L’entretien à long terme

vieillir

La cinquantaine est la période de notre vie où nous commençons à payer pour tous nos mauvais choix passés concernant l’entretien de notre corps et cela peut nous rendre la vie misérable.

Notre corps se rebelle contre notre alimentation déficiente et notre manque d’exercice. Que faire pour éviter cela si on a encore quelques années avant la cinquantaine? Après tout, nous passons des décennies à économiser pour notre retraite, alors nous aimerions bien être suffisamment en santé pour en profiter.

Avec l’âge, nous accumulons des douleurs et des courbatures, nous avons moins d’énergie et devons parfois commencer à prendre des médicaments pour l’arthrose, l’hypertension, le diabète ou un haut taux de cholestérol.

Y a-t-il moyen d’éviter ces problèmes ou sont-ils le prix à payer pour vivre à un âge avancé?

Selon les auteurs du livre Younger Next Year;  Henry Lodge et Chris Crowley, 50% des maladies associées au vieillissement pourraient être éliminées. De plus, 70% de ce que l’on considère comme faisant partie d’un vieillissement “normal”, comme la fragilité ou la faiblesse, les articulations douloureuses, le manque d’énergie, tout ce qui nous faire nous sentir vieux, ne serait pas du vieillissement du tout, mais plutôt un délabrement par manque d’entretien et ce déclin de toutes nos fonctions serait optionnel.

Il y a six règles que l’on peut suivre pour reculer ou ralentir notre horloge biologique selon les auteurs.

  1. Faire de l’exercice six jours par semaine pour le reste de notre vie. Ne pas considérer cela comme de l’exercice mais l’inclure dans notre vie en faisant des choses qui nous font bouger et qui envoient le message à notre corps de devenir plus souple, plus fort et plus en santé. L’exercice doit être intégré à notre vie de tous les jours pour devenir aussi essentiel que la douche quotidienne et le brossage de dents. Pas question d’envisager d’arrêter une fois rendu à la retraite! C’est ce qui va nous garder jeune et capable de faire les activités que nous apprécierons.
  2. Faire de l’exercice aérobique quatre jours par semaine pour le reste de notre vie. On parle ici d’un exercice qui nous fera suer et augmentera notre rythme cardiaque. Cela nous procurera de l’énergie, de la force et améliorera notre moral.
  3. Faire de l’exercice avec des poids deux jours par semaine pour le reste de notre vie.  Avec l’âge, nos muscles s’affaiblissent et nos articulations s’usent. Faire des exercices de résistance aidera à prévenir ou à renverser la perte de masse musculaire, de force et d’énergie.
  4. Dépenser moins que nos revenus. Il faut prévoir notre retraite et contrôler nos dépenses pour qu’elles s’accordent avec nos moyens et laissent de la place pour l’épargne. Si nous commençons assez tôt, nous éviterons tous les problèmes physiques et mentaux causés par le stress d’une mauvaise situation financière.
  5. Cesser de manger des cochonneries! Arrêter les diètes à tout jamais. Éviter les pires aliments (fritures, fast-food, aliments transformés, collations vides de nutrition) et suivre notre programme d’exercice religieusement. De façon générale, manger moins abondamment de tout. De nombreuses recherches démontrent qu’un léger déficit calorique quotidien augmenterait la longévité.
  6. S’impliquer dans des causes et soutenir les gens. La cause ou le genre de soutien n’a pas d’importance, en autant que c’est quelque chose qui nous tient à cœur. Nous avons besoin de nous sentir utiles tout au long de notre vie, même à un âge avancé.
  7. Maintenir nos engagements, nos contacts et nos relations. Au fur et à mesure où l’on vieillit, nous avons une forte tendance à nous refermer sur nous-mêmes et à rétrécir le rayon d’action de notre vie. Déjà que la retraite nous coupe d’une foule de personnes et d’activités qui disparaissent tout d’un coup, de façon presque inconsciente toute notre vie devient plus étroite. Il ne faut pas succomber à ce rétrécissement car il nous tue. Nous avons besoin des aspects sociaux, relationnels et émotionnels dans notre vie, tout autant que des aspects physiques. Il faut se faire de nouveaux amis, découvrir de nouvelles activités et s’impliquer dans note communauté.

