Au risque de se répéter

aliments santé

La perte de poids n’est pas l’étape la plus difficile lorsque l’on désire maigrir. C’est plutôt de maintenir cette perte qui est ardu. La plupart des gens perdent et regagnent les mêmes kilos plusieurs fois.

Une nouvelle étude de l’Université Stanford  suggère une manière de briser ce cycle continuel. La solution serait de prendre de nouvelles habitudes santé, comme de se concentrer sur ce que l’on se met dans la bouche, ou de prendre de courtes marches et cela même, avant de débuter une diète.

L’étude, qui vient d’être  publiée dans le Journal of Consulting and Clinical Psychology, regroupait 267 femmes obèses, qui étaient réparties de façon aléatoire, en deux groupes.

Les femmes du premier groupe ont entreprit leur diète dès le début de l’étude. Le deuxième groupe  a commencé par suivre un programme de huit semaines, destinés à améliorer leurs habitudes de vie et apprendre à stabiliser leur poids.

Les deux groupes ont ultimement perdu du poids, à peu près à quantités égales. En moyenne, la perte de poids se situait aux alentours de 17 livres(7.7 kilos), l’équivalent de 9% de leur poids initial.

Dans l’année qui a suivi l’étude, celles qui avaient suivi le programme de huit semaines ont regagné en moyenne seulement trois livres (1.36 kilos), alors que l’autre groupe a repris en moyenne 7 livres (3.18 kilos). Le regain de poids était donc 50% moins élevé avec cette approche.

La partie diète du programme s’est déroulée sur une période de 20 semaines et comportaient toutes les techniques habituelles pour maigrir. Les femmes rencontraient un instructeur certifié une fois par semaine, elles devaient tenir un journal alimentaire, augmenter leur exercice physique et suivre une diète santé, favorisant les fruits et les légumes.

Le programme de huit semaines était plus inhabituel. Durant ce temps, les femmes avaient reçu des directives de ne pas perdre de poids. De plus, elle devait tenter de reprendre le poids perdu s’il y avait lieu. L’objectif était d’enseigner aux participantes à reconnaître et gérer les fluctuations normales de poids, variant habituellement entre trois et cinq livres (1.3 à 2.5 kilos), qui surviennent parmi les gens de poids normal.

Elles ont aussi appris à contrôler leurs portions, à savourer leurs repas et à identifier des substituts santé à leurs aliments préférés hyper caloriques. Pour que les femmes s’habituent aux hauts et aux bas rencontrés dans toute diète, on les a même encouragées à se permettre périodiquement des aliments moins santé, comme le chocolat. Elles ont aussi reçu un laissez-passer de cinq jours, censé simuler une période de vacances, au cours de laquelle elles pouvaient manger des aliments plus caloriques.

L’étude était structurée de manière à leur permettre ces écarts, avant même de commencer la diète. Elles ont pu voir et expérimenter les sensations et les conséquences de ces écarts, ce qui leur a permis de mieux les contrôler par la suite, durant la diète. Cette technique avait l’avantage de donner aux participantes, un sentiment de maîtrise de soi et de contrôle, sans ressentir la pression de maintenir une perte de poids en même temps.

Le fait de se concentrer sur l’acquisition de bonnes habitudes avant de s’inquiéter de perdre du poids, semble avoir créé des occasions éducatives enrichissantes pour les participantes.

Souvent, les gens qui suivent une diète, réussissent à perdre du poids, deviennent très excités par cette perte et se mettent à profiter de la vie, comme s’ils sortaient d’un purgatoire. Le résultat final, est le plus souvent le retour de tous les kilos perdus.

Ce huit semaines tente de modifier ce comportement en permettant d’essayer des choses et d’en modifier d’autres. Ce programme stimule le sens des responsabilités et augmente la volonté juste avant de débuter la portion diète.

Cela demande des efforts de maintenir une perte de poids. On peut se gâter à l’occasion mais cela doit représenter un compromis qui nous permettra de persévérer la majeure partie du temps dans nos nouvelles habitudes.

Je n’ai pas refait de bilan santé pour Tendre Moitié et moi depuis plusieurs mois. Nous maintenons le cap, mais nous voguons très lentement, ce qui donne une chance aux bonnes habitudes de s’incruster. Ainsi, les aliments moins santé ne sont servis qu’au repas du soir le samedi. Cela fonctionne assez bien pour nous. J’ai perdu cette année, un peu plus de vingt livres (9 kilos) et Tendre Moitié, juste un peu moins. Ce n’est pas énorme, mais nous finirons tout de même l’année un peu plus légers.

Céder au désir est une habitude. Y résister aussi. – Marcelle Auclair
L’habitude est la volonté de commencer à se répéter soi-même.   –    Gaston Bachelard

 

Vous aimerez peut-être:

Partagez!

Commentaires

  1. OH OUI ! je suis bien d’accord avec vous : la réussite d’un régime tient dans la durée, c’est adapter son corps à une nouvelle hygiene de vie et donc forcément alimentaire, c’est lui donner un rythme différent, c’est se faire plaisir aussi de temps en temps car la frustration ne même à rien sauf à sa perte…
    BREF, un combat ! et je sais de quoi je parle, le régime yo yo et ses aléas m’ont fait prendre bien souvent que de raison et une méthode a changé ma vie depuis un an : weight watchers…UNE VRAIE REVELATION !!!/ 🙂

Exprimez vous!

*