Les cycles de la vie

changement

J’ai remarqué il y a plusieurs années que je passe régulièrement à travers des cycles qui semblent durer plus ou moins sept ans.

J’ai vécu en Californie sept ans, puis je suis revenue au Canada. J’ai eu une promotion dans ma nouvelle carrière en revenant au pays, après sept ans. Après avoir habité sept ans sur une île, j’ai commencé à ressentir le besoin de nouveauté, de changement, de défi.

Cette fois-là m’a amené à faire un choix que j’ai intensément regretté par la suite. Nous avons quitté notre île, attirés par une très grosse promotion dans mon travail. J’ai détesté ce nouveau poste et cela nous a amenés à déménager encore une fois et à faire chacun un changement de carrière.

Nous voici donc, près de sept ans plus tard, travailleurs autonomes dans une région différente du Québec. La vie est belle, les finances pourraient être meilleures mais notre qualité de vie est excellente. Nous avons beaucoup de liberté et le loisir de décider par nous-mêmes de notre quotidien et de notre avenir.

Aujourd’hui, pour je ne sais quelle raison, je suis allée sur le site Web de mon ancien employeur. J’y ai vu une offre d’emploi pour un poste dont je rêvais il y a plusieurs années. Le poste n’est pas dans notre ville et impliquerait un déménagement, avec tout le déracinement que cela implique.

J’ai quitté cet employeur en excellents termes et je crois que j’aurais une bonne chance d’obtenir ce poste avec mon expérience considérable dans le domaine. Les conditions de travail sont bonnes et le salaire est excellent. En fait, si j’obtenais ce poste et que Tendre Moitié suivait une formation pour atteindre le prochain niveau dans sa profession, il pourrait probablement obtenir un poste important dans un organisme gouvernemental de cette ville.

J’ai donc passé une parte de la journée à rêver à une nouvelle vie. La question financière est  évidemment importante et il est certain que nous serions en bien meilleure posture si j’obtenais ce travail. Tendre Moitié pourrait poursuivre comme travailleur autonome ou suivre la formation mentionnée plus haut. Avec l’une ou l’autre de ces deux hypothèses, nous améliorions grandement nos finances et notre retraite éventuelle.

À tout hasard, j’ai envoyé mon CV avec une belle lettre d’introduction. Il reste encore une semaine au concours alors nous avons le temps d’y penser et d’en discuter. Par contre, à mesure que la journée avançait, mon enthousiasme se tempérait.

C’est un travail intéressant mais exigeant avec de longues heures et probablement beaucoup d’heures supplémentaires. J’aurais probablement un long trajet à parcourir pour me rendre au travail, si l’on s’installait à un endroit où Tendre Moitié pourrait oeuvrer dans son domaine.

Écrire sera moins facile car j’aurai moins de temps libre. Il y a aussi Charmante Ado qui devra changer de ville et d’école, en secondaire deux, ce n’est pas évident de recommencer et de se refaire un groupe d’amis.

Dans le fond, mon questionnement se fait principalement sur le côté financier. Est-ce que je choisis plus d’argent ou moins d’argent. Plus d’argent implique des sacrifices pour tous, moins de liberté, moins de temps ensemble et un déracinement pour tous.

Il y a sept ans, j’ai accepté un poste avec un salaire beaucoup plus élevé et le résultat a été désastreux. Je me suis retrouvée dans un rôle de gestion pour lequel je n’étais absolument pas faite, quoique qu’étrangement, mon employeur me trouvait très compétente et était très satisfait de ma performance. Pourtant, je ne dormais plus, je me faisais un sang d’encre et je n’arrivais pas à me détacher des agissements des employés qui étaient en mode revendication intensive.

Disons que cette expérience m’a beaucoup marquée et que j’ai regretté d’avoir quitté notre île si tranquille. C’est pourquoi, j’hésite aujourd’hui à m’emballer pour cette ‘’nouvelle vie’’. Si jamais on m’offre ce poste, je veux être certaine que nous aurons considéré toutes les implications cette fois-ci.

J’ai peur de regretter notre environnement présent même s’il m’ennuie quelque peu en ce moment. Si ce nouveau poste n’est pas l’Eldorado espéré, je risque de m’ennuyer de ma liberté, plus pauvre certes, mais sereine.

Tendre Moitié ne semble pas très chaud pour le changement mais il ne dit pas non. Nous allons prendre le temps d’en discuter ensemble en famille et nous prendrons une décision si on m’offre le poste.

