Archives pour octobre 2013

Les montagnes russes

adolescence

Toute l’empathie du monde n’a pas réussie à nous éviter les montagnes russes de l’adolescence. Un adolescent, par définition, est un chantier de construction un peu chaotique; l’ado est résolument occupé à se distancer de ses parents pour devenir plus indépendant, mais il y a souvent des confrontations avec les contremaîtres.

À cet âge, les jeunes deviennent de plus en plus conscients du regard des autres et de ce que les autres ados perçoivent en eux. Ils vont souvent essayer de s’intégrer dans un moule conforme à celui des autres jeunes pour ne pas être celui ou celle qui est ‘’différent’’. L’opinion de leur entourage de jeunes devient beaucoup plus importante et préoccupante que celle de leurs parents.

Les ados vont essayer plusieurs ‘’looks’ et identités, comme on essaie un vêtement, pour évaluer comment ils se sentent dans ce rôle et jauger la réaction des autres. Certaines connaissances de Charmante Ado se déclarent ainsi bisexuelles avec un aplomb et une conviction absolue et cela à tout juste 14 ans. Cela décrit bien toute l’ambivalence de l’adolescence.

Il y a aussi les codes vestimentaires, auxquels nous échappons heureusement quelque peu, grâce à l’uniforme obligatoire au Collège. Les filles se cataloguent tout de même en différents groupes selon leur look : emo, punk, gothique ou encore ce qui me semble l’insulte suprême aux yeux de Charmante Ado; le look Cheer qu’affecte celles qui font du cheerleading.

Charmante Ado a commencé à s’intéresser aux moyens d’expression corporelle. Nous avons ainsi eu des questions de sa part pour sonder notre opinion sur les tatouages, les piercings et les teintures de cheveux aux couleurs disons, différentes.

Nous avons émis un droit de veto sur les tatouages jusqu’à ses 18 ans. Si elle le désire encore à cet âge, elle sera plus éclairée quant à la permanence de ce choix et prendra sa décision elle-même. Nous étions bien heureux de l’interdiction par son Collège d’avoir des cheveux teints de couleurs ‘’non-naturelles’’, mais cet interdit a été levé cette année. De toute façon, comme ces discussions sont très superficielles, nous avons l’impression que ce ne sont pas vraiment des désirs profonds de la part de Charmante Ado, mais plutôt une façon de voir quelles sont nos limites. Nous avons accepté un deuxième trou aux lobes d’oreilles, ce qui a semblé la combler pour le moment. Après tout, ma mère de 77 ans affiche fièrement ses trois trous à chaque oreille!

L’objectif principal de l’adolescence est d’amener le jeune à devenir indépendant. Cela doit malheureusement  souvent passer par une prise de distance entre le jeune et le parent avec lequel il se sent le plus proche. C’est souvent le parent du même sexe, mais pas toujours. On a alors l’impression que l’ado semble toujours avoir une opinion contraire ou bien qu’il ne veut plus passer du temps avec ses parents comme par le passé.

En développant leur maturité, les ados commencent à penser de manière plus abstraite et rationnelle. Ils sont en train de former leur code moral, les valeurs qu’ils choisiront d’adopter pour vivre leur vie. La base de ces valeurs a été érigée avec notre aide durant les années précédentes et se consolidera avec les opinions et les observations acquises durant l’adolescence. Alors que notre enfant avait l’habitude de se conformer à notre volonté ou nos désirs pour nous faire plaisir; à l’adolescence, il commencera à s’affirmer davantage avec ses propres opinions. Le contrôle parental n’est plus perçu comme bienveillant mais plutôt comme une contrainte à laquelle on peut s’objecter et même se rebeller ouvertement.

Lorsque les barrières commencent à être trop fréquemment secouées, il est peut-être temps de réévaluer leur pertinence. Le contrôle n’est parfois plus nécessaire mais nous le gardons en place par habitude. L’ado doit être capable de devenir un individu à part entière, quelqu’un qu’on écoute, dont on respecte les opinions et qui a le droit d’avoir des goûts et des opinions différents des nôtres.

Nous avions par exemple, l’habitude de rappeler à Charmante Ado toutes les choses qu’elle devait faire. Nous le faisions jusqu’à ce que la chose en question soit complétée, ce qui impliquait de nombreuses répétitions considérant la propension des ados à la procrastination. Ces rappels étaient perçus comme du ‘’chialage’’ par notre chère ado et l’incommodait fortement. Une réunion familiale a donc mené d’un commun accord au lever des rappels constants.

