Écart de langage

béluga

On a publié ces jours-ci un enregistrement d’un Béluga nommé NOC. NOC était un jeune mâle en 1977, lorsqu’il fut capturé par le Navy Mammal Program à San Diego. Après sept ans, NOC se mit à émettre des sons que les plongeurs ont confondus avec des paroles humaines.

Cela ressemblait à deux personnes qui discutaient à une certaine distance, juste au-delà de la limite pour être compris par ceux qui écoutaient. Un plongeur est même revenu à la surface après avoir cru entendre l’ordre de sortir de l’eau (Out, out, out!).

Peu de temps après, les chercheurs se sont aperçus que les sons venaient de NOC. Ils ont fait plusieurs tests pour trouver comment il parvenait à faire de tels sons.  NOC avait eu maintes opportunités pour entendre la parole humaine; il avait entendu des gens parler à la surface mais avait aussi entendu des paroles sous l’eau venant des appareils des chercheurs qui donnaient des consignes aux plongeurs.

NOC cessa de produire ce genre de sons après quatre ans en atteignant sa maturité, mais il demeura très vocal pour le reste de sa vie, qui dura trente ans. Il est décédé il y a cinq ans.

La documentation et les enregistrements de cette étude tombèrent dans l’oubli pendant près de 25 ans, avant d’être publié cette semaine par Sam Ridgeway et ses collègues dans le journal Current Biology.

Comme on peut l’entendre sur l’enregistrement ci-dessus, NOC n’était pas très doué pour la parole humaine. Il faut comprendre que les baleines et les dauphins ne possèdent pas de larynx. Le béluga a dû travailler avec les outils qu’il avait pour produire cette séquence qui imite la parole humaine. Pour produire ces sons, Noc  devait varier la pression de l’air dans ses passages nasaux tout en faisant vibrer ses lèvres phoniques (des valves ressemblant à des lèvres) et en procédant au  surgonflage des sacs vestibulaires sous son évent. De tels efforts demandaient une certaine motivation d’établir un contact.

Ces bruits ne font pas partie du répertoire habituel de sons qu’un béluga utilise avec les autres bélugas. Les sons étaient plus bas de plusieurs octaves et la cadence était semblable au rythme de la parole humaine.

Un perroquet peut parler, mais une baleine qui parlerait deviendrait beaucoup plus fascinante, principalement à cause de la taille de son cerveau. Cela porte à croire qu’elle pourrait avoir quelque chose d’intelligent à dire. Malheureusement, on n’a trouvé aucun sens à ces bruits et les chercheurs s’entendent pour croire que NOC ne faisait qu’imiter les sons des humains. On appelle souvent les Bélugas, les canaris de la mer, parce qu’ils sont très vocaux.

Récemment,  Lou Herman, un chercheur travaillant avec deux dauphins captifs à Hawaï, a créé un langage de signaux et de gestes. Avec ce langage artificiel, il a pu établir que ses deux dauphins comprenaient les nuances de la grammaire et du temps. Ses élèves ont aussi répondu à des questions et démontré une cognition capable d’anticipation  et de pensée abstraite.

Un autre chercheur,  Hal Whitehead, de l’Université de Dalhousie en Nouvelle-Écosse, a utilisé un hydrophone pour identifier cinq clans différents de cachalots dans l’océan Pacifique. Chaque clan se distingue par ses séquences de ‘’clics’’ de communication, qui sont aussi particuliers à un clan que les accents régionaux pour les humains.

Un béluga qui s’amuse à imiter les humains n’est pas assurément une tentative de communication très profonde. J’aime toutefois penser qu’un jour nous serons capable de déchiffrer le langage des baleines et des dauphins. Avant d’être distraite par d’autres opportunités de carrière, Charmante Ado a longtemps voulu devenir biologiste marin pour découvrir ce langage. De ce temps-ci, elle vacille entre avocat et zoologiste.

Personnellement, si j’avais de nouveau seize ans, je ferais certainement carrière comme biologiste marin. Mon expérience comme bénévole au Mote Marine Laboratory de Sarasota en Floride m’avait vraiment passionnée et ouvert de nouveaux horizons sur les mammifères marins.

Le langage est source de malentendus.   –   Antoine de Saint-Exupéry

Vous aimerez peut-être:

  • J’ai lu un article fort intéressant sur le langage des animaux dans LiveScience. Je vous en traduis les grande lignes ici. Le vidéo ci-bas est ...

  • J’ai lu un article intéressant récemment dans le New York Times.  Selon cet article, il semblerait que le fait d’être bilingue nous rendrait plu ...

  •   J'ai ajouté un objectif à mes projets pour 2012 suite à ma découverte d'un site qui offre des cours en ligne. Le site codecademy.com  ...

Partagez!

Exprimez vous!

*