Toutou Parfait bionique

opération chien

Il se passe bien des choses dans la famille Opus. En commençant par la section animale de notre famille, un autre de nos rats est décédé de vieillesse en novembre dernier.  Notre dernier petit rongeur nous a quitté il y trois jours à l’âge avancé de deux ans et demi! Nous avons vécu l’expérience rat pendant près de deux ans et cela a complètement changé notre perception de cet animal. Le rat est très intelligent, super affectueux, adore jouer et explorer et apprend vite à reconnaître les gens et à venir lorsqu’on l’appelle par son nom. C’est vraiment dommage que leur durée de vie soit si courte!

Nous avons donné les cages, tous les jouets et accessoires ainsi que la nourriture qui nous restait à une famille qui a un fils de huit ans. Ils ont l’intention d’adopter deux bébés rats sous peu.

Côté canin, la semaine dernière, Toutou Parfait nous a fait une rupture du ligament croisé du genou droit. Il y a quinze mois, c’était le gauche. Cette pauvre chienne  a vraiment été fabriquée avec de l’équipement à durée de vie très limitée.

Elle a été opérée encore une fois, et la voilà avec un beau genou rafistolé. Cela lui fait un système de traction/propulsion tout neuf. Elle doit rester au repos complet, sans mettre de poids sur sa patte pendant trois semaines à un mois. Elle récupère beaucoup mieux que la dernière fois, le moral et l’appétit sont bons, alors on va passer à travers.

Le reste de notre faune familiale va bien, quoique Muësli (Grande Patronne) nous manque beaucoup.

Chez les humains, Charmante Ado a amélioré ses notes à l’école après un premier bulletin quelque peu décevant. Il a suffit d’y mettre un peu de coeur à l’ouvrage et les résultats ont été au rendez-vous. Elle parle maintenant de devenir anthropologue judiciaire, comme l’auteur de romans policiers Kathy Reichs.

Je vous avais raconté qu’elle avait recommencé le basketball malgré son problème de coude et cela se passe très bien. Elle a aussi débuté des leçons de ski alpin.

Son humeur et son caractère se sont légèrement adoucis; est-ce une accalmie due à une stabilisation des hormones adolescentes ou est-ce un signe de maturité qui perdurera? Nous en profitons pendant que ça passe.

Je travaille de plus en plus à la pension pour chiens. J’ai maintenant un poste de gérante qui me voit en charge de la pension, ce qui me permet d’instaurer un système informatique et une meilleure organisation. Les deux associées m’ont offert d’acheter la  pension d’animaux alors qu’elles garderaient les sections boutique, toilettage et cours d’obéissance. Je ne pense pas que cela se réalisera car je ne veux pas me consacrer à cela à temps plein. Cela impliquerait de très longues heures pour rendre l’entreprise rentable, avec le moins d’employés possible, au début du moins.

Ces deux associées n’ont pas encore la quarantaine alors que j’ai 53 ans. Nous ne sommes pas au même  diapason. Elles sont encore en mode croissance financière et développement  alors que je suis plutôt rendue à ralentir et à profiter  de la vie. La perspective de faire plus d’argent peut être intéressante mais la somme de travail et de temps requis pour devenir propriétaire de cette entreprise est probablement trop élevée à cette étape-ci de ma vie.

Le travail de Tendre Moitié a beaucoup ralenti, mais il a développé d’autres sources de revenu pour compenser, ce qui nous laisse encore pas mal de temps ensemble et la possibilité de participer aux activités de Charmante Ado.

Trouver l’équilibre parfait entre nos besoins financiers et notre qualité de vie n’est pas facile. Lorsque les affaires reprendront dans le domaine de Tendre Moitié, cela nous donnera plus de travail à tous les deux, car je m’occupe du côté informatique et administratif. En attendant, le travail  à mi-temps de la pension me convient tout à fait.

Si seulement Toutou Parfait pouvait ne plus avoir de pièces défectueuses à remplacer!

