Le printemps de l’hiver

mouton

Voilà un mois déjà que l’école est recommencée. Nous avons repris sans problème la routine de l’année scolaire; tout le monde se lève tôt, on déjeune ensemble et on ne se revoit qu’à l’heure du souper. Charmante Ado est dans la même classe que sa meilleure amie, ce qui leur fait extrêmement plaisir.

Elle commence à penser sérieusement à ce qu’elle veut faire plus tard et elle reçoit déjà des informations pour les différents collèges (CEGEP). Elle a eu une période où elle voulait devenir médecin légiste mais elle n’est plus certaine de son choix. Elle est revenue quelque peu vers l’idée d’être biologiste ou zoologiste. Elle a encore 17 mois pour faire son choix pour le Cegep.

Charmante Ado prend ses cours très au sérieux cette année, ce qui assez nouveau. Elle a toujours eu un lent départ, mais cette fois-ci, elle a d’excellentes notes dès le début de l’année. C’est vrai qu’on n’arrête pas de lui dire que les deux dernières années du secondaire sont très importantes pour un choix de programme au collégial.

Elle semble aussi avoir passé le sommet (et le pire) de sa crise d’adolescence, car elle est beaucoup plus facile à vivre depuis quelques mois. On s’en est sortis à bon compte car on réalise qu’elle est tout de même sérieuse et responsable et que seule son humeur a été plutôt variable durant cette période.

Je suis plusieurs cours cette année, tous en ligne avec des universités différentes: Duke, Iowa et McGill. En ce moment j’ai un cours de philosophie, un cours de création littéraire et un cours sur la chimie de la nutrition. J’ai aussi recommencé mes cours de piano, mais Charmante Ado a décidé d’arrêter. Elle a  choisi de ne plus faire de basketball et de se concentrer sur son année scolaire. Elle fera peut-être encore du ski cet hiver, mais une vilaine chute l’an dernier avec évacuation sur civière, l’a un peu refroidi envers les pentes enneigées.

Côté animaux, je m’ennuie beaucoup de Mousky (Toutou Parfait). C’était un chien extraordinaire, le plus intelligent de tous les animaux que j’ai eus. Elle avait un regard très intense et elle semblait toujours réfléchir à ce qu’on lui disait. Elle connaissait plein de mots et obéissait parfaitement à tout ce qu’on lui demandait. Comme tout bon Husky, elle avait de la jasette et était très vocale pour nous faire savoir son mécontentement lorsqu’on rentrait trop tard. Elle bougonnait et semblait dire «c’est à cette heure-ci que vous rentrez!»

Toutou Réservé est toujours tout aussi réservé, mais il est un peu moins nerveux. Il me suit partout et se couche maintenant à côté de mon fauteuil au salon au lieu de se mettre sous la table. C’est une nette amélioration! Il suit Tendre Moitié lorsque celui-ci l’appelle pour le sortir le matin et il a bien intégré la routine de la maison. Les caresses du soir sur notre lit sont sacrées à ses yeux, je crois qu’il attend ce moment toute la journée, tellement il aime ça.

Tête de Mule quant à elle, vieillit. Elle refuse de sauter sur le lit depuis quelques semaines et elle a les pattes arrières un peu raides le matin. Elle doit avoir un peu d’arthrose. Elle s’entend super bien avec Toutou Réservé et il n’y a pas ces jeux de pouvoir comme il y avait entre elle et Toutou Parfait. Toutou Réservé est parfaitement d’accord à ce que Tête de Mule soit la patronne.

Il y a quelques jours, nous avons vus deux chiens dans un champ qui rentraient les moutons au crépuscule alors que nous revenions d’une journée à la campagne. Nous nous sommes arrêtés sur le bord de la route pour les regarder travailler. Nous pensions que c’étaient des Montagnes des Pyrénées, mais lorsque la fermière est venue nous parler, elle nous a appris que c’étaient des Bergers de la Maremme et des Abruzzes (ou Maremma), qui sont originaires d’Italie. Ils sont très semblables, du moins de loin.

