Gonflés à bloc

ESTIME DE SOI

Lorsque le terme estime de soi a été introduit pour la première fois en 1890 par le philosophe et psychologue  William James, on estimait que l’on pouvait mesurer objectivement l’estime de soi en établissant le ratio entre les buts d’une personne et ce qu’elle réussissait à accomplir. Il y avait donc la nécessité de réussir quelque chose pour avoir une estime de soi. Chez l’enfant, l’on voyait le développement de l’estime de soi comme apprendre à fonctionner correctement en société. L’important était d’avoir une perception juste de soi-même et de ses capacités pour atteindre ses objectifs et avoir du succès.

De nos jours, l’estime de soi est devenue quelque chose de complètement différent. Il n’y a plus la notion de bien faire quelque chose ou de progresser vers un but. Au contraire, aujourd’hui, nous avons éliminé tout effort du concept de l’estime de soi pour ne conserver que le sentiment de se sentir bien.

Nous traitons maintenant nos enfants comme s’ils étaient des objets fragiles. Autrefois, pour être considéré comme exceptionnel, il fallait montrer un talent indéniable ou des prouesses sportives ou alors être reconnu comme un atout pour la communauté. De nos jours, chacun est exceptionnel, simplement parce qu’on le lui répète constamment.

La croyance qu’une haute estime de soi nous amène à être plus heureux serait fausse selon de nombreuses études. À trop gonfler l’estime de soi par des compliments et des renforcements exagérés, nous avons créé des personnes avec des tendances narcissiques très prononcées, qui s’imaginent que la planète tourne autour d’eux et que tout leur est dû.

Il est tout aussi malsain d’avoir une estime de soi démesurée que d’en manquer. Selon une étude de Nicholas Emler de l’Université de Surrey en Angleterre; les gens avec une estime de soi extrêmement faible sont plus sujets à souffrir de dépression, de troubles alimentaires et à avoir des tendances suicidaires. Les gens avec une estime de soi gonflée sont parfois violents, racistes ou même criminels.

Un scientifique qui pendant de nombreuses années a été un pionner de l’estime de soi, Roy Baumeister de l’Université d’état de la Floride, a finalement répudié ses proches recherches antérieures et a démontré qu’il est faux de prétendre qu’une haute estime de soi fat de meilleurs étudiants, de meilleurs travailleurs ou des gens plus en santé.

Il recommande maintenant aux gens d’oublier l’estime de soi et de se concentrer davantage sur le contrôle de soi et la discipline personnelle. Ces objectifs seraient bénéfiques à l’individu et à la société et nous permettraient d’atteindre le véritable sens de l’estime de soi tel que conçu par William James, à savoir que c’est une mesure objective de notre caractère et de nos performances.

L’amour-propre est un ballon gonflé de vent dont il sort des tempêtes quand on y fait une piqûre.     –   Voltaire
On surestime ce que l’on n’est pas et on sous-estime ce que l’on est.    –     Malcolm Forbes

Vous aimerez peut-être:

Partagez!

Exprimez vous!

*