Les cimetières sont remplis de gens qui se croyaient indispensables

être indispensables

Pour faire suite à l’article d’hier sur les horaires trop chargés, je réalise aussi que nous ressentons généralement un certain plaisir lorsque les gens ont besoin de nous. Ce plaisir ressenti entraîne souvent des horaires surchargés, parce que nous prenons trop de responsabilités.

Nous nous sentons parfois indispensable alors que dans les faits, notre collaboration n’est pas toujours essentielle.  Nous prenons parfois la responsabilité d’une foule de tâches qui ne relèvent pas de nous ou que nous pourrions très bien déléguer sans problème. Nous agissons ainsi dans l’espoir d’avoir un certain contrôle sur notre environnement. Il est actuellement très populaire de chercher à se rendre indispensable. Seth Godin a même écrit un livre Linchpin, qui explique comme se rendre indispensable au travail. Cela peut sembler une bonne idée, si l’on espère ainsi éviter les mises à pieds ou d’être affecté par les restructurations des effectifs, mais cela implique beaucoup d’efforts, de stress, sans aucune garantie de succès.

Plus près de nous, dans notre famille, nos ados nous feront sentir clairement à un moment donné que nos conseils non sollicités ne sont plus les bienvenus. Ce n’est pas un rejet et ça ne signifie pas que nous ne pourrons pas faire profiter nos jeunes de notre expérience, seulement, notre opinion ne sera plus indispensable pour chaque petite décision.

Nous continuerons probablement à offrir nos perles de sagesse, mais ils sauront nous sevrer de ce besoin d’être indispensable.

Un jour, Charmante Ado aura sa propre famille et j’ose espérer que je ne serai pas une mère trop envahissante. Lorsqu’elle aura des enfants, je ne serai plus la Mère en Chef, ce sera elle qui prendra les décisions pour sa famille, avec son conjoint. Si on parlait d’une voiture, on pourrait dire que je ne serai plus aux commandes, mais plutôt sur le siège arrière et parfois même, je serai complètement hors de la voiture!

Il faut reconnaître que notre indispensabilité en tant que parent devra un jour être équilibrée avec le respect de certaines limites. Nos idées et conseils seront écoutés et évalués pour selon leurs mérites; certaines suggestions seront sûrement rejetées et c’est très bien ainsi.

Nous devons donc respecter les limites de chacun, même si nous voulons ‘’aider’’ et que nous soyons certains de savoir quelque chose qui pourrait être utile. Entre adultes, il faut être conscient que personne ne nous a mis en charge de la vie des autres.

En théorie, nous sommes tous conscients de ceci mais nous avons aussi tendance à prendre la responsabilité d’une foule de choses qui devraient revenir à d’autres, simplement parce que nous nous aimons la sensation de contrôle et le sentiment qu’on ait besoin de nous.

En cessant de nous considérer comme indispensables, nous pouvons commencer à nous concentrer sur nos besoins au lieu de ceux des autres.  Je suis indispensable à moi-même. Personne ne connaît aussi bien que moi mes besoins et mes désirs. Au lieu d’essayer d’être indispensable pour les autres, je vais m’efforcer de consacrer pus de temps à écouter mes besoins..

Il est impossible de tout contrôler, que ce soit au travail, avec nos amis  ou en famille, mais nous nous épuisons à essayer de le faire. Lâcher prise, prendre soin de soi-même, respecter ses besoins et ses limites devraient nous apporter plus de succès qu’une vaine tentative d’être indispensable.

Dans le titre : Les cimetières sont remplis de gens qui se croyaient indispensables.   –   Proverbe arabe
On est toujours moins indispensable aux autres qu’on aime le croire.   – Maurice Gagnon

Vous aimerez peut-être:

Partagez!

Exprimez vous!

*