L’ange de la mort

 

ange

Aujourd’hui nous avons profité d’une gigantesque vente de livres usagés pour nous gâter un peu. C’était organisé par le réseau des bibliothèques. Tendre Moitié a pris des livres sur les voitures et les poissons, Charmante Ado a choisi des romans pour ados et des livres de techniques de dessin alors que je me suis acheté quelque romans, deux livres sur les finances personnelles et un guide sur la retraite à l’étranger, en Amérique Centrale. Les livres étaient vendus au poids et nous avons acheté pour huit kilos.

Tendre Moitié est un fan d’aquariophilie. Il connaît les noms latins de tous les poissons d’aquariums ainsi qu’une foule d’informations sur leur reproduction, leurs habitudes et leurs milieux naturels. Au début de notre mariage, j’ai essayé de m’intéresser aux poissons pour partager sa passion.

Notre premier aquarium contenait, si je me souviens bien, ce qu’on appelle communément des anges. Je les trouvais mignons et je passais de longue minutes à les observer. C’est un loisir plutôt contemplatif. J’aime bien les vidangeurs qui se collent à la vitre pour la nettoyer.

Charmante Ado s’intéresse aussi aux poissons. Nous avons maintenant trois aquariums et l’un deux est sous sa responsabilité et elle en pend soin.

Mon problème avec les poissons a débuté lorsque l’un deux est devenu malade avec pleins de petits points blancs. Tendre Moitié s’est empressé de le soigner en le mettant dans une solution de Bleu de méthylène et en l’isolant des autres pour éviter la contagion. J’ai suivi le traitement avec un vif intérêt et tout est rentré dans l’ordre assez rapidement.

Quelques semaines plus tard, un autre poisson se met à avoir de la difficulté à nager.  »Problème de vessie natatoire’‘ m’annonce doctement Tendre Moitié,  »ça ne regarde pas bien ». Nous surveillons donc l’évolution et un certain soir, Tendre Moitié assène le verdict,  »ce poisson va mourir d’ici 24 heures ».

Affolée, je questionne à savoir s’il y a quelque chose à faire, à tenter, pour le sauver. Il semble que non. Toute triste, je reste assise devant l’aquarium à regarder ce pauvre poisson mourant. Après de longues minutes, Tendre Moitié me demande si je viens me coucher et je lui réponds que l’on ne peut pas laisser le poisson mourir tout seul!

Je suis prête à le veiller toute la nuit pour avoir au moins l’impression de faire quelque chose. Tendre Moitié m’assure qu’il est condamné et il prend une épuisette, attrape le poisson, le jette dans la toilette et tire la chaîne.  Je suis complètement scandalisée,  »Mais tu l’as tué! »  lui dis-je.

Tendre Moitié me raisonne en me disant qu’il lui a évité une lente agonie et que l’eau de la cuvette est tellement froide qu’il a dû faire une crise cardiaque et mourir instantanément. Je crois que ces propos étaient censés me calmer et me rassurer mais étrangement, cela n’a pas fonctionné. Je me souviens lui avoir demandé si je devais faire la même chose lorsqu’il serait vieux et malade.

Une fois calmée, j’ai décidé que le sort des poissons était trop aléatoire et que je n’avais pas d’intérêt à les passer par la cuvette pour faciliter leur départ. Depuis ce temps, je regarde de loin nos beaux poissons et je ne pose pas de question lorsque leur nombre baisse.

Charmante Ado me semble beaucoup plus pragmatique que moi sur le sujet. Elle doit tenir cela de son père.  Nous avons une grande variété de poissons, certains aux coutumes plutôt douteuses. Charmante Ado s’intéresse beaucoup aux bébés poissons, qui malheureusement, sont souvent dévorés par leurs propres parents!  Alors, elle fait le décompte;  »’Maman, il y a six bébés » et le lendemain;  »Il en reste trois », pour finir parfois avec ‘‘Bon, la mère vient de bouffer le dernier ». Très peu pour moi.

 

Poisson rouge : animal de compagnie qui, par rapport au chat, présente l’avantage de moins s’acharner sur les rideaux du salon. –   Marc Escayrol 

 

 

 

Vous aimerez peut-être:

Partagez!

Exprimez vous!

*