Quand la volonté ne suffit pas

volonté

Comment arriver à se motiver lorsque nous devons étudier pour un examen ou travailler avec une échéance très stricte au boulot?

Plus une tâche est désagréable, plus nous avons besoin de faire montre de volonté pour y faire face. Malheureusement, nos réserves de volonté s’épuisent rapidement et nous avons besoin de d’autres mécanismes pour persévérer et atteindre un haut niveau de performance.

Quelle est la force qui pousse certains à agir et à réussir alors que d’autres perdront rapidement leur enthousiasme et n’atteindront pas leur objectif? Nous avons dès notre plus jeune âge la motivation d’apprendre et d’accomplir de nouvelles choses. En grandissant et à travers les différentes étapes de notre vie, nous apprenons ce qui nous motive et ce qui ne fonctionne pas du tout.

On définit généralement la motivation comme étant la force qui nous pousse à agir. Elle nous stimule à travailler fort et à réussir ce que nous entreprenons. La motivation influence notre comportement et notre capacité à atteindre nos objectifs. Il y plusieurs sortes de motivation et chacune nous inspire d’une manière et à un niveau différent. Comme les gens n’ont pas des personnalités uniformes, il en découle qu’il n’y a pas de type de motivation qui fonctionne pour tous.

La motivation incitative implique une récompense, monétaire ou non. Plusieurs personnes sont stimulées par la certitude qu’elles seront récompensées d’une certaine manière une fois l’objectif atteint. Les bonus et les promotions au travail sont des incitatifs qui sont utilisés pour motiver les travailleurs.

La peur est une motivation qui implique des conséquences. Elle est souvent utilisée lorsque la motivation incitative a échoué. Les punitions ou les conséquences négatives sont des outils de la motivation par la peur. Ils servent fréquemment pour motiver les étudiants à l’école et aussi dans le monde du travail pour stimuler les employés. Si nous enfreignons les règles ou n’atteignons pas un objectif, nous serons punis.

La motivation de réussite est souvent appelée le désir de compétence. Nous sommes poussés à atteindre des objectifs et à faire face à de nouveaux défis.  Nous voulons améliorer nos talents et prouver notre compétence à la fois aux autres et à nous-mêmes. Ce sentiment d’accomplissement et de réussite est généralement intrinsèque. Il arrive parfois que la motivation de réussite implique une reconnaissance extérieure. Nous ressentons souvent le besoin ou le désir de recevoir une rétroaction positive de nos pairs ou de nos supérieurs. Cela peut aller d’une simple tape sur l’épaule à un prix officiel.

Le besoin de s’améliorer est une motivation totalement intérieure. Un fort désir d’augmenter notre connaissance de soi et du monde extérieur est une forme de motivation très forte. Nous cherchons à grandir et à nous développer en tant qu’individus. Le désir de changement est aussi une forme de désir de croissance personnelle. Plusieurs d’entre nous sont modelés par notre personnalité ou notre éducation à chercher constamment le changement dans notre environnement ou nos connaissances. Nous considérons la stagnation comme étant négative et indésirable.

La motivation par la puissance peut prendre la forme d’un désir d’autonomie ou de la volonté de contrôler les gens de notre entourage.  Nous voulons avoir des choix et du contrôle sur nos vies. Nous cherchons à vivre notre vie de façon autonome et à prévoir le genre de vie que nous aurons dans le futur.

Nous cherchons aussi à contrôler les autres. Certaines personnes ont un plus fort désir de contrôle que d’autres. À l’extrême, le besoin de pouvoir peut mener les gens à des actes blessants, immoraux ou illégaux. Dans d’autres situations, ce sera seulement un désir d’influencer le comportement des autres. Nous voulons simplement que les gens fassent ce que nous voulons, lorsque nous le voulons et de la façon dont nous voulons que cela soit fait.

Les facteurs sociaux sont aussi une source de motivation pour bien des gens. Cela peut être un désir d’appartenance ou d’être accepté par un groupe, ou un besoin de créer des liens avec les gens.

