Le rat sympathique

empathie

Suite à mon article d’hier sur les dauphins, poursuivons avec un autre animal que les gens trouvent pas mal moins mignon mais qui a pourtant beaucoup de charme quand on apprend à le connaître.

Je viens de lire une étude publiée dans la revue Science qui démontre que les rats font montre de comportement empathique en allant entre autres, aider à libérer un rat piégé, sans autre récompense que d’avoir soulagé la détresse d’un congénère.

Les rat de l’étude ont choisi de s’entraider pour se libérer de leurs contraintes, même lorsque des pépites de chocolat étaient en jeu.

Des recherches antérieures avaient démontré que l’empathie n’est pas la chasse gardée de l’humain et que certains rongeurs ont un comportement social positif.

Les rats participant à l’étude ont été groupés par sexe et confinés par paire à une cage pendant deux semaines. Ensuite, un des rats était libre de circuler librement alors que l’autre était coincé dans un tube en plastique. Le tube était fabriqué de façon à ce que le rat en liberté soit capable de libérer l’autre rat, s’il arrivait à comprendre qu’il devait faire glisser la porte.

D’autres études avaient déjà établi que les rats captent la peur et le stress chez leurs congénères et deviennent eux-mêmes effrayés, ce qu’on appelle la contagion émotionnelle.

Un niveau élevé de peur aura peu tendance à amener de l’altruisme.  Car l’on doit d’abord se calmer avant de pouvoir aider quelqu’un d’autre.

Durant l’étude avec les rats, les chercheurs ont constaté que les rats libres de circuler choisissaient de libérer leur compagnon de cage aussitôt qu’ils avaient compris le mécanisme d’ouverture de la porte, ce qui leur demandait environ une semaine.

Le mécanisme d’ouverture de la porte était difficile à comprendre car les rats devaient le soulever avec leur nez. Cela  ne pouvait pas se produire accidentellement.

Certains cages utilisées aux fins de contrôle contenaient des tubes  vides ou avec un rat en peluche et les rats de ces cages les ont ignorés complètement.

Les rats femelles montrent plus d’empathie que les rats mâles. Toutes les femelles de l’étude ont appris à faire fonctionner le mécanisme de la porte alors que 17 des 24 mâles ont fait de même.

Pour compliquer les choses, les chercheurs ont placé dans une cage un rat libre de circuler ainsi que placé deux tubes. Un des tubes contenait un rat confiné et l’autre des pépites de chocolat.ce test a été fait avec des rats qui avaient déjà réussi plusieurs fois à ouvrir la porte pour libérer leur compagnon.

Les rats, comme les humains, raffolent du chocolat. Ils ont choisi de d’abord libérer l’autre rat puis de partager le chocolat. Les rats utilisés aux fins de contrôle avaient le choix entre un tube contenant du chocolat et un tube vide. Ils ont mangé tout le chocolat la plupart du temps.

51% des rats qui avaient le choix de partager le chocolat avec leur partenaire prisonnier, l‘on fait. Ils ont ouvert la porte en premier pour libérer leur partenaire et ont partagé le chocolat. Ils auraient pu le manger seuls mais ils ne l’ont pas fait. Les chercheurs s’attendaient à voir de l’entraide mais pas un taux de partage si élevé.

Une étude future examinera l’hypothèse qu’un rat qui a déjà été confiné dans un tube sera plus rapide pour libérer un congénère emprisonné qu’un rat qui n’a pas vécu cette expérience.

Il semble donc n’y avoir aucune raison de croire que seuls les humains ont le monopole de l’empathie.

Ce n’est pas tant l’aide de nos amis qui nous aide que notre confiance dans cette aide.
–    Epicure

 

Partagez!

Les cerveaux marins

 mer

Le vidéo ci-haut est un très court extrait du vidéo IMAX de l’organisation One World One Ocean.

Je viens de consulter une étude intéressante dans l’édition de juin du Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences.

