Archives pour février 2014

Les chemins vers la retraite

retraite

La retraite a été traditionnellement définie comme une étape que l’on atteint après 35-40 ans sur le marché du travail.  De nos jours, il y a d’autres manières d’y arriver. Examinons quatre différents modèles qui nous amèneront tous à la retraite, mais chacun avec des trajets bien différents.

La retraite traditionnelle est le modèle que l’on connaît le mieux. Une personne travaille de façon ininterrompue jusqu’à l’âge de 65 ans, en épargnant 10 à 15% de son salaire pendant toutes ces années. Elle peut alors prendre une retraite bien méritée avec suffisamment d’argent pour profiter de la vie durant les années qui lui restent. Le montant épargné permettra idéalement de payer pour un hobby comme le golf ou de faire quelques voyages ou croisières.

La retraite hâtive est similaire au modèle traditionnel mais sur un mode accéléré. Une personne qui a la chance d’avoir  un travail bien rémunéré dès ses premières années productives, a l’opportunité de procéder plus rapidement. Elle décide d’épargner de façon intensive et de conserver le même niveau de vie peu importe ses augmentations de salaire au fil des ans. Tout est réinvesti. Elle travaille de façon ininterrompue, comme pour la retraite traditionnelle, mais elle peut cesser de travailler beaucoup plus tôt, dans la trentaine ou la quarantaine, au lieu de la soixantaine.

Un troisième modèle consiste à prendre de fréquentes mini-retraites. On alterne alors des périodes de travail intensif avec des périodes de repos complet, un peu comme l’entraînement par intervalles.

 Une personne qui suit ce modèle, pourrait par exemple travailler pendant deux ans et épargner 30 000$, puis passer les deux prochaines années à voyager. Un entrepreneur peut décider de travailler deux semaines par mois et prendre les deux autres semaines du mois pour s’occuper à ses loisirs. Certains vont travailler pendant deux ou trois mois, puis prendre un mois de congé.

Ce modèle permet de s’échapper du marché du travail pendant que l’on est encore jeune, en forme et en santé. Voyager dans la vingtaine est différent des voyages que l’on fait dans la soixantaine. Ce n’est pas nécessairement mieux, mais c’est certainement une expérience tout à fait différente. Ceux qui choisissent cette route ont l’opportunité de prendre une pause et d’être libre de leur temps à toutes les étapes de leur vie, incluant la vingtaine.

La semi-retraite permanente comprend les gens qui ne travaillent jamais à plein temps. Un horaire de travail de 40 heures par semaine ne leur convient tout simplement pas, car ils ont trop de choses ou d’expériences qu’ils aimeraient faire ou connaître.

Ils préfèrent travailler à mi-temps tout au long de leur vie, quitte à gagner moins d’argent. Ils profitent ainsi de leurs temps libre pour poursuivre leurs passions, que ce soit l’escalade, le jardinage, la menuiserie ou toute autre activité qui les intéresse. Ces personnes vont refuser du travail dès que leurs besoins économiques seront satisfaits.

Aucun de ces modèles n’est meilleur qu’un autre. Il faut simplement trouver celui qui nous convient le mieux. Les arrêts fréquents peuvent avoir une incidence sur l’évolution d’une carrière et les chances d’avancement. Revenir sur le marché du travail après une pause n’est pas toujours facile non plus, les employeurs pourraient être enclins à favoriser les candidats qui ne prennent pas des pauses périodiques.

Personnellement, si j’y avais pensé alors que j’étais dans la vingtaine, j’aurais probablement opté pour la retraite hâtive. Comme j’ai plutôt choisi par défaut le seul modèle que je connaissais, j’ai suivi le mode consommation; acheté voitures et maisons et de nombreux gadgets électroniques. La retraite me semblait fort lointaine et il fallait profiter de la vie!  Le taux d’épargne s’en est ressenti.

Ces cinq dernières années, nous avons, Tendre Moitié et moi adopté un modèle qui ressemble davantage à celui de la semi-retraite permanente. Nous travaillons rarement plus de 25-30 heures par semaine et nous sommes très présents dans la vie de Charmante Ado. Avec un horaire moins chargé, nous sommes toujours disponibles pour assister à ses matchs de basketball, ses leçons de ski ou autres activités. Elle est très rarement seule à la maison et nous prenons tous les repas du soir en famille.

Il a fallu oublier les multiples voyages que nous avions l’habitude de faire à chaque année. Nous avons plutôt choisi de visiter les grandes villes américaines, une à la fois. Nous avons ainsi séjourné à New York, Boston, Chicago et Washington. Nous envisageons Philadelphie en Pennsylvanie ou Charlotte en Caroline du Nord pour notre prochaine destination. Ce sont des voyages en voiture, moins coûteux que l’avion, mais tout aussi agréables comme vacances.  Nous n’avons jamais fait le voyage en Europe dont nous rêvions et il n’est pas à l’horizon à courte échéance. Peut-être, d’ici deux ou trois ans; cela nous permettrait à Charmante Ado et moi, de connaître la famille de Tendre Moitié qui habite en Belgique et en France.