Un désir véritable et passionné de contribuer et d’avoir une influence positive sur la vie des autres est une autre source de motivation sociale.

En connaissant les différentes sortes de motivation, nous pouvons déterminer celles qui sont le plus efficaces pour nous pousser à agir et aussi celles qui fonctionnent le mieux pour notre entourage. Aucune de ses motivations n’est bonne ou mauvaise, le résultat final dépendra entièrement de l’usage que nous en ferons.

Qu’est-ce que le génie ?  Avoir un but élevé et vouloir les moyens d’y parvenir.   –  Friedrich Nietzsche
Ne vous souciez pas des échecs, souciez-vous des chances que vous laissez échapper lorsque vous n’essayez même pas.   –   Jack Canfield
Bien que personne ne peut revenir en arrière et prendre un nouveau départ, tout le monde peut commencer à partir de maintenant et écrire une nouvelle fin.   –  Carl Bard

Partagez!

Une année mémorable

changement

Notre maisonnée a entrepris de mieux s’alimenter et surtout de surveiller les portions que nous absorbons, ce qui semble être notre principal problème. Nous utilisons donc un système qui nous permet de savoir combien de calories  ingurgitées chaque jour.

Après un mois d’utilisation du site Web et de l’application MyFitnessPal, je peux vous confier que c’est un succès retentissant! J’ai perdu 17.3 livres (7.8 kilos), Tendre Moitié affiche une perte de 11.1 livres (5 kilos) et Charmante Ado se retrouve avec 11.3 livres (5 kilos et des poussières) en  moins.

Je crois que ma perte de poids plus grande est quelque peu biaisée, probablement par une rétention d’eau, car j’ai « perdu«  près de dix livres dans la première semaine. Dans les semaines qui viennent, je crois que la perte sera beaucoup plus modeste et raisonnable.

Nous avons chacun une approche différente, quoique nous prenions nos repas ensemble et mangeons la même chose la plupart du temps. Je mise beaucoup sur l’exercice, mais je n’utilise pas les calories dépensées ainsi, pour augmenter mon quota quotidien.Le programme du site Web ajoute automatiquement les calories dépensées au quota de la journée.  Charmante Ado au contraire, a des journées très intenses physiquement, les jours où son horaire inclut à la fois un cours d’éducation physique  et une pratique ou un match de basketball.

Charmante Ado a donc choisi de considérer sa moyenne hebdomadaire plutôt que quotidienne. Ainsi, elle mange un peu plus les jours d’activités physiques, mais elle garde une partie des calories « gagnées«  en faisant de l’exercice, pour le jour suivant. Cela lui permet d’avoir une alimentation assez régulière, sans trop de hauts ou de bas. Certains diront qu’une adolescente ne devrait pas être à la diète parce qu’elle est en pleine croissance, mais Charmante Ado avait vraiment accumulé un excès de poids qui la ralentissait au basketball et la rendait inconfortable. Son médecin croît que sa croissance est en grande partie terminée, (six pieds un pouce/ un mètre 83) et que ses genoux, qui la font déjà souffrir,  se porteront mieux en perdant un peu de poids.

Sans rendre public la perte de poids désirée, nous en avons pour un bon bout de temps, peut-être même l’année entière, particulièrement si l’on considère que la perte ralentira progressivement à mesure que nous nous rapprocherons du poids idéal. Cela ne nous dérange pas du tout car nous avons l’impression de gérer un budget. C’est un budget alimentaire au lieu de financier et nous gérons nos calories au lieu de dollars.

J’ai entré dans le programme MyFitnessPal plusieurs recettes que je cuisine fréquemment, ce qui nous simplifie grandement la vie, car plus besoin de calculer les calories ni les portions, tout est dans le programme. Nous avons chacun un petit déjeuner préféré, qui se répète presque chaque jour. Dans ce cas-là, nous n’avons qu’à cocher le bouton « Copy meal  from yesterday«  (copier le repas d’hier) et le tour est joué.

