Gardiennage divers

fête des mères

Je vais vous parler d’un peu de tout et de rien, et de ce qui se passe dans notre vie en ce moment. Je suis de plus en plus occupée avec la pension pour animaux. Charmante Ado vient fréquemment m’aider et même Tendre Moitié participe à l’occasion. L’entreprise a pourtant joué de malchance et bien mal débuté, lorsque deux chiens ont attaqué un petit chien hébergé en pension, lors d’une promenade  à l’extérieur.

Un garage faisant de la mécanique automobile est voisin de la pension. Un client du garage a laissé ses deux gros chiens (si gentils habituellement, selon lui), se promener librement sur le terrain pendant qu’il discutait avec le garagiste. Les deux chiens ont aperçu  le petit chien en laisse, qui faisait sa promenade sur le lot voisin en compagnie d’une employée et se sont jetés sur lui. L’employée ne les avait même pas vus car ils circulaient parmi les voitures du garage.

Le petit chien a dû subir une intervention chirurgicale et les propriétaires de la pension ont défrayé tous les coûts. Le propriétaire du chien blessé n’était évidemment pas content. Je ne travaillais pas ce jour là, mais il est depuis, interdit de sortir les chiens de ce côté, si l’autre commerce est ouvert. Heureusement, il y a une cour arrière où l’on peut aussi les promener. Disons que cela démarre mal une petite entreprise, mais la clientèle augmente rapidement et c’est très encourageant pour les deux femmes qui ont mis sur pied ces services.

Comme je le racontais dans l’article précédent, Charmante Ado s’est fait deux excellentes amies. L’une d’elle fête son anniversaire aujourd’hui, avec une soirée suivie d’un party  pyjama jusqu’au lendemain, et ma fille était bien sûr invitée. Le problème était que cette journée était réservée depuis des mois par un couple chez qui Charmante Ado garde les deux enfants. Le jeune couple se mariait aujourd’hui et l’entente était que Charmante Ado garde les filles de trois et cinq ans, en matinée jusqu’en milieu d’après-midi, puis après la réception de mariage jusque tard dans la nuit.

Charmante Ado était bien désespérée de manquer la fête de son amie mais était résignée à respecter ses engagements. Dans un moment d’égarement ou simplement parce que je me souviens de l’importance de ces amitiés adolescentes, j’ai offert à Charmante Ado de garder les enfants pour la deuxième partie de la journée.

Je vous écrit donc cet article, dans le salon du couple fraîchement mariés, avec leur deux mignonnes petites filles qui dorment à l’étage. Charmante Ado les a gardées en matinée pendant que les parents se préparaient, puis les grands-parents ont pris la relève et habillé les enfants pour la cérémonie. J’ai  ensuite conduit Charmante Ado chez son amie et lui ai souhaité de passer du bon temps et d’en profiter.

Les enfants étant finalement épuisées par toute l’excitation, n’ont pas tenu le coup jusqu’à l’heure convenue et je suis allée les chercher une heure plus tôt pour les ramener à leur maison et les mettre au lit avec une bonne histoire et leurs toutous en peluche familiers.

Ma fille n’en revenait pas que je fasse cela pour elle. Les futurs mariés étaient évidemment d’accord et j’avais déjà rencontré les enfants auparavant, donc je n’étais pas une parfaite inconnue pour eux. Charmante Ado a pu aller à sa fête et passera probablement une nuit blanche à jaser avec ses amies, mais je crois qu’elle se rappellera longtemps de cette journée.

Dans quelques heures, c’est la fête des mères, je ne dormirai pas beaucoup car je travaille à la pension tôt demain matin. Charmante Ado ne rentrera qu’en fin d’après-midi, probablement très fatiguée elle aussi et Tendre Moitié lui, m’aura préparé un de mes plats préférés, des enchiladas au poulet. Il quittera ensuite durant la soirée pour un voyage d’affaires de trois jours.

Ce sera donc une fête des mères un peu spéciale, où la mère fait cadeau de son temps à sa fille. Je ne crois pas qu’il y ait de meilleure façon de souligner ce que signifie être mère.

Bonne fête des mères!

Il n’y a aucune recette pour devenir une mère parfaite, mais il y a mille et une façons d’être une bonne mère.   –   Jill Churchill
Une maman, c’est celle qui gronde mais qui pardonne tout.     –   Jean Gastaldi

Partagez!

