Être estimable

mérite

L’estime de soi est importante mais jusqu’à quel point y a-t-on accordé une trop grande place dans notre société d’aujourd’hui?

Je lisais récemment un article d’une enseignante qui relatait que certains étudiants n’hésitent pas à contester et à réclamer une meilleure note que celle qu’ils ont reçu, simplement parce qu’ils en ont envie. Ils ne semblent pas faire la relation entre leur performance et leur résultat. On parle ici de jeunes universitaires dans la vingtaine.

Nous sommes dans la génération de l’estime de soi. Lorsque j’ai eu Charmante Ado, tous les manuels sur les enfants et la famille mentionnaient l’importance capitale d’une bonne estime de soi. Nous avons alors, comme parents, eu tendance à féliciter et à complimenter notre progéniture à tort et à travers. Certaines équipes sportives sont devenues ‘’participatives’’ et tout le monde recevait un trophée, une médaille ou un ruban.

La volonté de stimuler le développement de l’estime de soi est venue de nombreuses études rapportant que les jeunes avec une meilleure estime de soi avaient de meilleurs résultats scolaires, étaient moins sujets à prendre de la drogue, ou à avoir des problèmes de délinquance. Dans les années 1980, des programmes ont été mis en place pour développer l’estime de soi chez les enfants.

Le problème avec cette approche, est qu’elle part d’une déduction erronée. Il est faux de croire que si l’estime de soi est souvent jumelée à de bons résultats dans la vie, que c’est précisément cette bonne estime qui cause ces résultats.

Au contraire, la grande majorité des études viennent à la conclusion que ce sont les efforts pour obtenir de bons résultats scolaires et pour être compétent dans un domaine qui augmentent l’estime de soi. Le mot clé ici est effort.

Ce n’est pas en disant constamment à un enfant qu’il est bon, qu’il est le meilleur. quels que soient ses efforts, que cela améliorera son estime de soi. Charmante Ado a su très jeune faire la différence entre des compliments et des félicitations à tout vent et ceux qui étaient réellement basés sur ses efforts. Si on lui disait qu’elle avait été bonne dans quelque chose, elle nous expliquait précisément et en détails les éléments qu’elle avait ratés. Elle n’appréciait pas du tout ce genre d’encouragement.

Par contre, si on lui expliquait exactement dans quel domaine elle avait bien fait, elle acceptait et reconnaissait que ce qu’elle avait fait était bien ou mieux que la fois précédente. Elle a participé à des sports où tout le monde recevait une médaille et elle n’a pas apprécié, car disait-elle;  »Ça ne vaut rien si tout le monde a la même chose, y compris ceux qui n’ont absolument rien fait ». Elle a trouvé que ce type de programme dévaluait les efforts car cela n’avait aucune importance. Ceux qui n’écoutaient pas ou ne faisaient aucun effort obtenaient  eux aussi leur médaille.

En tentant d’augmenter l’estime de soi chez les jeunes sans y associer la valorisation de l’effort, nous n’avons réussi qu’à créer ce qu’on appelle maintenant des enfants-rois. Ces jeunes grandissent en pensant que toutes leurs performances sont exceptionnelles car c’est ce qu’on leur a toujours dit.

Ces jeunes, une fois adultes, ont de la difficulté à accepter la critique, les conseils et les exigences demandant de l’effort. Est-ce que nous leur avons vraiment rendu service? Quel employeur sera intéressé par ce type de personne qui a une vision fausse d’elle-même et se glorifie sans raison? Ils réussiront probablement à développer une vision plus réaliste de la vie et de leur personne, mais au prix de quels échecs et quelles déceptions?

Il est arrivé que Charmante Ado soit moins qu’enthousiaste à mon commentaire suite à une de ses performances. Par contre, si je lui dis qu’elle a été bonne au basketball, au piano ou dans un autre domaine, elle a la conviction que cela vaut vraiment quelque chose car je ne le dis si je ne le crois pas. Je vais l’encourager et la soutenir mais je ne prétendrai pas qu’elle est meilleure qu’elle ne l’est.

En marge de tout cela, Charmante Ado a été choisie par son école pour représenter sa classe demain au Centre Bell, pour L’Heure des Enfants, une activité qui célèbre l’école et la réussite sous toutes ses formes. Elle a été choisie pour ses efforts, sa persévérance, son initiative et son implication. Elle est donc vraiment contente et fière de cet honneur.

Nous ne sommes pas tous exceptionnels mais nous pourrions peut-être le devenir en y mettant les efforts. Ce serait beaucoup plus valorisant pour l’estime de soi que tous les compliments vides de contenu.

La critique, c’est comme la douleur. Elle n’est pas agréable, mais elle a pour fonction d’attirer l’attention sur une chose qui doit être soignée.     –     Winston Churchill
Importance sans mérite obtient des égards sans estime.     –    Sébastien Roch, dit Nicolas de Chamfort

Partagez!

Exprimez vous!

*