Des amis de qualité

AMITIÉ

Jusqu’à cette année, Charmante Ado n’avait jamais eu une grande amie comme elle l’aurait tant désirée. Elle avait des copines, mais personne avec qui elle se sentait vraiment proche. Cela a changé en septembre dernier, lorsqu’elle s’est liée avec deux filles de sa classe. Elles sont maintenant inséparables et ce sont de véritables amies, qui peuvent se parler de tout et de rien, de leurs rêves, leurs peurs ou leurs joies.

Qu’est-ce qui fait qu’une personne est une bonne amie?

Un ami sait différencier les moments où l’on a besoin d’écoute et de support, de ceux où nous voulons des suggestions ou des solutions. Il est capable de capter que ce sont nos sentiments qui ont besoin d’être validés et ne multipliera pas les conseils, pas plus qu’il ne cherchera à résoudre le problème pour nous. Il nous écoutera tout simplement et fera montre d’empathie.

Un ami prendra l’initiative de suggérer des activités et cherchera à nous inclure dans sa vie. Certaines personnes accepteront avec joie toute invitation ou suggestion d’activité, mais ne planifieront pas et ne suggéreront jamais rien d’eux-mêmes.

Lorsque quelque chose se passe dans notre vie, un ami nous laissera vivre notre moment, sans tenter de se mettre lui-même de l’avant. Si nous avons un pépin ou un problème de santé, il ne renchérira pas en parlant de son énorme problème qui  est bien pire que le nôtre ou de leur mal de tête qui est sûrement une tumeur au cerveau.

Un ami nous aidera à nous voir plus positivement, Il nous fera réaliser que nous avons des qualités  particulières dont nous n’avons souvent, pas vraiment conscience. Par exemple, Charmante Ado a découvert que son style d’humour ironique plaisait beaucoup à ses nouvelles amies et qu’elles appréciaient ses réparties.

Un ami gardera nos secrets lorsqu’on lui fait des confidences et respectera notre souhait de garder certaines choses privées.

Les amis respectent les rendez-vous et se présentent aux lieux de rencontre prévus à l’heure convenue. Ils ne se décommandent pas à la dernière minute, sauf en cas de force majeure.

Lorsque nous parlons d’un sujet délicat ou que nous demandons une opinion franche, un ami saura répondre avec tact et sensibilité. Il ne nous démolira pas avec des critiques négatives.

Un ami se souviendra des choses qui se passent dans notre vie et nous appellera ou nous enverra un message pour demander comment l’entrevue ou tout autre événement s’est déroulé. Un ami restera en contact et montrera un intérêt envers nous, même s’il est très occupé avec sa propre vie.

Un ami est capable de nous faire rire et d’alléger la situation lorsque requis. Il sera présent dans les bons et les mauvais moments, pour les partager ou nous aider à passer à travers.

Charmante Ado semble avoir trouvé tout cela chez ses amies et elle les apprécie beaucoup. Elles ont toujours des projets, des soirées cinéma et des nuits plus ou moins blanches à veiller chez l’une et chez l’autre, en parlant de tout et de rien.

Il est plus facile de passer à travers  l’adolescence avec de bonnes amies pour nous soutenir , nous encourager,  nous épauler et nous faire rire.

 

Le meilleur miroir est l’oeil d’un ami.  –   Proverbe gaélique
Un ami est celui qui vous laisse l’entière liberté d’être vous-même.   –   Jim Morrison
Un ami, un véritable ami, c’est aussi un témoin, quelqu’un dont le regard permet d’évaluer mieux sa propre vie.   –   Emmanuel Carrère

 

 

Partagez!

Cure minceur féline

Grande Patronne

Je profite d’une récurrence de mes douleurs lombaires pour prendre une pause et donner de mes nouvelles. Tout d’abord, du côté de la faune familiale, nous avons Grande Patronne qui s’est mise à perdre du poids à une vitesse inquiétante.

C’est la doyenne de nos animaux, elle a maintenant 16 ans, ce qui équivaut, selon le vétérinaire, à 80 ans chez l’humain. Grande Patronne démontrait ces dernières semaines, un appétit phénoménal, au point, où elle grimpait sur la table lors des repas, pour tenter d’attraper le contenu de nos assiettes. Ce comportement était hautement inhabituel et cela nous a aussi mis la puce à l’oreille (sans jeu de mots) qu’elle était devenue complètement sourde avec l’âge.