La dame était extrêmement sympathique et elle nous a raconté qu’elle venait d’acheter la ferme avec son mari. Ils avaient une ferme en location auparavant dans une autre région, puis ils ont décidé de venir d’établir dans le coin. Comme par hasard, elle est d’origine belge tout comme Tendre Moitié et nous avons parlé pendant plusieurs minutes de l’exploitation de la ferme. Tous les fermiers de la région ont des problèmes avec les coyotes qui tuent les moutons et même une vache. La dame élève des Maremmas et elle commence tranquillement à en placer dans les fermes avoisinantes, ce qui fait reculer les coyotes.

Elle nous a expliqué que les Maremmas tout comme les Montagnes des Pyrénées ont le sens inné de rassembler et de surveiller les moutons. Elle pense que même notre Tête de Mule comprendrait rapidement ce qu’il faut faire en regardant les deux autres. Le problème viendrait probablement du fait que notre chien est attaché à sa famille humaine et n’aurait pas formé le lien nécessaire avec les moutons. Elle caresse et socialise ses chiens, mais elle veille aussi à ce que ça soit bien dosé pour que le chien s’attache aux moutons et les considèrent comme sa famille. Le chien a alors un lien très fort avec les moutons, il défend leur territoire et il protège «ses» moutons.

Elle nous a promis de nous faire visiter la ferme lorsque nous repasserons dans le coin. Elle a aussi des chèvres, en plus des moutons et elle vend le lait et fait du fromage. On va sûrement y retourner sous peu car les arbres sont magnifiques à ce temps-ci de l’année et une promenade en voiture pour admirer les couleurs, est toujours appréciée.

L’automne est le printemps de l’hiver.    –  Henri de Toulouse-Lautrec
L’automne est un deuxième printemps où chaque feuille est une fleur.   –   Albert Camus.

Partagez!

Elle s’appelait Mousky

Mousky

Aujourd’hui, Toutou Parfait nous a quittés. Après la dernière chirurgie au genou en février dernier, elle n’a jamais retrouvé son entrain. Je me disais que ça irait mieux avec le retour du printemps, mais elle n’avait plus d’énergie et elle s’est mise à respirer difficilement et avoir le nez qui coulait.

Nous avons consulté et elle a été traitée pour une sinusite. Deux rondes d’antibiotiques en injection n’ont eu aucun effet et elle dépérissait à vue d’oeil. Les muscles du côté affecté de sa tête se sont atrophiés, puis sa troisième paupière; celle qui part du coin inférieur de l’oeil pour remonter, est devenue visible en permanence, signe que les nerfs étaient comprimés.

La prochaine étape consistait en des investigations plus poussées dans un centre spécialisé, avec un scan et un endoscope pour une biopsie. Une dernière visite chez son vétérinaire avant d’être référée a eu lieu ce matin et l’examen physique a révélé une déformation d’un côté du palais ainsi que de l’enflure palpable et dure autour de l’oeil.

Elle faisait beaucoup de fièvre, elle avait maigri depuis la dernière visite et arrivait à peine à marcher. L’évolution s’étalant sur plusieurs mois et la masse détectée pointaient vers une tumeur maligne assez probable. Selon le vétérinaire, elle souffrait terriblement et elle devait avoir un mal de tête épouvantable ainsi qu’une pulsation très forte dans l’oeil.

Nous avons décidé de la laisser partir. Elle a eu tellement de problèmes de santé et de chirurgies que nous ne nous sentions pas capables de lui faire subir d’autres traitements invasifs et douloureux. Le vétérinaire était encourageant jusqu’à ce qu’il détecte la masse, puis il disait qu’à son âge et dans son état, le pronostic était très sombre.

Toutou Parfait a été parfait jusqu’au bout. Elle est partie dans mes bras avec l’assurance qu’elle avait été une chienne formidable, que je l’aimais très fort et que nous nous reverrions peut-être un jour. Cela a été très rapide mais très doux, elle s’est endormie et s’est éteinte doucement.

Je ne suis habituellement pas très ésotérique, mais quelques heures après son décès, un magnifique papillon noir, blanc et gris, est venu se poser devant moi sur la terrasse.  Il s’est attardé, m’a laissé approcher et le photographier, puis il s’est envolé parmi les arbres. Peut-être était-ce mon Toutou Parfait qui voulait me faire savoir qu’il était bien et qu’il était libre de toute entrave.

