La fin justifie les moyens

tromperie

Lorsque l’on s’interroge sur les valeurs que nous voulons inculquer à nos enfants, nous devrions aussi prendre en ligne de compte le message que la société leur envoie.

Certaines valeurs véhiculées par la société sont dommageables pour le développement des enfants selon plusieurs études.

Il y a d’abord l’idée du succès à tout prix. Cette culture du succès amène les enfants à croire qu’ils doivent absolument réussir pour être reconnus par la société, leurs pairs et même par leurs parents. Les médias érigent le succès comme un but à atteindre, peu importe les moyens ou le prix.  Cette pression du succès crée un besoin désespéré de réussir chez les jeunes. Lorsque ce besoin intense est jumelé avec une culture où la fraude, la cupidité et l’absence de culpabilité sont monnaie courante, les jeunes apprennent qu’ils peuvent user de n’Importe quel moyen pour parvenir à leurs fins.

Les médias projettent ces images de succès à tout prix en nous montrant des exemples de malhonnêteté, de tricherie, de manipulation et de couteaux dans le dos. La téléréalité est un exemple frappant de cette culture. Le mensonge et la tromperie forment la base de ces émissions.

Plusieurs évènements récents nous indiquent que la fraude, les malversations et la corruption sont beaucoup plus fréquents qu’on aimerait le croire. Le sport est aussi victime de cette vision du succès à tout prix et les champions se retrouvent déchus, lorsque l’on découvre qu’ils prenaient des substances illégales. Les jeunes idéalisent ces héros et les prennent comme modèles.

Des études récentes démontrent que pour les jeunes, la fin justifie souvent les moyens. 75% des étudiants interrogés ont rapporté avoir triché lors d’un test, au cours des douze mois précédents. En 1963, seulement 25% des jeunes interrogés déclaraient avoir déjà triché et en 1993, le taux de tricherie était de 50%.

Ce qui est plus inquiétant, c’est que 50% des étudiants de niveau secondaire croient qu’il n’y a rien de mal à tricher. Ils rationalisent la tricherie en déclarant que personne ne peut réussir dans la vie de nos jours, sans tricher. Ils croient qu’une personne totalement honnête ne peut pas réussir dans la vie. Certains se disent prêts à sacrifier leur intégrité pour faire bonne impression. Ils disent être jugés presque exclusivement sur leurs notes et qu’ils n’ont pas le choix de tricher. Les attentes de leurs parents, professeurs et autres adultes les obligent, selon eux à considérer la tricherie comme une option valable pour éviter l’échec.

De plus en plus de jeunes athlètes sont prêts à sacrifier leur santé et même leur vie pour être un ‘’gagnant’’. Des études récentes rapportent  qu’aux États-Unis, entre 4 et 12% des athlètes masculins de niveau secondaire utilisent des stéroïdes. Ils sont influencés en grande partie par les athlètes professionnels et s’ils voient que les bénéfices des stéroïdes sont significatifs, alors que les risques d’être pris sont minimes, ils n’hésiteront pas à en prendre, car à cet âge-là, le sentiment d’Invincibilité est très puissant.

Avec la technologie, les jeunes peuvent tricher de façon encore plus créative qu’auparavant, avec moins d’efforts et moins de chance d’être démasqués. L’internet peut fournir une pléthore de données sur n’importe quel sujet. Certains professeurs en sont rendus à taper des phrases entières des travaux de leurs étudiants dans Google, pour vérifier s’il y a eut plagiat. Il y a aussi des sites internet qui permettent d’acheter des travaux scolaires au lieu de les faire soi-même.

Selon les chercheurs, il y aurait une certaine contagion sociale avec la tricherie. Les jeunes auront plus tendance à tricher si leur entourage triche. Le fait de voir d’autres personnes tricher semble rendre la tricherie plus acceptable. La grande diffusion des différents moyens de tricher ou de frauder, par une vaste variété de tricheurs, allant des politiciens, aux hommes d’affaires en passant par les athlètes professionnels, donne le message aux jeunes que tout le monde triche et qu’ils doivent aussi le faire pour rester au même niveau que les tricheurs.

Il semble que la tricherie pratiquée au secondaire ou à l’université, perdure par la suite à l’âge adulte. Des études récentes indiquent que ceux qui ont triché tôt dans la vie, continueront à tricher plus tard, en mentant aux consommateurs, aux patrons, ou dans leurs relations amoureuses. Ils n’hésiteront pas à faire de fausses déclarations dans leur déclaration d’impôt ni à gonfler leurs réclamations d’assurances.

Il faudrait changer le message qui laisse croire aux jeunes qu’il est correct de mentir, de tricher, d’être irresponsable ou égoïste. La corruption n’est pas un mode de vie très édifiant et la société devrait s’indigner plus facilement et plus fréquemment lorsque nous en voyons des exemples manifestes de fraude ou de malhonnêteté. Sinon, nous lançons le message que la tromperie est justifiée et que, comme dans les téléréalités, la fin justifie les moyens.

La fin justifie les moyens. Mais qu’est-ce qui justifiera la fin ?   –   Albert Camus
Tout ce qui a son prix est de peu de valeur.   –    Friedrich Nietzsche

Vous aimerez peut-être:

Partagez!

Exprimez vous!

*