Un des grands avantages de ce programme est que Charmante Ado peut voir concrètement les bienfaits de l’exercice physique. Elle est toujours étonnée de voir le nombre de calories qu’elle brûle durant une pratique de 90 minutes au basketball. Elle manipule ses calories comme l’argent qu’elle gagne; une partie pour l’immédiat (manger quelque chose), elle en met un peu de côté pour le court terme (se permettre une gâterie le lendemain) et elle laisse le restant des calories dépensées faire leur travail et diminuer son poids.

Elle ne voit donc pas ce que nous faisons comme une punition ou une imposition. Elle a même réalisé que lorsqu’elle aura atteint son poids cible, elle aura besoin de moins de calories et qu’elle devra continuer à gérer les calories absorbées et dépensées pour maintenir le meilleur équilibre possible. Probablement, qu’à la longue, nous le ferons instinctivement, comme le font les gens qui n’ont jamais eu de problèmes de poids, mais pour le moment, nous devons défaire de mauvaises habitudes et en établir des nouvelles bien fermement avant de nous fier à notre intuition.

Tendre Moitié, avec ses genoux en ruine, ne peut pas bouger beaucoup, mais il aura ses infiltrations de cortisone dans moins de six semaines, après six mois d’attente. Nous espérons que cela diminuera la douleur pour lui permettre de bouger un peu car la simple marche lui avait fait perdre beaucoup de poids lors d’un voyage à New York, il y a quelques années.

La réadaptation de Toutou Parfait me donne l’occasion de sortir prendre des marches deux fois par jour, peu importe la température. De plus, je me suis créé un exercice maison, facile, rapide et intense. Je fais jouer un morceau de musique avec beaucoup de rythme, d’une durée de quatre à cinq minutes, et je monte et descend l’escalier sans arrêt durant toute la chanson. Je le fais deux fois par jour et je suis passé de onze escalades aller-retour à treize. C’est très efficace pour augmenter le rythme cardiaque et cela a le mérite d’être court au point où je peux le faire à tout moment, en attendant que l’eau bout par exemple.

La prochaine étape sera de travailler avec des poids pour augmenter la force de mes bras qui est pathétique. J’avais une routine de quinze minutes que je faisais avec Charmante Ado l’été dernier et je vais tenter de m’y remettre, probablement seule, car durant la saison de basketball, son niveau physique est nettement supérieur au mien et elle n’a pas vraiment besoin de « garder la forme« .

Les affaires sont plutôt au ralenti de ce temps-ci et j’ai envoyé hier mon texte pour le concours littéraire Zone d’écriture de Radio-Canada, dans la catégorie Récit. Le gagnant de la catégorie Nouvelle, à laquelle j’ai aussi participé en septembre dernier, est généralement annoncé à la fin mars. Ne me reste plus qu’à travailler sur mon roman qui n’avance pas tellement.

Je suis par contre très heureuse de voir que plusieurs de mes objectifs pour 2013; perte de poids, exercices, concours d’écriture, se réalisent peu à peu. Nous avons le choix d’avoir une année quelconque; dont nous ne nous souviendrons que vaguement, 365 jours qui ne laisseront que peu de traces, ou d’avoir une année extraordinaire; qui nous marquera au point d’être un point de repère dans notre vie.

Je choisis d’avoir une année mémorable. Et vous?

Une vie sans avenir est souvent une vie sans souvenir.   –   Hervé Bazin
Le souvenir de l’effort est toujours un souvenir heureux et l’on sourit aux anciennes misères vaincues.   –  Jean Guéhenno

Que 2012 se tasse!

Tasses 2013

Le dernier article de l’année est l’occasion de faire un bilan. En ce qui concerne ce blogue, le nombre de visites  a été dix fois plus élevé en décembre 2012 qu’en décembre 2011, ce qui donne une progression encourageante de fréquentation. 47% des lecteurs proviennent de  France, 27% du Canada et le reste d’un peu partout dans le monde.

