L’ado et la nutrition

santé vs cochonneries

Ayant hérité des gènes de ses parents. Charmante Ado a une certaine tendance à l’embonpoint. Sa grande taille et l’exercice physique qu’elle déploie pour le basketball vont de pairs avec un grand appétit.

À l’école, chaque midi, Charmante Ado mange avec sa copine. Le plus souvent, elles ont une boîte à lunch, mais elles vont aussi à la cafétéria du collège, deux ou trois fois aux quinze jours. Hier, par exemple, les choix de repas à la cafétéria étaient des tortellinis ou une poutine. Charmante Ado a choisi les tortellinis et sa copine, la poutine. Notre fille n’a pas tellement aimé son repas, car le plat comportait beaucoup de bacon, alors qu’elle n’aime pas cela du tout.

Ce qui frustre Charmante Ado au plus haut point,  c’est qu’elle doit faire des sacrifices et des efforts pour contrôler son poids,alors que sa copine mange trois fois plus qu’elle et reste parfaitement mince. Avec sa poutine, la copine avait aussi un repas apporté de la maison: dix ailes de poulet, un plat de pâtes et elle s’est acheté un beigne pour le dessert. Avouons que c’est enrageant. Charmante Ado sait très bien qu’elle ne peut pas se permettre de manger comme cela, mais c’est difficile, à treize ans, de rester zen en regardant son amie s’empiffrer.

On a beau discuter de gènes ou de métabolisme différents, du niveau d’exercice physique, il reste quand même que la conclusion pour Charmante Ado, c’est que ce n’est pas juste. Effectivement, la vie n’est pas juste et on doit le faire réaliser à nos enfants tôt ou tard. Il faut se débrouiller avec les outils, l’intelligence  et le corps que nous avons reçus.

Nous essayons de valoriser la santé, la forme physique qui permet de faire une foule d’activités, une alimentation qui restreint les aliments vides de toute nutrition, mais comment lui faire accepter cela lorsqu’elle voit son amie s’empiffrer de cochonneries en énormes quantités tout en restant mince, sportive et apparemment en bonne santé? On a beau lui dire qu’éventuellement ces mauvaises habitudes rattraperont sa copine et qu’il y aura des conséquences, cela ne la console pas vraiment, puisqu’elle la voit en profiter depuis des années alors qu’elle-même doit toujours faire attention.

Charmante Ado ne cherche même pas à être mince, elle veut un poids normal et même un peu plus que ce que les chartes indiquent comme poids santé. Je dois dire que les chartes pour les filles de six pieds et un pouce (un mètre 85) sont rares, alors on y va avec notre jugement.

De plus en plus de recherches indiquent que le type de diète importe peu pour maigrir. Il n’y a pas de diète idéale pour tous. Certains vont perdre plus de poids avec une diète haute en protéines alors que d’autres vont perdre pus facilement en mangeant de tout avec modération.

Ce qui semble être le plus important dans une diète, c’est d’être capable de maintenir le cap en mangeant le moins souvent possible avec excès, peu importe comment on y arrive.

Se promener d’un expert en régime à un autre finit par éroder la confiance en soi et notre propre jugement.  Il est essentiel  d’avoir confiance en notre capacité à déterminer quel genre d’alimentation nous nourrit le mieux.

Un diète réaliste devrait respecter ces considérations et ne devrait pas être un modèle idéal que nous n’arriverons pas à suivre. Le plan doit être réaliste et nous devons avoir confiance que cette manière de nous nourrir est viable à long terme. On doit être capable de se visualiser à s’alimenter de cette manière, quitte à faire quelques ajustements mineurs au fil du temps.

Intellectuellement, Charmante Ado sait que l’alimentation de sa copine est mauvaise et que cela ne pourra pas durer ainsi toute sa vie, sans en payer des conséquences. Par contre, elle aurait bien aimé elle-aussi,  profiter de cette magie qui permet à sa copine de manger tout ce qu’elle désire, ne serait-ce que durant son adolescence.

Charmante Ado a la bosse des maths alors que sa copine peine considérablement dans ce domaine. Bon, Charmante Ado ne voit pas cela comme un grand avantage maintenant, mais éventuellement elle réalisera qu’elle a tout de même certains atouts elle aussi.

