Ce sont les poules qui vont être contentes!

poulet synthétique

Il y a quelques jours, je vous parlais de la recherche en cours pour créer de la viande synthétique.  Je viens de découvrir un troisième joueur dans ce domaine fort prometteur et celui-ci a actuellement déjà commencé la commercialisation de son produit.

Cette compagnie du Maryland aux États-Unis,  Beyond Meat, dont le fondateur est Ethan Brown, (à ne pas confondre avec Patrick Brown,  de l’université Stanford, dont je vous ai déjà parlé et qui travaille aussi sur la viande synthétique), semble prendre les devants dans la course à la création d’un substitut de viande.

Ethan Brown  dit adorer le goût de la viande, mais ayant grandi sur une ferme, il est devenu convaincu qu’on devait trouver une autre solution que de tuer les animaux. Il est végan (comme Patrick Brown) depuis plusieurs années. Il a d’abord travaillé dans le domaine de l’énergie propre.

Il a formé sa compagnie  en 2009, avec deux scientifiques de l’université du Missouri, Fu-Hung Hsieh et Harold Huff,  qui travaillaient déjà à créer un substitut de viande depuis une dizaine d’années.

Le poulet synthétique de Beyond Meat ne contient aucun gras animal, ni stéroïdes, hormones ou antibiotiques. Les ingrédients principaux sont une protéine de soya, une protéine de pois, de la fibre de carottes et de la farine sans gluten. On forme une pâte liquide avec cette poudre, ensuite on la chauffe pour finalement la passer dans une machine ressemblant à une machine à faire des pâtes, avant de la refroidir.

Pour obtenir la bonne texture, il a fallu raffiner la technique en identifiant des températures bien précises pour le chauffage et le refroidissement ainsi que la quantité de pression nécessaire dans la machine. Ceci permet aux protéines de s’aligner de manière à livrer un produit qui est pratiquement impossible à différencier d’une protéine animale.

Le poulet synthétique est déjà en vente dans le nord de  la Californie,  par l’intermédiaire de la chaîne de supermarchés Whole foods. Quelques magasins de la chaîne Roots Market, dans l’ouest du Maryland ont aussi commencé à offrir le produit.  Pour le moment, il est déjà intégré à des produits préparés, comme des salades ou des sandwichs. D’ici  la fin de l’année, la compagnie prévoit mettre en vente dans quelques magasins, des lanières de poulet synthétique que les gens pourront apprêter eux-même à la maison. L’étape suivante, prévue pour 2013 est une commercialisation à la grandeur des États-Unis.

À  San Francisco, le faux poulet vendu chez Whole Foods est disparu des tablettes très rapidement, celui du district Haight-Ashbury a vu son inventaire prévu pour la semaine partir en deux jours.

Le boeuf est plus difficile à réaliser, principalement parce que les gens s’attendent à ce que la viande soit rouge. Beyond Meat pense à ajouter du jus de betterave ou autre colorant naturel, mais s’interroge  sur la pertinence de donner une apparence ‘’sanguine’’ à de la fausse viande. Le faux boeuf devrait être mis en marché dès cet automne.

Beyond Meat encourage fortement les détaillants à placer leurs produits de viande synthétique directement dans l’étalage des viandes, au lieu de les placer avec le tofu et autres substituts. Il envisionne un futur où le comptoir de viandes des supermarchés sera plutôt appelé le comptoir de protéines.

Même si le prix n’est pas encore fixé, Beyond Meat prévoit que les lanières de poulet synthétique se vendront à un prix moindre que le poulet véritable.

Dans un vidéo que vous pouvez visionner ici, réalisé en mars 2012, Mark Bittman, chroniqueur au journal New York Times, visite Beyond Meat et crée même du faux poulet qu’il goûte ensuite. Il annonce alors que le goût est plutôt fade mais que la texture est bonne. On lui sert par la suite des plats préparés avec du vrai poulet et d’autres avec du poulet synthétique. Il a été  incapable de discerner le vrai du faux, allant même jusqu’à se tromper deux fois de suite avec les wraps au poulet. Notons ici que ce chroniqueur travaille dans le domaine de la nourriture et  a écrit plusieurs livres sur l’alimentation.

Voici donc une compagnie qui semble promise à un grand avenir, même que deux des fondateurs de Twitter, Evan Williams et Biz Stone y ont investi une certaine somme.

 

Manger est humain, digérer est divin.   –   Charles T. Copland 
Tu as le droit de tuer un animal pour t’en nourrir à condition que ta joie de le manger soit plus grande que la joie qu’il avait à vivre.   –    Proverbe hindou

Vous aimerez peut-être:

  • Ayant hérité des gènes de ses parents. Charmante Ado a une certaine tendance à l'embonpoint. Sa grande taille et l'exercice physique qu'elle dép ...

  • J’ai reçu la visite de deux agents de la SPCA aujourd’hui. Il semblerait qu’un voisin se soit plaint des aboiements de Tête de Mule. Je ne vous ...

  • J’ai lu cette semaine un article dans le journal La Presse, où on avait demandé à la chroniqueuse de partager ses contradictions. Je trouve l’ex ...

Partagez!

Exprimez vous!

*