Faire face aux obstacles

difficulté
Notre cerveau aime les défis et rencontrer quelques obstacles le long de notre route contribue à nous rendre plus créatifs. Le cerveau répond mieux aux difficultés que ce que l’on croit. À l’école, les professeurs et les élèves ont tendance à croire que si un concept a été assimilé facilement, alors la leçon est un succès.

Pourtant, de nombreuses études démontrent que lorsque la matière est difficile à absorber, les élèves retiendront davantage d’informations, s’en souviendront plus longtemps et atteindront un niveau de compréhension plus approfondi.

On appelle ce concept des “difficultés désirables”. Cela représente la notion contre-intuitive que l’apprentissage devrait être rendu plus difficile, en espaçant les sessions par exemple, pour que les élèves aient à faire un effort pour se remémorer ce qu’ils ont appris durant la session précédente. Des psychologues de l’Université Princeton ont découvert que les étudiants se souvenaient mieux du matériel lu, s’il était imprimé avec une police de caractères peu attrayante.

Des chercheurs de l’Université d’Amsterdam ont récemment mené une série de tests pour analyser l’effet des obstacles sur notre processus de pensée. Dans un de ces tests, les participants devaient résoudre des puzzles d’anagrammes alors que l’on créait un obstacle à leur concentration en lisant à haute voix une série de chiffres aléatoires. Un groupe de contrôle accomplissait la même tâche sans obstacle.

Les sujets qui avaient rencontré un obstacle ont démontré une plus grande agilité cognitive et ils étaient plus susceptibles de faire des associations créatives et inhabituelles.

Les chercheurs ont aussi trouvé que lorsque les gens devaient faire face à des difficultés inattendues, ils réagissaient en augmentant leur champ de perception, en reculant mentalement pour ainsi mieux voir l’ensemble la situation. C’est un peu comme si notre route habituelle pour nous rendre au travail était bloquée et que nous ferions surgir dans notre esprit, une carte de la ville afin de modifier notre trajet.

Nous avons tendance à croire que le bonheur, c’est la liberté, mais sans obstacle à nos désirs, il est plus difficile de savoir ce que nous voulons vraiment, ou dans quelle direction aller.

Un autre obstacle au bonheur, croyons-nous généralement, est l’argent. Les gens présument que l’argent les rendra heureux. Pourtant de nombreuses études démontrent qu’au dessus d’un certain revenu, souvent fixé autour de 75 000$ dans les pays industrialisés, il n’y a pas de relation réelle entre l’argent et le bonheur.

Même si les gens plus riches peuvent se procurer plus facilement presque tout ce qu’ils désirent, ils sont tout aussi susceptibles d’être malheureux que la classe moyenne.

La facilité d’acquisition est en fait le problème. Le psychologue Robert Kenny a étudié l’état d’esprit des gens super riches. Sur 165 foyers, la plupart ayant une valeur nette de 25 millions de dollars ou plus, plusieurs des sujets étaient submergés et déconcertés par les options presque infinies qui s’offraient à eux, grâce à leur argent. Ils avaient de la difficulté à cerner ce qu’ils devaient désirer, ce qui créait une perplexité existentielle.

De notre côté de la clôture, nous pourrions bien nous dire que nous aimerions avoir ce genre de problèmes, mais il faut réaliser que le gazon n’est pas nécessairement plus vert chez le voisin. Notre société actuelle nous offre beaucoup d’occasions de rendre notre vie plus facile. Nos vies sont moins régies par les conventions sociales qu’il y a une centaine d’années. Nous pouvons nous déplacer plus facilement et plus rapidement. La vie de tous les jours est moins astreignante, grâce aux appareils et gadgets qui réduisent nos efforts et nous pouvons communiquer avec des centaines d’amis avec un clic de la souris. Les obstacles disparaissent autour de nous. Nous ne voudrions pas retourner en arrière et tout accomplir à partir de rien, comme nos prédécesseurs, mais nous devons nous rappeler que certains obstacles peuvent nous être utiles.

Parfois la voie de l’accomplissement passe par la voie de la difficulté plutôt que la voie de la facilité.

Il n’y a qu’une morale: vaincre tous les obstacles qui nous empêchent de nous surpasser. –   Louis Pauwels
J’ai peur que nous ne marchions vers une espèce de paradis à ras de terre où, nos pieds ne rencontrant plus d’obstacles, nos ailes n’auront plus d’emploi.    –   Gustave Thibon

Vous aimerez peut-être:

  • Comment laisser filer le bonheur entre nos doigts? S’imaginer tout d’abord qu’il n’arrivera que lorsque tout sera parfait. Qu’il faut au préalable ...

  • Nous vivons de plus en plus vieux. L’espérance de vie moyenne a atteint 79 ans pour les hommes et 83 ans pour les femmes au Canada. Pourquoi cer ...

  •     Même les meilleurs plans exigent parfois d'être modifiés en cours de route. Tendre Moitié et moi avions notre futur tout pla ...

Partagez!

Exprimez vous!

*