Travailler moins, lorsqu’on atteint la cinquantaine, est un mode de vie très agréable, qui permet de souffler et voir autre chose que le 9 à 5 bureaucratique. Cela nous plaît tellement, que nous n’envisageons pas vraiment d’arrêter complètement avant de nombreuses années.

Peu importe le modèle que l’on choisit, l’important c’est de persévérer et de suivre notre voie. On n’est jamais trop vieux, chaque étape de la vie est unique et on ne sera jamais aussi jeune que nous le sommes aujourd’hui.

Le problème avec la retraite, c’est que vous n’avez  jamais de jours de congé.   –    Abe Lemons

Partagez!

Toutou Parfait bionique

opération chien

Il se passe bien des choses dans la famille Opus. En commençant par la section animale de notre famille, un autre de nos rats est décédé de vieillesse en novembre dernier.  Notre dernier petit rongeur nous a quitté il y trois jours à l’âge avancé de deux ans et demi! Nous avons vécu l’expérience rat pendant près de deux ans et cela a complètement changé notre perception de cet animal. Le rat est très intelligent, super affectueux, adore jouer et explorer et apprend vite à reconnaître les gens et à venir lorsqu’on l’appelle par son nom. C’est vraiment dommage que leur durée de vie soit si courte!

Nous avons donné les cages, tous les jouets et accessoires ainsi que la nourriture qui nous restait à une famille qui a un fils de huit ans. Ils ont l’intention d’adopter deux bébés rats sous peu.

Côté canin, la semaine dernière, Toutou Parfait nous a fait une rupture du ligament croisé du genou droit. Il y a quinze mois, c’était le gauche. Cette pauvre chienne  a vraiment été fabriquée avec de l’équipement à durée de vie très limitée.

Elle a été opérée encore une fois, et la voilà avec un beau genou rafistolé. Cela lui fait un système de traction/propulsion tout neuf. Elle doit rester au repos complet, sans mettre de poids sur sa patte pendant trois semaines à un mois. Elle récupère beaucoup mieux que la dernière fois, le moral et l’appétit sont bons, alors on va passer à travers.

Le reste de notre faune familiale va bien, quoique Muësli (Grande Patronne) nous manque beaucoup.

Chez les humains, Charmante Ado a amélioré ses notes à l’école après un premier bulletin quelque peu décevant. Il a suffit d’y mettre un peu de coeur à l’ouvrage et les résultats ont été au rendez-vous. Elle parle maintenant de devenir anthropologue judiciaire, comme l’auteur de romans policiers Kathy Reichs.

Je vous avais raconté qu’elle avait recommencé le basketball malgré son problème de coude et cela se passe très bien. Elle a aussi débuté des leçons de ski alpin.

Son humeur et son caractère se sont légèrement adoucis; est-ce une accalmie due à une stabilisation des hormones adolescentes ou est-ce un signe de maturité qui perdurera? Nous en profitons pendant que ça passe.

Je travaille de plus en plus à la pension pour chiens. J’ai maintenant un poste de gérante qui me voit en charge de la pension, ce qui me permet d’instaurer un système informatique et une meilleure organisation. Les deux associées m’ont offert d’acheter la  pension d’animaux alors qu’elles garderaient les sections boutique, toilettage et cours d’obéissance. Je ne pense pas que cela se réalisera car je ne veux pas me consacrer à cela à temps plein. Cela impliquerait de très longues heures pour rendre l’entreprise rentable, avec le moins d’employés possible, au début du moins.

Ces deux associées n’ont pas encore la quarantaine alors que j’ai 53 ans. Nous ne sommes pas au même  diapason. Elles sont encore en mode croissance financière et développement  alors que je suis plutôt rendue à ralentir et à profiter  de la vie. La perspective de faire plus d’argent peut être intéressante mais la somme de travail et de temps requis pour devenir propriétaire de cette entreprise est probablement trop élevée à cette étape-ci de ma vie.

Le travail de Tendre Moitié a beaucoup ralenti, mais il a développé d’autres sources de revenu pour compenser, ce qui nous laisse encore pas mal de temps ensemble et la possibilité de participer aux activités de Charmante Ado.

Trouver l’équilibre parfait entre nos besoins financiers et notre qualité de vie n’est pas facile. Lorsque les affaires reprendront dans le domaine de Tendre Moitié, cela nous donnera plus de travail à tous les deux, car je m’occupe du côté informatique et administratif. En attendant, le travail  à mi-temps de la pension me convient tout à fait.

Si seulement Toutou Parfait pouvait ne plus avoir de pièces défectueuses à remplacer!

S’il n’y a pas de chiens au Paradis, alors  quand je mourrai, je veux aller où ils sont allés.   –   Will Rogers
Tant que vous n’avez pas aimé un animal, une partie de votre âme sera toujours sans éclat, endormie.    –   Anatole France

BIEN VIVRE – J’achète, donc je suis

société de consommation

Dans les années soixante, le consensus général était que dès l’an 2000, nous ne passerions que quelques heures par semaine à travailler et que le reste du temps serait consacré à nos loisirs.