Après trois jours, face aux conséquences naturelles de ses tâches qu’elle avait complètement oubliées, elle nous a gentiment demandé de lui rappeler chaque chose une seule fois. Pour illustrer une de ces conséquences, il avait été entendu que nous ne lui rappellerions plus de ranger sa chambre et de mettre ses vêtements au lavage. Elle disait que j’étais le seul parent au monde qui faisait du ménage avant la visite de ses amies. Elle voulait gérer sa chambre toute seule. Au bout de quelques jours, alors qu’elle ne trouvait plus ses jeans et un chandail et me demandait si je les avais lavés, je lui ai répondu innocemment que je ne les avais pas vus dans les bacs de linge sale. Il y avait quand même des avantages à nos rappels constants, cela lui évitait de prévoir ses besoins. Elle a réalisé que l’indépendance impliquait davantage de responsabilités.

Les ados vont sûrement paraître mécontents des attentes de leurs parents. Toutefois, ils comprennent et ont besoin de savoir que leurs parents les aiment et se soucient assez d’eux pour exiger certaines choses. Pour nous, l’éducation est primordiale et nous nous attendons à des notes appropriées à ses capacités. Un comportement acceptable et un respect des règles de la maisonnée sont d’autres points auxquels nous tenons. Il y a tout un équilibre à atteindre afin de laisser notre jeune s’affirmer tout en le rassurant que nous serons toujours là en cas de besoin.

Je croyais naïvement que nous passerions à travers l’adolescence de Charmante Ado avec la complaisance de parents attentionnés et bien intentionnés. Il nous semblait que nous n’avions qu’à éviter les choses que nous avions détestées chez nos propres parents durant notre adolescence pour que cette période soit harmonieuse. Nous sommes redescendus de notre nuage rose et réalisons que l’adolescence, c’est moins prévisible que nous le pensions.

Charmante Ado a passé un bon mois à discuter de nos moindres commentaires et opinions et à vouloir passer tous ses temps libres avec ses amies au lieu d’être avec nous. Nous avons lâché un peu de corde en lui épargnant nos rappels qu’elle considérait harcelants et de son côté, elle s’est adoucie en réalisant que sans notre apport, elle devait se prendre en main davantage. Le climat est redevenu plus clément dans la chaumière et elle nous a même proposé de jouer à un jeu de société l’autre soir. Sa meilleure amie n’est pas toujours disponible et elle voit qu’elle peut faire des choses ou des sorties qui peuvent être agréables, en notre compagnie.

Il y aura sûrement d’autres orages dans ce long parcours vers l’âge adulte, mais nous espérons choisir sagement nos batailles et ne pas interdire la moindre futilité. Nous garderons nos forces pour les choses qui en valent vraiment la peine.

En attendant, je me retrouve un peu nostalgique envers l’enfant qu’a été Charmante Ado. Alors qu’auparavant, elle voulait absolument garder toute babiole comme souvenir; maintenant, elle est prête à faire table rase, à tout jeter et à nier qu’elle ait jamais aimé le rose! Elle adorait qu’on lui parle de sa petite enfance, de ses bons mots et de ses goûts à cette époque; aujourd’hui, elle semble considérer cette enfant avec une certaine condescendance et s’en distancer complètement.

Heureusement, nous sommes les gardiens de ces souvenirs et nous conservons précieusement les objets et enregistrement qui témoignent de l’enfant qu’elle a été, jusqu’à ce qu’elle soit de nouveau prête à revisiter son enfance avec bienveillance et attendrissement.

Éventuellement, notre ado deviendra une adulte indépendante, responsable qui voudra partager nos conversations et qui s’intégrera bien à la société. En attendant, il faut se dire que nous passerons à travers les hauts et les bas de l’adolescence ensemble pour nous retrouver un jour entre adultes qui s’aimeront et s’apprécieront mutuellement.

