Ce que je crois que je veux

savoir ce que l'on veut vraiment

Lorsque je travaillais pour une compagnie dans un lieu de travail  qui me demandait de passer près de trois heures en voiture pour m’y rendre et en revenir, je regardais Tendre Moitié qui était travailleur autonome et je me disais que c’était ce que je voulais.

Je suis maintenant travailleur autonome depuis deux ans. Je ne regrette pas ce changement car cela a grandement amélioré ma qualité de vie, même si cette voie est moins avantageuse et sécuritaire financièrement.

Périodiquement je m’interroge sur ce que je veux vraiment. Je sais ce que je veux dans mon avenir; guider Charmante Ado vers la vie adulte, garder le même niveau de vie (assez simple), donc voir à maintenir ou augmenter nos revenus, avoir une retraite graduelle où les voyages figureraient de façon importante, et demeurer en santé en vieillissant.

Tous ces objectifs impliquent des actions présentes pour s’assurer que ces désirs pourront être réalisés dans le futur. Je m’en sors assez bien de ce côté là.

Là où il m’arrive de m’interroger, c’est sur ce que je veux présentement.  Le problème est que je ne sais pas vraiment quels sont mes désirs actuels.

Je me livre parfois à un jeu qui consiste à me demander ce que je ferais avec trois souhaits alloués instantanément par un quelconque génie. Invariablement, le premier souhait serait que notre petite famille de trois soit en parfaite santé et dans une forme splendide. Ce critère nous permettrait alors d’accomplir énormément de choses désirables, plus ou moins identifiées en ce moment. Je souffre d’arthrite et d’une maladie immunitaire chronique qui m’incommode fortement par épisodes, Tendre Moitié a un genou qui devrait être remplacé, mais il y a une foule de contre-indications à l’opération et Charmante Ado a aussi un problème de genou, hérité du basketball.

Je n’arrive habituellement pas à me décider avec les deux autres souhaits. Je pourrais bien sûr demander d’être riche ou sans souci financier, mais je ne crois sincèrement pas que cela augmenterait mon niveau de bonheur. Donc, qu’est-ce que je veux vraiment en ce moment même? Comment satisfaire un désir que l’on n’arrive même pas à identifier?

Si ce n’était d’un vague sentiment d’insatisfaction, je pourrais me contenter de ma vie présente en me disant qu’elle me comble, mais il y a ce petit inconfort qui me chuchote qu’il manque quelque chose. C’est quand même incroyable que la perspective de pouvoir obtenir magiquement n’importe quel désir ne me soit pas d’une aide véritable.

Mon problème est que j’ai une foule d’objectifs à long terme mais très peu d’objectifs à court terme. Je travaille constamment pour des bienfaits futurs et une petite voix intérieure se plaint que ceci est très bien mais qu’il manque des satisfactions, des gratifications, du plaisir dans ma vie actuelle.

C’est un peu comme les gens qui travaillent comme des damnés pendant des dizaines années en sacrifiant loisirs, familles et amis, pour avoir une retraite de rêve. Ils étouffent leurs désirs présents pour un gain futur. Reste à savoir si les amis , la famille et même leur propre personne seront encore là pour jouir de tous les fruits de ce travail, une fois le moment enfin arrivé.

Une Bucket List est un exercice d’objectifs à plus ou moins long terme, des choses que nous voulons vraiment. Toutefois, une grande partie de ces réalisations impliquent beaucoup d’efforts et de travail sur une longue période de temps, comme d’écrire un article de blogue par jour pendant un an ou travailler à se remettre en forme. La progression vers un objectif complété apporte une certaine satisfaction sinon un plaisir actuel.

Je crois que ce que je recherche vraiment, c’est d’avoir plus de plaisir et de satisfaction dans ma vie actuelle; quotidiennement, sans que cela demande nécessairement un effort important. Sans tomber dans les théories Nouvel Âge ou ésotériques, je dois m’accorder des moments de plaisir pour satisfaire cette petite voix insistante qui exige qu’on lui fournisse quelque chose à apprécier.

J’ai un sentiment du devoir assez prononcé et je vais habituellement m’assurer que tout ce que je « devrais » faire soit complété avant de considérer faire quelque chose juste pour le plaisir. Je pense finalement, que c’est ce à quoi que ma petite voix réfère.

C’est bien beau le sentiment de responsabilité et du devoir, mais il y a aussi un petit récipient dans notre être intérieur, marqué « satisfaction immédiate » ou « plaisir personnel  » qui DOIT lui aussi être rempli chaque jour.

En discutant de ceci avec Tendre Moitié à l’instant, nous relevons une différence fondamentale entre nous deux. Tendre Moitié ne perd jamais de vue l’équilibre entre les obligations et le plaisir alors que j’ai tendance à ne penser à moi qu’une fois TOUTES les obligations (réelles ou imaginaires) remplies. Je me retrouve fréquemment à onze heures ou minuit en me disant « Ouf, c’est fini, j’ai maintenant un peu de temps pour moi », pour réaliser que la journée est terminée et que tout recommencera le lendemain.

Un autre exemple flagrant est l’heure du repas. Tendre Moitié aime relaxer et jaser à table après le repas. « J’aime » (ou je crois devoir) tout nettoyer pour continuer avec mes prochaines tâches. Il y a un certain milieu à rechercher je crois.

Si je m’accordais une heure juste pour moi et mes désirs, je la passerais probablement à revoir mentalement mes obligations et à les prioriser pour pouvoir repartir à fond de train après cette « pause »!

Je vais devoir envisager de devenir un peu plus cigale et un peu moins fourmi pour satisfaire cette petite voix intérieure.

Il faut savoir ce que l’on veut. Quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire ; quand on ledit, il faut avoir le courage de le faire.    –   Georges Clemenceau
Le bonheur, c’est savoir ce que l’on veut et le vouloir passionnément.    –  Félicien Marceau
nous avons une grande force, … c’est de ne pas savoir exactement ce que nous voulons. De l’incertitude profonde des desseins naît une étonnante liberté de manoeuvre.   –   Jean Anouilh

Vous aimerez peut-être:

  • Certaines études suggèrent que seulement 20% des gens qui ont perdu plus de 10% de leur poids ont réussi à maintenir cette perte après un an. Dé ...

  • Quelques réflexions sur les ragots et autres commérages. De tout temps l'homme s'est amusé à médire sur son prochain. L'intimidation est de toute ...

  • Après mûre réflexion, j'ai décidé de cesser la publication quotidienne d'un article pour passer à une fréquence de trois jours par semaine. La s ...

Partagez!

Exprimez vous!

*