D’une certaine façon, notre corps est programmé pour être actif, manger sainement et avoir des relations humaines. Si nous ignorons cette programmation et faisons le contraire, nous envoyons un signal à notre corps que nous sommes prêts pour le déclin et éventuellement la mort.

Notre corps est parfaitement adapté à ses besoins naturels mais aucun de ceux-ci ne comprend les éléments de la vie moderne que sont le fast-food, la sédentarité et la réclusion.

Il faut entretenir la vigueur du corps, pour conserver celle de l’esprit.     –     Vauvenargues 
Équilibre est synonyme d’activité.    –   Jean Piaget

Partagez!

Le début d’un temps nouveau

nouvelle vie

Aujourd’hui, j’ai aidé ma mère à mettre sa maison en vente. Mes parents avaient fait construire cette maison en 1976. J’y ai habité seulement trois ans car j’ai quitté le Canada pour aller travailler en Californie dès mes dix-neuf ans.

 C’est le début d’un nouveau départ pour ma mère. Aussitôt sa maison vendue, elle ira habiter avec mon frère et sa femme; ensuite, avant la fin de 2012, ils partiront ensemble vivre en Amérique Centrale, dans le pays d’origine de ma belle-sœur.

Je devrais revoir ma mère à tous les six mois car elle a l’intention de revenir au Canada pour passer ses étés avec nous. Je ne sais pas combien de temps elle pourra faire ce va et vient, mais pour le moment, à 76 ans, elle est en excellente santé et dans une forme admirable. Elle peut marcher jusqu’à dix kilomètres par jour, sans problème.

Mon frère est celui qui ressemble le plus à ma mère. Il est l’aîné et leurs personnalités s’accordent très bien. J’ai longtemps été le mouton noir de la famille, par mes envies de grands espaces, de voyages et d’aventures, alors que mon frère restait bien sagement dans sa ville d’origine, à dix minutes de mes parents.

Ayant été absente ou très éloignée pendant plus de trente ans n’est pas l’idéal pour les rapprochements familiaux. On se voit quatre ou cinq fois par année tout au plus alors qu’elle voit mon frère deux fois par semaine au minimum.

Maintenant, ce sont eux qui partent à l’aventure et c’est très bien comme ça. Ils détestent l’hiver tous les deux et rêvent de cette vie depuis de nombreuses années. Le rêve s’est assombri par la fermeture de l’usine où travaillait mon frère et aussi mon père de son vivant. Cette fermeture affectera grandement leurs pensions de retraite mais leurs projets n’ont pas changés. Il y a encore des pourparlers pour rouvrir l’usine et sauver les plans de pension, alors tout n’est pas perdu.

 Ma mère n’est pas du tout du genre nostalgique. Lorsqu’elle prend une décision, elle s’y tient et n’a pas de regret ou de doute. C’est certain que de savoir qu’elle s’en va vivre bien au chaud, au soleil et avec mon frère est très différent que de s’en aller en petit appartement toute seule ou en résidence pour personnes âgées. L’enthousiasme pour cette nouvelle vie la change des dernières années où elle a pris soin de mon père très malade, jusqu’à sa mort en 2009.

Je lui souhaite la plus merveilleuse des vies dans son petit paradis ensoleillé, que nous aurons bien sûr l’occasion de visiter pour voir mon frère et sa femme de temps en temps.

Chaque nouveau départ vient de la fin d’un ancien commencement.   –  Sénèque
Personne ne peut revenir en arrière et prendre un nouveau départ, mais n’importe qui peut commencer dès aujourd’hui et faire une nouvelle fin.   –   Maria Robinson

Les limites de l’âge

stress et longévité

Nous vivons de plus en plus vieux. L’espérance de vie moyenne a atteint 79 ans pour les hommes et 83 ans pour les femmes au Canada. Pourquoi certaines personnes arrivent-elles à défier ces moyennes et à vivre plus longtemps et en bonne santé?

Certaines raisons pour lesquelles les gens vieillissent bien sont évidentes. Nous savons que bien manger, maintenir un poids santé et faire de l’exercice sont des bons moyens de rester en santé. Avoir de bons gènes est aussi un atout.

Il y a par contre des obstacles insidieux à une bonne vieillesse. Certains de nos traits de personnalité, nos relations interpersonnelles et aussi notre aptitude à faire face au stress, tout cela peut influencer notre longévité.