Riche et célèbre

célèbre

L’argent est certainement un élément primordial dans nos vies. Il nous permet de combler nos besoins de base comme la nourriture, les vêtements tout en nous procurant un endroit où habiter. L’argent nous permet aussi de vivre des expériences intéressantes et enrichissantes. Les biens personnels ont une certaine valeur pratique ou esthétique, ils nous procurent aussi du divertissement et nous permettent de faire des activités physiques.

Rechercher la richesse et l’accumulation de biens matériels en croyant que cela nous apportera quelque chose de profond et de significatif relève de la fantaisie. Croire que la richesse et le matérialisme nous rendront plus heureux, plus attrayants, plus populaires et que nous aurons un statut plus élevé est utopique selon une étude approfondie. Au contraire, les gens qui attachent de la valeur au succès financier sont moins heureux, ont une estime de soi plus basse, sont plus déprimés et anxieux et ont des relations moins satisfaisantes,

Les enfants de nos jours, sont inondés de messages par les médias, allant des magazines remplis de célébrités avec leurs demeures somptueuses, aux personnages des téléréalités. Les jeunes captent très tôt le message que la seule manière de se distinguer est d’avoir plus d’argent et plus de possessions.

Une étude récente a révélé que 81% des jeunes interrogés plaçaient ‘’être riche¨ au premier ou au deuxième rang de leurs aspirations. Ils ne savaient pas, par contre, comment s’y prendre pour y arriver, confortables dans leur illusion que ‘’tout est possible’’.

Il semblerait que les personnes qui ont la plus grande influence sur les valeurs matérielles que développeront les enfants, sont leurs parents, leurs pairs et la culture populaire. La perception qu’aura l’enfant des conflits entre ses parents déterminera son attachement aux choses matérielles. Plus les conflits impliquant des questions matérielles seront nombreux, plus l’enfant attachera d’importance à l’argent et aux possessions.

Les médias modernes comme YouTube, Facebook et Twitter ont transformés la publicité. Il y a maintenant des jeux sur de nombreux sites Web de compagnies; tels que Mattel, Hasbro et MegaBblocks. De nombreux jeunes ‘’aiment’’ et suivent les pages Facebook de compagnies qui cherchent à les fidéliser comme consommateurs.

Une étude américaine récente a examiné les valeurs exprimées durant les émissions télévisées les plus populaires auprès des jeunes entre neuf et onze ans. Les données couvraient la période de 1967 à 2007.

Les résultats révèlent peu de changements des valeurs pour les émissions diffusées entre 1967 et 1997. Durant cette période, les valeurs les plus souvent exprimées étaient l’appartenance à la communauté, la compassion, l’image, la tradition e la popularité. Les cinq valeurs le moins fréquemment présentées étaient la célébrité, la condition physique, l’hédonisme, la spiritualité et le succès financier.

Dans les émissions de la dernière décennie, on a pu voir un changement dramatique des valeurs projetées. Les valeurs les plus fréquentes étaient la célébrité, la réussite, la popularité, l’image, le succès financier, le pouvoir et l’égocentrisme.

Les valeurs que l’on retrouve le moins souvent dans les émissions pour jeunes, sont maintenant la spiritualité, la tradition, la sécurité, le conformisme, la compassion et  l’appartenance à la communauté.

Une analyse plus poussée des données révèle qu’entre 1997 et 2007, on a vu les personnages principaux devenir de plus en plus centrés sur le thème de la célébrité. L’ambition, se comparer aux autres, chercher de l’attention, la vanité, le glamour et le matérialisme sont des valeurs plus en plus présentes dans ce type d’émissions.

Il semble que ce changement drastique des valeurs présentées aux jeunes, coïncide avec la nouvelle technologie. Que l’on pense à Hanna Montanna, iCarly ou Big Time Rush, plusieurs émissions de jeunes ont pour thème central, des adolescents ayant atteint la célébrité en faisant carrière comme artiste populaire.

Toutes ces émissions envoient le même message, que la célébrité est le seul objectif et qu’apparemment, tout le monde peut y arriver avec très peu de préparation ou de travail. On aimerait bien croire que nos jeunes ne croient pas à ces sornettes mais quelques études semblent démontrer le contraire.