J’aime y croire. Toutou Parfait s’appelait en fait Mousky et nous avons eu près de 10 merveilleuses années avec elle. Voici un petit montage que j’ai fait de toutes ses photos.


La musique de la vidéo est une chanson de Florent Vollant: Loup Blanc (Miam Maikan en  Innu-aimun). Florent Vollant est originaire de Maliotenam, un village Innu de la Côte Nord du Québec.

Les chiens ne nous abandonnent que pour mourir, mais ils nous laissent leur merveilleux souvenir pour éclairer le reste de notre chemin.   – Anna et Laurent Racz-Caroff

Toutou Parfait bionique

opération chien

Il se passe bien des choses dans la famille Opus. En commençant par la section animale de notre famille, un autre de nos rats est décédé de vieillesse en novembre dernier.  Notre dernier petit rongeur nous a quitté il y trois jours à l’âge avancé de deux ans et demi! Nous avons vécu l’expérience rat pendant près de deux ans et cela a complètement changé notre perception de cet animal. Le rat est très intelligent, super affectueux, adore jouer et explorer et apprend vite à reconnaître les gens et à venir lorsqu’on l’appelle par son nom. C’est vraiment dommage que leur durée de vie soit si courte!

Nous avons donné les cages, tous les jouets et accessoires ainsi que la nourriture qui nous restait à une famille qui a un fils de huit ans. Ils ont l’intention d’adopter deux bébés rats sous peu.

Côté canin, la semaine dernière, Toutou Parfait nous a fait une rupture du ligament croisé du genou droit. Il y a quinze mois, c’était le gauche. Cette pauvre chienne  a vraiment été fabriquée avec de l’équipement à durée de vie très limitée.

Elle a été opérée encore une fois, et la voilà avec un beau genou rafistolé. Cela lui fait un système de traction/propulsion tout neuf. Elle doit rester au repos complet, sans mettre de poids sur sa patte pendant trois semaines à un mois. Elle récupère beaucoup mieux que la dernière fois, le moral et l’appétit sont bons, alors on va passer à travers.

Le reste de notre faune familiale va bien, quoique Muësli (Grande Patronne) nous manque beaucoup.

Chez les humains, Charmante Ado a amélioré ses notes à l’école après un premier bulletin quelque peu décevant. Il a suffit d’y mettre un peu de coeur à l’ouvrage et les résultats ont été au rendez-vous. Elle parle maintenant de devenir anthropologue judiciaire, comme l’auteur de romans policiers Kathy Reichs.

Je vous avais raconté qu’elle avait recommencé le basketball malgré son problème de coude et cela se passe très bien. Elle a aussi débuté des leçons de ski alpin.

Son humeur et son caractère se sont légèrement adoucis; est-ce une accalmie due à une stabilisation des hormones adolescentes ou est-ce un signe de maturité qui perdurera? Nous en profitons pendant que ça passe.

Je travaille de plus en plus à la pension pour chiens. J’ai maintenant un poste de gérante qui me voit en charge de la pension, ce qui me permet d’instaurer un système informatique et une meilleure organisation. Les deux associées m’ont offert d’acheter la  pension d’animaux alors qu’elles garderaient les sections boutique, toilettage et cours d’obéissance. Je ne pense pas que cela se réalisera car je ne veux pas me consacrer à cela à temps plein. Cela impliquerait de très longues heures pour rendre l’entreprise rentable, avec le moins d’employés possible, au début du moins.

Ces deux associées n’ont pas encore la quarantaine alors que j’ai 53 ans. Nous ne sommes pas au même  diapason. Elles sont encore en mode croissance financière et développement  alors que je suis plutôt rendue à ralentir et à profiter  de la vie. La perspective de faire plus d’argent peut être intéressante mais la somme de travail et de temps requis pour devenir propriétaire de cette entreprise est probablement trop élevée à cette étape-ci de ma vie.

Le travail de Tendre Moitié a beaucoup ralenti, mais il a développé d’autres sources de revenu pour compenser, ce qui nous laisse encore pas mal de temps ensemble et la possibilité de participer aux activités de Charmante Ado.