Se désoler de ne plus pouvoir manger d’aliments vides de nutrition, c’est comme pleurer la perte d’un ennemi qui serait heureux de vous voir mourir.    –   Auteur inconnu

Partagez!

Plus précieuse que l’or

forme

Je suis très heureuse de vous apprendre que mon dos va beaucoup mieux et que le rhume est finalement disparu. Je vais maintenant pouvoir passer à autre chose.

Toutes les accessoires extérieurs sont rentrées ou rangés, j’ai pu pratiquer mon piano, faire de la bouffe et même du ménage; la vie est belle quand on a la santé.

À part ce petit épisode, j’ai toujours considéré que j’avais une excellente santé. J’ai eu deux problèmes médicaux importants dans ma vie, un grave et l’autre moins.  Le moins important est une ablation de la vésicule biliaire suite à des calculs. Cela s’est fait à San Diego, deux jours avant que je ne débute une croisière au Mexique, mais, finalement, tout c’est bien passé.

Durant l’année précédente, j’avais perdu100 livreset ce qui arrive parfois après une importante perte de poids, c’est que des petites pierres se forment dans la vésicule biliaire. J’avais eu plusieurs crises assez douloureuses et l’opération, considérée comme non urgente, était prévue pour le mois de février suivant.

Notre voyage avait lieu en novembre. Quelques semaines auparavant, j’avais subi une intervention par endoscopie pour couper une petite valve dans le conduit biliaire, afin d’éviter que les calculs plus gros restent coincés. J’avais le feu vert du médecin pour partir en voyage.

Nous sommes donc allés passer quatre jours à San Diego, où Tendre Moitié devait assister à un congrès. Charmante Ado et moi avions des projets de visiter le zoo de San Diego et Seaworld.

La journée au zoo s’est bien passée mais le deuxième jour, les douleurs abdominales annonçant une crise ont commencées. Nous nous sommes tout de même mise en route vers Seaworld, mais une fois dans le stationnement, j’ai dû annoncer à Charmante Ado une nous devions rentrer à l’hôtel, car cela ne passait pas.

Finalement, je me suis retrouvée à l’urgence en début de soirée où on m’a annoncé que je devais être opérée. L’opération a eu lieu le lendemain matin et j’ai pu quitter l’hôpital vers quinze heures. Nous avons plus tard vu la facture de ce séjour de moins de 24 heures; l’opération, les frais d’échographie, les médicaments et le séjour ont coûtés 26 000$US. Heureusement, j’avais une assurance qui a défrayé les coûts.

Je me suis reposée une nuit à l’hôtel et le jour suivant, nous commencions notre croisière d’une semaine. Je n’ai pas fait grand chose lors des deux premiers jours, mais par la suite, j’ai participé à toutes les activités sans problème. J’ai même fait une excursion de quatre heures en quatre roues sur des dunes et au bord de la mer.

L’autre problème médical a été beaucoup plus grave. J’étais enceinte de future Charmante Ado et cela n’allait pas sans mal. J’ai été hospitalisée à partir du sixième mois de grossesse parce que je faisais une pré-éclampsie. Lorsqu’est venu le temps pour Charmant Bébé de faire son apparition, cela a duré 27 heures, pour finalement se terminer par une épidurale et une césarienne, car elle se présentait mal et le gynécologue n’arrivait pas à la retourner. Son cœur faiblissait et une césarienne devenait nécessaire. Charmant Bébé a finalement fait une entrée triomphale en pleine nuit et nous pensions que tout était réglé.

Le vrai problème a commencé deux jours plus tard lorsque du pus s’est échappé du site d’injection de l‘épidurale. Cela a été rapidement suivi par un mal de dos épouvantable, une raideur dans les jambes et la nuque ainsi qu’un mal de tête carabiné. En moins de 24 heurs, j’étais paralysée des deux jambes et je n’avais plus toute ma tête.

J’ai été évacuée par avion-ambulance (MEDEVAC) vers Québec, où l’on a diagnostiqué une méningite spinale. Tendre Moitié s’est même fait dire à un moment donné que je ne remarcherais peut-être plus et qu’il était possible que je ne reprenne pas tous mes esprits.