Une petite visite chez le vétérinaire et un test sanguin ont permis de diagnostiquer une hyperthyroïdie, problème assez fréquent chez les chattes âgées. Grande Patronne, qui pesait 18 livres (8 kilos) est maintenant toute menue, à seulement 6.5 livres(3 kilos). Ce n’est pas flagrant sur la photo de droite ci- dessus, mais elle pèse trois fois moins que sur la photo de gauche.

C’est une maladie qui se contrôle assez bien avec la prise d’un médicament en comprimés, deux fois par jour. Elle a débuté le traitement il y a cinq jours et nous trouvons qu’elle commence déjà à se remplumer. Elle est plus paisible et mange normalement.

Toutou Parfait se porte à merveille. Elle trotte gaiement et peut même courir sans problème. Elle boîte encore un tout petit peu à l’occasion, mais on peut dire qu’elle est complètement rétablie de sa reconstruction du genou.

J’ai démonté l’abri d’hiver dans leur enclos et j’en ai profité pour leur mettre une petite terrasse en bois devant l’entrée des niches. C’est tout de suite devenu leur endroit préféré pour se prélasser au soleil.

Tête de Mule a souffert d’inconfort intestinal pendant une dizaine de jours, au point où elle refusait de dormir à l’intérieur de la maison la nuit. Chaque soir, elle pleurait pour sortir et si on n’obtempérait pas assez rapidement, on avait un petit ou un gros dégât à ramasser. Nous avons vite conclu qu’elle serait mieux à l’extérieur.

Finalement, tout est rentré dans l’ordre et elle contrôle de nouveau ses excrétions. Je crois que je suis fautive dans cet épisode car j’ai lorsqu’est venu le temps d’acheter de la nourriture pour chiens, je suis allée vers une saveur nouvelle, même si c’était leur marque habituelle. Les deux chiens ont adoré la nouvelle saveur (saumon) mais je crois que la digestion de Tête de Mule est un peu fragile. J’aurais dû l’acclimater lentement à la nouvelle nourriture au lieu d’y aller subitement du jour au lendemain. Enfin, elle s’en est remise et apprécie toujours cette saveur.

Je rencontre des chiens différents chaque semaine à la pension pour animaux. Ils sont tous adorables et c’est un vrai plaisir d’aller les promener et jouer avec eux. Charmante Ado vient avec moi le soir et les jours de congé scolaire. Même Tendre Moitié m’accompagne à l’occasion.

Les rénovations ont quelque peu ralenties avec mon problème de dos. Il y aussi une foule de choses à faire à l’extérieur, entre autres, ramasser une multitude de branches mortes sur plus d’un acre de terrain. L’hiver a été très dur sur nos arbres.

Côté travail, après un printemps plus que tranquille, Tendre Moitié est soudainement très occupé. Charmante Ado est légèrement moins charmante depuis qu’elle est entrée dans sa phase  »full ado ». Elle a l’art de nous montrer que nous ne sommes pas du tout pertinents ou de son temps. Tendre Moitié considère cela philosophiquement comme une phase typique de l’adolescence, j’ai un peu plus de difficulté à accepter le changement de ton et d’attitude. Disons, que nous avons des discussions intéressantes sur le respect, la gentillesse, la politesse et le souci de l’autre.

Malgré tout, il y parfois des moments où je retrouve ma petite fille agréable et affectueuse, elle n’est donc pas complètement disparue sous l’ado  »cool ». Heureusement, elle réussit toujours bien à l’école, elle fait du bénévolat et a d’excellentes amies, alors on ne peut pas trop se plaindre.

Voilà ce qui résume la vie de la famille Opus ces derniers temps. Je retourne soigner mon dos et je vous reviendrai plus fréquemment je l’espère, une fois rétablie.

Le bonheur, c’est avoir une bonne santé et une mauvaise mémoire.   –   Ingrid Bergman
L’adolescence est comme un cactus.   –   Anaïs Nin

L’envers du décor

nettoyage de printemos

J’ai été absente du blogue cette dernière semaine car le printemps me donne toujours une folle envie de renouveau. En plus de la chambre de Charmante Ado, je suis occupée à refaire la peinture de presque toute les pièces.

Nous avons acheté la maison il y a un peu plus de sept ans et n’avions pas touché à la peinture, sauf pour les salles de bain et la chambre de Charmante Ado.

Les propriétaires précédents, qui étaient originaires de Belgique comme Tendre Moitié, avaient fait peindre le salon et la salle à manger par un designer italien qui avait utilisé selon eux, de la poussière de marbre pour donner du relief. L’effet était joli quoique je n’aurais pas payé pour cela personnellement.