Cette étude démontre que les dauphins ont évolué au fil des millénaires en modifiant leurs gènes responsables pour le cerveau et le métabolisme.

Il y a environ 50 million d’années, l’ancêtre de tous les cétacés, un groupe comprenant les baleines et les dauphins, a commencé sa transition d’animal terrestre  à aquatique. Pour ce faire, il a dû développer plusieurs adaptations: laisser tomber ses membres, développer des nageoires et devenir capable de retenir sa respiration pour une longue période de temps.

Les scientistes ont comparé environ 10 000 gènes chez le  grand dauphin (bottlenose) avec ceux de huit autres animaux et l’humain . Ces animaux étaient : la vache (le mammifère le plus près du dauphin selon leurs génomes), le cheval, la souris, l’éléphant, l’opossum, l’ornithorynque et la poule.

En étudiant leurs mutations, ils ont pu identifier quels gènes ont évolué se sont se propagés aux générations futures des dauphins, en les comparant aux gènes semblables des autres espèces.

Si un gène de dauphin présente plus de mutations qu’un gène de vache par exemple, cela signifie que le gène a évolué de façon active à un moment donné.

228 des gènes étudiés ont connu un changement drastique.  Vingt-sept d’entre eux étaient impliqué avec le système nerveux (cerveau et organes sensoriels). Il y avait aussi plusieurs modifications aux gènes impliqués dans le métabolisme, tout comme on peut le voir chez les primates, ce qui est important, car le cerveau  utilise beaucoup plus d’énergie que les autres parties du corps.

L’étude semble pointer vers l’hypothèse que les modifications de ces gènes ont mené  à une plus grande intelligence chez les dauphins.

Les chercheurs ont aussi constaté que les dauphins ont évolué plus lentement que d’autres animaux, un trait que l’on retrouve chez les autres mammifères ayant de gros cerveaux.  On peut observer beaucoup plus de mutation dans l’ADN des vaches que dans celui des dauphins. On retrouve le même phénomène chez les primates et les éléphants.

Les primates,  les éléphants et l’humain investissent plus de temps avec leurs bébés et ils en ont moins, ce qui ralentit leur évolution.

Ces changements pourraient expliquer pourquoi les dauphins sont exceptionnellement intelligents, capables d’utiliser des outils et peuvent communiquer entre eux et avec les humains. Les dauphins se reconnaissent dans un miroir et  comprennent le concept du zéro, ce qui est habituellement réservé aux primates et aux humains.

Lorsque l’on parle d’intelligence, de comportement social et de communication, les dauphins semblent plus près de nous que nos cousins les singes et les gorilles, selon certains chercheurs. Ils ont un sens de leur identité sociale et interagissent et comprennent l’état de santé et les sentiments des autres dauphins de façon tellement rapide que c’est comme si ils étaient connectés entre eux selon un chercheur.

Le sens de la vie : le but de tout est d’évoluer.    –    Bernard Werber

Rencontre du troisième type

Depuis deux jours, je passe mes journées à l’extérieur. J’ai finalement terminé l’application d’une teinture imperméabilisante sur ma terrasse. Nous avons aussi démonté l’ensemble balançoires et glissoire car Charmante Ado est devenue beaucoup trop grande pour l’utiliser. C’est un peu l’enfance qui s’en va.

Le vidéo ci-haut vous fera sourire j’espère. J’adore les dauphins. J’ai même travaillé comme bénévole durant trois semaines il y a plusieurs années, pour le Mote Marine Laboratory à Sarasota en Floride.

C’était des vacances organisées par Earthwatch Institute, un organisme qui depuis 1971, a permis à plus de 93 000 bénévoles de travailler comme assistants de recherche avec des scientifiques, directement sur le terrain.