Finalement, je me suis bien rétablie, mais pendant les premières semaines de vie de Charmant Bébé, c’est son papa qui a pris soin d’elle tout seul. Lorsque nous sommes finalement rentrés à la maison, c’est lui qui m’expliquait les choses; ce qu’elle aimait, pourquoi elle pleurait. Il a eu une relation privilégiée avec elle pendant un peu plus de trois semaines, comme peu de pères ont l’occasion d’avoir avec un bébé naissant, car il était seul à s’en occuper.

J’ai eu des séquelles pendant quelques années, avec une faiblesse dans une jambe et des problèmes de dos, mais depuis huit ou neuf ans, tout est disparu.

Je garde un excellent souvenir de ma grossesse même si la fin a été quelque peu rocambolesque. Cela aurait pu mal tourner, mais comme dans les récits pour enfants, tout est bien qui finit bien. Je le referais sans hésitation, en connaissance de cause, méningite comprise; élever un enfant est une expérience fabuleuse que je n’aurais pas voulu manquer pour rien au monde.

Ce n’est pas une grippe, un rhume et une légère entorse lombaire qui vont m’arrêter. On ne pense souvent à sa santé que lorsqu’elle est défaillante. Plus encore que l’argent, la vraie richesse, c’est la santé; grâce à elle, nous pouvons poursuivre nos rêves et nos activités. Investir dans sa santé est le placement qui rapporte le plus et qui est le plus sécuritaire.

Bien sûr, on ne peut prédire l’avenir et prendre soin de sa santé ne garantit pas que nous éviterons toute maladie grave, mais au moins, nous aurons fait tout en notre pouvoir pour éviter les écueils évidents, comme l’embonpoint, l’inactivité physique, le stress ou la malnutrition.

Je suis toujours là pour mon mari et pour ma fille alors que c’est venu bien près de mal tourner. J’apprécie chaque minute de cette vie qui m’a été redonnée.

Dans le titre: La santé est plus précieuse que l’or.   –   Caius Cornelius Gallus
Existe-t-il pour l’homme un bien plus précieux que la santé?    –   Socrate
Deux choses ne s’apprécient bien que quand on ne les a plus : la jeunesse et la santé.
–   Proverbe  arabe

Quand le moteur familial a des ratés

doueur lombaire

On ne peut pas dire que je sois très chanceuse coté santé depuis un mois. Tout a commencé par la grippe du siècle qui a duré deux bonnes semaines. J’ai par la suite eu trois ou quatre jours de répit avant d’attraper un gros rhume, qui dure encore. Pour couronner le tout, il y a deux jours, alors que nous entrions nos plantes de la terrasse pour les mettre à l’intérieur, je me suis fait mal au dos en soulevant le ficus. Le ficus se porte bien, je ne l’ai pas échappé. Étrangement, c’est la première fois qu’il ne perd pas ses feuilles lorsqu’on le déplace.

Mon dos lui, va moins bien et j’ai passé les deux derniers jours allongée ou assise, à ne pas faire grand chose. Les anti-inflammatoires font effet ce qui me donne bon espoir d’être rétablie assez rapidement et pouvoir me consacrer à autre chose que mes bobos.

Je dois être le moteur de cette maisonnée car j’ai remarqué que lorsque je ralentis ou m’arrête, toute la maisonnée fait de même. Tendre Moitié et Charmante Ado végètent en surfant sur le Web, la lessive, l’aspirateur et les courses ne se font pas, pas plus que les lits. Je vais prendre cela comme un compliment.

Sérieusement. Tendre Moitié a déjà eu à prendre soin de la maisonnée pour plusieurs périodes d’une semaine, lorsque je devais voyager pour mon travail et il s’en sortait très bien. Il était habituellement en train de passer l’aspirateur à mon retour ou à faire la lessive, mais en général, je n’avais rien à dire de sa gestion domestique.

Je m’aperçois que je suis un peu la gardienne de l’horaire de la maisonnée. Je rappelle à Charmante Ado de me donner ses vêtements de basket pour que je puisse les laver, je lui souligne que l’échéancier pour son article dans le journal local approche à grand pas et que les devoirs passent avant l’internet. Je lui indique où elle a laissé traîner ses affaires lorsqu’elle ne les retrouvent pas et lui rappelle que le lave-vaisselle est incapable d’attraper la vaisselle qu’elle laisse sur le comptoir.

