23 heures et demie

médicament préventif

Je suis tombé récemment sur cette petite vidéo réalisée par un médecin, le docteur Mike Evans. Il y explique la puissance incroyable de ce traitement qui surpasse à peu près tout en médecine. J’inclus la vidéo en anglais ici, mais je vous en fait aussi une traduction de mon gré pour ceux qui ne comprennent pas bien l’anglais.

Le Dr Evans a un grand intérêt pour la médecine préventive, domaine qui peut inclure une foule de choses comme le dépistage du cancer, l’augmentation de notre apport quotidien en fibres, avoir un réseau social bien développé, avoir un poids santé, boire moins d’alcool, arrêter de fumer, contrôler la pression artérielle et le taux de cholestérol.

Toutes ces choses sont véritablement importantes et il ne faut pas négliger les efforts dans chaque catégorie. Toutefois, le Dr Evans s’est demandé quel élément devrait être le premier, celui qui aura le plus grand impact et nous procurera le meilleur retour sur notre investissement (return on investment).

Qu’est-ce qui aura le plus d’effet sur notre santé? Le Dr Evans a poussé ses recherches pour trouver une réponse à cette question. Le problème est complexe car plusieurs choses sont interdépendantes, mais il a trouvé une intervention qui avait un effet majeur sur une grande variété de problèmes de santé.

Par exemple, chez les patients souffrants d’arthrite dans le genou, bénéficiant de ce traitement pendant une heure, trois fois par semaine, on a noté une diminution de la douleur et de la perte de mobilité de l’ordre de 47%.

Chez les patients plus âgés, on a noté un ralentissement de la progression vers l’Alzheimer ou la démence  d’environ 50% suite à ce traitement.

Pour les gens présentant un risque élevé de diabète, en combinant ce traitement à d’autres modifications reliées au style de vie, on a réussi à diminuer la progression vers le diabète de 58%.

Chez les femmes ménopausées, ce même traitement, quatre heures par semaine, résultait en une diminution du risque de fractures de la hanche de 41%.

Ce traitement réduirait l’anxiété de 48%. 30% des patients souffrant de dépression amélioraient leur condition avec un traitement à faible dose et ce taux grimpait à 47% avec une dose plus élevée.

Une étude a suivi plus de 10 000 diplômés de l’université Harvard pendant  plus de douze ans et a observé que ceux qui avaient suivi le traitement voyaient leur risque de décès devenir 23% moins élevé que ceux qui ne l’avaient pas suivi. C’est aussi le traitement de choix contre la fatigue.

Le meilleur traitement, de l’avis du Dr Evans est celui qui entraînera une meilleure qualité de vie chez le patient et ce traitement a démontré clairement qu’il améliore grandement la qualité de vie des personnes qui le suivent.

Quel est ce médicament ou traitement miracle? C’est  tout simplement l’exercice et plus précisément la marche. Nul besoin de courir le triathlon. Si l’on pense à une de nos journées typique de 24 heures, nous passons plusieurs heures sur le sofa à regarder la télé, assis au travail devant un bureau ou à dormir. Durant toutes ces heures, nous sommes complètement inactifs.

Si nous nous efforçons d’être actifs pour un minimum de trente minutes à une heure par jour, nous pourrons profiter de tous les bénéfices décrits plus haut et ce traitement est la meilleure chose que nous pourrions faire pour notre santé.

Steven Blair, un professeur en santé publique à l’université de la Caroline du Sud, a réalisé une étude comprenant plus de 50 000 sujets. Il a examiné le nombre de morts qui auraient été évitées si un facteur de risque spécifique avait été éliminé.

Ces facteurs incluaient par exemple, qu’un fumeur devienne un non-fumeur ou qu’un adepte du sofa se transforme en un marcheur quotidien. Les différents facteurs de risque étaient l’obésité, la cigarette, l’hypertension, un taux élevé de cholestérol,  le diabète est le plus important; une faible capacité  cardiorespiratoire, ce qui signifie tout simplement une mauvaise forme physique.

Les conclusions de l’étude démontrent que la mauvaise forme physique est le plus grand facteur prédictif de décès.

La plupart des études sont habituellement financées par les entreprises pharmaceutiques, des compagnies qui vendent un médicament pour l’hypertension, le cholestérol ou le diabète par exemple. Nous voyons rarement la forme physique comme étant un facteur dans les conclusions de ces études. Les études comme celle du Professeur Blair sont donc importantes car elles ne sont pas cloisonnées et examinent tous les facteurs qui peuvent avoir une influence, et pas seulement le médicament.

Steven Blair a réalisé une autre étude sur l’obésité et a démontré que l’obésité associée à l’inactivité était une très mauvaise combinaison et résultait en de nombreuses conséquences négatives sur la santé.

Toutefois, si la personne obèse était active physiquement, même si elle ne perdait pas de poids;  l’exercice diminuait tout de même une grande partie des conséquences négatives de l’obésité.

Donc, si l’exercice est le médicament, quel est le dosage? Le dosage inclus habituellement la durée, la fréquence et la quantité (l’intensité). La réponse est quelque peu ambivalente. Plus d’exercice est préférable mais si l’on examine le taux de rendement (rate of return), il diminue au-delà de 20 à 30 minutes d’exercice par jour.

Un adulte devrait être actif pendant au moins 150 minutes (2 heures 30)  par semaine, alors qu’un enfant a besoin d’au moins une heure par jour.