Le projet auquel j’avais participé consistait à partir en bateau huit heures par jour avec un biologiste marin. Nous allions dans la baie de Sarasota et nous devions repérer les dauphins, prendre des photos de leur queue pour les identifier grâce aux marques et cicatrices et indiquer avec qui se tenait chaque dauphin. Nous avions des photos de dauphins avec les marques de leurs queues et leurs noms. Je me souviens entre autres de Lasagna qui venait nous voir au bateau pour quémander de la nourriture.  Les dauphins avaient tendance à se tenir en petits groupes de deux ou trois. Les mâles adolescents se tenaient ensemble, on voyait souvent une mère avec son bébé, accompagnée par une autre femelle.

Cela a été des vacances merveilleuses. Nous travaillions du lundi au vendredi et étions libres de notre temps la fin de semaine. Un certain dimanche, un bébé dauphin mort a échoué sur la plage où je me promenais. J’ai appelé le laboratoire et ils sont venus le chercher. Le lendemain, les biologistes et le vétérinaire ont procédé à l’autopsie et j’ai pu y participer. Personne d’autre de mon groupe  de bénévoles n’a été tenté par l’expérience, mais n’oublions pas que j’ai été infirmière et que cela ne me rebutait pas du tout.

Je n’ai pas fait grand chose. On m’a tendu la mâchoire inférieure du dauphin et on m’a demandé de compter les dents. Les biologistes ont déterminé que le bébé dauphin n’avait vécu que quelques minutes. Ses poumons étaient sous-développés alors il était probablement né prématurément.

Je n’ai pas refait ce genre de voyage depuis, tout d’abord parce que c’est assez cher, l’on doit payer son transport et un montant assez considérable qui comprend la nourriture, l’hébergement et un don pour contribuer au programme de recherche. J’étais encore célibataire à l’époque mais avec un époux et un enfant, ça devenait plus compliqué comme organisation.

Cela a au moins satisfait un peu de ma curiosité sur les dauphins. J’aurais beaucoup aimé être biologiste marin.  Durant ce voyage, j’ai aussi vu de près beaucoup de lamantins qui sont incroyablement attachants. Ils n’ont qu’une vitesse: très lentement, et ils aiment se laisser flotter tout doucement en ne faisant strictement rien pendant des heures.

Peut-être referai-je un voyage bénévole lorsque nous serons à la retraite. C’est plus agréable et intéressant que de passer la semaine sur la plage ou le bord d’une piscine.

S’il a été remarqué que quelques dauphins pouvaient reconnaître jusqu’àcinquante mots de notre langue, aucun humain n’a jamais pu comprendre un seul mot de la leur.     –   Carl Sagan

Il faut du courage pour avoir du talent

Sung-bong Choi

Je suis tombée par hasard sur la vidéo ci-dessous aujourd’hui. Elle date de juin 2011 et étant de nature sceptique lorsque l’histoire semble trop belle pour être vraie, j’ai fait des recherches pour en vérifier l’authenticité. Pour autant que j’ai pu vérifier, tout semble véridique. Je vous raconte donc cette histoire.

 

Sung-bong Choi est un jeune Coréen qui, à 22 ans s’est inscrit à l’émission Korea’s Got talent, un concours de talent musical. Lors de l’audition on  apprend que Choi a été abandonné dans un orphelinat à l’âge de trois ans et qu’il s’est enfui du dit orphelinat à l’âge de cinq ans parce qu’on le battait.

Il a réussi à se faufiler dans un bus allant à la ville de Deajun où il est descendu au terminal d’autobus. Il a alors vécu dans la rue, dormant dans les toilettes publiques et les cages d’escaliers. On assume qu’il a survécu en chipant de la nourriture ici et la. Vers huit ans, il a réussi à trouver un travail de vendeur ambulant de gomme à mâcher et de boissons énergisantes.  Un peu plus tard, il a obtenu des routes de livraison de journaux mais il restait sans abri et n’allait pas à l’école.

Vers l’âge de quatorze ans, il a découvert un conteneur où il s’est installé. Il n’y avait ni électricité ni plomberie mais c’était mieux que la rue.

