Être apprécié; un besoin fondamental

être apprécié

Me voilà avec du temps libre pour écrire et profiter du reste de l’été. En effet, je viens de quitter mon travail auprès des animaux dans une pension. J’y pensais depuis plusieurs mois, mais j’ai finalement pris ma décision au retour de mes vacances.

Ce fût une belle aventure et j’ai beaucoup aimé prendre soin des chiens et chats qui venaient en pension au Centre. J’ai réalisé que j’étais très bonne avec les animaux, qu’ils venaient à moi facilement et que je savais décoder leurs signaux quant à leur état d’esprit. Le travail était intense et assez dur physiquement, mais c’est plus le style de gestion des propriétaires qui a motivé  ma décision de quitter.

Pour illustrer, deux jours avant mon retour de vacances, j’apprends de ma collègue qu’elle s’occupe seule de 20 chiens et qu’on lui demande aussi de faire  le ménage de la boutique, le tout en deux heures ou moins. Je décide d’écrire aux patronnes pour leur mentionner que ce qu’elles demandent est impossible et qu’on ne peut pas prendre soin convenablement de 20 chiens en deux heures. Il faut nettoyer les enclos et les bols, donner de l’eau et de la nourriture et ensuite jouer avec les chiens dans la salle de jeu et à l’extérieur. Il y a aussi des photos à prendre pour mettre sur la page Facebook, afin que les clients puissent voir les activités de leur animal durant leur séjour.

Certains chiens ne sont pas sociables et doivent être sortis seuls et on doit prendre le temps de leur donner de l’attention, et de jouer avec eux. La plupart s’entendent bien avec les autres et on fait  alors des groupes de jeu, selon la grandeur et leurs affinités.

Comme il n’y avait personne d’autre de disponible, je me suis offerte pour aider ma collègue lors de mon dernier jour de vacances. Je suis donc allée travailler tôt le matin. Vers la fin de mon quart, une des propriétaires est arrivée et de façon très brusque nous a annoncé qui ferait les prochains quarts et avec qui cette personne serait jumelée. Elle a dit que le problème actuel venait du fait que ma collègue ne les avait pas avisées que le nombre de chiens en pension augmentaient depuis quelques jours, ce que ma collègue a démenti. Elle a terminé en disant d’un ton exaspéré qu’elle et son associée était présentement en vacances mais qu’elles devaient  tout le temps venir au Centre pour régler des problèmes.

Étrangement, lorsque j’étais partie en vacances, elles m’avaient dit qu’elles partiraient elles-mêmes en vacances deux jours après mon retour. Déjà, que les deux patronnes prennent leurs vacances ensemble, ce n’est pas l’idéal, mais elles font toujours ça. Or, il semble qu’elles aient décidé entre-temps de prendre leurs congés durant mon absence, laissant la pauvre employée, avec seulement deux mois d’expérience, payée au salaire minimum, gérer tout complètement seule.

Cela signifiait qu’elle devait répondre aux téléphones et aux courriels, retourner les appels de ceux qui avaient laissé des messages, tenir la boutique, nettoyer le Centre au complet (2 étages) en plus de s’occuper de la pension.   Elle a rapidement été débordée et ils la traitaient plus ou moins d’incompétente.

Je leur ai fait remarquer qu’un entrepreneur, propriétaire d’un commerce n’est techniquement jamais en vacances, à moins d’avoir formé et de payer une personne pour le remplacer en tant que gérant de l’entreprise. Elles voulaient sans cesse que je m’associe avec elles mais j’ai toujours refusé, voyant la façon dont elles géraient cela. J’ai accepté la gérance de l’entreprise à un certain moment, mais je suis retournée simple employée après deux mois en voyant leur style de gestion. Elles ont quand même continué à me confier des tâches hors des heures de travail en prenant pour acquis que je ferais tout cela gratuitement.

De plus, mes patronnes aimaient bien parler dans le dos de cette employée. Elles la dénigraient devant moi et se moquaient d’elles sans retenue. Je leur disais chaque fois que c’était méchant et que je n’appréciais pas. Quelles que soient les lacunes d’une personne, il faut la respecter. Elles lui disaient sans cesse qu’elle n’était pas bonne dans son travail et la comparait à moi qui était là depuis 15 mois. Je leur faisais remarquer qu’elle avait du coeur à l’ouvrage mais manquait simplement d’organisation et qu’un peu de formation additionnelle et d’encouragement seraient sûrement plus utiles que ces remarques. Je trouvais ces attaques personnelles très inconfortables et je me suis naturellement portée à sa défense. Je soulignais ses bons coups et ses bonnes idées, au point où on m’a reproché de trop la défendre.

