L’art de l’excuse

désolé

La fin du monde n’a pas eu lieu et nous pourrons célébrer Noël en paix tout en ayant une pensée pour les parents de la ville de Newtown qui n’auront pas cette chance.

Cette période de l’année me porte vers l’introspection. Je pense à la personne que je suis et je considère ce que je pourrais améliorer. Je n’ai aucun problème à trouver des choses que je pourrais faire mieux ou plus souvent.

L’art de l’excuse est un domaine qu’il est difficile de maîtriser. Lorsque nous sommes en tort, nous ne sommes pas toujours dans un état d’esprit qui nous permet de l’admettre et de nous excuser.

Personne n’aime admettre qu’il a eu tort. Nous aimons croire que nous sommes diplomates, respectueux et sensibles et que ce sont les autres qui ont un problème. Le sentiment de culpabilité que nous ressentons lorsque nous réalisons que nous avons fait de la peine à quelqu’un est difficile à tolérer. Nous aurons tendance à essayer de nous défendre contre ces sentiments douloureux en justifiant nos paroles ou nos actions.

J’ai remarqué que lorsque je suis en tort, je vais me trouver tout de sortes de raisons pour expliquer ma conduite. Je vais insister sur le fait que ce que j’ai dit est ‘’vrai’’, que le comportement de l’autre personne était irritant, comme si je sous-entendais que cette personne méritait ce traitement de par ses ‘’fautes’’.  Plus nous essayons de nous convaincre de notre bon droit, plus nous nous sentons coupables.

Une fois les dommages faits, il faut s’excuser. De vraies excuses ne devraient jamais contenir les mots ‘’si’’ ou ‘’mais’’. Il ne faut jamais dire par exemple : ‘’Je suis désolée si je t’ai fait de la peine’’ ou ‘’je m’excuse d’avoir été si méchante, mais j’ai eu une journée de fous’’.

Ces mots ont pour effet de diminuer la portée des excuses en émettant un doute sur la peine ressentie par l’autre ou en faisant porter la responsabilité sur quelqu’un ou quelque chose d’extérieur à nous.

La pire manière de s’excuser est de laisser sous-entendre que la victime est responsable de sa peine parce qu’elle a interprété nos paroles d’une certaine manière. On prononce alors des phrases malheureuses comme : ‘’ Je ne pensais pas que tu le prendrais comme ça’’ ou ‘’je suis désolée que tu sois insultée par ce que j’ai dit’’. Ces phrases ne sont pas des excuses, elles essaient de nous dégager de toute culpabilité en insinuant que la victime s’indigne ou est peinée sans raison. Aussi bien ne rien dire que de faire ce genre d’excuses, car la victime en est réduite à justifier sa réaction à nos paroles ou gestes, ce qui ne diminuera en rien sa peine ou sa colère.

De réelles excuses ne doivent pas être conditionnelles ou tempérées par nos justifications.  Il est préférable de garder le tout simple et direct. Nos excuses devraient refléter nos regrets d’avoir agit d’une certaine manière et non pas souligner ce que l’autre a pu faire ou dire qui tempérerait notre faute.

S’excuser ne signifie pas demander le pardon immédiat. Souvent la victime sera toujours peinée ou en colère et ne se sentira pas prête à pardonner. Il faut accepter ce fait et simplement offrir nos excuses. Nous ne sommes pas la personne importante dans cette situation. Même si nous aimerions être pardonnés pour avoir le cœur plus léger, il faut d’abord réparer le tort que nous avons causé en exprimant nos regrets et laisser nos excuses faire leur effet chez la victime. Éventuellement, nous pourrons être pardonnés, selon la faute commise, mais parfois, des amitiés sont brisées à tout jamais, lorsque la blessure était trop grande.

 Quel meilleur temps que cette période de Noël pour faire les premiers pas et s’excuser simplement et sincèrement de nos erreurs?

La honte est dans l’offense, et non pas dans l’excuse.    –    Pierre Claude Nivelle de La Chaussée
Les excuses sont faites pour s’en servir.   –    Proverbe wallon

Vous aimerez peut-être:

Partagez!

Commentaires

  1. Gabrielle a écrit:

    Admettre qu’on a eu tort est déjà un art que beaucoup ont du mal à exercer (moi la première) s’excuser en est un autre, d’ailleurs ne dit-on pas qu’on ne doit pas s’excuser mais présenter ses excuses car il ne suffit pas de les faire, il faut qu’elles soient accepter par celui qui a subi pour qu’elles soient réellement valables, en tout cas à chaque fois que j’ai eu l’occasion de le faire elles ont toujours été les bienvenues. Je ne peux qu’encourager ce genre de démarche. Et la phrase citée de Pierre Claude Nivelle de la Chaussée est vraiment à méditer….
    Quant à la photo de ce chiot, nul sait s’il a quelque chose à se faire pardonner mais l’expression de ses yeux appelle forcément le pardon il est tellement craquant avec son air penaud !

    • J’aime beaucoup votre commentaire. Effectivement tout est là: on présente nos excuses. La justification n’a pas sa place, sinon, cela invalide les excuses.

Répondre à Opus Annuler la réponse.

*