Une vieille dame a eu pitié de lui et l’a pris sous son aile. Elle vendait de la nourriture à partir d’un petit stand ambulant et elle lui donnait souvent à manger et lui gardait les restants. Elle l’a ensuite aidé à trouver des cours du soir gratuits. Il a réussi à obtenir ses équivalences d’études primaires et du début du secondaire.

Alors qu’il faisait une livraison de boissons énergisantes dans un club de nuit, Choi entendit une chanteuse classique et il a été subjugué. Il décida qu’il voulait aussi être un chanteur et il se mit à chanter et à écouter de la musique en imitant les chanteurs connus.

Un jour, il rencontra Jeung So Park, qui plus tard allait ouvrir une école professionnelle de chant.  Toutefois, lorsqu’il rencontra le jeune Choi, il n’était qu’un étudiant d’université. Choi le supplia de lui donner des leçons.  Park était sceptique, mais après l’avoir visité dans son conteneur,ému par sa situation,  il accepta de lui donner des cours gratuitement.

Jeung So Park l’a aussi aidé à appliquer à une organisation charitable, le Deajun Child Fund Organization, pour une bourse.  La bourse lui permit  de donner le dépôt de sécurité  pour  louer une chambre. Il trouva un travail de livreur de nuit pour payer le loyer. Il avait maintenant un toit.

À 17 ans, Choi s’inscrivit à une école secondaire spécialisée en arts pour terminer ses études secondaires.  Les registres indiquent qu’il était souvent absent et avait tendance à s’endormir en classe mais il ne manquait jamais ses cours de musique et de chant. Il réussit même à l’occasion à se payer des cours privés. Il a persévéré et a obtenu son diplôme tout en travaillant de nuit à plein temps. Lors de l’audition, il a expliqué qu’il était maintenant ouvrier dans le domaine de la construction.

Comme je l’ai déjà mentionné, je suis plutôt sensible aux histoires tristes, je pleurais même durant les films de Joselito (le petit chanteur) lorsque j’étais enfant. Alors, bien sûr j’ai pleuré  en l’écoutant mais je dois dire que Tendre Moitié a aussi  versé des larmes ce qui est beaucoup plus surprenant.

Je ne suis pas une spécialiste de l’opéra quoique j’aime bien, mais le sentiment qu’il y met et la portée de sa voix m’ont fait beaucoup d’effet. Finalement, il n’a pas gagné le concours, finissant deuxième. J’ai lu des articles où l’on mentionnait qu’il avait interprété la même chanson en finale et que cela a pu lui nuire. Une des juges a offert de lui payer des cours de chants pour améliorer sa technique.

Un an plus tard, il vient d’arriver aux États-Unis pour une tournée. Il était à San Diego la semaine dernière et à Boston avant-hier.

Cela doit prendre une force de caractère incroyable pour survivre à tout cela et en ressortir aussi solide. au point d’oser se présenter à un concours télévisé. La résilience est quelque chose de fascinant. Ce jeune homme a vécu des choses atroces et il a passé au travers en gardant foi en la vie. Chapeau et bonne chance.

Dans le titre: Il faut du courage pour avoir du talent.    –    Georg Brandes 
Le talent n’est pas rare ; tout le monde en a. Plus rare est le courage de suivre le talent où il mène.    –    Auteur inconnu

Poussière de robot

Aspirateur robot

 

Il y a environ cinq ans, nous avions fait un achat quelque peu impulsif. L’item en question était un aspirateur robot de marque Roomba. C’est un aspirateur qui se met en marche et nettoie une pièce ou plusieurs de façon autonome, puis retourne à sa base pour se recharger. Avec le nombre d’animaux que nous avons à la maison; 4 chats et deux gros chiens, cela fait beaucoup de poils à ramasser, particulièrement en période de mue comme en ce moment.

Durant ces périodes, l’aspirateur doit être passé  tous les jours si on veut maintenir  la maison propre. Nous nous étions dit que si la Roomba faisait son travail durant notre absence, ce serait bien agréable de rentrer à la maison en retrouvant des planchers bien propres.