Il faut avoir la fibre de entrepreneuriat en soi pour être en business et mes patronnes ne l’ont clairement pas. Elles m’ont dit avec le plus grand sérieux, que leurs jours de congé étaient sacrés et qu’elles ne voulaient recevoir aucun coup de téléphone durant ces journées. Pourtant, elles ne se gênaient pas pour m’appeler en vacances ou en congé et elles m’envoyaient des courriels de demandes d’information et de réservations pour que j’y réponde de chez moi, le soir et les fins de semaine, même si j’étais en congé.

Bref, j’ai quitté après cette dernière journée de vacances que j’ai passée à travailler. J’ai reçu un beau courriel disant qu’elles m’aimaient beaucoup et que j’étais très professionnelle et elles concluaient en me demandant si je voudrais bien continuer de m’occuper de la page Facebook de l’entreprise (mettre une cinquantaine de photos des chiens par jour sur la page, avec des commentaires pour montrer leurs activités), bénévolement bien sûr. J’ai refusé.

J’ai tenu cette page, sans aucune rémunération pendant 15 mois, passant souvent deux heures par jour à découper et à mettre en page les photos et les commentaires. Les clients adorent cette initiative et la page est très populaire. Pourtant, j’ai reçu très peu d’appréciation de la part de mes patronnes pour ce travail, durant ces 15 mois.

C’est dommage, mais je ne me suis jamais sentie si peu appréciée dans un travail et ultimement, c’est ce qui a tué ma passion.

Un chapitre de ma vie se clôt, mais j’aime bien voir se dessiner à l’horizon un grand nombre de possibilités. Je réfléchis à la prochaine étape, tout en me préparant à la visite de ma mère et mon frère, qui arrivent la semaine prochaine. Leur dernière visite en mai s’est très bien déroulée et j’espère que le beau temps sera de la partie car leur séjour précédent avait été très pluvieux.

Je devrais avoir plus de temps pour ce blogue avec la réorganisation de mon emploi du temps. Alors, restez en ligne pour la suite de la chronique de la vie quotidienne de la famille Opus.

 

Le plus grand besoin de chaque humain est le besoin d’être apprécié.  –   Anonyme
Il y a plus de faim dans le monde pour l’amour et l’appréciation que pour le pain.    –   Mère Teresa

 

 

Partagez!

L’arrivée de Toutou Réservé

Toutou Réservé sur le lit

Il y a une semaine aujourd’hui que  Mousky (notre Toutou Parfait) nous a quittés. Elle nous manque beaucoup, mais aujourd’hui, je vais vous parler d’un autre chien qui fait partie de notre famille depuis mai dernier.

Nous ne prévoyions pas à ce point-ci de notre vie, accueillir un nouvel animal. Nous nous étions bien dit que nous ne « renouvellerions pas » et que nos animaux actuels étaient les derniers.

Le centre animalier qui m’emploie a décidé d’offrir du répit à la SPCA  de notre région qui est en manque de place. Nous avons donc de 2 à 4 chiens qui sont disponibles pour adoption via la SPCA, et que les gens intéressés viennent visiter au Centre.

Parmi Les 4 premiers chiens choisis pour la première expérience, il y avait un Bouvier Bernois croisé (probablement avec un Collie) de 4 ou 5 ans. Il provenait d’une saisie où 3 autres Bouviers Bernois avaient été retirés à leur propriétaire dû à leurs mauvaises conditions de vie.

Il était très craintif et restait collé au mur au fond de son enclos. Pendant que les formalités se réglaient, je suis allée le promener à l’extérieur. Je lui ai parlé, je l’ai caressé et j’ai fondu pour ses beaux grands yeux tristes.

Il a fait le trajet dans ma voiture et je l’ai bien installé dans son enclos au Centre. Au moins trois fois par jour, j’allais m’asseoir par terre à côté de lui et je le caressais pendant trente à quarante minutes. Le troisième jour, il est sorti de lui-même de l’enclos pour aller faire sa promenade, alors qu’avant, on devait le pousser gentiment pour le convaincre de quitter la sécurité de l’enclos.