Tendre Moitié se fait rappeler que ce serait bien que la piscine soit fermée avant la première neige et qu’appuyer sur le bouton d’arrêt de la Roomba chaque fois qu’elle se met en route, ( le bruit de cette machine l’indispose) ne signifie pas que le ménage a été fait. De plus, Roomba ne nettoie malheureusement pas les cuvettes, les bains, ni les éviers. Le gazon est devenu assez haut pour qu’on y perde nos chiens, mais il a finalement été coupé dernièrement.

J’ai l’impression que lorsque je suis malade, ce qui est très rare, malgré les apparences actuelles, mes deux amours attendent simplement que je sois de nouveau sur pied. Par contre, ils sont très attentifs à mes besoins et viennent fréquemment jeter un coup d’oeil pour voir si j’ai besoin de quelque chose.

Je n’ai pas à me plaindre, j’ose à peine m’imaginer comment un parent seul peut y arriver lorsqu’il est malade, à moins d’avoir des amis très disponibles et serviables.

Lorsque je vais mieux et que je descend au rez-de chaussée, je retrouve habituellement la vaisselle dans l’évier ou sur le comptoir, le salon en désordre et mes deux trésors assis béatement. Ils sont tout à fait réjouis de me voir et ils s’activent gaiement, comme si avec ma présence, tout redevenait normal.

En ce moment même, je suis au salon depuis trente minutes et Tendre Moitié est parti chercher le voisin pour l’aider avec la piscine et Charmante Ado vient de terminer son article mensuel pour sa chronique d’animaux. Elle commence maintenant ses devoirs.

Maman va mieux, la vie recommence!

On ne peut bien gouverner sa famille qu’en donnant l’exemple.    –   Conficius
Si la théorie de l’évolution est vraie, comment se fait-il que les mères de famille n’aient toujours que deux mains?    –   E. Dussault

Horloge corporelle

rythme circadien

Il me semble fréquemment que j’aurais besoin de plus d’heures dans une journée pour accomplir tout ce que j’ai à faire. Certaines choses se déroulent souvent mieux si je les fais à une période de temps particulière, d’autres peuvent se faire n’importe quand, sans problème.

En portant attention à notre corps, nous pouvons identifier les périodes où nous sommes plus alertes et où notre énergie est la plus élevée.  Notre corps possède un rythme naturel qui est propre à chacun.

Nous essayons de tout faire, de caser toutes nos tâches durant notre journée, sans nous soucier de notre horloge biologique. Pourtant, la perturbation des rythmes circadiens a été liée à des problèmes tels que le diabète, la dépression, la démence et l’obésité, selon Steve Kay, un professeur à l’université de la Californie du Sud.

La solution serait d’identifier à quels moments certaines tâches devraient être exécutées. La plupart des adultes par exemple, performent mieux en fin d’avant-midi pour ce qui est du travail cognitif. Notre température commence à s’élever juste avant notre éveil et continue à monter jusqu’au milieu de la journée, améliorant graduellement notre mémoire de travail, notre vigilance et notre concentration. Prendre une douche chaude en se levant aiderait à mettre en branle le processus.

Nous devenons plus distraits et moins aptes à nous concentrer entre midi et seize heures selon une étude récente de Robert Matchock de l’université d’état de la Pennsylvanie. Après un repas, notre vigilance diminue et nous atteignons un sommet de somnolence vers quatorze heures, ce qui serait un bon moment pour faire une petite sieste.

Chose surprenante, la fatigue stimulerait la créativité. Pour la plupart des adultes, il vaut mieux s’attaquer à des problèmes demandant une réflexion et une ouverture d’esprit, lorsque nous sommes fatigués, dans la soirée par exemple. La fatigue permettrait à l’esprit de vagabonder plus librement pour explorer des solutions alternatives.

Il semblerait que les messages mis en ligne sur Facebook après vingt heures, tendent à recevoir le plus de mentions ‘’J’aime’’. Voilà qui peut améliorer notre humeur à peu de frais!

Nous avons tous des horloges biologiques différentes ce qui rend la synchronisation de nos horaires plus difficile. Les gens matinaux se réveillent et se couchent plus tôt et sont plus productifs au début de la journée. Les autres, eux, préfèrent se lever plus tard, commencer leur journée lentement et sont à leur meilleur dans la soirée.