La Roomba est un gadget rigolo, qui amuse la visite, intrigue les animaux et ramasse correctement la poussière et les poils. Il y a quelques précautions à prendre afin de  s’assurer qu’il n’y ait pas de fils électriques ou de petits objets sur le chemin de la Roomba. L’appareil est programmable et peut couvrir jusqu’à 1200 pieds carrés en une seule charge.

Le gros bémol est que, sur le modèle que je possède, le poil s’accumule autour des deux brosses rotatives. Ces brosses doivent donc être nettoyées à la main, très fréquemment et le compartiment qui emmagasine la poussière n’est pas très grand. À cause de cet entretien intensif, nous avions plus ou moins cessé d’utiliser la Roomba depuis un an.

Ce printemps, avec la mue des chiens, j’ai décidé de remettre la Roomba en fonction. Malheureusement, le chargeur n’arrive plus à charger l’appareil ce qui rend l’unité inutilisable. Je m’étais résignée à m’en départir en l’offrant sur Freecycle pour un quelconque bricoleur. J’avais déjà pris une photo et commencé à rédiger l’annonce lorsque j’ai décidé de chercher sur le Net pour le numéro de modèle afin de l’insérer dans mon texte.

Je me suis retrouvée sur le site de Hammacher Schlemmer où je n’ai pas trouvé mon modèle mais où j’ai lu que cette compagnie offrait une garantie à vie sur tous ces produits. Je me suis alors rappelé que j’avais acheté la Roomba de cette compagnie. J’ai donc fouillé dans mes courriels et j’ai trouvé la commande et la  facture datant de 2007.

La position de  Hammacher Schlemmer est qu’ils ne vendent que des articles de qualité et que si un de leurs produits nous déçoit pour n’importe laquelle raison, ils le remplaceront, le créditeront ou rembourseront le prix d’achat. Cela vaut même pour  un produit reçu en cadeau, il l’échangeront ou offriront un certificat cadeau de la même valeur.

N’ayant rien à perdre, j’ai envoyé un courriel avec une copie de ma facture et j’ai demandé si je pouvais obtenir une nouvelle Roomba. En moins de quinze minutes j’ai reçu une réponse me donnant les instructions pour retourner la Roomba défectueuse, ce que j’ai fait le jour même.

Aujourd’hui, j’ai reçu un appel de la compagnie pour m’indiquer que mon vieux  modèle de Roomba  n’était plus disponible.   J’ai ensuite été dirigée sur leur site Web où on m’a demandé de choisir un nouveau modèle. Il y a maintenant une Roomba spécialement pour les propriétaires d’animaux. Cette Roomba est faite spécifiquement pour aspirer le poil de manière plus efficace.

J’ai évidemment choisi ce modèle. Je devrais le recevoir d’ici cinq jours. En terminant, la gentille dame du service à la clientèle m’a remercié d’avoir fait appel à eux et espérait que je sois satisfaite de ma démarche. Il existe donc encore des compagnies qui prennent soin de leur clientèle et qui n’ont pas peur de garantir leur service.

Le seul point négatif est que tout se passe en anglais seulement, ce qui est normal vu que la compagnie se trouve aux États-Unis. Par contre, ils ont un entrepôt en Ontario car c’est là que j’ai renvoyée ma vieille Roomba. Je n’ai pas osé demander si cette garantie serait encore valide si la nouvelle Roomba venait à flancher. Ce sera à vérifier éventuellement, mais je suis tout de même extrêmement satisfaite d’une compagnie qui offre un tel service.

J’aurais pu demander un remboursement mais j’ai préféré un échange car je n’ai vraiment pas envie de passer l’aspirateur sur deux étages à tous les jours. Je verrai bien si ce modèle-ci est plus efficace.

Qu’arriverait-il si l’humanité quittait la planète en oubliant de débrancher le dernier robot.   (Wall.E )    –    Andrew Stanton