Les scientifiques estiment que la longévité maximale de l’être humain serait d’environ 120 ans. Ils sont venus à cette conclusion en observant une variété d’organismes et en étudiant l’âge maximal atteint par les sujets de chaque espèce. Ils se sont aperçus que, peu importe l’organisme, la vieillesse semble suivre une formule mathématique constante. L’âge maximum d’une espèce serait égal à six fois le nombre d’années entre la naissance et la maturité biologique.

Les humains prennent environ vingt ans pour atteindre leur maturité physique, alors nous aurions une espérance de vie potentielle de 120 ans. Plusieurs cas bien documentés de personnes de 115 à 120 ans ont été répertoriés.

Les gènes jouent probablement un rôle dans la capacité à atteindre un âge avancé, mais il n’est pas majeur. On estime que seulement 30% de cette capacité peut être expliquée par de bons gènes. C’est une bonne nouvelle en soi car nous aurions alors plus de contrôle sur notre propre longévité. Nous serions ainsi responsables de notre vieillesse.

Alors, comment peut-on vieillir gracieusement?  Tout d’abord, il faut éviter les abus, ne pas fumer, ne pas abuser de l’alcool, surveiller son poids et être actif.

Certains traits de personnalité sont associés à une vieillesse prolongée et plus en santé. En général, l’optimisme, un sens de l’humour, la capacité d’adaptation et la volonté d’essayer de nouvelles choses sont tous liés à une meilleure longévité.

Il y a par contre un autre élément extrêmement important. Le stress serait un bon prédicteur de la manière dont nous vieillirons. Les personnes âgées les plus en santé sont celles qui s’adaptent le mieux au stress. Avec un stress mal toléré, tous les changements physiques et hormonaux qui surviennent pour nous protéger lors d’une crise se retournent contre nous et usent notre corps. Le stress est sensé être une réponse temporaire de notre corps pour se mettre en position pour combattre la crise. Cela n’est pas supposé devenir un état permanent.

Une raison pour laquelle les personnes âgées en bonne santé seraient en mesure de mieux tolérer le stress est qu’elles ont tendance à avoir beaucoup de rapports sociaux. Elles ne sont pas isolées et ont une famille élargie et un bon réseau d’amis.

Que faire pour mieux contrôler notre stress? Les personnes âgées en bonne santé ont connu du stress tout autant que nous, que ce soit l’insécurité financière, dans leur mariage ou dans leur travail. Elles sont tout simplement particulièrement aptes à y faire face.

Une des clés pour minimiser le niveau de stress est la perception de contrôle. Les personnes âgées qui se sentent en contrôle de leur routine quotidienne ne s’inquièteront pas des choses qu’elles ne peuvent contrôler. On note une nette augmentation du stress lorsque le niveau de contrôle diminue, comme par exemple lorsqu’une personne âgée est placée en résidence.

Les progrès scientifiques nous permettent de vivre de plus en plus vieux. Il n’en tient qu’à nous de prendre tous les moyens pour augmenter nos chances d’avoir une vieillesse en santé le plus longtemps possible.

Vieillir semble être la seule façon de connaître une longue vie.  –   Kitty O’Neill Collins
Un homme de 90 ans se fait demander à quoi il attribue sa longévité. Je crois dit-il, avec un pétillement dans les yeux, que cela est dû au fait que, toutes les fois où j’aurais dû rester éveillé à m’inquiéter, j’ai préféré aller au lit et dormir.    –    Dorothea Kent

J’ai toujours un jeu de cartes complet, je prends seulement un peu plus temps pour les brasser

vieillissement du cerveau

Ces derniers temps, il m’arrive de chercher mes mots lorsque je parle. Par exemple, il y a quelques jours, je parlais avec Tendre Moitié et je voulais lui dire de mettre quelque chose dans le plat du chien. Eh bien, le mot « plat » ne me venait pas du tout à l’esprit et je l’ai remplacé par « boîte ». J’ai donc dit la boîte du chien au lieu du plat du chien. Le fait d’oublier la désignation d’une chose aussi simple et fréquemment utilisée que le plat du chien me semble très inquiétante. Il y aussi eu d’autres épisodes depuis quelques semaines.

Comme de raison ces petits blancs de mémoire me stressent au plus haut point. Est-ce le début d’une maladie significative comme l’Alzheimer ou une simple fatigue? Après avoir passé la journée à faire des recherches sur le sujet, je crois que ce n’est qu’une manifestation  d’un cerveau qui vieillit normalement.