Tout cela se résume à l’argent versus la qualité de vie. Je ne crois pas que nous puissions avoir une meilleure qualité de vie. Plus d’argent nous permettrait plus d’épargnes et une retraite plus tranquille mais ce ne serait qu’une sécurité d’esprit. Le statu quo nous amènera aussi là où nous voulons aller, mais nous serons moins nantis financièrement et devrons probablement travailler plus longtemps, ce qui n’est pas vraiment un problème pour nous. Alors, on change ou pas? Est-ce que ce n’est qu’un ennui momentané qui me passera, ou bien est-ce une occasion inespérée de gagner beaucoup plus de sous?

À suivre…

 

Le simple fait d’errer dans le désert n’implique pas l’existence de la terre promise.    –  Paul Auster
C’est avec les utopies qu’on construit l’avenir et avec les rêves qu’on avance.    –   Michel Boujenah

Partagez!

Le plus riche est celui qui a le moins de désirs

liberté

Charmante Ado avait l’an dernier économisé un bon montant d’argent qu’elle gardait à la banque. Puis elle a découvert les merveilles de la carte de débit. Elle s’est acheté BEAUCOUP de livres, des choses d’ados (pour les Québécois, pensez Ardène) et autres babioles.

Elle m’a avoué cette semaine qu’il ne lui reste que 25$ en banque. J’aurais pu contrôler ses dépenses mais je me disais que c’était de l’argent qu’elle avait elle-même gagné en gardant des enfants et que si elle était capable de travailler, elle était aussi capable de gérer son argent.

La majeure partie de son argent a été dépensée en livres neufs. Je lui ai fait remarquer plusieurs fois que je ne connaissais personne qui avait les moyens d’acheter autant de livres neufs à une telle fréquence. Il faut dire qu’elle s’est mise à lire des séries et qu’elle veut les lire tous l’un à la suite de l’autre. Ça coûte cher ça!

Suite à ma demande, il semblerait que son école envisage d’autoriser les liseuses de type Kindle l’an prochain. Cela revient beaucoup moins cher que d’acheter les livres papier. Je lui parle souvent de la bibliothèque et elle aime bien y aller mais il n’y a pas grand nouveautés car c’est une toute petite bibliothèque à la campagne.

Lorsque Charmante Ado m’a aidée à teindre le deck de piscine la semaine dernière, nous avons eu une longue conversation (où  j’ai appris pour son solde de banque) sur les finances et plus particulièrement l’indépendance financière.

C’est un concept qui n’était pas discuté dans ma jeunesse. Pour la plupart d’entre nous, nous avons été élevés dans l’optique de graduer avec un diplôme, trouver un emploi, se marier, acheter une maison, une auto et toutes sortes de produits de consommation et faire des enfants. Nous faisons cela durant une quarantaine d’années, à travailler dans des emplois qui nous plaisent plus ou moins.

Le résultat est que les gens dépensent chaque dollar qu’ils gagnent et empruntent pour acheter encore plus. C’est complètement fou, cette manière de vivre fait de nous des esclaves de nos employeurs et de nos créanciers.

J’essaie d’instiller chez Charmante Ado une toute autre vision de la vie. C’est difficile à envisager à l’adolescence, moment où l’on découvre les joies du magasinage et de l’acquisition de biens matériels, mais mieux vaut commencer tôt son éducation financière.

Voici donc quelques conseils que je souhaite lui inculquer:

  1. Évite les gens irresponsables financièrement. Ne pas marier un irresponsable ou lui donner accès à ton argent.
  2. Fais ton éducation financière. C’est ton argent et personne d’autre que toi  n’en prendra autant soin.
  3. Évite l’endettement.
  4. Épargne une partie de tout dollar que tu gagnes.
  5. Plus grand sera ton pourcentage d’épargne, plus vite tu atteindras l’indépendance financière.
  6. Investis tes épargnes et ne te casse pas la tête si le marché connaît des hauts et des bas.  Une fois que tu auras choisi un véhicule financier après une sérieuse évaluation, garde le cap et ne panique pas à la moindre baisse.
  7. Lorsque tu auras suffisamment de dividendes provenant de tes placements pour couvrir tes dépenses annuelles, tu auras atteint l’indépendance financière. C’est ce que l’on appelle le  »Fuck-you money », la liberté de dire bye-bye à son employeur ou à d’autres contraintes parce que l’on n’a plus besoin de ces revenus. Tu seras alors libre de faire les choses qui te passionnent vraiment.
  8. Moins tu auras besoin d’argent pour vivre, plus rapidement tu deviendras libre.