Le fait d’avoir diminué la fréquence des articles à trois jours par semaine n’a eu aucun effet sur le nombre de visites, mais m’a redonné un peu de temps libre et un second souffle pour persévérer.

Côté personnel, j’ai atteint sept de mes seize objectifs pour 2012, ce qui semble très ordinaire comme résultat, mais je suis tout de même satisfaite, car je comprends pourquoi les objectifs non atteints n’ont pas fonctionné. En général, ce sont les objectifs financiers qui ont eu le moins de succès. Je réalise maintenant que j’aurais dû me donner des échéances et des étapes précises, comme le fait Val sur son blogue FinirRiche.net. Elle a des objectifs financiers détaillés avec une progression souhaitée et des échéanciers précis. J’ai été trop vague, avec des objectifs comme faire des paiements supplémentaires sur l’hypothèque, sans planifier comment j’allais m’y prendre. Évidemment, tout au long de l’année, il y a eu constamment des évènements ou des choses qui ont eu priorité sur ce vague souhait et il est resté incomplet.

Les objectifs créatifs ont pour leur part eu plus de succès. J’ai complété mon année entière d’articles quotidiens sur ce blogue, le 7 novembre 2012. J’ai écrit une nouvelle que j’ai soumise au concours Zone d’écriture de Radio-Canada en octobre dernier. Je n’ai pas progressé aussi rapidement que je l’aurais voulu au piano,  mais une bonne discussion avec le professeur il y a quelques semaines m’a rassérénée  Elle m’a expliqué que la complexité des pièces exigeait que l’on passe plus de temps sur chaque morceau pour bien assimiler les nouvelles techniques.

Les objectifs santé ont eu un succès mitigé. Nous avons une alimentation équilibrée et santé. Nous faisons attention aux hydrates de carbone en évitant le pain, les pommes de terre, le riz , les pâtes et les aliments préparés du commerce. Il nous reste à contrôler nos portions plus soigneusement. L’objectif de l’exercice physique s’est bien déroulé pour Charmante Ado et moi, avec une légère diminution de notre ardeur dans les deux derniers mois, mais pas pour Tendre Moitié, qui a les genoux en si mauvais état qu’il ne peut participer à nos routines.

Je m’encourage en réalisant que j’ai atteint deux fois plus d’objectifs en 2012 qu’en 2011, je suis donc sur la bonne voie. En 2013, j’ai réparti mes objectifs en dix catégories:

Catégorie #1    Santé
Catégorie #2    Forme physique
Catégorie #3    Créativité
Catégorie #4    Travail
Catégorie #5    Finances (Revenus)
Catégorie #6    Finances (Dettes)
Catégorie #7    Finances (Épargnes)
Catégorie #8    Famille
Catégorie #9    Voyages
Catégorie #10   Éducation / Apprendre

Chaque catégorie comporte des objectifs précis, avec les actions détaillées qu’il faudra prendre  chronologiquement pour y arriver. J’ai mis une échéance pour chaque étape et je ferai une évaluation de la progression une fois par trimestre, au changement de saison.

Certaines choses ne sont qu’une progression de l’année précédente. La seule chose entièrement nouvelle est dans la catégorie Éducation /  Apprendre. En 2013. je veux apprendre l’espagnol. J’en ai déjà su suffisamment pour me débrouiller en voyage et suivre une conversation légère, mais le manque de pratique a fait son oeuvre et j’ai pratiquement tout oublié. Je veux m’y remettre sérieusement et j’ai fait un plan de la progression souhaitée pour 2013. Je vais commencer par me mettre au niveau de Charmante Ado qui en est à sa deuxième année d’espagnol à l’école et ensuite, j’aimerais que nous progressions ensemble.