Selon une étude préliminaire faite auprès des enfants de moins de dix ans, devenir célèbre, riche et beau arrivent en premiers lieux de leur liste de choses souhaitables.

Les forces produisant ces messages sont puissantes. Notre seule alternative est de limiter l’exposition de nos enfants à ces valeurs superficielles tout en leur présentant des valeurs positives pour contrebalancer. Il faut aussi enseigner à nos enfants à ne pas se laisser séduire par ce type de messages, sinon, une fois arrivés à l’âge adulte, la désillusion sera brutale lorsqu’ils devront faire face à la réalité. La poursuite de la richesse et de la célébrité ne peut pas être l’unique objectif de nos jeunes et il faut leur faire prendre conscience que ce qu’on leur fait miroiter est une chimère.

L’estime vaut mieux que la célébrité, la considération vaut mieux que la renommée et l’honneur vaut mieux que la gloire.   –   Sébastien Roch, dit Nicolas de Chamfort
Pourquoi vendons-nous du bonheur aux lecteurs du magazine, si nous sommes profondément malheureux, esclaves de la célébrité? – Paulo Coelho

Pas d’hélicoptère en vue

indépendance

J’ai toujours rêvé d’avoir une grande famille. J’ai grandi avec un seul frère, qui avait quatre ans de plus que moi et n’avait absolument aucun intérêt envers ma personne. Nous nous sommes quelque peu rapprochés à l’âge adulte, mais nous avons finalement réalisé que nous avions très peu de choses en commun, ce qui fait que nous ne nous fréquentons pas beaucoup.

J’ai rencontré Tendre Moitié sur le tard et Charmante Ado est arrivée parmi nous alors que j’avais presque trente-neuf ans.  Il nous a été impossible d’avoir une plus grande famille malgré tous nos efforts.

Le danger avec un enfant unique, c’est qu’il est l’objet de notre attention exclusive et que si on ne fait pas attention, il peut ressentir une énorme pression de performer pour être à la hauteur des attentes qu’il peut percevoir de notre part.

Il  y a aussi le danger de trop s’impliquer et d’essayer de résoudre le moindre petit problème parce qu’on ne veut pas que notre enfant ait des difficultés. Ceci n’est pas particulier aux parents d’enfants uniques, mais disons, qu’avec un seul enfant, il y a plus de chances que nous souffrions d’une petite tendance à la surprotection. Les anglais appellent cela le « Helicopter Parenting », parce que ce type de parent est toujours dans les parages, planant au dessus de l’enfant, en essayant de prévenir la moindre embûche, réelle ou perçue, envers leur progéniture.

Je n’écris pas à l’école au moindre petit problème, j’étais entièrement d’accord avec l’instructeur de basketball qui hésitait à la prendre dans l’équipe AA parce que Charmante Ado ne faisait pas des efforts soutenus et nous la laissons gérer ses tâches, devoirs, activités et obligations elle-même.

Nous voulons tous que nos enfants soient épanouis, ne manquent de rien et soient en sécurité. Nous allons essayer de leur éviter les écueils les plus évidents ou dangereux, parce qu’on ne veut pas les voir souffrir ou endurer des conséquences désagréables.

Par contre, les enfants ont le désir d’être compétents et d’apprendre par eux-mêmes. Un enfant n’est pas porteur de nos rêves déçus ou de nos ambitions abandonnées. Il doit découvrir ses propres rêves et sa propre passion, à travers des erreurs, des mauvaises expériences et même des échecs.

Il n’est pas possible, ni même souhaitable, de protéger nos enfants de tout stress,  ni de toujours intervenir pour les rescaper d’une situation difficile. Charmante Ado avait un livre qu’elle devait lire pour aujourd’hui à l’école. Elle aime bien lire, mais elle trouve ce livre difficile (Le meilleur des mondes par Aldous Huxley) et même si elle connaissait l’échéance depuis trois semaines, elle s’est retrouvée avec 180 pages à lire dans les deux derniers jours.

Elle sait que j’ai déjà lu ce livre et je crois qu’elle aurait bien aimé que je le lui résume pour s’éviter cette course frénétique, mais elle n’a pas osé me le demander et je ne lui ai pas offert non plus. Elle est partie à l’école ce matin avec encore quelques dizaines de pages à lire, ce qu’elle se promettait de faire durant a période d’étude et sur l’heure du midi.

