourquoi certaines personnes arrivent-elles à défier ces moyennes et à vivre plus longtemps et en bonne santé?

Certaines raisons pour lesquelles les gens vieillissent bien sont évidentes. Nous savons que bien manger, maintenir un poids santé et faire de l’exercice sont des bons moyens de rester en santé. Avoir de bons gènes est aussi un atout.

Il y a par contre des obstacles insidieux à une bonne vieillesse. Certains de nos traits de personnalité, nos relations interpersonnelles et aussi notre aptitude à faire face au stress, tout cela peut influencer notre longévité.

Les scientifiques estiment que la longévité maximale de l’être humain serait d’environ 120 ans. Ils sont venus à cette conclusion en observant une variété d’organismes et en étudiant l’âge maximal atteint par les sujets de chaque espèce. Ils se sont aperçus que, peu importe l’organisme, la vieillesse semble suivre une formule mathématique constante. L’âge maximum d’une espèce serait égal à six fois le nombre d’années entre la naissance et la maturité biologique.

Les humains prennent environ vingt ans pour atteindre leur maturité physique, alors nous aurions une espérance de vie potentielle de 120 ans. Plusieurs cas bien documentés de personnes de 115 à 120 ans ont été répertoriés.

Les gènes jouent probablement un rôle dans la capacité à atteindre un âge avancé, mais il n’est pas majeur. On estime que seulement 30% de cette capacité peut être expliquée par de bons gènes. C’est une bonne nouvelle en soi car nous aurions alors plus de contrôle sur notre propre longévité. Nous serions ainsi responsables de notre vieillesse.

Alors, comment peut-on vieillir gracieusement?  Tout d’abord, il faut éviter les abus, ne pas fumer, ne pas abuser de l’alcool, surveiller son poids et être actif.

Certains traits de personnalité sont associés à une vieillesse prolongée et plus en santé. En général, l’optimisme, un sens de l’humour, la capacité d’adaptation et la volonté d’essayer de nouvelles choses sont tous liés à une meilleure longévité.

Il y a par contre un autre élément extrêmement important. Le stress serait un bon prédicteur de la manière dont nous vieillirons. Les personnes âgées les plus en santé sont celles qui s’adaptent le mieux au stress. Avec un stress mal toléré, tous les changements physiques et hormonaux qui surviennent pour nous protéger lors d’une crise se retournent contre nous et usent notre corps. Le stress est sensé être une réponse temporaire de notre corps pour se mettre en position pour combattre la crise. Cela n’est pas supposé devenir un état permanent.

Une raison pour laquelle les personnes âgées en bonne santé seraient en mesure de mieux tolérer le stress est qu’elles ont tendance à avoir beaucoup de rapports sociaux. Elles ne sont pas isolées et ont une famille élargie et un bon réseau d’amis.

Que faire pour mieux contrôler notre stress? Les personnes âgées en bonne santé ont connu du stress tout autant que nous, que ce soit l’insécurité financière, dans leur mariage ou dans leur travail. Elles sont tout simplement particulièrement aptes à y faire face.

Une des clés pour minimiser le niveau de stress est la perception de contrôle. Les personnes âgées qui se sentent en contrôle de leur routine quotidienne ne s’inquièteront pas des choses qu’elles ne peuvent contrôler. On note une nette augmentation du stress lorsque le niveau de contrôle diminue, comme par exemple lorsqu’une personne âgée est placée en résidence.

Les progrès scientifiques nous permettent de vivre de plus en plus vieux. Il n’en tient qu’à nous de prendre tous les moyens pour augmenter nos chances d’avoir une vieillesse en santé le plus longtemps possible.

Vieillir semble être la seule façon de connaître une longue vie.  –   Kitty O’Neill Collins
Un homme de 90 ans se fait demander à quoi il attribue sa longévité. Je crois dit-il, avec un pétillement dans les yeux, que cela est dû au fait que, toutes les fois où j’aurais dû rester éveillé à m’inquiéter, j’ai préféré aller au lit et dormir.    –    Dorothea Kent

Vous aimerez peut-être:

Partagez!

Exprimez vous!

*