2013 sera l’année consacrée au Roman, que je me promets d’écrire depuis ma tendre enfance. Après plus d’un an sur mon blogue, je sais que je peux écrire et plus important encore, que je peux intéresser les gens avec mon écriture. J’ai acquis une certaine discipline personnelle et je sais me réserver du temps et un endroit propice pour écrire. Tendre Moitié et Charmante Ado sont extrêmement respectueux de mon temps d’écriture, ce qui est un support inestimable.

Voilà pour mon bilan 2012. Nous finissons l’année en réalisant divers bricolages et en jouant à des jeux de société. Hier, Tendre Moitié nous a décoré de nouvelles tasses pour l’année à venir (photo ci-haut), alors que je décorais un plateau à bougies et que Charmante Ado complétait une cabane pour ses rats.

Bonne Année 2013 à tous!

 

Celui qui n’a pas d’objectifs ne risque pas de les atteindre.  –   Sun Tzu
Le commencement est beaucoup plus que la moitié de l’objectif.    –  Aristote

C’est mon anniversaire!

 anniversaireNous y sommes, aujourd’hui est la date anniversaire de ce blogue. Un an d’articles quotidiens, ceci est mon 367e en ligne. Certains jours, je me suis demandée comment j’allais pouvoir y arriver, avec le travail, le piano, le basketball de Charmante Ado et les pannes passagères d’inspiration.

Je me demande sérieusement comment les gens qui ne blogue que sur un seul sujet peuvent y arriver. Je me permet de parler de tout ce qui m’intéresse, ce qui me donne beaucoup de latitude. Certains lecteurs vont préférer certains sujets plutôt que d’autres, mais j’ai tout de même réussi à les garder fidèles au rendez-vous.

Les sujets les plus populaires sont les animaux en général et ceux où je parle de ma vie de tous les jours.  Pourtant, aucun des deux articles qui arrivent en première position parmi les plus lus ne parlent de moi ou d’animaux: La confiance ne se réclame pas, elle se gagne et Parler est un besoin, écouter est un art.

Parler est un besoin, écouter est un art est l’article qui est resté en première position de popularité pendant presque toute l’année, il n’a été rejoint par l’autre que tout récemment.

Le nombre de lecteurs  a explosé en septembre dernier, en augmentant de 50% en un mois. Cela s’est poursuivi en  octobre, alors que les visites ont doublé par rapport à celles du mois précédent. Le plus grand nombre de visites en une journée a été le 1er novembre dernier, avec l’article À bout de souffle.

J’ai été quelque peu étonnée de constater que mes lecteurs se trouvaient en grande partie hors du Québec. Voici les six pays où j’ai le plus de lecteurs, selon Google Analytics:

  1. France           52,41 %
  2. Canada          26,93 %
  3. Maroc             3,76 %
  4. Belgique          3,19 %
  5. Suisse            1,35 %
  6. États Unis       1,35 %

C’est fascinant toutes ces statistiques et j’ai eu la sagesse de suivre tout cela dès le début du blogue, avec trois recenseurs de statistiques différents: Google Analytics, Sitemeter et SlimStat. Il y a aussi Jetpack qui est intégré directement à WordPress. Sur une longue période, les chiffres sont assez similaires, quoique les données quotidiennes varient quelque peu. J’avais aussi pris soin de ne pas comptabiliser toutes les visites provenant de nos propres adresses IP, pour ne pas gonfler les chiffres artificiellement.

Pour ce qui est du futur de ce blogue, je ne suis pas tout à fait décidée. La pression de produire un article par jour est assez importante, lorsqu’on a déjà un travail à temps plein, une famille et d’autres intérêts. Je jongle depuis un mois ou deux avec l’idée de réduire la fréquence des articles à trois fois par semaines, les lundi, mercredi et vendredi.

J’aurais ainsi plus de temps pour un autre item de ma Bucket List, qui est d’écrire un roman. J’y travaille par temps libre, mais en ce moment, les temps libres sont plutôt rares. Je ne suis jamais arrivée à avoir de façon constante, une banque d’articles écrits à l’avance. J’aurais aimé avoir toujours deux semaines d’articles  en réserve, pour me permettre quelques jours de congé à l’occasion.