Les courriels ont le plus de chances d’être lus si on les envoie avant six heures du matin, selon Dan Zrrella un chercheur dans le domaine des médias sociaux pour la compagnie HubSpot en Californie. Il a réalisé une étude basée sur des milliards de courriels et il conclut que la communication en ligne possède ses propres cycles optimaux. Le courriel est un peu le nouveau type de journal, on le consulte en se réveillant le matin.

Si l’on désire se mettre de bonne humeur, mieux vaut consulter Twitter vers huit ou neuf heures le matin, moment où les messages sont les plus optimistes, enthousiastes et moins susceptibles de contenir de la peur, de la colère ou de la culpabilité, selon une étude publiée en 2011 dans Science, qui a analysé 509 millions de tweets échangés sur une période de deux ans parmi 2.4 millions d’utilisateurs de Twitter.

On suggère que cette gaieté provient du fait que les gens sont détendus, frais et dispos au début de la journée. Durant les week-ends, le niveau d’enthousiasme atteint son plus haut niveau environ quatre-vingt-dix minutes plus tard qu’en semaine, probablement parce que les gens dorment plus tard.

Pour ce qui est de l’exercice physique, notre performance est habituellement à son meilleur entre quinze et dix-huit heures selon Michael Smolensky de l’université du Texas à Austin. La force musculaire atteint son sommet entre quatorze et dix-huit heures, pouvant atteindre un niveau de six pourcent plus élevé qu’à notre moment le plus bas de la journée. Les poumons, eux, fonctionnent 17.6% plus efficacement vers dix-sept heures que dans le milieu de la journée selon une autre étude menée par Boris Medarov du Albany Medical College à New York.

La coordination oeil-main attaint son apogee en fin d’après-midi et les muscles et articulations sont vingt pourcent plus flexibles dans la soirée, diminuant le risque de blessures.

Ces différents rythmes biologiques restent vrais quels que soient nos heures de sommeil ou notre faim. Le meilleur temps pour manger serait durant nos heures les plus actives, pour éviter de prendre du poids.

En ce qui concerne l’exercice, je peux confirmer que pour Charmante Ado et moi, la fin de l’après-midi est la meilleure période. Nous avons tenté pendant une dizaine de jours de nous lever plus tôt et de faire nos exercices en sautant du lit. Nous avons trouvé cela extrêmement difficile et désagréable. Nous avons donc déplacé notre session à dix-sept heures, lorsqu’elle arrive de l’école. Tout semble plus facile, Charmante Ado fait jouer sa musique et on s’amuse presque. Vu que ma grippe est à peu près terminée (Finalement! Je conseille fortement le vaccin cette année, car elle est féroce!), nous allons reprendre notre routine, qui a été quelque peu bouleversée.

Le rythme de la vie moderne ne nous permet pas de nous arrêter un instant sur le bord du trottoir de l’existence.   –   Pierre Dac

L’heure de la sieste

sommeil

Étant aux prises avec une grippe vraiment tenace depuis maintenant onze jours, mes habitudes de vie en sont quelque peu bouleversées. Alors que je ne fais jamais de sieste habituellement, je dors quelques heures chaque après midi, sans que cela trouble mon sommeil durant la nuit. Je me sens toujours mieux durant le reste de la journée après ce petit intermède.  Cela m’amène à m’intéresser au concept du sommeil dans la vie moderne.

Une bonne nuit de sommeil se définit habituellement par huit heures  continues de repos. Pourtant, cette vision du sommeil est assez récente. De plus, de par le monde, les pratiques varient énormément; en Chine, des millions de travailleurs font une sieste d’une heure après le repas du midi et la sieste durant la journée fait partie de la vie des habitants de pays tels que l’Inde et l’Espagne.

Un professeur d’histoire de Virginia Tech,  A. Roger Ekirch, a examiné dans les années 1990, la littérature des siècles précédents, plus particulièrement les descriptions du sommeil. Il a remarqué de nombreuses mentions de ‘’premier sommeil’’ et de ‘’deuxième ou second sommeil’’. On note par exemple que la période entre le premier et deuxième sommeil est propice à l’étude et à la réflexion.

Un médecin Français du 16e siècle prétendait ainsi que les ouvriers concevaient plus d’enfants que les hommes des classes bien nanties parce qu’ils attendaient après le premier sommeil pour faire l’amour.