Disons, que j’espère que la prochaine fois, elle s’y mettra plus tôt. Je ne voyais pas l’utilité de lui révéler le reste du livre car le but de l’exercice est de démontrer sa compréhension du texte et la morale de l’histoire. Il faut qu’elle arrive à une conclusion toute seule pour en retirer quelque chose.

Ce n’est pas facile de ne pas intervenir et je crois qu’elle aurait de beaucoup préféré que je la « sauve » en lui révélant la fin et en lui expliquant la morale de l’histoire, mais la maturité vient en faisant ses propres erreurs et ses propres expériences.

Je veux qu’elle ait confiance en ses moyens et qu’elle comprenne qu’il faut prendre les moyens pour arriver à ses fins. La solution à un travail difficile n’est pas de demander à maman de le faire. Elle n’a pas besoin de moi et aurait très bien pu y arriver sans stress, si elle s’y était prise plus tôt.

Une des habiletés les plus importantes que l’on veut voir se développer chez nos enfants est de planifier les étapes pour arriver à un but. Cette fois-ci le but n’était pas des plus captivant pour elle, mais c’était tout de même quelque chose qu’elle devait faire.

Le fait de toujours intervenir pour  »aider » notre enfant, risque de l’amener à grandir en croyant qu’il y aura toujours quelqu’un qui sera disponible pour l’empêcher de vivre des situations désagréables. Ces enfants rois qui n’auront pas connu de contrariétés en grandissant ne feront pas des adultes très agréables à côtoyer, lorsqu’ils réaliseront que le monde réel n’est pas à leurs pieds.

Il y a tout un art en élevant un enfant, à jongler entre la surprotection et la négligence, sans jamais s’approcher de ces deux extrêmes.

Un petite dose d’adversité permet de développer des compétences et d’acquérir une confiance en ses capacités. Cela permet aussi à l’enfant de voir qu’il peut faire face aux conséquences, en tirer des leçons et continuer sa route avec plus d’assurance.

J’ai compati avec Charmante Ado sur ses deux soirées de lecture intensive, en me retenant de lui faire remarquer qu’elle avait eu amplement de temps de lire ce bouquin dans les trois dernières semaines.

Elle a peut-être été désappointée que je ne vienne pas à sa rescousse, mais grandir, c’est ça aussi. C’est faire face aux difficultés et aux défis et en ressortir plus compétent et confiant. Ce n’est pas se fier sur papa et maman pour se sortir du pétrin.

Vos enfants : vous pouvez vous efforcer d’être comme eux, mais ne tentez pas de les faire comme vous.   –   Khalil Gibran
Des parents sages permettent à leurs enfants de se tromper. Il est bon qu’ils se brûlent les doigts de temps en temps.   –  Mahatma Gandhi

Outillé pour la vie

apprentissages

En tant que parents, nous sommes parfois peu objectifs lorsque vient le temps d’évaluer la collaboration, la serviabilité et la débrouillardise chez notre enfant.

J’ai lu récemment un article sur une tribu péruvienne, les Matsigenka, où tous les enfants aident aux tâches quotidiennes et participent activement au bien-être de la communauté dès leur plus jeune âge. C’était fascinant comme lecture, mais nous vivons dans une société bien différente et qu’en est-t-il dans notre culture?  Comment savoir si ce qu’on demande à notre enfant est approprié pour son âge et son développement?

Il est certain qu’il y aura de grandes variations selon l’enfant et ses capacités. Charmante Ado par exemple, est extrêmement grande et très forte. Elle peut transporter de plus lourdes charges que moi, qui ne suit pourtant pas si petite et elle a beaucoup d’endurance. On ne peut pas du tout la comparer avec les filles de son âge, quant aux capacités physiques.

La plupart des experts considèrent que d’avoir des tâches ou des corvées à faire est bénéfique pour les enfants. L’enfant qui participe aux tâches ménagères développe un sentiment de compétence, apprend comment fonctionne une maisonnée et développe un sens de l’organisation et des priorités. Il comprend aussi que chacun doit contribuer au bien-être du groupe et qu’il n’est pas le nombril du monde.

