Chute de civilisation

déclin

Il y avait un film très intéressante aujourd’hui sur le Canal D. Cela s’appelait « Après l’apocalypse » et  relatait ce qui pourrait survenir suite à une pandémie de grippe mortelle. Nous suivions un couple de Los Angeles et leur fils d’une douzaine d’années qui doivent quitter la ville lorsque tous les services cessent de fonctionner, il n’y a plus d’eau, les cadavres jonchent les rues et  les pilleurs envahissent les maisons.

Le documentaire couvre une période de vingt-cinq ans et est vraiment le pire scénario possible. Des millions de personnes meurent de la grippe, la civilisation s’effondre,  remplacée par la violence et la philosophie du chacun pour soi.

J’ai lu quelques critiques qui relatent que les moyens de survie utilisés par la famille ne sont pas toujours les moyens les plus judicieux. Effectivement, le père prend parfois des décisions quelque peu douteuses, mais après tout, il est un citoyen ordinaire qui ne pensait pas se retrouver dans une situation de survie.

Il est aussi facile de me dire dans le confort de mon salon, que je pourrais faire mieux. Je me suis souvent demandé comment je réagirais face à une catastrophe naturelle, une attaque nucléaire ou une pandémie. Je crois que nous nous imaginons tous que nous saurions bien réagir et prendre les bonnes décisions et je ne fais pas exception à la règle.

Un côté de ma personnalité est que j’ai tendance à m’inquiéter de ce qui POURRAIT arriver et d’imaginer de façon très détaillée les scénarios et conséquences possibles. La majorité des choses que j’imagine possibles ne se produisent jamais. Est-ce que je m’inquiète pour rien alors? Pas vraiment, car au fond de moi, je sais bien qu’il y a très peu de chances que certaines choses surviennent.

Par contre, une fois que quelque chose survient vraiment, je suis très efficace et prête à l’action. Je ne gaspillerai pas du temps et des efforts à geindre ou à me demander pourquoi c’est arrivé. Je passe en mode action immédiatement et je CHERCHE et trouve des solutions, que je met en application sans tarder.

Je crois que tous ces petits films de mini-catastrophes que je me crée dans ma tête, m’aident à réagir car j’ai déjà prévu quoi faire dans telle et telle circonstance.

Dans ce documentaire, on voit sur une période de 25 ans la société régresser au niveau des années 1900. Il n’y a plus d’essence, plus d’électricité, l’agriculture se fait à très petite échelle avec les quelques animaux de traits qui ont survécus. Les gens meurent faute d’antibiotiques, les écoles concentrent leur enseignement sur les choses qui ont une application pratique.

On y dit que si une telle hypothèse survenait vraiment, les grandes villes seraient abandonnées et ne seraient jamais rebâties, car on ne peut tout simplement pas y survivre sans les infrastructures et les services d’une société moderne.

Est-ce que notre mode de vie hyper technologique disparaîtra un jour suite à une catastrophe de ce genre? C’est possible, j’imagine, mais je n’y crois pas trop. Par contre, le documentaire insiste beaucoup sur le fait que nous ne sommes tout simplement pas prêts à affronter une catastrophe d’envergure.  Est-ce de la confiance en l’avenir, de l’aveuglement ou de l’insouciance?

Durant le documentaire, plusieurs spécialistes font une narration sur la survie des sociétés lors de catastrophes. On y parle entre autres de l’effondrement de certaines sociétés à travers les âges. Tout cela m’a amenée à me procurer un livre sur les causes de la chute de l’Empire Romain; Ancient Rome: The Rise and Fall of an Empire, de Simon Baker. Plus de 400 pages de lecture à venir.

Des catastrophes « arrivent ». Puis, elles « sont arrivées ». Et on passe à autre chose.   –  Hubert Reeves
La crainte d’une catastrophe est souvent plus douloureuse que sa révélation, car, ou le mal certain est irrémédiable, ou, s’il est connu à temps, il peut être réparé.   –   William Shakespeare

Vous aimerez peut-être:

  • Je suis tombée récemment sur un vieil article datant de 2004 sur la chance et les gens chanceux, ce qui m’a amenée à lire un livre du psycho ...

  • Dès que j'ai su lire, la lecture est devenue une passion. Je dévorais tout ce qui me passait sous la main. Chaque début d'année scolaire, je lis ...

  • Il est difficile de changer les habitudes des gens. Je viens de tomber sur une expérience qui date de 2009 mais dont je n’avais pas eu connaissa ...

Partagez!

Exprimez vous!

*