J’ai aussi commencé à lui donner un autre nom que celui attribué par la SPCA (c’est à ce moment-là que j’ai senti que j’allais changer d’idée) et il a fini par lever la tête à son nouveau nom. Il s’est mis à se coller sur moi lorsqu’il rencontrait une nouvelle personne. Il s’attachait et moi aussi.

Tendre Moitié et Charmante Ado l’ont rencontré au Centre et tous les deux voulaient que nous l’adoptions, même si ça ne faisait pas partie de nos projets.

Le quatrième jour, j’ai donc amené Toutou Réservé (ce sera son surnom sur ce blogue) à la maison pour voir comment Toutou Parfait et Tête de Mule réagiraient. Cela a été la bonne entente immédiate. Toutou Réservé n’est jamais retourné dans son enclos au Centre. Il vit avec nous, s’apprivoise tranquillement et c’est un chien sensationnel qui méritait bien d’avoir enfin une famille pour l’aimer et l’apprécier.  Il a été tout de suite accepté par toute notre famille animale.

Toutou Réservé 2

Les premiers jours, Toutou Réservé étaient terrifié par… la télévision. Il était évident que c’était la première fois qu’il voyait une télé. Nous avons commencé par mettre seulement les images, sans le son, puis nous avons graduellement augmenté le volume jusqu’à ce qu’il soit habitué à cet étrange objet.

Il vient souvent avec moi au Centre, je lui dis qu’il vient travailler. Il a compris qu’il n’y resterait pas, il apprend à rencontrer des gens nouveaux et il a l’occasion de socialiser avec les pensionnaires canins.

Il est très à l’aise avec moi, est assez confiant avec Tendre Moitié. Charmante Ado a une grosse vie sociale durant ses vacances scolaires, alors elle n’est pas souvent à la maison et cela prendra un peu plus de temps  pour créer un rapprochement.

Toutou Réservé a extrêmement peur des humains en général, mais il n’a pas une once d’agressivité. Je ne sais pas quel genre de vie il a eu, mais on nous a dit que c’était bien pire que tout ce que nous pourrions imaginer. Il va sûrement garder une méfiance des humains. On dirait qu’il a été battu. Il n’a aucune crainte des chiens ou de nos chats. Au travail, il se mêle facilement avec les autres chiens en pension, mais il préfère me suivre partout.

Le paradoxe est que même s’il a peur des humains, il est aussi extrêmement affectueux et il adore être caressé. Il colle sa tête à la mienne et pousse de longs soupirs de satisfaction.

Il a encore de la difficulté à traverser une pièce directement; en général, il rase les murs en se rentrant la tête dans les épaules comme si quelque chose allait le frapper ou lui tomber dessus.

Le soir, il vient sur notre lit pour la séance de câlins et gâteries. Au début on devait le prendre et le mettre sur le lit nous-mêmes, mais depuis plusieurs jours, il saute sur le lit de sa propre initiative. Il dormait à côté de notre lit, mais depuis la mort de Toutou Parfait, il redescend au rez-de-chaussée pour être avec Tête de Mule. Nous voyons chaque nouvelle initiative de sa part comme une grande amélioration. Ce ne sera jamais un chien qui va au devant des gens avec la queue qui s’agite, mais on ne s’attend pas à cela de lui non plus.

Il a commencé à gruger quelques items (un tube de crème pour les mains et un livre de poche) et il a pris une de mes sandales et l’a cachée sous un meuble. Il fait sa période  « chiot », un peu tard, mais on trouve ça mignon.

Il est complètement adorable et nous sommes très heureux de pouvoir lui offrir une meilleure expérience de vie que ce qu’il a connu précédemment.

Nous avons un grand enclos clôturé de plus de 10 000 pieds carrés (929 mètres carrés) où les deux chiens peuvent courir, jouer, se reposer sous les arbres à l’ombre ou dans leur deux niches.  Toutou Réservé adore y aller et rentre maintenant dans la maison sans crainte alors qu’au début, il restait derrière et nous devions aller le chercher et le ramener dans la maison.

Toutou Réservé 3

Il n’était pas prévu, mais pourtant, je crois qu’il nous attendait. Heureusement, nous avons écouté notre cœur plutôt que notre tête.