À 51 ans, il est semble-t-il normal d’avoir ces quelques ratés de mémoire en autant qu’ils n’empirent pas et qu’il n’y a pas d’autres symptômes. Le cerveau vieillit et il est moins rapide à réagir.

Heureusement, il y a des moyens de ralentir le vieillissement normal en gardant son cerveau actif. L’apprentissage d’une langue ou d’un instrument de musique sont d’excellents moyens de stimuler son cerveau. Je viens de justifier mes cours de piano pour le restant de mes jours, c’est bien ça! Écrire, lire et faire des choses exigeantes intellectuellement aident à garder le cerveau plus jeune.

Pour me rassurer, je suis même allée jusqu’à faire un test cognitif appelé MOCA, que j’ai réussi aisément. Je n’ai aucun autre problème de mémoire et je pense avoir toute ma tête pour le reste. Ce matin-même, j’ai composé un article très détaillé pour lequel j’ai dû décortiquer des statistiques trimestrielles et annuelles pour mon travail. Je l’ai ensuite traduit en anglais puis j’ai mis tout  ça en ligne. Hier, j’ai montré quelques trucs qu’il ne connaissait pas à Tendre Moitié dans Excel.

Je vous  détaille tout ça pour me rassurer que tout va bien. Le cerveau est notre panneau de contrôle, l’essence même de notre âme et de notre personnalité. La perspective de le voir affecté est très effrayante. Durant ces derniers temps, alors que je m’inquiétais, je me suis posée beaucoup de questions sur mon futur.

Tendre Moitié et moi avons déjà  fait notre testament et nous avons aussi chacun un mandat en cas d’inaptitude. Les choses sont donc claires de ce côté là. Nous avons aussi eu une discussion sur ce que serait la vie de l’autre dans le cas où une maladie comme l’Alzheimer toucherait l’un de nous.

Charmante Ado n’a que douze ans, j’espère que nous serons là tous les deux pour elle pour encore longtemps.

Ne regrettez pas de vieillir, c’est un privilège qui a été refusé à plusieurs.    –   Auteur inconnu

La vieillesse n’est pas si mal quand on considère l’alternative.   –  Maurice Chevalier

 

Un esprit plus vif en vieillissant

cerveau âgé

Mes électro-ménagers sont finalement arrivés! Pendant que Tendre Moitié cuisine des rillettes sur la nouvelle cuisinière et après avoir lu trois guides d’utilisation, je me suis trouvé une lecture plus inspirante avec un article du New York Times.

On y discute de moyens pour préserver et maximiser notre « forme cérébrale » à mesure que l’on avance en âge.

Tout d’abord, il semblerait qu’il y ait deux catégories d’ intelligence; la première, l’intelligence fluide, comprend les compétences qui produisent des solutions non basées sur l’expérience, comme la reconnaissance des formes, la mémoire opérationnelle et la pensée abstraite. Ce genre d’intelligence est celui que l’on mesures avec les tests de quotient intellectuel. Ces compétences seraient à leur sommet dans la vingtaine.

La deuxième catégorie serait l’intelligence cristallisée. Celle-ci réfère aux habiletés acquises à travers l’expérience et l’éducation; comme les aptitudes verbales, le raisonnement inductif et le jugement. Si l’intelligence fluide est considérée comme étant en grande partie dictée par nos gènes, l’intelligence cristallisée elle, est beaucoup plus le résultat d’une multitude d’influences, incluant la personnalité, la motivation, les opportunités et la culture.

Certaines personnes parviennent beaucoup mieux que leurs pairs à retarder les effets de l’âge. Chez elles,  le déclin de la mémoire et de la rapidité à calculer mentalement se fait plus tard. Pourquoi votre voisine de 70 ans, réussit-elle un test de mémoire en se classant comme si elle avait 35 ans, alors qu’un autre de 40 ans aura la mémoire d’une personne beaucoup plus âgée?

Les scientifiques cherchent à  mieux détecter ce qui protège les forces mentales d’une personne ou à l’inverse savoir ce qui gruge les facultés d’un autre. Le but ultime serait  de concevoir un programme pour arrêter ou inverser le déclin et même apporter des améliorations.