Trouver l’équilibre parfait entre nos besoins financiers et notre qualité de vie n’est pas facile. Lorsque les affaires reprendront dans le domaine de Tendre Moitié, cela nous donnera plus de travail à tous les deux, car je m’occupe du côté informatique et administratif. En attendant, le travail  à mi-temps de la pension me convient tout à fait.

Si seulement Toutou Parfait pouvait ne plus avoir de pièces défectueuses à remplacer!

S’il n’y a pas de chiens au Paradis, alors  quand je mourrai, je veux aller où ils sont allés.   –   Will Rogers
Tant que vous n’avez pas aimé un animal, une partie de votre âme sera toujours sans éclat, endormie.    –   Anatole France

Augmenter ses chances

chance

Je suis tombée récemment sur un vieil article datant de 2004 sur la chance et les gens chanceux, ce qui m’a amenée à lire un livre du psychologue Richard Wiseman, intitulé ‘’The risk factor’’ (Le facteur chance). Je vous fait  ici un petit résumé de ces lectures.

Il y a une vingtaine d’années, Richard Wiseman entreprit d’étudier la chance. Il désirait investiguer l’impact des opportunités chanceuses, des occasions fortuites et le fait de se retrouver souvent au bon endroit au bon moment.

Pour débuter, il plaça des annonces dans les journaux et les magazines, demandant aux gens qui se sentaient chanceux ou malchanceux sur une base habituelle, de le contacter. Sur une période de plusieurs années, 400 personnes se sont portées volontaires pour participer à ses recherches; le plus jeune était un étudiant de 18 ans et le plus âgé était un comptable à la retraire de 84 ans.

Parmi les gens qui se considéraient chanceux, il y avait par exemple, Jessica, un médecin légiste. Elle disait avoir une carrière de rêve, deux magnifiques enfants et était mariée à un homme extraordinaire, qu’elle aimait profondément. En reflétant sur sa vie, elle réalisait qu’elle avait été chanceuse dans à peu près tous les domaines.

Du côté des gens malchanceux, il y avait Carolyn, une aide-soignante, qui était typique des gens de ce groupe. Durant un intervalle d’une semaine, elle s’était tordu la cheville dans un nid de poule, blessée au dos lors d’une autre chute et avait aussi reculé sa voiture dans un arbre. Elle était tout aussi malchanceuse en amour et considérait être toujours au mauvais endroit au mauvais moment.

Le docteur Wiseman a interviewé les participants plusieurs fois au fil des ans et leur a demandé de tenir un journal. Il leur a fait passer des tests d’intelligence et ils ont participé à des expériences.

Sa conclusion? Il a déduit que les gens malchanceux n’ont pratiquement aucune idée des causes réelles de leur chance ou malchance. De plus, leurs pensées et leur comportement seraient responsables de la majeure partie de leur fortune ou infortune.

En examinant les opportunités chanceuses, il réalisa que les gens chanceux rencontrent continuellement de ces opportunités, alors que les gens chanceux en voient rarement. Pour déterminer si cet état de fait était dû à une différence dans l’habileté des gens à prendre conscience de ces occasions, il demanda aux deux groupes de feuilleter un journal et de lui dire combien il contenait de photos. Les gens malchanceux ont pris en moyenne deux minutes pour compter les photos, alors que les gens chanceux trouvaient le résultat en quelques secondes. Étrange, n’est-ce pas? La clé de cette énigme se trouvait à la deuxième page, où un message disait : ‘’Arrêtez de compter. Il y a 43 photos dans ce journal’’. Ce message occupait la moitié de la page et les lettres avaient plus de 2 pouces (5 cm) de haut. Le message sautait aux yeux, mais les gens malchanceux avaient tendance à le rater alors que les chanceux le dénichait.

Des tests de personnalité ont démontré que les gens malchanceux sont beaucoup plus tendus  que les gens chanceux et des études ont révélées que l’anxiété diminue la capacité de discerner ou capter l’inattendu.

Durant une autre expérience, les participants devaient fixer un point mobile au centre d’un écran d’ordinateur. Occasionnellement et sans avertissement, de gros points apparaissaient et clignotaient aux bords de l’écran. La plupart des participants ont remarqué ces gros points.