Tout le chien est dans son regard.   – Paul Valéry
Les chiens ne mentent jamais quand ils parlent d’amour.   –  Jeffrey Moussaieff Masson

Elle s’appelait Mousky

Mousky

Aujourd’hui, Toutou Parfait nous a quittés. Après la dernière chirurgie au genou en février dernier, elle n’a jamais retrouvé son entrain. Je me disais que ça irait mieux avec le retour du printemps, mais elle n’avait plus d’énergie et elle s’est mise à respirer difficilement et avoir le nez qui coulait.

Nous avons consulté et elle a été traitée pour une sinusite. Deux rondes d’antibiotiques en injection n’ont eu aucun effet et elle dépérissait à vue d’oeil. Les muscles du côté affecté de sa tête se sont atrophiés, puis sa troisième paupière; celle qui part du coin inférieur de l’oeil pour remonter, est devenue visible en permanence, signe que les nerfs étaient comprimés.

La prochaine étape consistait en des investigations plus poussées dans un centre spécialisé, avec un scan et un endoscope pour une biopsie. Une dernière visite chez son vétérinaire avant d’être référée a eu lieu ce matin et l’examen physique a révélé une déformation d’un côté du palais ainsi que de l’enflure palpable et dure autour de l’oeil.

Elle faisait beaucoup de fièvre, elle avait maigri depuis la dernière visite et arrivait à peine à marcher. L’évolution s’étalant sur plusieurs mois et la masse détectée pointaient vers une tumeur maligne assez probable. Selon le vétérinaire, elle souffrait terriblement et elle devait avoir un mal de tête épouvantable ainsi qu’une pulsation très forte dans l’oeil.

Nous avons décidé de la laisser partir. Elle a eu tellement de problèmes de santé et de chirurgies que nous ne nous sentions pas capables de lui faire subir d’autres traitements invasifs et douloureux. Le vétérinaire était encourageant jusqu’à ce qu’il détecte la masse, puis il disait qu’à son âge et dans son état, le pronostic était très sombre.

Toutou Parfait a été parfait jusqu’au bout. Elle est partie dans mes bras avec l’assurance qu’elle avait été une chienne formidable, que je l’aimais très fort et que nous nous reverrions peut-être un jour. Cela a été très rapide mais très doux, elle s’est endormie et s’est éteinte doucement.

Je ne suis habituellement pas très ésotérique, mais quelques heures après son décès, un magnifique papillon noir, blanc et gris, est venu se poser devant moi sur la terrasse.  Il s’est attardé, m’a laissé approcher et le photographier, puis il s’est envolé parmi les arbres. Peut-être était-ce mon Toutou Parfait qui voulait me faire savoir qu’il était bien et qu’il était libre de toute entrave.

J’aime y croire. Toutou Parfait s’appelait en fait Mousky et nous avons eu près de 10 merveilleuses années avec elle. Voici un petit montage que j’ai fait de toutes ses photos.


La musique de la vidéo est une chanson de Florent Vollant: Loup Blanc (Miam Maikan en  Innu-aimun). Florent Vollant est originaire de Maliotenam, un village Innu de la Côte Nord du Québec.

Les chiens ne nous abandonnent que pour mourir, mais ils nous laissent leur merveilleux souvenir pour éclairer le reste de notre chemin.   – Anna et Laurent Racz-Caroff

Les chemins vers la retraite

retraite

La retraite a été traditionnellement définie comme une étape que l’on atteint après 35-40 ans sur le marché du travail.  De nos jours, il y a d’autres manières d’y arriver. Examinons quatre différents modèles qui nous amèneront tous à la retraite, mais chacun avec des trajets bien différents.

La retraite traditionnelle est le modèle que l’on connaît le mieux. Une personne travaille de façon ininterrompue jusqu’à l’âge de 65 ans, en épargnant 10 à 15% de son salaire pendant toutes ces années. Elle peut alors prendre une retraite bien méritée avec suffisamment d’argent pour profiter de la vie durant les années qui lui restent. Le montant épargné permettra idéalement de payer pour un hobby comme le golf ou de faire quelques voyages ou croisières.

La retraite hâtive est similaire au modèle traditionnel mais sur un mode accéléré. Une personne qui a la chance d’avoir  un travail bien rémunéré dès ses premières années productives, a l’opportunité de procéder plus rapidement. Elle décide d’épargner de façon intensive et de conserver le même niveau de vie peu importe ses augmentations de salaire au fil des ans. Tout est réinvesti. Elle travaille de façon ininterrompue, comme pour la retraite traditionnelle, mais elle peut cesser de travailler beaucoup plus tôt, dans la trentaine ou la quarantaine, au lieu de la soixantaine.

