Agir en son âme et conscience

intimidation

Qu’est-ce que je ferais si j’apprenais que ma fille a poussé quelqu’un d’autre au suicide? De nos jours tout le monde se déresponsabilise, nous ne sommes jamais en faute, il y a toujours une excuse et on peut dire et écrire tout ce qui nous passe par la tête, sans conséquence.

Il y a des parents  qui font face à cela cette semaine. Un jeune fille de quinze ans s’est suicidée et leur fille est montrée du doigt comme étant la principale tortionnaire. Il semble que les deux jeunes évoluaient dans le même groupe mais ne se parlaient plus depuis quelques semaines. Peut-on vraiment dire qu’elle est la cause du suicide, est-ce que tout est clairement noir ou blanc ou y-a-t-il des nuances de gris? Ne connaissant pas l’histoire de ces deux jeunes, il m’est impossible de me prononcer.

Une chose est certaine, si ma fille était visée comme étant responsable sur les réseaux sociaux, je fermerais sa page Facebook . Je n’arrive pas à comprendre comment cette page peut encore être ouverte à tous alors qu’on y retrouve non seulement des propos vindicatifs et haineux de nombreuses personnes suite au suicide, mais aussi des remarques qui paraissent stupides aujourd’hui, de la jeune fille elle-même  qui se réjouit de n’avoir eu que cinq jours de suspension pour s’être battue avec la victime un mois plus tôt.

Il serait facile de se dire que ses parents sont des monstres irresponsables et incompétents, ce qui ramènerait la responsabilité sur eux. Mais ce n’est peut-être pas le cas. Peut-être sont-ils complètement dévastés et désemparés par ce qui se passe actuellement. Leur fille est pointée du doigt publiquement sur les réseaux sociaux, son nom circule librement. Ils ne semblent pas être très férus en informatique car rien n’a été fait pour protéger leur fille de toute cette exposition publique. Leur fille, responsable ou pas, devient maintenant une victime de l’intimidation.

Si Charmante Ado se rendait coupable d’intimidation, je serais dans tous mes états mais je ferais l’impossible pour la protéger des autres. Ensuite, j’entreprendrais tout ce qui est humainement possible pour lui faire réaliser l’étendue des dommages et conséquences de ses gestes et paroles.  Parce qu’ici, c’est sûrement ça le problème, l’intimidateur ne voit pas ou ne comprend pas le mal qu’il cause, sinon il ne le ferait pas. Les bourreaux arrivent souvent à torturer leurs victimes en les déshumanisant, en se disant qu’elles sont inférieures ou même responsables de ce qu’on leur fait subir.  Il y a aussi l’effet de groupe, on est rarement plus intelligent à l’intérieur d’une petite clique.

Je m’assure régulièrement auprès de Charmante Ado qu’elle ne subit pas d’intimidation. Elle est différente des autres de par sa grandeur mais elle semble bien équilibrée. Il ne me serait jamais venu à l’idée qu’elle-même pourrait être intimidatrice. Elle fait montre d’une bonne empathie en général et je me rappelle d’une occasion à l’école où l’on m’a relaté qu’elle avait été la seule de sa classe à ne pas chahuter et se moquer d’une remplaçante qui avait été réduite aux larmes par les moqueries des enfants. J’ai bien sûr été très fière d’elle et je crois qu’elle a un sens de la justice et de l’équité très développé.

Qu’est-il arrivé avec la tortionnaire(que ce soit celle visée ici ou une autre) pour que ces fondements de base d’une personnalité équilibrée ne se soit pas développés? Qu’est-ce que cela veut dire pour nous comme société?

J’ai essayé d’ inculquer à ma fille le respect et l’empathie envers les autres et je m’assure de lui parler en tête à tête régulièrement. Chaque soir, en alternance avec Tendre Moitié, au moment du dodo, je passe une quinzaine de minutes avec elle dans son lit. Elle me raconte alors sa journée, ses pensées et ses inquiétudes. Si j’essaie de lui poser des questions  à son retour de l’école, ça ne fonctionne pas, elle semble subir un interrogatoire alors  que ce petit moment quotidien m’apprend bien des choses sur ce qui se passe dans sa vie. Je m’assure ainsi d’être présente et disponible et je lui montre qu’elle est importante pour moi et que m’intéresse à sa vie et à ce qu’elle ressent.

Il est trop tard pour la victime. Est-il aussi trop tard pour son bourreau?

Ce que nous appelons “mauvaise conscience” est en fait la bonne conscience : c’est la vertu qui se dresse en nous pour nous accuser. –  Théodor Fontane

La conscience est à la base de la civilité.   –  Docteur Scott Peck

Vous aimerez peut-être:

  • En l'honneur de Stephen R. Covey, décédé le mois dernier, (auteur de Les sept habitudes des gens efficaces),voici une petite réflexion sur les ...

  • Il nous arrive d'examiner le comportement des autres et de nous demander pour quelle raison ils ne font pas telle ou telle chose pour se sortir ...

  • Recevoir une critique n’est pas particulièrement agréable. Cela peut nous amener à perdre notre concentration et à obséder sur la remarque ou le ...

Partagez!

Exprimez vous!

*