S’il n’y a pas de chiens au Paradis, alors  quand je mourrai, je veux aller où ils sont allés.   –   Will Rogers
Tant que vous n’avez pas aimé un animal, une partie de votre âme sera toujours sans éclat, endormie.    –   Anatole France

Partagez!

Réunion familiale

chat

Nous voici de retour de vacances et prêts pour la rentrée scolaire. Si nous avions eu des doutes sur l’attachement de nos trois petites rates envers nous, ils ont vite été dissipés lorsque nous sommes arrivés chez la dame qui les gardait en pension. Elles trépignaient de plaisir lorsqu’elles nous ont aperçus et elles ont grimpé sur nous à la vitesse de l’éclair pour quémander des caresses.

Elles étaient pourtant très bien chez cette dame, qui les a élevées jusqu’à l’âge de sept mois et qui était très contente de les revoir. Elles ont été gâtées et caressées toute la semaine, mais je crois qu’elles se sont vraiment attachées à nous à cause de l’heure quotidienne que nous passons à jouer avec elles le soir.

Nous avons aussi appris pourquoi une des rates est si craintive. Les deux autres proviennent d’un élevage de rats domestiques,  mais la troisième appartenait à un homme qui élevait des rats pour les donner à manger (vivants) à ses serpents. Les rats vivaient dans la même pièce que les serpents et voyaient leurs congénères se faire bouffer régulièrement. Il semble que cet homme vendait aussi quelques rats pour se faire un peu d’argent et c’est comme ça que notre petite rescapée a pu sortir de là.

Lorsque nous avons acheté les trois rats et les deux cages chez la dame, elle nous avait bien mentionné que l’une d’elles était très craintive, mais sans plus. Nous avons tout de suite remarqué une grande différence entre elle et les deux autres; alors que ses compagnes adorent se faire prendre et caresser, celle-ci se démène et cherche à s’échapper de nos mains avec frénésie. On sent son cœur battre à une vitesse incroyable et nous nous disions qu’elle était d’un tempérament stressé, mais on le serait à moins, lorsqu’on a vu tous ses compagnons mourir dévorés sous ses yeux. Les rats sont extrêmement intelligents et sociaux, en fait un rat seul dépérira car il a besoin d’interaction avec ses congénères. Nous avons donc un rat qui souffre de l’équivalent du ‘’syndrome post-traumatique’’.

Notre survivante semble avoir passé une étape importante dans sa vie durant cette semaine de vacances. Les trois rates ont reconnu la dame chez qui elles ont passé sept mois et même notre petite peureuse est allée à sa rencontre pour se faire caresser. À notre retour, elle s’est jointe aux deux autres pour venir dans nos bras et se faire cajoler, chose qu’elle ne fait jamais. Une fois à la maison, elle participait aux activités au lieu de rester à l’écart et elle s’approchait pour obtenir sa part de gâteries. On peut même la prendre dans nos bras sans qu’elle semble sur le point de faire une crise cardiaque.

Lorsque nous revenons à la maison après une absence de quelques jours, le seul chat en vue est généralement Grande Patronne qui trône sur la galerie avant. Les chiens sont dans leur enclos et je devrai aller investiguer ce que Tête de Mule a bien pu y faire comme bêtise, car elle est brune de la tête aux pattes, alors que Toutou Parfait est toute propre, évidemment. Peut-être que Tête de Mule est en train de creuser un tunnel pour la grande évasion, en tout cas, elle va avoir besoin d’un bon bain.

Pendant que nous défaisons nos bagages, nous avons vu apparaître un à un les autres chats, qui viennent nous dire bonjour. Au coucher, il ne manquait que Chaton Mignon, qui n’avait jamais été laissé seul si longtemps. Rappelons que nous vivons à la campagne, que les chats peuvent entrer et sortir à leur guise par une chatière et que le jeune voisin venait deux fois par jour pour nourrir toute la ménagerie et rentrer ∕ sortir les chiens. Chaton Mignon étant le bébé de Charmante Ado, elle était très inquiète de son absence et elle ne s’est pas endormie avant une heure trente du matin, espérant le voir arriver.