Un troisième modèle consiste à prendre de fréquentes mini-retraites. On alterne alors des périodes de travail intensif avec des périodes de repos complet, un peu comme l’entraînement par intervalles.

 Une personne qui suit ce modèle, pourrait par exemple travailler pendant deux ans et épargner 30 000$, puis passer les deux prochaines années à voyager. Un entrepreneur peut décider de travailler deux semaines par mois et prendre les deux autres semaines du mois pour s’occuper à ses loisirs. Certains vont travailler pendant deux ou trois mois, puis prendre un mois de congé.

Ce modèle permet de s’échapper du marché du travail pendant que l’on est encore jeune, en forme et en santé. Voyager dans la vingtaine est différent des voyages que l’on fait dans la soixantaine. Ce n’est pas nécessairement mieux, mais c’est certainement une expérience tout à fait différente. Ceux qui choisissent cette route ont l’opportunité de prendre une pause et d’être libre de leur temps à toutes les étapes de leur vie, incluant la vingtaine.

La semi-retraite permanente comprend les gens qui ne travaillent jamais à plein temps. Un horaire de travail de 40 heures par semaine ne leur convient tout simplement pas, car ils ont trop de choses ou d’expériences qu’ils aimeraient faire ou connaître.

Ils préfèrent travailler à mi-temps tout au long de leur vie, quitte à gagner moins d’argent. Ils profitent ainsi de leurs temps libre pour poursuivre leurs passions, que ce soit l’escalade, le jardinage, la menuiserie ou toute autre activité qui les intéresse. Ces personnes vont refuser du travail dès que leurs besoins économiques seront satisfaits.

Aucun de ces modèles n’est meilleur qu’un autre. Il faut simplement trouver celui qui nous convient le mieux. Les arrêts fréquents peuvent avoir une incidence sur l’évolution d’une carrière et les chances d’avancement. Revenir sur le marché du travail après une pause n’est pas toujours facile non plus, les employeurs pourraient être enclins à favoriser les candidats qui ne prennent pas des pauses périodiques.

Personnellement, si j’y avais pensé alors que j’étais dans la vingtaine, j’aurais probablement opté pour la retraite hâtive. Comme j’ai plutôt choisi par défaut le seul modèle que je connaissais, j’ai suivi le mode consommation; acheté voitures et maisons et de nombreux gadgets électroniques. La retraite me semblait fort lointaine et il fallait profiter de la vie!  Le taux d’épargne s’en est ressenti.

Ces cinq dernières années, nous avons, Tendre Moitié et moi adopté un modèle qui ressemble davantage à celui de la semi-retraite permanente. Nous travaillons rarement plus de 25-30 heures par semaine et nous sommes très présents dans la vie de Charmante Ado. Avec un horaire moins chargé, nous sommes toujours disponibles pour assister à ses matchs de basketball, ses leçons de ski ou autres activités. Elle est très rarement seule à la maison et nous prenons tous les repas du soir en famille.

Il a fallu oublier les multiples voyages que nous avions l’habitude de faire à chaque année. Nous avons plutôt choisi de visiter les grandes villes américaines, une à la fois. Nous avons ainsi séjourné à New York, Boston, Chicago et Washington. Nous envisageons Philadelphie en Pennsylvanie ou Charlotte en Caroline du Nord pour notre prochaine destination. Ce sont des voyages en voiture, moins coûteux que l’avion, mais tout aussi agréables comme vacances.  Nous n’avons jamais fait le voyage en Europe dont nous rêvions et il n’est pas à l’horizon à courte échéance. Peut-être, d’ici deux ou trois ans; cela nous permettrait à Charmante Ado et moi, de connaître la famille de Tendre Moitié qui habite en Belgique et en France.

Travailler moins, lorsqu’on atteint la cinquantaine, est un mode de vie très agréable, qui permet de souffler et voir autre chose que le 9 à 5 bureaucratique. Cela nous plaît tellement, que nous n’envisageons pas vraiment d’arrêter complètement avant de nombreuses années.

Peu importe le modèle que l’on choisit, l’important c’est de persévérer et de suivre notre voie. On n’est jamais trop vieux, chaque étape de la vie est unique et on ne sera jamais aussi jeune que nous le sommes aujourd’hui.