Avec cette stratégie, il est possible d’éviter les quarante années à travailler pour principalement rembourser des dettes. Il y a des gens qui atteignent l’indépendance financière dans la trentaine ou la quarantaine. J’aurais aimé commencer plus tôt dans cette voie mais j’ai suivi la voie de la consommation pendant trop d’années dans ma jeunesse.

Il y a eu de nombreux voyages que je ne regrette d’ailleurs pas du tout, un voilier, plusieurs motorisés et des dettes de crédit. Nous sommes maintenant beaucoup plus sages et espérons faire profiter Charmante Ado de notre expérience pour qu’elle évite de faire les mêmes erreurs.

Nous sommes dans la cinquantaine et quoique nous n’aurons pas à attendre l’âge de 65 ans pour l’indépendance financière, nous y arriverons assez tard malgré tout. C’est correct car il n’est jamais trop tard pour bien faire.

La seule garantie effective de la liberté, c’est encore et toujours l’indépendance financière.
–   Jean-Claude Clari
Dans le titre: Le plus riche est celui qui a le moins de désirs. – Eugène Scribe

Je déclare

voyages

Restons encore aujourd’hui dans le domaine du budget fédéral 2012. Un autre point intéressant pour les consommateurs est la décision du gouvernement de bonifier les exemptions permises aux gens qui reviennent d’un voyage à l’étranger.

Dans son Plan d’action économique de 2012, le gouvernement affirme prendre des mesures pour améliorer le niveau de vie des Canadiens. Parmi ces mesures, nous retrouvons entre autres, l’intensification du commerce international, la création de débouchés d’exportation pour les entreprises canadiennes et la bonification des exemptions aux voyageurs afin de moderniser les règles existantes et de faciliter le passage à la frontière des Canadiens qui rapportent des marchandises achetées à l’étranger.

Les Canadiens effectuent près de 30 millions de séjours d’une nuit ou plus à l’étranger chaque année et aiment rapporter des marchandises achetées durant leur voyage. Les règles applicables à ces achats n’avaient pas été modernisées depuis des années et les nouveaux plafonds  ont été ajustés pour égaler ceux des Américains.

L’exemption aux voyageurs permet de ramener des marchandises jusqu’à concurrence d’une certaine valeur sans devoir acquitter de droits ou de taxes, y compris les droits de douane, la taxe sur les produits et services/taxe de vente harmonisée, les droits d’accise fédéraux, de même que les taxes de vente et les taxes sur les produits qu’imposent les provinces.

Selon les nouvelles règles, les Canadiens pourront ainsi ramener des marchandises ayant une valeur de 200$ après un séjour de plus de 24 heures, et de 800$ après un séjour de plus de 48 heures. Les voyages de plus d’une semaine auront la même limite que ceux de plus de 48 heures, soit 800$.

Le gouvernement croit que cette mesure facilitera les voyages transfrontaliers en simplifiant les formalités pour les voyageurs canadiens qui rentrent au pays et qui ont fait des achats à l’étranger.

Les nouveaux plafonds d’exemption entreront en vigueur le 1er juin 2012. Le gouvernement affirme que cette mesure réduira ses revenus de 13 millions de dollars en 2012-2013 et de 17 millions de dollars en 2013-2014.

Voici un tableau tiré du budget fédéral 2012 illustrant les changements aux exemptions.

 

Nouveaux plafonds des exemptions aux voyageurs
Durée du séjour à l’étranger

Plafonds actuels

Plafonds à compter
du 1er juin 2012

Plus de 24 heures

50 $

200 $

Plus de 48 heures

400 $

800 $

Plus de 7 jours

750 $

800 $

 

Alors, si vous prévoyez un petit voyage de l’autre côté de la frontière pour faire quelques achats, vous pourriez peut-être penser à le faire après le 1er juin pour bénéficier de ces nouvelles exemptions. 

Il sera intéressant de voir si ces changements modifieront les politiques de prix des commerçants Canadiens. On sait que les marchandises sont en général moins coûteuses aux États-Unis que chez nous. Est-ce que les commerces  s’ajusteront ou préféreront-ils prendre le pari que la plupart des Canadiens ne dépenseront pas essence, hôtels et restaurants pour profiter de meilleurs prix sur les marchandises?