Lorsque je me suis levée ce matin, toujours pas de trace de Chaton Mignon. J’ai vérifié sur le site de la SPCA, qu’il ne figurait pas dans les animaux trouvés et nous discutions Tendre Moitié et moi de mettre des affiches dans le quartier pour le retrouver. J’ai décidé de monter voir dans la chambre de Charmante Ado au cas où il serait revenu durant la nuit. J’ai retrouvé Chaton Mignon confortablement installé aux côtés d’une Charmante Ado endormie. Il ronronnait comme une locomotive et s’est lové dans mes bras pour une séance de caresses.

Tout est bien dans le foyer de la famille Opus. Certaines personnes de notre entourage ne comprennent pas notre attachement aux animaux. On nous mentionne souvent les contraintes, le travail, les responsabilités qu’impliquent les animaux domestiques. Je crois que c’est un choix personnel, nous aimons les animaux et considérons ces responsabilités comme étant naturelles. Le fait de vivre à la campagne nous permet de leur donner une superbe qualité de vie, avec beaucoup d’espace et de liberté. Il est évident que nous ne pourrions pas faire la même chose si nous habitions en ville, alors que les risques pour les chats de se faire frapper par une voiture seraient énormes et que nos gros chiens seraient confinés à une minuscule cour arrière.

Nous sommes très chanceux d’avoir trouvé un endroit rural si près de la ville, qui nous permet de vivre avec des animaux tout en n’ayant pas à faire de longues distances pour le travail.

Chaton Mignon vient de sortir quelques minutes. Le revoilà qui rentre, s’assied au pied de l’escalier et miaule un petit coup pour réclamer son humain préféré qui repose encore dans les bras de Morphée. Il se résigne alors à l’attendre, bien installé dans le creux du sofa où Charmante Ado s’installe toujours. Il y restera jusqu’au réveil de sa préférée.

Petit à petit, les chats deviennent l’âme de la maison.    –   Jean Cocteau

Le rat sympathique

empathie

Suite à mon article d’hier sur les dauphins, poursuivons avec un autre animal que les gens trouvent pas mal moins mignon mais qui a pourtant beaucoup de charme quand on apprend à le connaître.

Je viens de lire une étude publiée dans la revue Science qui démontre que les rats font montre de comportement empathique en allant entre autres, aider à libérer un rat piégé, sans autre récompense que d’avoir soulagé la détresse d’un congénère.

Les rat de l’étude ont choisi de s’entraider pour se libérer de leurs contraintes, même lorsque des pépites de chocolat étaient en jeu.

Des recherches antérieures avaient démontré que l’empathie n’est pas la chasse gardée de l’humain et que certains rongeurs ont un comportement social positif.

Les rats participant à l’étude ont été groupés par sexe et confinés par paire à une cage pendant deux semaines. Ensuite, un des rats était libre de circuler librement alors que l’autre était coincé dans un tube en plastique. Le tube était fabriqué de façon à ce que le rat en liberté soit capable de libérer l’autre rat, s’il arrivait à comprendre qu’il devait faire glisser la porte.

D’autres études avaient déjà établi que les rats captent la peur et le stress chez leurs congénères et deviennent eux-mêmes effrayés, ce qu’on appelle la contagion émotionnelle.

Un niveau élevé de peur aura peu tendance à amener de l’altruisme.  Car l’on doit d’abord se calmer avant de pouvoir aider quelqu’un d’autre.

Durant l’étude avec les rats, les chercheurs ont constaté que les rats libres de circuler choisissaient de libérer leur compagnon de cage aussitôt qu’ils avaient compris le mécanisme d’ouverture de la porte, ce qui leur demandait environ une semaine.

Le mécanisme d’ouverture de la porte était difficile à comprendre car les rats devaient le soulever avec leur nez. Cela  ne pouvait pas se produire accidentellement.

Certains cages utilisées aux fins de contrôle contenaient des tubes  vides ou avec un rat en peluche et les rats de ces cages les ont ignorés complètement.