On sous-estime souvent ce que peuvent faire nos enfants. Voici l’âge approximatif auquel un enfant est capable de faire certaines tâches. Évidemment, tout est cumulatif, en espérant que l’enfant arrive à l’âge adulte en ayant maîtrisé toute la liste.

Les enfants d’âge préscolaire sont souvent très enthousiastes à l’idée de participer et de faire comme les grands.

2 à 3 ans
Participer au rangement des jouets
Mettre les vêtements sales au panier
Placer les peluches sur son lit chaque matin
Trouver la chaussette jumelle dans la lessive à plier
Aider à épousseter (lui enfiler une chaussette sur une main)

3 ans

  • S’habiller avec aide
  • Aider à faire son lit
  • Aider à essuyer un petit dégât
  • Apprendre à se brosser les dents
  • Mettre son manteau au crochet (hauteur appropriée) et ranger ses souliers et bottes

4 à 5 ans

  • Épousseter
  • Faire son lit
  • S’habiller seul
  • Ranger ses jouets
  • Aider à plier la lessive
  • Vider les petites poubelles
  • Aider à nourrir les animaux
  • Aider à l’arrosage des plantes
  • Aider à enlever les mauvaises herbes
  • Aider à mettre et débarrasser la table
  • Rentrer le courrier, les journaux ou les revues
  • Aider à vider le lave-vaisselle en rangeant les ustensiles
  • Commencer à aider à la préparation d’un repas, en sortant les ingrédients requis du frigo ou du garde-manger, apprendre à mesurer, verser et mélanger sous supervision

6 ans

  • Passer le balai après un repas
  • Répondre poliment au téléphone
  • Aider à ratisser les feuilles mortes
  • Faire le rangement de sa chambre
  • Se brosser les dents de façon autonome
  • Aider à la préparation de sa boîte à lunch
  • Aider à transporter les sacs d’épicerie les moins lourds
  • Utiliser un aspirateur portatif pour ramasser les miettes après le repas

Les enfants d’âge scolaire sont un peu moins enthousiastes que précédemment, mais ils ont par contre un très fort désir d’être autonomes et compétents. C’est le moment de leur donner des responsabilités en soulignant leurs réussites.

 7 ans

  • Arroser les plantes
  • Ranger la lessive propre
  • Prendre une douche seul
  • Aider à sortir les poubelles
  • Aider aux travaux extérieurs
  • Aider à vider le lave-vaisselle
  • Aider au rangement de l’épicerie
  • Commencer à utiliser l’aspirateur en le passant dans sa chambre

8-9 ans

  • Ranger une pièce
  • Passer l’aspirateur
  • Coudre un bouton
  • Sortir les poubelles
  • Nettoyer les miroirs
  • Entretenir ses ongles
  • Éplucher des légumes
  • Nettoyer la litière à chat
  • Plier toute la lessive seul
  • Utiliser la soie dentaire seul
  • Emplir et vider le lave-vaisselle seul
  • Prendre soin des animaux domestiques
  • Écrire une lettre ou un message de remerciement
  • Préparer un petit déjeuner simple; céréales, rôties
  • Utiliser le four micro-ondes pour réchauffer un plat
  • Mettre son réveil matin et être responsable de se lever seul
  • Apprendre la base des premiers soins; désinfection et pansement
  • Savoir faire une recherche sur internet. Aller sur des sites appropriés et supervisés par un adulte
  • Promener le chien (selon la taille et le tempérament de l’animal et les capacités physiques de l’enfant)
  • Comprendre le fonctionnement des courriels, avoir une adresse personnelle supervisée par un adulte, envoyer et recevoir des messages

10 ans

  • Laver la vaisselle
  • Laver une voiture
  • Cuire des légumes
  • Préparer un dessert
  • Nettoyer la baignoire et l’évier
  • Préparer un lunch simple; sandwichs, salades

À la pré-adolescence, les jeunes collaborent mieux s’ils ont le sentiment d’avoir un pouvoir de décision. Laisser un peu de latitude pour l’accomplissement d’une tâche augmentera grandement la collaboration, en autant que l’on assure un suivi pour ne pas que la tâche soit oubliée.