N’oublions pas aussi que le New Hampshire n’a pas de taxe de vente sur les produits, ce qui devient tout à fait intéressant si l’on a prévu y séjourner de toute façon.

Certains prôneront l’achat local pour conserver des emplois et faire bénéficier les marchands Canadiens plutôt qu’Américains. Je crois plutôt que les commerçants vont réaliser qu’ils ne pourront plus profiter de marges de profit aussi grandes, parce que les consommateurs auront maintenant des alternatives.

Je suis prête à payer un peu plus cher pour acheter chez des commerçants locaux, mais pas de là à payer systématiquement de 30 à 40%  plus cher que les Américains pour les mêmes biens, fabriqués aux mêmes usines.

Aux yeux d’un commerçant, un consommateur averti en vaut la moitié d’un.     –     Albert Brie
C’est la concurrence qui met un prix juste aux marchandises et qui établit les vrais rapports entre elles.    –    Charles de Secondat, dit Montesquieu

La monnaie de sa pièce

Le budget fédéral 2012 a été dévoilé aujourd’hui. Un détail parmi les restrictions et les coupures a attiré mon attention; les pièces d’ un cent cesseront d’être distribuées à compter de l’automne 2012.

Voici des informations tirées du document Éliminer les pièces de un cent.

Au fil du temps, le fardeau de la pièce d’un cent pour l’économie s’est accru par rapport à sa valeur comme mode de paiement. Le gouvernement doit débourser 1,6 cent pour produire chaque pièce d’un cent, ce qui porte à 11 millions de dollars par année le coût estimatif pour mettre ces pièces en circulation dans l’économie.

  • À cause de l’inflation, le pouvoir d’achat de la pièce d’un cent a diminué au fil des ans au point où sa valeur actuelle ne représente aujourd’hui que près du vingtième de sa valeur de départ. Compte tenu de cette perte de pouvoir d’achat, un certain nombre de Canadiens estiment que la pièce d’un cent cause plus de désagréments qu’elle n’est utile.
  • La pièce d’un cent demeurera la plus petite unité servant à établir le prix des biens et des services, mais la Monnaie royale canadienne cessera de les distribuer à compter de l’automne 2012.
  • La pièce d’un cent conservera sa valeur durant une période illimitée, et ces pièces pourront encore être utilisées pour faire des paiements. Toutefois, au fur et à mesure que les pièces d’un cent seront retirées de la circulation, les prix devront être arrondis pour les transactions en espèces.
  • En retirant sa pièce de monnaie ayant la plus petite valeur nominale, le Canada s’inspirera des réussites d’autres pays comme l’Australie, la Norvège, la Suisse et le Royaume-Uni.

Les Canadiens peuvent échanger leurs pièces d’un cent à leur institution financière. Le gouvernement les encourage à envisager d’en faire don à des organismes de bienfaisance.

Les consommateurs pourront continuer à les utiliser pendant une période illimitée.

Ce que cela signifie pour les consommateurs

  • La Monnaie royale canadienne cessera de distribuer la pièce d’un cent à partir de l’automne 2012.
  • Or, les consommateurs pourront continuer d’utiliser les pièces d’un cent pour les transactions durant une période illimitée.
  • En l’absence de pièces d’un cent, le montant des opérations en espèces devrait être arrondi au multiple de cinq cents le plus proche, selon des règles équitables et transparentes.
  • Seul l’arrondissement des opérations au comptant devrait être effectué pour le montant figurant sur l’acte de vente final, après calcul de la TPS/TVH applicable.
  • Les paiements autres qu’en espèces, par exemple au moyen de chèques ou de cartes de crédit ou de débit, seront encore réglés au cent près.
  • Les Canadiens peuvent échanger leurs pièces d’un cent à leur institution financière. Celle-ci pourrait demander que les pièces soient présentées dans des rouleaux appropriés.
  • L’élimination des pièces d’un cent dans d’autres pays, comme la Nouvelle-Zélande et l’Australie, n’a entraîné aucune augmentation de l’inflation des prix.
  • Les entreprises n’auront pas à mettre à jour leurs caisses enregistreuses en raison de l’arrondissement des montants, vu que les prix et le paiement total continueront d’être établis au cent près.
  • La TPS/TVH sera calculée sur le prix avant la taxe, et non sur le prix arrondi. Lorsque le consommateur n’a pas la monnaie exacte, seul le montant final des paiements en espèces doit être arrondi.
  • Les paiements électroniques, par exemple au moyen de cartes de crédit ou de débit, ne seront pas arrondis et continueront d’être au cent près.
  • Les consommateurs pourront continuer d’utiliser les pièces d’un cent durant une période illimitée pour des opérations en espèces, et les entreprises sont incitées à continuer de les accepter à titre de moyen de paiement.
  • On s’attend à ce que les entreprises arrondissent les prix de manière équitable, uniforme et transparente.
  • Des lignes directrices sur l’arrondissement seront adoptées par toutes les entités fédérales pour les opérations en espèces effectuées avec la population canadienne.
  • L’expérience d’autres pays qui ont éliminé leur pièce ayant la plus petite valeur nominale révèle que des pratiques équitables d’arrondissement des montants ont été respectées.

