La pensée ne commence qu’avec le doute

croyances

La pensée magique est la tendance à croire qu’une chose est causée par une autre sans aucun fondement logique. Par exemple, être convaincu que si on se lève du côté gauche du lit, il va pleuvoir durant la journée.

Par contre, nous pouvons tout de même décider que certaines choses sont vraies même si nous n’avons aucune preuve objective, sans pour autant faire preuve de pensée magique.

Par exemple, je sais que chaque fois que je mange un repas riche en hydrates de carbone, je deviens somnolente et je subis une baisse d’énergie notable. Je déduis donc que ce type de repas cause ce résultat même si je ne peux le prouver.

Il n’y a pas moyen d’éviter une certaine subjectivité dans notre manière de vivre et d’interpréter les évènements. Nous pouvons par contre questionner les critères que nous utilisons pour décider de la validité de quelque chose. Une bonne dose de scepticisme permet d’avoir une vue plus critique.

Une personne qui pense le plus objectivement possible se méfie des tendances qui la porterait à pencher vers la pensée magique. Nous devons reconnaître que la raison pour laquelle nous croyons certaines choses est influencée par plusieurs éléments extérieurs à notre jugement.

Entre autres, nous sommes influencés par ce que nos parents nous ont enseigné étant jeunes. Nous sommes aussi moins objectifs envers une chose si nous voulons qu’elle soit vraie; nous oublierons ainsi volontairement les indices démontrant leur fausseté et accorderons plus de poids aux points qui tendent à confirmer notre désir. Nous aurons également tendance à croire certaines choses en nous fiant à nos expériences précédentes.

Il est difficile d’améliorer nos critères de jugement. Pourtant, ce que nous croyons est important pour notre aptitude à être heureux. Se laisser aller à la pensée magique peut amener des conséquences assez sérieuses.

Si par exemple, nous croyons à la puissance d’attraction telle que popularisée par le livre Le Secret, nous risquons de croire que tout ce que nous avons à faire est de visualiser clairement ce que l’on désire et d’attendre que cela vienne à nous. Nous pourrions malheureusement attendre fort longtemps. Combien de fois avons-nous attendu que quelque chose arrive alors que nous aurions dû agir et faire quelque chose pour que cela se produise?

Il nous arrive aussi de faire de mauvais choix. Refuser de prendre ses médicaments contre l’hypertension augmentera notre risque de souffrir d’un infarctus ou d’un accident vasculaire cérébral. Être sédentaire et mal s’alimenter raccourcissent notre espérance et notre qualité de vie. Ici, la pensée magique s’apparente au refus de voir les conséquences de nos actes. Nous espérons que miraculeusement nous échapperons aux probabilités que nous avons créés.

La pensée magique est définitivement un obstacle aux décisions éclairées. En analysant nos tendances et nos préjugés, nous pouvons identifier les causes et nous libérer de ce carcan.

Il est préférable de cultiver une attitude d’agnostique envers ce qui n’a pas été prouvé ou est improuvable, même si émotionnellement, nous aurions tendance à y croire. Essayons de voir notre croyance comme une inclination et non pas une certitude. De cette manière, nous ne serons pas portés à agir comme si cette croyance était une réalité.

Il faut aussi éviter de laisser les autres penser pour nous. Ceci est une tendance assez répandue. Nous lisons un article d’un journaliste sur un sujet, et son opinion devient la nôtre. Pourtant, nous n’avons aucune preuve que l’auteur a analysé le sujet objectivement et qu’il a présenté tous les aspects du sujet. Plus tard, en lisant d’autres auteurs, nous avons une vision plus globale et objective de la situation et sommes alors vraiment capables d’avoir une opinion personnelle. Le danger est de se contenter d’un seul point de vue et de l’épouser complètement sans approfondir.

Nous avons tous tendance à nous accrocher à nos croyances et au raisonnement d’où elles sont issues. Ma mère par exemple, a jusqu’à tout récemment toujours cru que les médicaments causaient la maladie et que d’en prendre était un premier pas vers la tombe. Elle a finalement consulté un médecin pour la première fois en quarante ans il y a quelques mois et avec des trésors de patience, il l’a convaincue de prendre un médicament contre le cholestérol. Il a utilisé des arguments convaincants pour elle, tout en louangeant toutes les choses qu’elle fait bien comme  s’alimenter sainement et marcher plusieurs kilomètres par jour.

Comme quoi, il est toujours possible de modifier une opinion, même profondément ancrée. Il faut bien avouer que son entêtement lui avait plutôt bien réussi car elle est en excellente santé à 76 ans et elle s’apprête à aller vivre au soleil en Amérique Centrale avec mon frère. En effet, sa maison est déjà vendue, tout s’est passé très rapidement. Son taux de cholestérol s’est déjà amélioré, ce qui l’a réconciliée avec son changement de cap concernant les médicaments.

Dans le titre: La pensée ne commence qu’avec le doute.   –  Roger Martin du Gard 
Chez beaucoup d’hommes, la parole précède la pensée. Ils savent seulement ce qu’ils pensent après avoir entendu ce qu’ils disent.   –      Gustave Le Bon 

Vous aimerez peut-être:

  • Je trouve qu’il y a de plus en plus de gens qui démontrent une pensée simpliste, ce qui les amènent à sauter aux conclusions prématurément. Ce t ...

  • Selon plusieurs philosophes, nous ne voyons pas la vie telle qu’elle est, nous avons plutôt tendance à voir une interprétation qui est déformée ...

  • L’optimisme est associé à une meilleure santé et une plus longue vie.  Dans une étude sur des gens ayant subi une crise cardiaque et qui suivaie ...

Partagez!

Exprimez vous!

*