Le compas moral

sens moral

Le sens moral est ce qui, croyons-nous, nous différencie des animaux. Nous le glorifions et le recherchons chez les autres. Nous l’encourageons chez nos enfants. La moralité devient aussi un facteur dans notre recherche d’un sens à notre vie.

Notre évaluation de notre valeur en tant que personne dépend en grande partie de notre jugement sur notre moralité. Un sentiment de culpabilité provient bien souvent du fait que nous croyons avoir agit de façon immorale. Le sens moral peut pourtant être mis en veilleuse à volonté, il n’est pas nécessairement toujours en fonction. Un jugement moral est différent d’une opinion ordinaire, il nécessite un tout autre processus de pensée.

Lorsque nous sommes en mode moral, nous fonctionnons selon un schéma de pensées particulier qui décrète que telle ou telle action est immorale. Certaines règles de moralité sont universelles. Le viol et le meurtre sont reconnus comme immoraux.

Nous considérons généralement que les gens qui commettent des actes immoraux doivent être punis car il serait mal qu’ils s’en sortent sans conséquence. Il arrive donc que des gens coupables d’actes jugés immoraux se voient infliger d’autres actes immoraux en rétribution. Pensons à la peine capitale, la lapidation, le crime d’honneur.  La bonne conscience s’accommode de ce paradoxe. Nous avons aussi inventé l’enfer comme châtiment suprême contre l’immoralité.

Examinons le cheminement de pensée qui nous amène à porter un jugement moral. Nous ne faisons pas vraiment un raisonnement moral pour en arriver à une décision rationnelle, nous commençons plutôt par la fin, avec une conclusion issue d’une émotion inconsciente ou un préjugé, et nous rationalisons à rebours pour en arriver à une justification plausible de notre jugement moral. Nous ressentons que quelque chose est immoral et nous rationalisons jusqu’à ce que nous arrivions à une raison valable à nos yeux.

Notre sens moral est formé de cinq éléments:

  • Préjudice : Sentiment que l’on ne doit pas nuire, faire du mal, endommager ou faire du tort.
  • Loyauté : Appartenance et fidélité à un groupe, une communauté, un pays, une religion.
  • Justice : Conviction que l’on devrait rendre service, aider, retourner les faveurs, récompenser ceux qui agissent bien et punir les mauvais comportements.
  • Autorité : Convenance que l’on doit respecter l’autorité, la hiérarchie et se conformer aux lois et règles.
  • Pureté: Croyance que l’on doit éviter de souiller ou contaminer ce qui est considéré comme sacré.

Ces éléments sont universels mais hautement variables. Les différentes sociétés accordent plus d’importance à un élément qu’à un autre. Certaines vont croire que d’éviter un préjudice est le plus important alors que d’autres vont juger que la pureté ou la communauté est primordiale.  Chaque société possède sa propre hiérarchie de ces cinq éléments.

La définition de ce qui est moral ou immoral change au fil du temps. Les premières autopsies ont été jugées immorales et répugnantes, tout comme les transfusions sanguines et les transplantations d’organes.

Le sens moral semble s’être développé graduellement au cours de notre évolution. Entre autres, la région frontale du cerveau serait liée à la moralité. Une lésion grave du lobe frontal peut amener une perte du sens moral. La personne perd ainsi toute empathie et n’agit que pour son propre bénéfice, au détriment des autres. Elle n’hésitera pas à mentir, voler et ignorera les punitions. Elle sera incapable de comprendre un raisonnement moral et n’y verra aucune utilité.

La moralité en valorisant la réciprocité et la justice, permet que nos relations soient du type gagnant-gagnant. Nous n’agissons pas égoïstement ou en faisant souffrir les autres et les autres ne le font pas non plus. La moralité agit donc pour le plus grand bénéfice de tous dans une société, sauf lorsqu’il y a excès de zèle et que les jugements moraux deviennent extrêmes et rigides.

La vraie moralité ne consiste pas à suivre les sentiers battus, mais à découvrir ce qui est pour nous-mêmes la vraie voie et à la suivre avec intrépidité. Tout véritable progrès est impossible sans une telle poursuite acharnée de la vérité.     –   Gandhi 

Vous aimerez peut-être:

  • Possiblement une des journées les moins productives de ma vie aujourd'hui.  Aux prises avec une vilaine grippe, j'ai végété toute la journée pen ...

  • L’espèce humaine est capable du meilleur comme du pire. Nous prenons soin l’un de l’autre, nous nous aimons et nous sommes même prêts parfois à ...

  • Il y a de petites choses en notre pouvoir qui peuvent rendre le monde qui nous entoure instantanément meilleur. Nous pouvons décider qu'à chaqu ...

Partagez!

Exprimez vous!

*