Ce que cela signifie pour les entreprises

Arrondissement

Les lignes directrices suivantes sur l’arrondissement des montants sont en vigueur dans d’autres pays et seront adoptées par le gouvernement fédéral pour le règlement des opérations en espèces :

 pièces de un cent

La taxe sur les produits et services (TPS) et la taxe de vente harmonisée (TVH) seront encore calculées et ajoutées aux prix au cent près, que la transaction soit en espèces ou non. Seul le montant total payable pour l’opération en espèces sera arrondi.

 

En résumé, je crois que cette décision est une bonne chose en autant que des directives claires et équitables pour tous soient établies par le gouvernement pour s’assurer que les consommateurs ne subiront pas de pertes suite à ce changement.

 Il y a inflation quand la monnaie devient plus encombrante que les denrées.    –  Jean Mistler

L’impôt sur les os

reer

Debout jusqu’à deux heures du matin pour vérifier ma soudaine intuition que les différents revenus de Tendre Moitié entraîneraient  une facture d’impôts assez salée. Mon intuition s’est avérée exacte et tôt ce matin, j’ai envoyé un courriel puis placé un appel pour que Tendre Moitié achète un REER pour tempérer les dégâts.

Tendre Moitié ne s’occupe pas beaucoup de finances, c’est plutôt à moi que revient cette tâche. Il était convaincu qu’il payait de l’impôt à la source sur ses revenus d’appoint. J’ai consulté ses T4 et les seuls prélèvements sont les cotisations à l’assurance parentale et au régime des Rentes.

Tous ces petits revenus s’ajoutent à un emploi salarié pour le premier trimestre 2011 plus son revenu principal en tant que travailleur autonome pour former un montant assez considérable. Il n’a tout simplement pas assez payé d’impôts et le REER ne fera que diminuer un tant soit peu la facture.

Si nous voulons être positifs, l’on peut se réjouir de voir qu’il a réussi à trouver toutes  ces nouvelles sources de revenu, mais disons que ce n’est pas une surprise très agréable. Le problème se pose cette année parce que Tendre Moitié n’a commencé à être travailleur autonome qu’en avril dernier, il n’avait donc pas d’acomptes provisionnels à payer pour une première année d’exercice.

Nous aurions dû mettre de côté une somme pour les impôts de tous ces petits revenus, mais comme je le mentionne plus tôt, Tendre Moitié était convaincu qu’il y avait des retenues à la source.  Ais-je déjà mentionné que Tendre Moitié est Européen et n’est pas tellement au fait de l’impôt Canadien?

Je vais donc noter cette expérience comme étant éducative et porter plus d’attention aux entrées d’argent de Tendre Moitié. C’est un bon équilibre; il le gagne et je le gère! Encore heureux que j’aie eu l’opportunité de prendre un REER car j’avais un placement non enregistré accessible et suffisant. Nous ne manquons pas totalement de planification mais il y place à l’amélioration.

De ce fait, je vous encourage fortement à aller voir un blogue finir-riche.net, que j’ai découvert il y a un mois environ. C’est un blogue sur les finances personnelles, cela traite du Québec et c’est une vraie mine de renseignements. C’est écrit de manière très dynamique et intéressante et l’auteure nous parle de ses objectifs financiers.

Les pensées sont exemptes d’impôt.    –  William Camden
La chose la plus difficile à comprendre au monde c’est l’impôt sur le revenu !   –   Albert Einstein 
Dans le titre: Le jour est proche où nous n’aurons plus que “l’impôt” sur les os.
–   Michel Audiard