Un élément essentiel de la santé cérébrale a déjà été identifié. L’éducation retarderait le déclin des fonctions cognitives. Pour ceux dans la quarantaine et au-delà, un diplôme d’études collégiales ou universitaires semble ralentir le vieillissement du cerveau pour une période allant jusqu’ à une décennie.

L’un des outils les plus puissants du cerveau est sa capacité à analyser rapidement un immense réservoir de modèles contenant nos expériences passées pour y puiser les  informations pertinentes à un problème et  arriver à une solution novatrice . Dans ce contexte, le cerveau mature est particulièrement bien équipé, ce qui est probablement pourquoi nous associons  la sagesse avec l’âge.

En effet, les capacités mentales qui dépendent le plus fortement sur ​​les connaissances accumulées et l’expérience, comme le règlement des différends et augmenter son vocabulaire, s’améliorent clairement  au fil du temps.

Selon Richard E. Nisbett, psychologue cognitif à l’Université du Michigan, quand il s’agit de l’intelligence, l’expérience peut avoir le meilleur sur  la biologie. Dans une étude récente écrite avec Igor Grossmannon sur le vieillissement et la sagesse, il conclut que  les personnes âgées utilisent davantage des systèmes de raisonnement d’ordre supérieur, considérant des perspectives multiples, qui permettent le compromis, et reconnaissent les limites de la connaissance.

De plus, ils ont découvert que malgré une baisse de l’intelligence fluide, le raisonnement complexe qui concerne des personnes, des questions morales ou des institutions politiques s’améliore avec l’âge.

Ils cherchèrent alors à savoir si quelque chose pouvait être fait pour enrayer le déclin apparemment constant des compétences intellectuelles fluides au fil des années.

Ils élaborèrent différents tests et découvrirent que les personnes de plus de 50 ans performaient moins bien dans les tests de rapidité et de mémoire que les plus jeunes. Le cerveau plus âgé est plus facilement distrait et plus lent à  récupérer l’information; il a de la difficulté à faire taire les murmures internes et à empêcher  les pensées vagabondes d’interférer avec la concentration. Les femmes réussissaient mieux que les hommes pour se souvenir d’une liste de mots, alors que les hommes étaient meilleurs pour trouver des suites numériques et réagissaient plus rapidement aux changements d’ instructions.

Toutes chose étant semblables, Plus un sujet avaient étudié longtemps, plus il performait sur chaque test mental. Jusqu’à l’âge de 75 ans, les études ont démontrées que les personnes avec le plus d’éducation réussissaient aussi bien des tests complexes que des personnes moins éduquées mais 10 ans plus jeunes.

L’éducation est aussi associée avec une vie plus longue et un risque moindre de démence.

Il semble que l’on peut compenser pour les désavantages éducationnels rencontrés plus tôt dans notre vie. Les personnes qui stimulent régulièrement leur cerveau en lisant, écrivant, assistant à des conférences ou en faisant des  mots croisés, réussissent mieux dans les tests d’intelligence fluide que ceux qui ne le font pas.

Les gens ayant quitté l’école jeunes mais qui s’efforcent de garder leur cerveau stimulé auront une mémoire et des aptitudes de calcul significativement meilleures que ceux qui ne font rien. Ils peuvent même avoir des résultats semblables à ceux des diplômés d’université.

Donc, des exercices mentaux réguliers peuvent altérer les circuits neuronaux chez les personnes adultes, en rendant certaines régions comme l’hippocampe, plus sensibles.  Les exercices cognitifs aident aussi à améliorer les fonctions exécutives.

Les personnes âgées éduquées avec les fonctions cognitives les plus élevées partageaient aussi d’autre similitudes: elles étaient actives socialement et physiquement,voyaient fréquemment les amis et la famille, faisaient du bénévolat ou assistaient à des réunions, elles étaient capables de rester calme face au stress et se sentaient plus en contrôle de leur vie.

De nos jours, la perspective d’une vie plus longue est parfois assombrie par la peur d’un déclin des fonctions cognitives. Si nous pouvons avoir un certain contrôle sur notre santé cérébrale, c’est un peu plus rassurant de se voir vieillir.

On ne peut d’empêcher de vieillir, mais on peut s’empêcher de devenir vieux.  –  Henri Matisse
Je m’intéresse à l’avenir car c’est là que j’ai décidé de passer le restant de mes jours.
 –  Woody Allen