C’est injuste!

juste

Ce n’est pas juste! Les parents ont tous déjà entendu cette expression.  Que ce soit en rapport avec une part de gâteau plus grosse qu’une autre  ou une permission accordée à l’un et refusée à l’autre, les enfants sont prompts à déceler le moindre signe d’inégalité.

Tout ne peut pas être parfaitement équitable en tout temps. Ce qui favorise l’un, a le potentiel de causer un sentiment d’injustice chez l’autre. Ce que nous recherchons lorsque nous exigeons que les choses soient équitables peut être résumé en quelques éléments.

Nous voulons que les choses ou les situations soient semblables. Tout le monde doit faire la queue pour acheter un billet et personne n’a de passe-droit.

La notion de justice ou d’équité implique que l’on obtient ce que l’on mérite. Si nous travaillons dur, nous réussirons et nous pourrons récolter et conserver le fruit de nos labeurs. L’équité signifie que nous pouvons conserver ce que nous méritons et n’obtenons pas ce qui n’est pas mérité.

Ceux qui travaillent le plus fort, qui se donnent au maximum, qui ont plus de talent ou sont plus intelligents obtiendront plus, parce qu’ils ont ces attributs. Ceux qui sont paresseux, insouciants ou ineptes obtiendront moins. Si l’on s’en tient à une justice basée sur le mérite, cela devient un calcul rationnel et relève de la liberté individuelle de choisir à quel point l’on désire quelque chose.

La réciprocité est essentielle pour avoir une société (ou une relation) équitable. Cela signifie que nous obtiendrons une compensation pour un service, que nous retournerons une faveur et que nous nous efforcerons de faire notre juste part. Nous devons aussi respecter les droits et les intérêts des autres en ne leur faisant pas subir ce que nous ne voudrions pas endurer.

Une autre manière d’envisager la notion d’équité est du point de vue social. Ainsi, ceux qui ont davantage devraient donner un plus grand pourcentage pour aider les moins bien nantis. Le sens d’équité ici, implique que les humains ont une obligation morale envers leurs semblables et qu’on exigera une plus grande contribution de la part de celui qui possède le plus de biens. On lui demande de contribuer au bien-être des autres. L’équité est alors liée à la responsabilité et un sentiment de compassion entre en jeu pour évaluer ce qui est juste et équitable.

Il semblerait que notre sens de ce qui est juste et équitable, soit un trait de personnalité distinctif. Il y a cependant de grandes variations entre les personnes. Selon les études, environ 25% des gens sont en quelque sorte déficients lorsqu’il est question d’équité, ce qui signifie qu’ils sont centrés sur eux-mêmes, égoïstes et manquent d’empathie. De plus, certaines personnes sont totalement insensibles aux besoins et aux intérêts des autres.

La plupart d’entre nous réagirons aux demandes de faire les choses équitablement. Nous tenterons d’atteindre un équilibre entre les besoins et intérêts des autres et les nôtres. Inévitablement, un jour, une personne agira de façon extrêmement injuste à nos yeux et nous nous creuserons la cervelle pour essayer de comprendre comment les choses ont pu se passer ainsi alors que nous avions confiance en cette personne.

Il est difficile de rester serein lorsque que notre sens d’équité et de justice est bouleversé. Ce peut être par exemple, un poste obtenu par un autre, alors que nous étions certains de le mériter. Ce n’est pas nécessairement injuste si quelqu’un a obtenu quelque chose que nous désirions, même si nous pensions le mériter. Il est probable que l’autre personne a été choisie pour d’autres raisons que celles que nous considérions importantes. Il faut alors comprendre que nous n’avions aucun contrôle sur cette décision et nous rappeler que ne pas avoir été choisi n’est pas un jugement sur notre valeur en tant que personne.

Il faut aussi garder en tête que ce qui est juste n’est pas toujours ce que nous croyons l’être. Personne n’a le monopole de définir ce qui est juste ou pas, et parfois quelqu’un d’autre que nous sera favorisé selon les critères d’équité de la personne qui prend la décision.

La justice, c’est l’injustice équitablement partagée.    –   Maurice Chapelan
Une société parfaitement juste ferait le malheur des crétins. Une société injuste leur laisse au moins l’illusion qu’ils n’ont pas la place qu’ils méritent.    –   Michel Polac

Vous aimerez peut-être:

  • Il est  parfois très difficile de discerner ce qui est juste ou injuste. Dans le cas qui me préoccupe, ce n'est pas un problème. Mon père a tra ...

  • Le début de l’adolescence est marqué par une poussée d’indépendance et une possible augmentation des conflits avec les parents au sujet des règl ...

  • Nous avons une notion innée  de la justice et de l’égalité. Nous avons évolué pour devenir une espèce hautement collaboratrice. Au cours de cett ...

Partagez!

Exprimez vous!

*