Les rats femelles montrent plus d’empathie que les rats mâles. Toutes les femelles de l’étude ont appris à faire fonctionner le mécanisme de la porte alors que 17 des 24 mâles ont fait de même.

Pour compliquer les choses, les chercheurs ont placé dans une cage un rat libre de circuler ainsi que placé deux tubes. Un des tubes contenait un rat confiné et l’autre des pépites de chocolat.ce test a été fait avec des rats qui avaient déjà réussi plusieurs fois à ouvrir la porte pour libérer leur compagnon.

Les rats, comme les humains, raffolent du chocolat. Ils ont choisi de d’abord libérer l’autre rat puis de partager le chocolat. Les rats utilisés aux fins de contrôle avaient le choix entre un tube contenant du chocolat et un tube vide. Ils ont mangé tout le chocolat la plupart du temps.

51% des rats qui avaient le choix de partager le chocolat avec leur partenaire prisonnier, l‘on fait. Ils ont ouvert la porte en premier pour libérer leur partenaire et ont partagé le chocolat. Ils auraient pu le manger seuls mais ils ne l’ont pas fait. Les chercheurs s’attendaient à voir de l’entraide mais pas un taux de partage si élevé.

Une étude future examinera l’hypothèse qu’un rat qui a déjà été confiné dans un tube sera plus rapide pour libérer un congénère emprisonné qu’un rat qui n’a pas vécu cette expérience.

Il semble donc n’y avoir aucune raison de croire que seuls les humains ont le monopole de l’empathie.

Ce n’est pas tant l’aide de nos amis qui nous aide que notre confiance dans cette aide.
–    Epicure

 

Rira bien qui rira le dernier

humour

J’ai lu aujourd’hui un article très intéressant dans le Scientific American, sur le rire chez les animaux, plus particulièrement chez les rats.

Une des découvertes les plus significatives de la dernière décennie, serait que les rats, particulièrement les jeunes rats, peuvent rire. Un scientifique, Jaak Panksepp,  a publié un article sur le sujet dans la revue Behavioural Brain Research.

Il semblerait que les rats ressentent du plaisir durant leurs jeux avec d’autres rats et qu’un moyen d’enrichir le processus relationnel de communication  et de former un engagement social est d’utiliser une forme primitive du rire.

Nous sommes loin du rire humain, mais le rire chez les rats se produirait à une haute fréquence (50 kilohertz) et consisterait en une série de pépiements qui sont différents de toutes leurs autres vocalises.

Durant plusieurs années, Jaal Panksepp et ses assistants ont mené plusieurs études sur le rire chez les rats et elles ont toutes démontré qu’il y a un chevauchement très net entre les caractéristiques fonctionnelles et expressives des pépiements des jeunes rats comparées au rire chez de jeunes enfants.

Pour faire rire les ratons, M. Panksepp utilisait le chatouillement. Les rats sont très chatouilleux, particulièrement dans la région de la nuque et c’est aussi à cet endroit que les ratons s’attaquent lorsqu’ils jouent à renverser un autre rat sur le dos  et à  le clouer au sol.

Les rats les plus chatouilleux étaient aussi ceux qui étaient les plus joueurs. Le scientifique a découvert que le rire chez les rats encourageait l’attachement. Les rats chatouillés vont chercher des contacts avec les mains humaines qui les ont fait rire précédemment.

Comme pour les humains, un stimulus environnemental négatif diminuera dramatiquement l’apparition du rire chez les rats. Par exemple, même si on chatouille un rat constamment, une odeur de chat dans les parages empêchera le rat de rire.

Le scientifique a aussi découvert que les femelles adultes sont plus réceptives que les mâles mais qu’il est plus difficile de faire rire des adultes en les chatouillant que de jeunes ratons, sauf si les adultes ont été chatouillés très souvent depuis leur enfance.

Si l’on donne le choix à un raton entre deux rats adultes, un qui pépie beaucoup et un qui ne le fait pas; le raton passera sensiblement plus de temps avec l’adulte qui semble plus joyeux.