11 ans

  • Nettoyer le frigo
  • Nettoyer la salle de bains
  • Aider à laver les fenêtres
  • Apprendre à se servir d’un fer à repasser
  • Apprendre à se servir d’une machine à coudre sous supervision
  • Préparer un plat en suivant une recette, avec supervision au début
  • Préparer un dîner simple; pâtes, hamburgers, hot-dog, faire une pizza

12 ans

  • Donner un bain à un chien
  • Aider à faire la liste d’épicerie
  • Garder des enfants plus jeunes
  • Apprendre à tondre la pelouse sous supervision
  • Apprendre à faire la lessive sous supervision, séparer les couleurs, utiliser l’antitaches, mesurer le détergent et l’assouplisseur. Comprendre les différents cycles de lavage et de séchage.

À l’adolescence, notre jeune est apte à faire à peu près n’importe quelle tâche dans la maison, en autant qu’il ait assimilé les connaissances de base tout au long de son enfance. Par contre, l’emploi du temps des ados est souvent très chargé avec les sports, les études et leur vie sociale grandissante. Il faut donc veiller à ne pas les surcharger de tâches, tout en ne les laissant pas vivre comme s’ils étaient à l’hôtel.

13-14 ans

  • Faire la lessive
  • Nettoyer le four
  • Laver les fenêtres
  • Tondre la pelouse
  • Repeindre une pièce
  • Déneiger les entrées
  • Faire la liste d’épicerie
  • Changer une poignée de porte
  • Aider aux réparations mineures
  • Utiliser sa propre carte de débit
  • Changer une ampoule électrique
  • Avoir son propre téléphone cellulaire
  • Apprendre à se maquiller et à entretenir sa peau
  • Magasiner et choisir soi-même quels vêtements acheter
  • Connaître les règles d’hygiène en manipulant la nourriture
  • Savoir comment se comporter dans une soirée pour adultes
  • Apprendre à commander en ligne sous la supervision d’un adulte
  • Apprendre le fonctionnement d’une carte de crédit et les dangers de l’endettement

15 ans

  • Organiser une soirée
  • Faire un menu pour la semaine
  • Comprendre le fonctionnement des prêts et de l’intérêt, des hypothèques
  • Comprendre le fonctionnement d’un budget, les différentes retenues et impôts sur un chèque de paie, les charges sociales

16 ans

  • Changer un pneu
  • Faire le plein d’essence
  • Vérifier le niveau d’huile
  • Ranger et organiser le garage
  • Payer sa facture de téléphone cellulaire
  • Tenir un budget simple dès le premier emploi
  • Savoir payer une facture par chèque et en ligne
  • Prendre ses propres rendez-vous; coiffeur, dentiste, médecin

17-18 ans
Le voilà maintenant prêt à entreprendre sa vie hors du foyer familial, s’il fréquente un CEGEP ou une université éloignée. Sinon, il sera d’une aide précieuse à la maison, lorsque qu’il ne sera pas occupé ailleurs!

Est-ce que Charmante Ado fait toutes les tâches dans cette liste jusqu’aux items de son âge, 13 ans? Honnêtement non, mais elle sait comment en faire une très grande partie et nous travaillons sur le reste.

Élever un enfant c’est lui apprendre à se passer de nous.    –  Ernest Legouvé

Le compliment facile

            féliciter

Nous avons le compliment facile dans la société d’aujourd’hui. Nous évitons de critiquer nos enfants et les complimentons et les couvrons de félicitations à tout moment. De 1970 à 2000, plus de 15 000 articles scientifiques ont été écrits sur le sujet de l’estime de soi. Les conclusions des études étaient souvent contradictoires ou peu concluantes.

En 2003, l’Association for Psychological Science demanda au Docteur Roy Baumeister, un ardent défenseur de l’estime de soi, d’analyser  tout ce qui avait été publié sur le sujet. Son équipe conclut que la majorité des études ne rencontraient pas les standards scientifiques, seulement 200 études sur les 15 000 études analysées respectaient la rigueur scientifique.

Le docteur  Baumeister en est venu à la conclusion qu’avoir une haute estime de soi n’améliorait pas les résultats scolaires ou le succès dans une carrière. Cela ne diminue pas l’usage de l’alcool, ni ne réduit la violence. En fait, il existe de nombreuses personnes très agressives qui ont une très haute opinion d’elles-mêmes, ce qui détruit quelque peu la théorie que les gens sont agressifs pour pallier à leur faible estime de soi. Le docteur Baumeister a mentionné que les conclusions de son analyse ont é té la plus grande déception de sa carrière.