Cela fait un bon moment que le besoin de refaire la peinture de ces pièces se faisait ressentir, mais nous n’osions pas y toucher. Il nous semblait peu recommandé d’ajouter une couche de peinture sur des murs avec un relief. La seule alternative était de sabler pour enlever les grains de poussière de marbre.  J’ai finalement tenté le coup avec un simple grattoir en métal et cela a très bien fonctionné. Les murs du salon sont maintenant lisses et frais peints. La salle à manger subira le même sort sous peu.

Durant la phase d’épuration du contenu du salon, j’ai rassemblé toutes les photos non classées, pour me rendre compte que je n’avais pas fait d’album photo depuis…2004! Nous avons passé une soirée entière à identifier et dater chaque photo. Il nous restera à les mettre dans des albums. Nous ne faisons plus développer de photos depuis quelques années, nous contentant de leur version numérique, ou d’imprimer nous-mêmes celles que nous désirons. J’aimerais bien numériser toutes nos photos existantes, mais cela prendrait beaucoup de temps, surtout que ma mère m’a donné plus de quinze albums, avec des photos qui remontent à sa propre enfance il y a soixante-dix ans!

Lorsque nous avons peint le salon, nous avons trouvé que la pièce semblait beaucoup plus grande sans décoration. Nous avons donc décidé d’enlever une table d’appoint pour un look plus aéré et de mettre seulement quelques toiles aux murs. Le résultat final, avec seulement nos trois toiles préférées, nous plaît beaucoup.

Ma liste de choses à vendre sur Kijiji (sites de petites annonces) s’allonge, surtout que Charmante Ado et Tendre Moitié  s’y mettent aussi et se détachent  plus facilement de leurs trucs inutiles. Lorsqu’un objet se retrouve au fond d’un tiroir, d’une armoire ou d’un placard, au point que l’on oublie son existence, c’est un signe que nous pouvons nous en départir sans souffrance.

Charmante Ado est entrée dans sa phase « full ado » et je remarque une différence. Je ne suis plus sa personne de prédilection pour ses confidences, elle est en contact constant (grâce aux réseaux sociaux) avec sa meilleure amie, et c’est à son amie qu’elle confie ses états d’âme. Cet éloignement est une étape normale pour définir son identité et établir son autonomie, mais il en résulte quelquefois des frictions. C’est fou comme on devient moins intelligent et pertinent lorsque notre enfant devient ado…heureusement que ce n’est que temporaire!

J’essaie de profiter des rares moments où elle sollicite mon avis ou mon oreille et je la traite comme une personne mature et raisonnable, ce qu’elle est la plupart du temps. Elle réussit très bien à l’école et ne me cause pas de soucis majeurs; d’autres ados de ma connaissance ont une adolescence autrement plus intense et perturbée.

Je reconnais toujours ma petite fille sérieuse et organisée, elle veut commencer les cours pour devenir sauveteur (plage et piscine) cet été, afin d’être prête lorsqu’elle aura l’âge requis (16 ans) pour travailler dans ce domaine. De plus, elle va m’aider durant l’été à la pension pour animaux où je viens de commencer à travailler.

Passer d’un temps où nous étions absolument tout pour nos enfants à une transition qui leur permet de se détacher pour s’affirmer et se préparer à leur vie adulte est une étape qui modifie la dynamique familiale. On s’y fait, en relativisant les attitudes et les humeurs changeantes de notre ado en transformation et en se disant souvent que l’on s’aime, peu importe les problèmes ou les divergences d’opinion.

Ne conservez que les choses que vous trouvez magnifiques ou qui vous sont utiles.   –   Jan Cox

 

L’ado social

ado digital

Petit problème de l’ère digitale dans la famille Opus Secret cette semaine. Charmante Ado grandit et son goût d’autonomie et de prendre ses propres décisions aussi. Même si nous encourageons son sens de l’initiative et son goût pour l’entrepreneuriat,  nous sommes plus austères, pour ne pas dire vieux-jeu, sur d’autres points.

Nous avons toujours refusé, à son grand chagrin, que notre fille ait une télévision dans sa chambre. La raison est simple;  j’en ai eu une durant mon adolescence et je ne sortais à peu près jamais de ma chambre. Mes parents n’avaient aucune idée de ce que je regardais ou de ce que je faisais de mes soirées et ce n’est pas un modèle que nous voulons suivre. Nous tentons de garder  nos soirées comme un moment familial au lieu d’une occasion pour chacun de s’isoler.

