La pointe de l’iceberg

camouflage
Nous vivons notre vie un peu comme des icebergs, flottant à la dérive  de notre existence et camouflant une grande partie de notre véritable nature.

Nous gardons cachés loin de la surface nos secrets les plus douloureux. Comme un iceberg, nous ne montrons qu’environ 10% de ce que nous sommes réellement. Ce 10% est notre ‘’image’’ officielle, celle que l’on accepte de montrer ouvertement.

La raison pour laquelle nous cachons notre véritable identité est que nous avons peur du rejet. Nous avons tellement peur d’être rejetés qu’il nous arrive même de cacher aux gens les plus proches de nous ce que nous pensons vraiment.

Ce mécanisme de défense peut se voir de façon plus évidente chez les gens qui veulent avoir l’air ‘’cool’’ ou à l’opposé, ‘’fort’’, ceux qui tournent tout à la blague ou prétendent que rien ne les dérangent.

On se retrouve ainsi à essayer de vivre sa vie en respectant l’image que l’on s’est donnée, l’image que l’on croit plus acceptable que notre nature réelle. Nous tombons alors dans des cliques ou des groupes et nous identifions à eux. C’est souvent le processus identitaire des adolescents, une question qui tourmente bien des jeunes c’est de trouver à qui s’identifier; est-il préférable de faire partie des cheerleaders, des gothiques, des plus populaires ou des premiers de classe. Souvent, il faut se conformer au groupe pour être accepté et notre vraie personnalité n’a aucune chance d’émerger de ces contraintes.

Nous nous sentons souvent embarrassés ou honteux de ce que nous sommes et devenons convaincus que personne ne pourrait nous aimer ou nous accepter s’ils nous connaissaient vraiment.

Si nous ne prenons jamais le risque de nous dévoiler aux autres, nous ne connaîtrons jamais l’acceptation que cette ouverture pourrait nous apporter. Si l’on veut vraiment être en relation avec les autres, connaître un véritable intimité, il faut accepter de montrer un peu plus de soi-même.

Il ne devrait pas y avoir de danger ou de risque à se montrer tel que l’on est. Les mentalités ont quelque peu évoluées quant à la possibilité d’être différent, mais ce n’est pas encore parfait. Un de mes amis a un fils adulte qui a le syndrome d’Asperger. Il termine son CEGEP cette année. Un voyage outremer était organisé avec des étudiants et un professeur. Le jeune homme voulant participer au voyage, s’est ouvert à son professeur au sujet de son diagnostic et le professeur s’est servi de cette différence pour l’exclure du voyage.

Ce jeune est parfaitement autonome, vit seul en appartement et entre à l’université l’an prochain. Il parle même la langue du pays où le voyage est prévu. Cependant, il ne fait pas partie de la clique  »cool » qui participe au voyage. Est-ce qu’il aurait mieux fait de ne rien dévoiler? Je ne crois pas car le groupe aurait alors trouvé une autre raison de l’exclure. Ce qui est un peu malsain, c’est l’empressement avec lequel l’on s’est servi de sa différence pour le rejeter. La raison officielle est vraiment qu’il souffre d’Asperger. Il est pourtant parfaitement capable de fonctionner indépendamment dans ses études, son travail et en société.

En conclusion, nous devons comme société, permettre aux gens d’être ce qu’ils sont, sans peur d’être jugés, opprimés ou exclus. Tous les efforts individuels seront vains s’il continue d’être acceptable de rejeter celui qui ne rentre pas dans un moule prédéfini.

Un original vaut beaucoup mieux qu’un copie. À quoi sert de montrer une fausse image de soi ou seulement une infime portion de notre être?

Avec le temps, un mystère sans espoir de révélation devient une frustration.   –   Ronald Wright
Il y a deux mondes : un monde caché et un monde révélé . Mais ces deux mondes ne forment en réalité qu’un seul monde.   –   Rabbi Elé’azar

Vous aimerez peut-être:

  • Tendre Moitié et moi sommes travailleurs autonomes. Par contre, nous avons tous les deux connu la vie corporative et nous nous rappelons toujour ...

  • Tendre Moitié et moi sommes en train de concevoir un nouveau plan d’affaires pour notre travail. Nous envisageons d’ajouter un partenaire et de mo ...

  • J'ai trouvé un autre article intéressant dans le New York Times de samedi. En Suède, en juin 2011, des chercheurs ont implanté une trachée à un ...

Partagez!

Exprimez vous!

*