Un autre chercheur, Thomas A. Wehr, un psychiatre  du National Institute of Mental Health à Bethesda au Maryland, travaillait aussi sur le sommeil à la même époque que le professeur Ekirch.

Son étude consistait à priver les participants de lumière artificielle. Les sujets passaient donc la nuit dans une pièce dépourvue de l’éclairage de la vie moderne, tels les téléviseurs, ordinateurs et téléphones.

Au début, les participants dormirent toute la nuit d’une traite, mais après un certain temps, ils se mirent à se réveiller un peu après minuit. Ils demeuraient couchés et après en moyenne deux heures, se rendormaient.

Ce schéma du sommeil est semblable à celui dont font mention la littérature ancienne. Il semble que si l’on se libère de l’emprise de la vie moderne, notre corps tendra naturellement à favoriser un horaire de sommeil divisé.

Les participants de l’étude en sont venus à aimer cette nouvelle manière de vivre leurs nuits. Une fois libérés de leurs préconceptions sur ce qui constitue une bonne nuit de sommeil, ils se sont mis à apprécier ces quelques heures en plein milieu de la nuit. Ils ont occupé leur temps d’éveil à différentes choses; à penser, à planifier la journée à venir ou à faire l’amour.

L’anxiété face au sommeil crée un cercle vicieux et aggrave l’insomnie. Il serait peut-être avantageux de considérer d’autres horaires de sommeil  que les huit heures continues.

Plusieurs études récentes suggèrent que n’importe quelle forme de sommeil profond, que ce se soit 30 minutes ou plusieurs heures, est bénéfique. Le sommeil profond prépare notre cerveau à fonctionner à un plus haut niveau, à trouver de meilleures solutions aux problèmes, à identifier les tendances plus rapidement et à se rappeler les informations avec plus de précision.

Une étude financée par la NASA et réalisée par une équipe de chercheurs menée par le professeur David F. Dinges, de l’Université de la  Pennsylvanie, a découvert que des participants à qui on a permis de faire une sieste d’aussi peu que 24 minutes ont amélioré leurs performances cognitives.

Une autre étude réalisée par des chercheurs de la City University of New York a démontré que de courtes siestes ont aidé les participants à identifier  plus de connexions entre les objets que dans le cas de sujets étant demeurés éveillés.

Robert Stickgold, un professeur de psychiatrie à Harvard Medical School, suggère que le sommeil, y compris les courtes siestes  incluant du sommeil profond, donne l’occasion à notre cerveau de décider quoi faire avec les nouvelles informations, ce qu’il doit garder et ce qui est à rejeter.

Cela pourrait être une des raisons pour laquelle nous rêvons. Notre cerveau essaierait d’établir une relation entre ce qu’il vient d’apprendre et ce qui est entreposé dans notre mémoire à long terme.

Le sommeil paradoxal (Rapid eye movement sleep) est la seule phase du sommeil durant laquelle le cerveau est aussi actif que durant l’éveil. Il semble offrir à notre cerveau la chance de concevoir de nouvelles idées et de perfectionner les compétences nouvellement acquises.

Au réveil, notre esprit est souvent plus apte à discerner l’information qui était enfouie dans une montagne d’informations.

Quelques entreprises ont commencé à offrir à leurs employés la possibilité de faire une sieste au travail. Google par exemple, croit que la sieste augmente la productivité de ses employés.

Farley Mowatt, un écrivain Canadien, a écrit le livre Mes amis les loups (Never Cry Wolf ) sur son expérience à vivre avec des loups pour les étudier.  Il a, par la force des choses, adopté leur rythme de vie et il relatait que les loups ne dorment que par courtes périodes, jour et nuit. Il  rapporte dans son livre que cette façon de dormir lui a semblé la plus rafraîchissante et la plus revitalisante, mais qu’il na pu maintenir ce rythme de vie une fois revenu à la vie moderne dans sa famille.

Pour ma part, la sieste va rester dans mon quotidien, tant que je ne serai pas remise sur pied, et possiblement par la suite.

La plus belle heure de la vie, c’est l’heure de la sieste.   –    Grégoire Lacroix
La sieste est une courtoisie que nous faisons à notre corps exténué par le rythme brutal de la ville.   –    Dany Laferrière