L’expérience fut répétée avec un autre groupe de participants, à qui on a offert une grosse compensation financière s’ils acceptaient de fixer le point central, créant ainsi un certain niveau d’anxiété. Les participants se sont concentrés sur le point central et plus d’un tiers n’ont même pas vu les gros points lorsqu’ils sont apparus. Plus ils regardaient intensément ce point central, moins ils discernaient ce qu’il y avait autour.

C’est la même chose pour la chance; les gens malchanceux ratent les opportunités chanceuses parce qu’ils sont trop concentrés à regarder quelque chose d’autre. Ils vont à des soirées en  souhaitant rencontrer l’âme sœur et ratent l’opportunité de se faire de bons amis. Ils fouillent les annonces d’emplois à la recherche d’un certain type d’emploi et ils ne voient pas les autres sortes d’emplois qui pourraient leur convenir. Les gens chanceux sont plus détendus et ouverts, ce qui leur permet de voir ce qui est devant eux plutôt qu’uniquement ce qu’ils croient désirer trouver.

Les recherches du docteur  Wiseman ont révélé que les gens chanceux génèrent leur chance via quatre principes de bases :

  • Ils sont doués pour créer et remarquer les opportunités chanceuses,
  • Ils prennent des décisions chanceuses en se fiant à leur intuition,
  • Ils créent des prophéties qui s’auto-réalisent en ayant des attentes positives et
  • Ils adoptent une attitude résiliente qui transforme la malchance en chance.

Une dernière expérience fut tentée pour voir si on pouvait augmenter la quantité de chance que les gens rencontrent dans leur vie. Pendant un mois, un groupe de participants chanceux et malchanceux a accompli des exercices conçus pour les aider à penser et à se comporter comme des gens chanceux.

Ces exercices les aidaient à remarquer les opportunités chanceuses, à se fier à leur intuition, à s’attendre à être chanceux et à être plus résilient face aux événements malchanceux.

Les résultats ont été dramatiques : 80 pour cent des participants étaient devenu plus heureux, plus satisfaits de leur vie et ils se sentaient aussi plus chanceux. Les gens chanceux le sont devenus davantage alors que les malchanceux ont renversé la vapeur et sont aussi devenus chanceux.

En conclusion, le docteur  Wiseman recommande trois techniques pour nous aider à maximiser notre bonne fortune :

  • Les malchanceux omettent souvent de suivre leur intuition lorsqu’ils font un choix, alors que les chanceux ont tendance à respecter leurs pressentiments. Les gens chanceux analysent leurs sentiments et impressions au sujet des options disponibles, au lieu d’examiner seulement le côté rationnel de la situation. 
  • Les malchanceux sont des créatures routinières. Ils prennent la même route pour aller et revenir du travail et ils parlent toujours au même type de gens durant les soirées. À l’opposé, les chanceux essaient d’introduire de la variété dans leur vie. Un participant par exemple, a raconté qu’avant d’arriver à une soirée, il pensait à une couleur. Il allait ensuite se présenter à toutes les personnes qui portaient cette couleur. Ce type de comportement augmente la possibilité d’avoir des opportunités chanceuses car cela augmente la variété.

  • Les chanceux ont tendance à voir le bon côté de leur malchance. Ils imaginent à quel point cela aurait pu être pire. Un participant est arrivé avec une jambe dans le plâtre suite à une chute dans les escaliers. Il se sentait encore plus chanceux qu’habituellement parce qu’il réalisait qu’il aurait pu se casser le cou!

 

 

Alors, la chance est-elle un état d’esprit? Sans verser dans les croyances telle celles du livre célèbre ‘’Le secret’’, il semble bien que l’on peut améliorer son sort et son état d’esprit en étant plus ouvert à la nouveauté et en s’attendant à des résultats positifs. Ça ne peut pas faire de tort d’essayer!

Si cela vous intéresse, je vous avait déjà parlé du Docteur Wiseman, au sujet d’un autre de ses livres: 59 Seconds: Change Your Life in Under a Minute. 

 

 

Allez réveiller votre chance.   –   Proverbe persan
Nul n’est plus chanceux que celui qui croit à sa chance.   –   Proverbe allemand

 

Aller de l’avant

changement d'année

Comme tant d’autres, ces temps-ci, je jette un regard en arrière pour évaluer cette année qui se termine. 2013 ne fût pas une très bonne année pour la famille Opus. Cela n’a pas été un désastre, mais disons que cela aurait pu mieux se dérouler.

