Conciliabule avec mon Alter Ego

jeune moi

À mon âge, un samedi soir agréable consiste souvent à lire un bon livre, bien confortable en pyjama pendant que Tendre Moitié et Charmante Ado passent du temps sur leurs ordis ou nettoient ensemble les aquariums.

Si je pouvais parler à mon moi de 20 ans, et lui décrivait la soirée qui l’attendait plus de trente ans dans le futur, je suis certaine qu’elle serait horrifiée de voir que sa vie deviendrait si…ennuyante. Mon alter ego se demanderait sûrement ce qui a pu m’arriver pour que la lecture d’un livre un samedi soir puisse être qualifié de très bonne soirée.

La réponse est simplement que nous grandissons et vieillissons. En cours de route, ce qui nous rend heureux évolue tout doucement pour devenir quelque chose de très différent de ce que l’on envisageait plus jeune.

Des études récentes réalisées par trois psychologues ont évalué comment le sentiment de bonheur change avec l’âge. Douze millions de blogues personnels ont été examinés pour voir quelles émotions étaient mentionnées par les blogueurs lorsqu’ils parlaient de bonheur, de satisfaction et de contentement.

Les résultats ont démontré que les blogueurs plus jeunes décrivaient leurs expériences  heureuses comme étant des périodes où ils se sentaient excités, extatiques ou exaltés. Pour les jeunes, le bonheur c’est l’anticipation et la réalisation de nouveaux accomplissements, trouver l’âme sœur, progresser dans sa carrière ou acheter sa première maison.

Les blogueurs plus âgés avaient plus tendance à décrire leurs expériences agréables comme des moments paisibles, relaxants, calmes ou qui leur procuraient du soulagement. En vieillissant, nous découvrons que notre bonheur est souvent en relation avec nos responsabilités et le désir de maintenir nos acquis; une bonne relation avec notre conjoint, rester en santé et avoir une certaine sécurité financière.

Selon les chercheurs, ce changement d’attitude; de la poursuite d’activités excitantes à la recherche de quiétude est causé par notre tendance à vivre de plus en plus dans le moment présent à mesure que nous vieillissons. Les jeunes se concentrent sur le futur parce qu’ils ont toute leur vie devant eux, ils cherchent la nouveauté et se sentent capables de tout. Lorsque notre temps devient plus limité, nous commençons à chercher notre bonheur dans notre environnement et nos circonstances présentes.

Une autre manière d’envisager ce changement d’état d’esprit est de le voir comme une évolution graduelle entre une attitude de promotion (envisager des objectifs selon ce qu’ils peuvent nous apporter) à une attitude de prévention (considérer des objectifs en cherchant à éviter les pertes).

Une attitude de promotion suggère que l’on encouragera la créativité, la vitesse, l’innovation et le risque. Plus jeunes, nous sommes motivés par les opportunités, la croissance, l’avancement et la possibilité d’exprimer notre créativité, tout en appréciant les compensations monétaires.

En vieillissant, nous glisserons vers une attitude de prévention où nous privilégierons l’exactitude, la minutie, la persistance, et une planification minutieuse. Nous serons alors plus motivés par la sécurité financière, le sentiment de compétence, le souci d’éviter les erreurs et de protéger ses acquis.

Voilà pourquoi mon moi présent n’est plus attiré par les activités dangereuses et mouvementées, préférant maintenant le calme et la tranquillité. Je garde tout de même un pied dans le monde antérieur avec Charmante Ado qui raffole des descentes de rivières en rapide, de montagnes russes et de nuits à rester éveillée pour ne rien manquer de la vie.

Finalement, mon moi de 20 ans ne me trouverait probablement pas si croulante que cela.

L’attitude, non pas les circonstances extérieures, détermine le bonheur.    –   Rebecca Wells
L’attitude est le pinceau de l’esprit. Elle colore toutes les situations.   –   Alexander Lockhart

Vous aimerez peut-être:

Partagez!

Exprimez vous!

*