Cette prédiction s’est finalement révélée totalement fausse. Alors qu’un seul salaire par famille était suffisant pour vivre il y a cinquante ans, maintenant, la plupart des familles ont besoin de deux revenus pour arriver à boucler leur budget.

Que s’est-il passé? La consommation a littéralement explosé durant les dernières décennies. Acquérir des biens matériels est devenu tout aussi essentiel que de respirer et cette frénésie d’achat est nourrie par les publicités, la télévision et internet.

Nous basons notre perception du niveau de vie idéal sur ce que nous voyons dans les médias. Même si les émissions de télévision dépeignent souvent des familles particulièrement bien nanties, nous croyons que c’est ce niveau qui représente la classe moyenne. Nous regardons comment vivent les gens riches et célèbres et nous voulons une telle vie pour nous aussi.

Nous sommes stimulés à consommer de manière quasi compétitive, pour acquérir les nouveautés les plus récentes et ainsi afficher les signes extérieurs de la richesse.

Il y a un certain paradoxe dans cette mentalité; Nous achetons de plus en plus de produits, mais nous les rejetons de plus en plus rapidement aussi. Le consommateur moyen se débarrasse des items qui hier encore étaient à la fine pointe de la technologie, pour acheter la nouvelle version du même produit.

Une étude a démontré que les personnes qui passent le plus de temps à gagner de l’argent, sont aussi celles qui vont dépenser le plus en biens et services. Ils vont de plus, acheter leurs produits à un stage plus avancé de transformation, en consommant davantage de produits préparés ou transformés technologiquement. Le sentiment de pouvoir se le permettre ou de le mériter grâce à leur acharnement au travail, leur semble une justification tout à fait rationnelle.

Les gens qui ont plus de temps libre et moins d’heures de travail peuvent se permettre d’avoir des activités plus manuelles et moins productives en termes de temps. Ils peuvent étendre leur linge sur la corde au lieu d’avoir une sécheuse. Ils ont la possibilité d’utiliser un moyen de transport moins coûteux ou plus lent comme le transport en commun, le co-voiturage ou la bicyclette. Ils ont le temps de jardiner et de cuisiner. Ils peuvent combler davantage de leurs besoins de base en faisant, réparant, ou fabriquant eux-mêmes les choses, au lieu de les acheter.

Si l’on s’arrêtait un instant pour considérer ce qui fait notre richesse, nous réaliserions que gagner moins, dépenser moins, nous rapporteraient plus de temps libre. Plus une personne a du temps qu’elle peut occuper à sa guise, plus elle considère avoir une meilleure qualité de vie.

La notion que le niveau de vie doit augmenter proportionnellement avec les revenus n’est pas une vérité absolue. Doit-on vraiment travailler davantage pour s’élever au prochain niveau dans l’échelle socio-économique? La pression sociale est là pour essayer de nous convaincre que cette façon de vivre est la meilleure et que consommer est une source de bonheur. Nous n’avons qu’à consommer davantage chaque fois que nous atteignons un nouveau palier de richesse matérielle et nous faisons tourner l’économie.

Le niveau de confort et de quantité de biens de consommation suffisants varient selon la perception de chacun. Par contre, une fois ce niveau atteint, il est possible de décider consciemment que ce que nous avons est suffisant et de décider de travailler moins, de ne pas acheter une plus grande maison, une voiture plus récente ou tout autre gadget qui ne nous rendra pas plus heureux car nos besoins sont déjà comblés.

Refuser d’être influencés par les incitatifs à la consommation, décider par nous-mêmes de nos besoins réels et de ce qui nous rendraient vraiment heureux, me semble une bien meilleure approche.

Très peu de personnes arrivent à la fin de leur vie en se disant qu’elles auraient dû travailler davantage, gagner plus d’argent et acheter plus de biens matériels. La grande majorité regrette de ne pas avoir passer assez de temps avec leur famille et leurs amis, d’avoir couru toute leur vie, sans en profiter.

A-t-on vraiment besoin du plus récent iPhone, de la nouvelle télé 3D ou du frigo informatisé qui tient un inventaire et nous informe qu’il faut acheter du lait? Une vie plus simple est une vie moins onéreuse financièrement, mais qui a le potentiel de nous redonner la monnaie dont nous avons le plus besoin dans notre vie; du temps.

La qualité de votre vie, c’est la qualité de vos relations.   –   Anthony Robbins
Ce serait merveilleux de voir une fois l’humanité s’adonner au loisir. Rien d’autre ne prime que le travail, encore le travail, toujours le travail.   –    Henry David Thoreau 
Être débordé dès que je me réveille – avoir tellement d’obligations et de contraintes que je n’ai le temps de penser à rien, que je n’ai pas le loisir de me voir vieillir.   –    Jean-Philippe Blondel