Avant de diminuer la fréquence, je vais m’atteler sérieusement à cet objectif et si je parviens à me constituer une réserve, je pourrai continuer à publier quotidiennement. Un article me demande en moyenne trois à quatre heures, certains prennent jusqu’à cinq heures et quelques uns peuvent être écrit en 90 minutes, mais c’est plutôt rare. La recherche à elle seule, prend beaucoup de temps, mais je n’ai jamais été si bien informée de ce qui se passe dans le monde et des recherches scientifiques récentes ou en cours. C’est tout de même très éducatif pour moi aussi. Je ne connais pas toujours le sujet à fond avant de l’écrire.

Tendre Moitié et Charmante Ado sont très conscients que j’ai besoin de temps pour écrire un article et la première question  lorsque nous nous assoyons pour le repas du soir est de s’enquérir si mon article du lendemain est prêt, car cela influencera le déroulement de la soirée. J’ai beaucoup de support et d’encouragement de leur part et je n’ y serais pas arrivée sans leur aide et patience.

Voilà, je me souhaite un très joyeux anniversaire ainsi qu’à vous fidèles lecteurs qui m’avez suivi toute l’année. J’espère que vous continuerez à fréquenter ce blogue, car cet objectif n’était qu’une étape dans un long parcours qui ne fait que commencer, car aussi longtemps que je vivrai, j’écrirai.

Merci à tous

 

Celui qui n’a pas d’objectifs ne risque pas de les atteindre.    –    Sun Tzu
Le bonheur ce n’est ni l’amour, ni la richesse, ni le pouvoir. Le bonheur, c’est la poursuite d’objectifs réalisables.   –   Helen Fielding

Ce que je crois que je veux

savoir ce que l'on veut vraiment

Lorsque je travaillais pour une compagnie dans un lieu de travail  qui me demandait de passer près de trois heures en voiture pour m’y rendre et en revenir, je regardais Tendre Moitié qui était travailleur autonome et je me disais que c’était ce que je voulais.

Je suis maintenant travailleur autonome depuis deux ans. Je ne regrette pas ce changement car cela a grandement amélioré ma qualité de vie, même si cette voie est moins avantageuse et sécuritaire financièrement.

Périodiquement je m’interroge sur ce que je veux vraiment. Je sais ce que je veux dans mon avenir; guider Charmante Ado vers la vie adulte, garder le même niveau de vie (assez simple), donc voir à maintenir ou augmenter nos revenus, avoir une retraite graduelle où les voyages figureraient de façon importante, et demeurer en santé en vieillissant.

Tous ces objectifs impliquent des actions présentes pour s’assurer que ces désirs pourront être réalisés dans le futur. Je m’en sors assez bien de ce côté là.

Là où il m’arrive de m’interroger, c’est sur ce que je veux présentement.  Le problème est que je ne sais pas vraiment quels sont mes désirs actuels.

Je me livre parfois à un jeu qui consiste à me demander ce que je ferais avec trois souhaits alloués instantanément par un quelconque génie. Invariablement, le premier souhait serait que notre petite famille de trois soit en parfaite santé et dans une forme splendide. Ce critère nous permettrait alors d’accomplir énormément de choses désirables, plus ou moins identifiées en ce moment. Je souffre d’arthrite et d’une maladie immunitaire chronique qui m’incommode fortement par épisodes, Tendre Moitié a un genou qui devrait être remplacé, mais il y a une foule de contre-indications à l’opération et Charmante Ado a aussi un problème de genou, hérité du basketball.

Je n’arrive habituellement pas à me décider avec les deux autres souhaits. Je pourrais bien sûr demander d’être riche ou sans souci financier, mais je ne crois sincèrement pas que cela augmenterait mon niveau de bonheur. Donc, qu’est-ce que je veux vraiment en ce moment même? Comment satisfaire un désir que l’on n’arrive même pas à identifier?