Alors, est-ce que le rat rit vraiment, ou bien est-ce seulement une réaction instinctive comme le ronronnement chez le chat? Difficile à vérifier pour nous car l’oreille humaine ne perçoit pas de son au-delà de 20 kilohertz. Je peux cependant confirmer que les rats adorent être chatouillés et qu’ils sont plus attirés vers moi qui suit la seule à leur faire des chatouilles, pour le moment. Mais je crois que tout le monde va s’y mettre.

 

Le rire est un tranquillisant sans effets secondaires.    –   Arnold H. Glasgow

Rat-ification

rats

Comme mentionné il y a quelques jours, nous avons récemment acquis trois petites femelles rats. Ces créatures sont adorables. Elles étaient un peu timides au début, mais elles se sont enhardies et elles viennent maintenant nous voir et nous toucher par elles mêmes.

Chaque soir, après le repas, nous les sortons de leur condo à étages et nous nous installons avec elles sur la terrasse . Nous recouvrons la table et Charmante Ado place différents objets pour les stimuler. Il y a des tunnels, des modules de jeux de poupées Barbie, un plateau qui tourne et  un plat de légumes et de fruits coupés.

Elles attendent ce moment avec impatience. C’est le point culminant de leur journée. Elles s’activent dans les parcours que Charmante Ado leur crée avec les tunnels et elles viennent nous voir pour obtenir des caresses. La prochaine étape sera de leur enseigner des trucs. Elles sont très ingénieuses et adorent explorer. Charmante Ado a ressortit un jouet de Littlest Pet Shop. C’est un distributeur de friandises pour animaux. La grandeur du distributeur est parfaite pour les rats. Il y a trois compartiments et de petits leviers pour faire tomber les friandises. Charmante Ado veut les entraîner à résoudre des problèmes et elle fait des recherches sur comment construire un labyrinthe avec parois amovibles.

Les rats ont la réputation d’être sales mais pourtant nos femelles passent de longs moments à se nettoyer en se frottant vigoureusement avec leurs pattes de devant. Elles mangent un morceau ou deux de framboise et c’est suivi par un nettoyage en règle du bout des pattes au bout des oreilles.

Nous avons de chats, des chiens, des poissons et des tortues. Avoir des rats est très différent. Lorsque nous entrons dans la pièce où elles se trouvent, il est presque impossible de les ignorer. Elles nous regardent intensément et elles attendent pour une interaction. Elles recherchent le contact et écoutent nos paroles en penchant la tête de côté.

Dans leur condo, elles dorment pêle-mêle dans un hamac. Les rats ne vivent pas très longtemps, au plus trois ans.  Charmante Ado est bien contente d’avoir choisi des rats plutôt qu’un lézard ne serait-ce que pour l’interaction. Ces petites bêtes ont chacune leur personnalité, l’une est affectueuse, la deuxième est aventureuse et aime faire des bêtises et la troisième est timide mais elle bien les caresses.

La gestion de tout cela se fait vraiment bien à date, Charmante Ado est responsable de leur entretien et elle s’acquitte bien de sa tâche.

Nous savions que les rats étaient intelligents mais nous sommes tout de même surpris de voir leur soif d’interaction avec nous. Elles nous regardent dans les yeux et nous écoutent parler avec le plus grand sérieux. Les chats vont souvent nous ignorer superbement selon leur humeur et ne pas réagir lorsqu’on les appelle. Les chiens eux, ont  parfois l’air de dépendants affectifs tellement ils sollicitent les caresses.

Pour les rats, c’est une relation différente. Les nôtres semblent avoir des attentes envers nous et il y a comme un échange donnant-donnant presque immédiat. La grande différence avec les autres animaux est l’intensité de leur attention à notre égard. En notre présence, elles interagissent avec nous et n’irons pas dans un coin pour nous ignorer. Au contraire, elles recherchent notre regard et les contacts.

C’est vraiment une nouvelle expérience assez agréable d’apprendre à connaître la personnalité et les particularités d’une autre espèce si intelligente.

Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements.    –   Charles Darwin