L’art de l’imitation

influence

Lorsque l’on devient parent, on ne réalise pas vraiment à quel point tout notre comportement sera examiné à la loupe par notre progéniture. Parfois, nous avons un choc lorsque notre bambin de trois ans échappe son verre sur le sol et émet un juron, en parfaite imitation de notre réaction occasionnelle à un accident.

Nous sommes un modèle pour nos enfants. Il n’y a pas moyen de faire une chose tout en essayant d’en enseigner une autre. Pourtant, qui n’a pas succombé à la tentation de répondre à son enfant ‘’fais ce que je dis, pas ce que je fais’’ ou crié ‘’Ne crie pas après moi!’’.

Même si crier ou jurer ne font pas partie de nos points faibles, nous avons tous de mauvaises habitudes que nous ne voulons pas que nos enfants imitent. Cette obligation que nous nous donnons  d’être un adulte responsable avec de bonnes manières, même dans l’intimité de notre foyer, peut devenir embêtante à l’occasion.

Parfois, seule une porte claquée ou un juron bien senti réussira à bien exprimer notre frustration. Il y a de ces jours où nous préférons rester au lit tard, avons une envie irrésistible de malbouffe ou éprouvons le besoin de faire un petit mensonge pieux au téléphone. Devons-nous nous cacher de nos enfants?

Comment se fait-il que lorsque nous leur montrons des bons comportements à répétition, comme de suspendre les vêtements, mettre le linge sale au panier, remplacer le rouleau de toilette; nous avons l’impression que ces gestes ne sont pas remarqués? À l’opposé, si nous mettons nos pieds sur la table à café ou prenons juste une fois une gorgée de jus directement de l’emballage alors que l’on pense n’être vu de personne, immédiatement, ces comportements semblent s’enraciner chez notre marmaille?

Il semblerait plutôt que nous remarquons moins les bonnes habitudes que nous transmettons. Nous mettons beaucoup d’emphase sur les comportements négatifs dans l’espoir de les décourager, alors que nous devrions peut-être encourager les comportements positifs. Après tout, les enfants apprennent plus en observant qu’en écoutant des instructions verbales.

Notre plus grande influence avec nos enfants provient des comportements que nous leur enseignons. Cela est vrai seulement jusqu’à un certain point; ils subiront aussi l’influence des autres à l’extérieur du foyer et  ils vont inévitablement développer des habitudes et des comportements que nous n’apprécierons pas particulièrement.

Il vaut mieux enseigner à nos enfants à penser par eux-mêmes, à avoir de l’empathie et de la compassion pour les autres que de s’épuiser avec des petites choses comme le fait de suspendre ses vêtements. Il est aussi normal de ne pas être parfait en tout temps en tant que parent. Si nous avons un comportement moins qu’adéquat à l’occasion, il n’y a pas de mal à cela, en autant que cela ne devienne pas une habitude. Il n’est pas mauvais que nos enfants nous voient faire des erreurs de temps en temps.

L’imitation est la plus sincère des flatteries.     –   Charles Caleb Colton 
Les seules connaissances qui puissent influencer le comportement d’un individu sont celles qu’il découvre lui-même et qu’il s’approprie.   –   Carl Ransom Rogers

Partagez!

Exprimez vous!

*