Le problème avec la retraite, c’est que vous n’avez  jamais de jours de congé.   –    Abe Lemons

Toutou Parfait bionique

opération chien

Il se passe bien des choses dans la famille Opus. En commençant par la section animale de notre famille, un autre de nos rats est décédé de vieillesse en novembre dernier.  Notre dernier petit rongeur nous a quitté il y trois jours à l’âge avancé de deux ans et demi! Nous avons vécu l’expérience rat pendant près de deux ans et cela a complètement changé notre perception de cet animal. Le rat est très intelligent, super affectueux, adore jouer et explorer et apprend vite à reconnaître les gens et à venir lorsqu’on l’appelle par son nom. C’est vraiment dommage que leur durée de vie soit si courte!

Nous avons donné les cages, tous les jouets et accessoires ainsi que la nourriture qui nous restait à une famille qui a un fils de huit ans. Ils ont l’intention d’adopter deux bébés rats sous peu.

Côté canin, la semaine dernière, Toutou Parfait nous a fait une rupture du ligament croisé du genou droit. Il y a quinze mois, c’était le gauche. Cette pauvre chienne  a vraiment été fabriquée avec de l’équipement à durée de vie très limitée.

Elle a été opérée encore une fois, et la voilà avec un beau genou rafistolé. Cela lui fait un système de traction/propulsion tout neuf. Elle doit rester au repos complet, sans mettre de poids sur sa patte pendant trois semaines à un mois. Elle récupère beaucoup mieux que la dernière fois, le moral et l’appétit sont bons, alors on va passer à travers.

Le reste de notre faune familiale va bien, quoique Muësli (Grande Patronne) nous manque beaucoup.

Chez les humains, Charmante Ado a amélioré ses notes à l’école après un premier bulletin quelque peu décevant. Il a suffit d’y mettre un peu de coeur à l’ouvrage et les résultats ont été au rendez-vous. Elle parle maintenant de devenir anthropologue judiciaire, comme l’auteur de romans policiers Kathy Reichs.

Je vous avais raconté qu’elle avait recommencé le basketball malgré son problème de coude et cela se passe très bien. Elle a aussi débuté des leçons de ski alpin.

Son humeur et son caractère se sont légèrement adoucis; est-ce une accalmie due à une stabilisation des hormones adolescentes ou est-ce un signe de maturité qui perdurera? Nous en profitons pendant que ça passe.

Je travaille de plus en plus à la pension pour chiens. J’ai maintenant un poste de gérante qui me voit en charge de la pension, ce qui me permet d’instaurer un système informatique et une meilleure organisation. Les deux associées m’ont offert d’acheter la  pension d’animaux alors qu’elles garderaient les sections boutique, toilettage et cours d’obéissance. Je ne pense pas que cela se réalisera car je ne veux pas me consacrer à cela à temps plein. Cela impliquerait de très longues heures pour rendre l’entreprise rentable, avec le moins d’employés possible, au début du moins.

Ces deux associées n’ont pas encore la quarantaine alors que j’ai 53 ans. Nous ne sommes pas au même  diapason. Elles sont encore en mode croissance financière et développement  alors que je suis plutôt rendue à ralentir et à profiter  de la vie. La perspective de faire plus d’argent peut être intéressante mais la somme de travail et de temps requis pour devenir propriétaire de cette entreprise est probablement trop élevée à cette étape-ci de ma vie.

Le travail de Tendre Moitié a beaucoup ralenti, mais il a développé d’autres sources de revenu pour compenser, ce qui nous laisse encore pas mal de temps ensemble et la possibilité de participer aux activités de Charmante Ado.

Trouver l’équilibre parfait entre nos besoins financiers et notre qualité de vie n’est pas facile. Lorsque les affaires reprendront dans le domaine de Tendre Moitié, cela nous donnera plus de travail à tous les deux, car je m’occupe du côté informatique et administratif. En attendant, le travail  à mi-temps de la pension me convient tout à fait.

Si seulement Toutou Parfait pouvait ne plus avoir de pièces défectueuses à remplacer!

S’il n’y a pas de chiens au Paradis, alors  quand je mourrai, je veux aller où ils sont allés.   –   Will Rogers
Tant que vous n’avez pas aimé un animal, une partie de votre âme sera toujours sans éclat, endormie.    –   Anatole France