La faillite morale

moral

L’espèce humaine est capable du meilleur comme du pire. Nous prenons soin l’un de l’autre, nous nous aimons et nous sommes même prêts parfois à sacrifier des organes de notre corps pour venir en aide à un autre humain.

Par contre,  nous pouvons continuer notre route sans arrêter devant un humain en difficulté ou en train de mourir, comme cela se produit  périodiquement sur le mont Everest lors de la course à l’ascension par des personnes ayant payé le gros prix pour y accéder. Ils rationaliseront ce comportement en déclarant que la victime était presque morte, qu’il était trop tard et qu’ils n’auraient rien pu faire sans risquer eux aussi de mourir. Pourtant, d’autres personnes avec un sens moral élevé vont se sacrifier sans y penser pour tenter de sauver quelqu’un.

D’autres humains vont complètement déraper et tuer froidement avant de dépecer leur victime  tout en filmant le tout pour l’afficher sur Internet et atteindre ainsi la célébrité. Ce type de personne décide de faire le mal pour atteindre une certaine renommée, laissant ainsi tomber tout vestige de moralité.

Nous croyons souvent que ce qui nous différencie des autres espèces est notre sens hautement développé de la moralité, notre connaissance de ce qui est bien ou mal. Nous comprenons la souffrance, pas seulement la nôtre mais aussi celle des autres.

Le jugement moral est plutôt consistant d’une personne à l’autre à l’intérieur d’un même culture. Ce qui change énormément par contre c’est le comportement moral. Nous ne respectons pas toujours les règles de notre code moral même si nous les connaissons bien.

La moralité est bâtie sur une fondation d’empathie, la compréhension que ce qui nous fait du mal en fera aussi aux autres. Le sens moral se consolide sous l’influence de la  communauté. Notre entourage nous enseigne ce qui est bien ou mal dès notre tendre enfance et ces enseignements formeront notre code moral.

Certaines communautés imposent des lois pour renforcer les obligations morales, comme la loi du Bon Samaritain qui oblige les gens à porter assistance aux personnes en danger. En général, nous aurons tendance à aider davantage les gens près de nous que ceux qui sont éloignés, en partie parce que les malheurs des personnes qui nous entourent nous semblent plus réels que ceux des pays lointains.

Lorsqu’une personne enfreint le code moral, nous répondons par l’exclusion et si l’infraction est suffisamment grave, nous la bannissons du clan en la mettant en prison pour une durée de temps variable selon la gravité du crime. D’autres pays ont la peine de mort comme ultime châtiment.

Avec tous ces systèmes pour nous garder sur le chemin de la moralité, nous avons tout de même des gens qui violent le code moral. Certains souffrent de maladie mentale grave mais d’autres agissent délibérément et froidement tout en ayant parfaitement conscience que leurs agissement sont immoraux.

Heureusement, la plupart d’entre nous ne commettrons jamais d’actes criminels. Nous sommes plus sujets à enfreindre notre code moral lorsque nous faisons face à une personne qui ne fait pas partie de notre environnement. La déshumanisation est frappante lors de guerres où elle devient essentielle pour que le massacre puisse avoir lieu. Les génocides commis en Yougoslavie, au Rwanda et sous Hitler avaient tous pour base la haine tribale d’un autre groupe.

Nous avons le cerveau et les outils pour dominer notre planète mais la sagesse semble nous venir plus difficilement et nos comportements  ne rencontrent pas encore nos aspirations morales.

C’est à cela que sert un système moral ; il aide à être bon quand on n’est pas très gentil de nature.   –   Laurie Colwin
Ce n’est pas la raison qui nous fournit une direction morale, c’est la sensibilité.    –    Maurice Barrès

Vous aimerez peut-être:

  • J'ai toujours rêvé d'avoir une grande famille. J'ai grandi avec un seul frère, qui avait quatre ans de plus que moi et n'avait absolument aucun ...

  • Depuis l’Antiquité, nous nous soucions énormément de l’importance du bonheur dans notre vie. Les psychologues modernes suggèrent maintenant que ...

  • Nous aimerions tous être considérés comme étant créatifs.  Nous voyons souvent la créativité comme étant un don ou un talent naturel;  être capa ...

Partagez!

Commentaires

  1. Davet Covillon a écrit:

    très interessant article! la faillite morale c’est qqch completement different que la faillite commerciale. On ne la voit pas dans les nouvelles. On n’en parle pas beaucoup, presque du tout, mais il faut dire que la santé morale d’une nation est aussi importante que sa santé économique.

Répondre à Davet Covillon Annuler la réponse.

*