A treize ans et demi, je crois que nous avons encore notre mot à dire sur les activités de Charmante Ado. Je lui enlève son cellulaire et son iPod au coucher depuis quelques temps parce qu’elle va sur Facebook avec ses amies alors qu’elle devrait dormir. Elle n’a  rien dit pendant quelques semaines, mais ces derniers temps, elle a essayé de convaincre Tendre Moitié qu’elle voulait seulement écouter de la musique sur son cellulaire ou son iPod pour s’endormir. Tendre Moitié trouvant la demande raisonnable lui a promis de m’en parler.

Le problème est que le seul jour où j’ai oublié de lui enlever ses gadgets électroniques, elle est aussitôt allée « chatter » sur Facebook. Tendre Moitié a admis qu’il est difficile de croire qu’une ado de treize ans va résister à la tentation de répondre aux messages de ses amies si elle a l’appareil entre les mains. Nous avons donc décidé de maintenir le statu quo. Les ados de cet âge ont besoin de dix à douze heures de sommeil et c’est effectivement ce que dort Charmante Ado lors de ses jours de congés. Nous voulons qu’elle réussisse bien à l’école et qu’elle soit reposée le matin. Elle a accès à l’internet en soirée, mais pas dans sa chambre une fois couchée lorsqu’elle a de l’école le lendemain.

La valse des « les parents de mes amies ne font pas ça » et des « je ne peux pas dormir sans musique » a suivi notre refus. En fait, elle nous avait déjà raconté que les parents d’une de ses copines  lui interdisaient tout internet durant la semaine, sauf pour les travaux scolaires. Ils lui avaient laissé son iPod, jusqu’à ce qu’ils découvrent que leur fille avait réussi à établir la connections Wi-Fi (ils ne la croyaient pas si technologique) et discutait allègrement avec ses amies toute la soirée et une fois couchée. Charmante Ado a sûrement des amies dont les parents ne se soucient pas de leur vie en ligne, mais c’est peut-être parce qu’ils ne réalisent pas  ce que font leurs enfants sur Internet.

Les jeunes de cette génération grandissent avec ces technologies et elles font partie de leur tissu social. En tant que parents, nous faisons face à des choix plus compliqués que d’avoir ou non une télé dans sa chambre. On ne peut pas tout interdire, mais nous devons prendre des décisions sur des points qui n’ont pas fait partie de notre éducation. De plus, de nouvelles technologies se rajoutent sans cesse et nous devons rester à jour pour pouvoir prendre des décisions éclairées.

Pour le moment, nous suivons l’activité en ligne de notre fille de très près. Une étude américaine datant de 2009 a révélé que 45% des compagnies vérifient maintenant l’activité sur les réseaux sociaux des gens qui postulent pour un emploi et que 35% rejettent des candidats suite à ce qu’ils ont découvert sur eux en ligne.

Certains prônent l’autonomie, de leur faire confiance et de leur laisser prendre leurs responsabilités en leur donnant plus de liberté, mais si on ne leur explique pas ce qui est convenable, dangereux ou dommageable, ils auront probablement des comportements risqués, des propos inappropriés et des conséquences douloureuses.

Le soir où nous lui avons refusé le iPod ou le cellulaire pour écouter de la musique au lit, Charmante Ado était plutôt frustrée par notre décision. Je l’ai entendue se retourner longtemps dans son lit, mais elle a fini par s’endormir. Je suis restée éveillée encore plus tard qu’elle en me questionnant à savoir si nous n’étions pas trop sévères et si elle serait vraiment capable de résister à la tentation de texter au lit, si nous avions accepté. Il y a toujours une fine ligne entre la fermeté et l’autoritarisme. Je ne veux pas perdre notre excellente relation avec une ado somme toute assez facile et agréable à vivre.

Je n’avais pas trop à m’en faire, le lendemain, Charmante Ado était tout sourire et ne semblait pas préoccupée du tout. C’était probablement une de ces occasions où l’ado teste ses parents pour établir les limites et s’en satisfait en réalisant qu’elles existent et sont là pour rester. Dans un certain sens, cela doit même être réconfortant de voir que ses parents se soucient d’elle.

D’un autre côté, si vraiment la musique l’aide à s’endormir, nous avons un vieux mini lecteur mp3 qui pourra très bien faire l’affaire.