Si ce n’était d’un vague sentiment d’insatisfaction, je pourrais me contenter de ma vie présente en me disant qu’elle me comble, mais il y a ce petit inconfort qui me chuchote qu’il manque quelque chose. C’est quand même incroyable que la perspective de pouvoir obtenir magiquement n’importe quel désir ne me soit pas d’une aide véritable.

Mon problème est que j’ai une foule d’objectifs à long terme mais très peu d’objectifs à court terme. Je travaille constamment pour des bienfaits futurs et une petite voix intérieure se plaint que ceci est très bien mais qu’il manque des satisfactions, des gratifications, du plaisir dans ma vie actuelle.

C’est un peu comme les gens qui travaillent comme des damnés pendant des dizaines années en sacrifiant loisirs, familles et amis, pour avoir une retraite de rêve. Ils étouffent leurs désirs présents pour un gain futur. Reste à savoir si les amis , la famille et même leur propre personne seront encore là pour jouir de tous les fruits de ce travail, une fois le moment enfin arrivé.

Une Bucket List est un exercice d’objectifs à plus ou moins long terme, des choses que nous voulons vraiment. Toutefois, une grande partie de ces réalisations impliquent beaucoup d’efforts et de travail sur une longue période de temps, comme d’écrire un article de blogue par jour pendant un an ou travailler à se remettre en forme. La progression vers un objectif complété apporte une certaine satisfaction sinon un plaisir actuel.

Je crois que ce que je recherche vraiment, c’est d’avoir plus de plaisir et de satisfaction dans ma vie actuelle; quotidiennement, sans que cela demande nécessairement un effort important. Sans tomber dans les théories Nouvel Âge ou ésotériques, je dois m’accorder des moments de plaisir pour satisfaire cette petite voix insistante qui exige qu’on lui fournisse quelque chose à apprécier.

J’ai un sentiment du devoir assez prononcé et je vais habituellement m’assurer que tout ce que je « devrais » faire soit complété avant de considérer faire quelque chose juste pour le plaisir. Je pense finalement, que c’est ce à quoi que ma petite voix réfère.

C’est bien beau le sentiment de responsabilité et du devoir, mais il y a aussi un petit récipient dans notre être intérieur, marqué « satisfaction immédiate » ou « plaisir personnel  » qui DOIT lui aussi être rempli chaque jour.

En discutant de ceci avec Tendre Moitié à l’instant, nous relevons une différence fondamentale entre nous deux. Tendre Moitié ne perd jamais de vue l’équilibre entre les obligations et le plaisir alors que j’ai tendance à ne penser à moi qu’une fois TOUTES les obligations (réelles ou imaginaires) remplies. Je me retrouve fréquemment à onze heures ou minuit en me disant « Ouf, c’est fini, j’ai maintenant un peu de temps pour moi », pour réaliser que la journée est terminée et que tout recommencera le lendemain.

Un autre exemple flagrant est l’heure du repas. Tendre Moitié aime relaxer et jaser à table après le repas. « J’aime » (ou je crois devoir) tout nettoyer pour continuer avec mes prochaines tâches. Il y a un certain milieu à rechercher je crois.

Si je m’accordais une heure juste pour moi et mes désirs, je la passerais probablement à revoir mentalement mes obligations et à les prioriser pour pouvoir repartir à fond de train après cette « pause »!

Je vais devoir envisager de devenir un peu plus cigale et un peu moins fourmi pour satisfaire cette petite voix intérieure.

Il faut savoir ce que l’on veut. Quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire ; quand on ledit, il faut avoir le courage de le faire.    –   Georges Clemenceau
Le bonheur, c’est savoir ce que l’on veut et le vouloir passionnément.    –  Félicien Marceau
nous avons une grande force, … c’est de ne pas savoir exactement ce que nous voulons. De l’incertitude profonde des desseins naît une étonnante liberté de manoeuvre.   –   Jean Anouilh