Lorsqu’une personne passe d’une inactivité complète à se mettre à faire un peu d’exercice, on peut observer de grands changements  sur sa santé dès le départ, mais par la suite, les effets seront moins prononcés mais tout aussi présents.

Une étude sur la santé des infirmières a démontré que les sujets qui passaient de l’inactivité complète à une heure par semaine d’exercice ont vu leur risque de maladie coronarienne diminuer de près de 50%.

Cet exercice peut être fractionné en trois segments de dix minutes pour un total de trente minutes par jour. Une augmentation de l’intensité de l’exercice permet de réduire la durée, pour un rendement équivalent.

Il faut aussi songer à notre style et à nos signaux personnels. Mettre l’exercice à notre horaire peut nous aider à accomplir ce trente minutes par jour. Nous pouvons marcher avec notre conjoint, des amis ou avec notre chien. Les statistiques démontrent que 67% des propriétaires de chiens complètent 158 minutes de marche avec leur animal par semaine.

Le trajet pour aller et venir du travail peut aussi nous aider. Nous pouvons descendre à l’arrêt de bus précédent et marcher la distance restante. Nous pouvons aussi utiliser les marches au lieu de l’ascenseur ou stationner notre voiture plus loin de notre destination.

Dans les années quatre-vingt-dix, le Japon exigeait de toutes les grandes compagnies qu’elles effectuent un dépistage annuel sur la santé de leurs employés. Une de ces compagnies, la compagnie de gaz d’Osaka, a utilisé ce dépistage pour déterminer si les gens qui marchaient le plus longtemps pour aller au travail diminuaient leurs risques de problèmes de santé grave, plus particulièrement l’hypertension.

Les résultats ont démontré qu’une marche de moins de dix minutes n’avait aucun effet sur le risque de souffrir d’hypertension. Ceux qui marchaient entre onze et vingt minutes voyaient leur risque diminuer de 12%. Les travailleurs marchant plus de vingt-et-une minutes diminuaient leur risque d’hypertension de 29%.

Les auteurs de l’étude ont conclu qu’en moyenne, chaque incrément de dix minutes de marche pour se rendre au travail résultait en une diminution de 12% du risque d’hypertension.

Un autre exemple à considérer est celui des diagnostics de rétrécissement des artères causés par des plaques, où un chirurgien vasculaire utilise des endoprothèses (stents), un dispositif tubulaire pour maintenir l’artère ouverte après l’avoir élargie avec un ballon.

Un chercheur allemand a examiné une centaine de patients cardiaques. La moitié se sont mis à l’exercice en faisant vingt minutes par jour de bicyclette stationnaire combiné à une session d’exercices aérobiques d’une heure, une fois par semaine. L’autre moitié du groupe a subi la procédure chirurgicale pour ensuite reprendre leurs activités habituelles.

Après un an, 88% des sujets ayant fait de l’exercice n’avaient pas eu de récurrence alors que le résultat était de 70% pour le groupe ayant subi l’opération. Les deux techniques fonctionnent donc, mais il est tout de même étonnant de voir que la technique la plus simple technologiquement est celle qui a démontré le plus grand succès. Il faut aussi garder à l’esprit que l’opération chirurgicale ne répare qu’une partie spécifique du corps, alors que l’exercice affecte tout le corps.

Si l’on examine la question d’un autre angle, nous savons qu’être sédentaire est mauvais pour notre santé. Un chercheur, Lennert Veerman, a cherché à quantifier le problème en réalisant une étude de vaste envergure en Australie. Il a comparé les personnes ne regardant pas la télévision à celles qui la regardaient régulièrement. Les gens qui passent six heures par jour en moyenne tout leur vie durant, devant la télé peuvent s’attendre à vivre cinq ans de moins que ceux qui ne regardent pas la télé.

Est-ce qu’il y a vraiment des gens qui passent six heures par jour devant la télévision? L’Américain moyen passerait cinq heures par jour devant la télé ou un autre type d’écran. Nous ne pensons jamais à la télé ou l’ordinateur comme étant mauvais pour notre santé mais les conséquences sont tout aussi grandes que les autres facteurs de maladies chroniques.

En terminant, le docteur Evans nous laisse sur deux citations :

Quelqu’un doit faire quelque chose, il est seulement incroyablement pathétique que cela doit être nous.    –   Jerry Garcia, du groupe Grateful Dead.
La marche est le meilleur remède pour l’homme.   –    Hippocrate

Il nous demande finalement de répondre à la question suivante. Nous pouvons tous être terriblement occupés avec des enfants, le travail ou les deux, nous avons peut-être d’autres priorités ou des maux et des douleurs qui nous freinent. La question est de savoir si nous pouvons limiter notre temps passé assis ou à dormir, à seulement vingt-trois heures et demie par jour?  Vu comme cela, cela fait réfléchir!

Bonne marche!

Vous aimerez peut-être:

  • Notre petite famille a commencé une diète que nos voyons comme un nouveau mode de vie, il y a environ deux semaines. Je vous ai promis une mise ...

  • Il y a quatre semaines aujourd'hui que nous avons entrepris notre nouveau ``régime de vie''. J'avais écrit que je ferais un rapport le 15 de c ...

  • En tant qu’adultes, nous avons parfois tendance à brûler la chandelle par les deux bouts. Depuis quelque temps, je remarque que je me couche de ...

Partagez!

Exprimez vous!

*