 

L’adolescence est une période de changements rapides. Entre l’âge de 12 et 17 ans par exemple, un parent peut vieillir de presque 20 ans.    –  Auteur inconnu
Lorsque j’étais un jeune garçon de quatorze ans, mon père était si ignorant que j’avais peine à endurer sa présence.   Par contre, lorsque j’ai atteint l’âge de 21 ans, j’ai été estomaqué de voir tout ce qu’il avait appris en sept ans.   – Auteur inconnu, parfois attribué à Mark Twain 

Les belles choses sont difficiles

rêves

À l’adolescence, les jeunes commencent a s’interroger sérieusement sur ce qu’ils veulent faire de leur vie. Les adultes leur demandent souvent quelles sont leurs aspirations, mais cela ne veut pas dire pour autant que les jeunes aient vraiment pris une décision.

La  principale priorité à l’adolescence est d’explorer les différentes options. Rien ne presse pour faire un choix de carrière. Les jeunes doivent plutôt découvrir ce qu’ils aiment.

Ce n’est pas si facile que cela de trouver ce que l’on aime, en partie parce qu’il est problématique d’avoir un aperçu objectif et réel de la plupart des emplois. Être médecin ou avocat n’est pas réellement comme  ce qu’on nous montre dans les films ou la télévision.

On aura une vision plus juste si on peut observer une personne faire le travail qui nous intéresse. Faire du bénévolat dans un hôpital par exemple, pourrait aider un jeune à se faire une idée de la profession de médecin.

Il y a aussi de nombreuses carrières qu’on ne peut explorer, tout simplement parce qu’elles n’existent pas encore. Lorsque j’étais adolescente, tout ce qui touche l’informatique en était à ses premiers balbutiements et les professions qui s’y rattachent aujourd’hui, n’avaient même pas été imaginées. Le monde change rapidement et le rythme semble de plus en plus rapide. Mieux vaut garder l’esprit ouvert car la carrière de rêve pourrait ne pas exister avant plusieurs années.

Comment poursuivre son rêve si on ne l’a pas encore découvert? En ne se décourageant pas et en ne sous-estimant pas son potentiel. Les gens qui ont réussi et fait de grandes choses peuvent nous sembler comme une race à part, ce qui nous donne un peu l’excuse de ne pas essayer, car nous nous considérons comme des gens ordinaires.

Si les gens exceptionnels étaient semblables à nous, cela signifierait qu’ils ont dû travailler très fort pour atteindre autant de succès. Il est plus aisé pour nous de croire qu’ils étaient des génies.  Le génie existe, mais lorsqu’on s’en sert comme excuse pour ne pas faire d’effort, c’est davantage un refus de voir tout le travail que ces personnes ont dû déployer pour réussir.

Les habiletés naturelles varient d’une personne à l’autre, mais en général on peut se dire que si une personne avec des capacités similaires aux nôtres a réussi, nous en sommes capables aussi, en y mettant l’effort nécessaire.

En attendant de découvrir ses intérêts, ses rêves et ses habiletés, je dis souvent à Charmante Ado qu’il est important de garder ses options ouvertes. Certaines orientations laissent plus de portes ouvertes que d’autres. Tant qu’un jeune n’est pas fixé sur son avenir, chaque fois qu’un choix doit être fait, mieux vaut se diriger vers ce qui lui laissera le plus d’options dans le futur.

Tout ce qui est facile n’est pas nécessairement préférable à ce qui est difficile. Travailler fort sur un sujet ou un projet complexe, apprendre, faire des erreurs, surmonter les difficultés nous permettent de nous améliorer et de peut-être découvrir une nouvelle facette qui piquera notre intérêt et notre curiosité.

La plupart des personnes ayant eu un succès exceptionnel, se sont un jour retrouvés devant un sujet qui a soulevé une question dans leur esprit. Cette question a stimulé leur intérêt et la curiosité les a mené à fouiller, à explorer, jusqu’à ce qu’ils trouvent une réponse au problème soulevé.

On ne peut savoir à l’avance ce qui soulèvera notre passion, mais en explorant divers domaines, en travaillant fort sur les sujets difficiles au lieu de surfer sur la facilité, nous avons plus de chances de trouver notre voie. Cela vaut pour les jeunes mais aussi pour tout adulte qui se retrouve à la croisée d’un chemin.

Dans le titre:  Les belles choses sont difficiles.   –   Platon
Ce qui console d’un travail difficile, c’est qu’il est «difficile».  –  Emile-Auguste Chartier, dit Alain