Commençons pas les choses qui ont bien tournées. Après avoir reçu une mauvaise nouvelle au sujet de son coude droit, Charmante Ado a dû arrêter tous les sports et exercices physiques qui sollicitaient son bras. Elle a trouvé très difficile d’arrêter le basketball. Par contre, en novembre, le nouvel entraîneur de l’équipe l’a rencontrée pour examiner les possibilités. Étant donné la grandeur de Charmante Ado, qui domine de deux têtes toutes les autres filles, les risques qu’elle se cogne le coude ou qu’on la fasse tomber sont minimes. De plus, étant gauchère, son bras droit ne force pas beaucoup lors des lancers.

Après une rencontre avec une orthésiste, nous avons commandé un protecteur pour son coude et elle a recommencé à jouer au basketball. Elle a participé à une seule partie seulement à date, car ayant raté le camp d’entraînement, l’entraîneur préfère qu’elle retrouve son rythme progressivement.

Charmante Ado s’est lié d’amitié avec une camarade d’école qui est devenue sa Meilleure Amie. Elles partagent plusieurs goûts, se parlent tout le temps via Internet et passent beaucoup de temps ensemble. Cette amie fait du ski et et Charmante Ado veut évidemment apprendre à faire du ski. Le protecteur de coude aura donc son utilité là aussi. Elle commence ses premières leçons sous peu. Oui, il y a un risque pour son coude, mais on ne peut pas garder une ado de 14 ans dans la ouate au cas où il arriverait quelque chose. Même si ce coude est en mauvais état, il a tout de même résisté au water-polo, au karaté et à des années de basketball. Bannir l’exercice physique chez une ado ne nous semble pas l’idéal. Alors, on prend un risque, tout en la protégeant le mieux possible.

Les notes de Charmante Ado ont dégringolées lors de la première session scolaire. Nous étions très inquiets, mais les enseignants nous ont rassurés lors de la visite des parents. Il semble que le quotient de difficulté augmente beaucoup lorsqu’on passe de secondaire 2 à secondaire 3 au Collège, en même temps que la poussée d’hormones de l’adolescence, ce qui fait un mélange quelque peu instable. Les filles mettent habituellement quelques mois à s’adapter aux nouvelles demandes, mais tout rentre dans l’ordre assez rapidement. On nous a aussi dit qu’elle fait partie d’une classe très forte, ce qui fait que la moyenne de la classe n’est pas représentative des cinq autres autres classes du même niveau. Nous avons déjà remarqué une nette remontée des notes lors des contrôles subits en décembre, alors c’est encourageant.

Du côté de notre petite famille animale, nous avons perdu Muësli en novembre et Zoé, un de nos rats, trois jours plus tard. Maya, le rat restant, est très âgée et a été assez malade, mais elle se porte mieux ces jours-ci. Toutou Parfait qui avait subi une opération au genou peu avant Noël l’an dernier, s’est parfaitement rétablie, quoiqu’elle avance en âge et ne court plus comme auparavant. Les trois chats qui nous restent sont jeunes et en santé et Tête de Mule est resplendissante de mauvaise volonté. Elle refuse de rentrer ou de sortir pour peu qu’on lui demande et essaie de n’en faire qu’à sa tête la plupart du temps. On l’adore quand même et on la traite comme une ado; avec fermeté mais en lui laissant un peu d’indépendance.

Tendre Moitié qui a refusé de se faire vacciner contre la grippe en automne, alors que je lui soulignais qu’à chaque hiver il passe au minimum un mois sur le dos à cause de ce virus, l’a évidemment attrapée cette année encore, durant la période des Fêtes. Pour faire changement, cette vilaine grippe a d’abord virée en bronchite, traitée sans succès aux antibiotiques, pour se transformer en pneumonie, maintenant sous traitement aux antibiotiques plus costauds. Il est malade depuis six semaines et pour couronner le tout, il a glissé sur une plaque de glace et est tombé sur son bras droit, qui a été plus ou moins inutilisable pendant plusieurs jours. Il a encore de la douleur, mais ça s’améliore tranquillement.

