Il n’y a pas de honte à préférer le bonheur

BONHEUR

Lorsqu’un jeune envisage la vieillesse, c’est souvent dans des termes d’articulations raides, de muscles affaiblis, de vision diminuée et de mémoire défaillante. Il n’y a rien de bien réjouissant dans cette perspective.

Pourtant, la vie n’est pas un lent et long déclin vers la décrépitude. Il semblerait que le diagramme de la vie ressemble davantage à un U qu’à une ligne descendante.

Lorsque nous débutons notre vie adulte, nous sommes en général assez positifs et heureux. Ce sentiment se dégrade lentement jusqu’à l’âge mûr, pour atteindre un plancher qui provoque parfois une crise de la quarantaine.

Une fois le fond atteint, notre perspective s’améliore, malgré nos pertes de vitalité, d’acuité mentale et de nos atouts physiques à mesure que nous vieillissons. Ces pertes sont compensées selon une étude, par l’atteinte d’un certain équilibre et une vision plus positive de notre réalité.

En étudiant ce qui rend les gens heureux, les chercheurs ont réalisé qu’il y avait quatre facteurs principaux qui influençaient les résultats; le genre, la personnalité, les circonstances environnementales et l’âge.

Les femmes semblent-ils sont légèrement plus heureuse que les hommes, mais elles sont aussi plus sujettes à la dépression. Un quart à un cinquième des femmes passeront à travers une dépression au cours de leur vie, pour les hommes, c’est un homme sur dix.

Deux traits de personnalité semblent particulièrement  importants; le névrotisme et l’extraversion.  Les personnes névrotiques sont plus sujettes à ressentir de la culpabilité, de la colère et de l’anxiété et à être moins heureuses. Il semblerait que le névrotisme soit un trait de personnalité stable et un bon moyen de prédire le niveau de bonheur d’une personne.

L’extraversion est un trait que l’on retrouve chez les personnes qui sont sociables, aiment les fêtes, les soirées entre amis et qui favorisent le travail en équipe.

Les circonstances de notre vie affectent notre sentiment de plénitude. La qualité de nos relations, notre niveau d’éducation, nos revenus et notre santé ont tous un effet sur nous. Être marié améliore notre sentiment de bonheur, une perte d’emploi le diminue de façon encore plus marquante.

Le dernier facteur est  L’âge.  Selon une étude réalisée en 2006 par Peter Ubel, de l’Université Duke, les gens de 70 ans se disent plus heureux que ne le font les jeunes de 30 ans.

Nous sommes à notre étape la moins heureuse durant la quarantaine et la cinquantaine. Mondialement, notre point le plus bas surviendrait en moyenne vers l’âge de 46 ans.

Des chercheurs du Collège Datmouth ont examiné les données de 72 pays.  Les Ukrainiens atteignent l’âge où ils sont le moins heureux vers 62 ans, les Suisses eux, atteignent le fond du baril  beaucoup tôt, vers 35 ans, mais dans la grande majorité des pays, les gens sont le plus malheureux  dans la quarantaine ou le début de la cinquantaine.

Si on examine le contentement et qu’on sépare les sentiments négatifs des sentiments positifs, on peut voir qu’il y a des variations qui suivent elles aussi la forme d’un U tout au long de notre vie.

Le plaisir et le bonheur diminuent à partir du début de la vie adulte jusqu’à l’âge mûr, pour augmenter par la suite. Le stress augmente au début de la vingtaine, puis diminue rapidement.   L’inquiétude atteint son plus haut niveau à l’âge mûr puis redescend rapidement. La colère est un sentiment qui est plus fréquent au début de la vie adulte, mais il diminue tout au long de notre vie. La tristesse augmente légèrement à l’âge mûr mais régresse par la suite.

En cherchant une cause pour cette baisse de satisfaction dans la quarantaine, plusieurs avenues sont possibles. Les gens de cet âge ont souvent des adolescents. Est-ce que le fait de partager sa vie avec un adolescent revendicateur et d’humeur inconstante rendrait les gens moins heureux? Les gens dans la fleur de l’âge sont généralement plus fortunés. Sont-ils plus heureux parce qu’ils n’ont pas de soucis financiers?

Il semblerait que non. Si l’on examine les données des études en tenant compte de l’argent, du statut d’emploi ou des enfants, la forme en U demeure tout de même.

Les chercheurs en sont venus à la conclusion que ce sentiment de bonheur grandissant que l’on ressent passé le creux de l’âge mûr, serait dû à des changements internes plutôt qu’externes.

Les gens se comportent différemment selon leur âge. Les gens plus âgés se disputent moins et trouvent de meilleures solutions aux conflits. Ils contrôlent mieux leurs émotions, acceptent mieux leurs malheurs et sont moins enclins à se mettre en colère.

Une étude a fait écouter des enregistrements à deux groupes de participants, un groupe jeune et un groupe plus âgé. On a prétendu que les enregistrements étaient des gens qui parlaient en mal des participants. Les jeunes comme les vieux ont été attristés d’entendre les enregistrements, mais les gens plus âgés étaient moins fâchés et moins enclins à porter un jugement, déclarant plutôt qu’ils ne pouvaient pas plaire à tout le monde tout le temps.

La plupart des gens en viennent à accepter leurs forces et leurs faiblesses et réalisent qu’ils n’atteindront pas tous leurs rêves de jeunesse. L’âge nous permettrait de développer une acceptation réaliste de soi, ce qui évite les déceptions et les désillusions.

Peut-être que le point le plus bas de notre vie est lorsque nous regardons derrière nous et constatons que nous n’avons pas tout fait ce dont nous rêvions. La déception peut être vive de ne pas avoir réalisé un potentiel que nous croyions posséder. Nos idéaux et nos rêves sont cruciaux pour nous donner de l‘énergie et nous propulser dans notre vie d’adulte.

Une fois l’âge mûr atteint, la mer est plus calme, nos attentes moins utopiques et notre tempérament s’est adouci. On pourra aller de l’avant et recommencer  à être heureux lorsque l’on réalisera que ce n’est pas fini et qu’avec les outils acquis de notre expérience, nous pouvons planifier, de façon réaliste cette fois-ci, ce que nous allons faire du temps qui nous reste.  Et nous serons plus heureux aussi.

Dans le titre:  Il n’y a pas de honte à préférer le bonheur.   –   Albert Camus
Être vieux est merveilleux, si seulement on n’oublie pas ce que signifie commencer .   –   Theodor Herzl

Vous aimerez peut-être:

  • Depuis l’Antiquité, nous nous soucions énormément de l’importance du bonheur dans notre vie. Les psychologues modernes suggèrent maintenant que ...

  • Le terme ‘’mourir de honte’’ est très puissant mais tout à fait adéquat lorsque l’on se retrouve dans une situation complètement embarrassante; ...

  • Je ne sais pas pour vous, mais moi j'ai de la difficulté à définir le bonheur. Est-ce un état permanent, continu, ou bien seulement de petits m ...

Partagez!

Exprimez vous!

*