Une étude réalisée par Carol Dweck à l’université Columbia, a démontré que les louanges dont on couvre nos enfants peuvent avoir l’effet opposé à celui auquel on s’attendait.

L’étude s’est déroulée dans quatre classes de cinquième année de la ville de New York. Dans chaque classe, un élève a été choisi et retiré de la classe pour subir un test de quotient intellectuel non verbal. Le test consistait en une série de problèmes assez faciles, afin que tous les enfants soient capables de les compléter.

Une fois le test terminé, les chercheurs faisaient part à l’enfant du résultat obtenu et lui donnaient une phrase de louange. Il y avait deux types de louanges. La première soulignait leur intelligence : ‘’Tu dois être doué pour ce genre de test’’. L’autre phrase s’appuyait sur leur effort : ‘’Tu dois avoir travaillé vraiment fort à ce test’’. Le hasard déterminait qui recevait quelle phrase et cela n’avait aucun rapport avec le résultat obtenu.

Par a suite, les élèves eurent la possibilité de choisir leur test pour la deuxième partie de l’exercice. Il pouvait choisir un test plus difficile que le premier, mais les chercheurs indiquaient aux enfants qu’ils apprendraient beaucoup en essayant de compléter ce test. L’autre choix était un test aussi facile que le premier.

Les enfants chez qui l’on avait souligné l’effort choisirent à 90% de faire le test le plus difficile.  Ceux dont on avait vanté l’intelligence choisirent en majorité le test facile.

Lorsque nous disons aux enfants qu’ils sont intelligents, nous leur disons en fait qu’ils doivent s’assurer de toujours avoir l’air intelligent et de ne pas prendre le risque de faire des erreurs , Ces jeunes ont donc choisi de conserver leurs acquis et de continuer à paraître intelligents plutôt que de risquer de ne pas bien réussir l’autre test.

Pour le troisième test, il n’y avait aucun choix et le test était difficile car il était conçu pour des enfants deux ans plus âgés. Tous les enfants échouèrent le test, mais ceux qui avaient reçu des compliments pour leurs efforts lors du premier test ont simplement conclu qu’ils ne s’étaient pas concentrés suffisamment sur ce test ci. Plusieurs déclarèrent même que c’était leur test favori. Les enfants qu’on avait qualifiés d’intelligents ont pour leur part ressenti leur échec comme une preuve qu’ils n’étaient pas intelligents du tout.

Le dernier test était aussi facile que le premier. Les enfants louangés pour leurs efforts améliorèrent significativement leurs résultats, d’environ 30% en moyenne, par rapport au premier test. Ceux à qui l’on avait dit qu’ils étaient intelligents, firent moins bien au dernier test, avec un résultat inférieur en moyenne de 20%.

Il semble qu’encourager un enfant en soulignant ses efforts lui procure un sentiment de contrôle, car il croit alors avoir une chance de réussir en y mettant la quantité d’efforts requis. Complimenter l’intelligence implique une variable que l’enfant ne peut absolument pas modifier et sur laquelle il n’a aucun pouvoir ou contrôle. Cela ne lui procure aucun moyen ou recette pour faire face aux difficultés ou à l’échec.

Un enfant à qui l’on dit sans cesse qu’il est intelligent ou brillant en vient à ne pas voir les mérites de l’effort car il croit être capable de voguer avec ses talents naturels.

Un commentaire à l’occasion soulignant qu’un enfant est doué ou intelligent n’est pas mauvais en soi, mais il est préférable de lui faire comprendre que le succès lui viendra de ses efforts et des leçons tirées de ses erreurs. Cette approche plus ciblée, en soulignant les efforts plutôt que le talent inné semble être ce qui motive vraiment les enfants et les poussent à apprendre et à s’améliorer.

Nous voulons que l’enfant apprenne que la meilleure manière de faire face à un échec est de faire plus d’efforts, plutôt que de simplement abandonner.

 

Le compliment exagéré est pire qu’une injure.      –    Proverbe persan 
L’homme qui fait beaucoup de compliments pervertit l’usage des paroles en leur ôtant toute leur signification.    –   Axel Oxenstiern