Je travaille à la pension pour chiens pendant 13 jours de suite sans congé durant la période des Fêtes, y compris Noël et le Jour de l’An et je suis quelque peu fatiguée. À la période la plus occupée, j’avais 24 chiens et 4 chats en pension. Charmante Ado est venue m’aider tous les jours, sauf deux où elle est allée chez son amie. Au tout début de cette période, je me suis fait mordre un doigt par un Bouvier Bernois un peu nerveux et ça ne guérit pas très rapidement. C’est encore très sensible au toucher et ça ne va pas très bien pour jouer au piano, mais disons que je n’ai pas vraiment le temps d’en jouer présentement.

Financièrement, ce fut une très mauvaise année, quoique nous nous sommes débrouillés pour trouver de nouvelles sources de revenus durant les derniers mois, ce qui nous a aidés à passer au travers. Il y a eu beaucoup moins de clients pour tendre Moitié en 2013, vu la conjoncture économique et nous avons dû être très créatifs pour garder le bateau à flots. Heureusement, Tendre Moitié a commencé à faire de la gestion immobilière pour un de ses clients, j’ai fait quelques menus travaux pour ce client aussi et j’en ferai probablement davantage en 2014. On m’a aussi offert un poste de gérance pour la pension. Je vais voir laquelle des deux avenues je vais poursuivre, mais quoique j’adore les animaux, financièrement, le client de Tendre Moitié paie beaucoup plus pour un travail nettement moins difficile physiquement et plus stimulant intellectuellement.

Côté famille élargie; ma mère, mon frère et ma belle-sœur sont finalement partis au Costa Rica, ce qui ne me laisse aucune famille proche au Canada, n’ayant pas vraiment connu mes cousins, cousines, tantes et oncles. Ils ont eu leur part de problèmes là-bas car leur maison n’est toujours pas terminée, alors qu’ils sont arrivés à la fin octobre. Depuis deux mois, ils habitent chez la voisine, qui est la sœur de ma belle-sœur. Leur maison devrait être prête à la mi-janvier.

Nous voyons arriver 2014 avec soulagement, avec l’impression d’avoir enfin passé à travers une course à obstacles. C’est certain que d’autres ont connu une année beaucoup plus difficile que nous, je pense aux gens du Lac Mégantic entre autres, mais nous espérons que 2014 sera plus positive et intéressante.

J’ai beaucoup délaissé l’écriture en 2013. J’ai laissé le découragement prendre le dessus en voyant que je n’arrivais même pas à terminer parmi les semi-finalistes dans les différents concours auxquels j’ai participé. Ce blogue par contre, a vu une très bonne hausse de lecteurs, mais chose étrange, cela ne se reflète pas dans les commentaires car la très grande majorité des gens me font des commentaires par courriel plutôt que directement sur le blogue. Cela ne me dérange pas, car c’est plus personnel et lorsque je vois des commentaires sur d’autres blogues, je me console en me disant que je ne reçois pas d’insultes et que personne ne s’invective dans la section commentaires de mon blogue.

Je dois dire que je suis surprise de n’avoir jamais reçu de commentaires désobligeants, insultants ou carrément méchants. Je dois passer sous le radar et c’est tant mieux. Ceux qui dénichent mon blogue par eux-mêmes semblent y trouver plaisir d’après ce qu’ils m’écrivent. C’est tout ce qui compte. Je n’ai pas une vie extraordinaire, comme la majorité des gens. J’ai des préoccupations, des questionnements, une réalité quotidienne que des millions de gens partagent, ce qui fait que ceux qui arrivent sur mon blogue se retrouvent un peu dans mes écrits.

Pour 2014, aucune résolution, sauf celle de retrouver le plaisir d’écrire et de partager ici avec vous chers lecteurs.

Quand on ne peut revenir en arrière, on ne doit que se préoccuper de la meilleure manière d’aller de l’avant.   –   Paulo Coelho
Dans 20 ans, vous serez plus déçu par les choses que vous n’avez pas faîtes que par celles que vous avez faites. Alors sortez des sentiers battus. Mettez les voiles. Explorez. Rêvez. Découvrez.   –   Mark Twain
Ce qui est plus triste qu’une œuvre inachevée, c’est une œuvre jamais commencée.   –   Christinna Rosseti