And in the end, the love you take is equal to the love you make…  (Finalement, l’amour que tu reçois est égal à l’amour que tu donnes)  – Les Beatles

Sometimes, I wish you’d pay more attention to my favorite songs because the lyrics sing words I’m too scared to say.  (Parfois, je voudrais que vous portiez plus d’attention à mes chansons préférées parce que les paroles chantent les mots que j’ai trop peur de dire.     –    Auteur inconnu

If youre lucky enough to be different from everybody else, don’t change. (Si vous avez la chance d’être différent de tous les autres, ne changez pas).   –   Taylor Swift

Partagez!

L’union fait la force

EQUIPE DÉCISION

La vie et notre travail serait beaucoup plus agréables si toutes les décisions prises par nos patrons ou nos dirigeants se conformaient parfaitement à nos opinions. Malheureusement, nous ne pouvons décider de tout, il faut souvent y aller selon le consensus, écouter les opinions des autres et accepter que le choix se fasse parmi toutes les opinions énoncées.

Lorsqu’une décision est prise, par une organisation, un comité, un conseil d’administration ou tout autre groupe décisionnel, il y a souvent un individu qui se fait un malin plaisir de clamer haut et fort qu’il était contre la décision, que cela ne fonctionnera jamais et qu’on va droit à l’échec.

Ce genre de personne se complaît à critiquer et à afficher un scepticisme à toute épreuve. Ce peut être un rôle agréable à jouer, car il y a des chances que ces prévisions de malheur se réalisent, parce qu’évidemment, toutes les décisions ne mènent pas au succès total.

C’est aussi une attitude facile à assumer car il y a peu de risques que cette personne ait à subir des conséquences face à sa vision alternative du futur; elle ne prend aucune responsabilité, elle ne fait que s’afficher à contresens du groupe.

Pour utiliser une analogie; l’avion est déjà décollé, il suit son plan de vol et il ne peut pas modifier sa route. Cette personne a donc raté sa chance de convaincre le groupe de prendre une autre décision. Il est trop tard.

Le temps opportun pour partager une opinion est avant que la décision soit prise, alors qu’il y a une chance de convaincre l’organisation d’aller dans telle direction, ou de suivre certaines recommandations. Ce partage d’opinion exige par contre une certaine responsabilité, celle d’expliquer et de détailler la vision qui nous anime.

Personne n’a le temps de revoir en détail chaque décision prise par un organisme. Les personnes impliquées seront entièrement affairées à mettre en application ce qu’elles se sont engagées à accomplir.

Bouder dans son coin ou pire, souhaiter ouvertement que l’organisme dont on fait partie échoue, parce que nous n’étions pas d’accord avec une décision, n’est pas très productif. Même si l’on a indiqué dès le début et fréquemment, que la route envisagée était stupide, que cette destination n’avait aucun sens; il n’en demeure pas moins que le fait d’être à bord de l’avion, de faire partie de l’équipage, devrait signifier qu’une fois que l’avion s’est envolé vers sa destination, notre travail est de l’amener à bon port avec l’aide de notre équipe.

La personne qui rouspète, proteste, peste contre une décision déjà entérinée, fait perdre son temps à tout le groupe et prive l’équipe d’un support auquel elle serait en droit de s’attendre. Il faut être capable d’accepter une décision qui ne nous plaît pas, en se ralliant au groupe et en faisant fi de nos réticences. L’occasion de discuter est passée, il faut maintenant appuyer l’équipe et travailler dans la même direction.

Rien n’est moins utile qu’une personne qui refuse d’embarquer pleinement dans un projet alors qu’une décision a été prise et entérinée par le groupe. Elle fait tout de même partie de l’équipe mais son apport se résume à freiner les efforts des autres, semer le doute dans leur esprit et à polluer l’ambiance de travail par sa négativité. Elle se réjouit de tout pépin, fait de la résistance passive ou mettra carrément des bâtons dans les roues du projet pour le faire dérailler.

Avoir la maturité d’accepter avec grâce une décision de groupe qui diffère de notre opinion et être capable de contribuer positivement à la réalisation du projet, en y mettant tous nos efforts, sans arrière-pensée, n’est pas donné à tout le monde. Les gens qui ont cette capacité seront hautement prisés dans les comités ou tout organisme qui implique des décisions d’équipe.

Peut-être que celui qui rechigne à se rallier au groupe aura-t-il parfois raison et une décision s’avérera malheureuse ou même désastreuse. Alors, à la prochaine réunion. Il lui faudra trouver un meilleur plan et de meilleurs arguments pour convaincre les autres du bien-fondé de son opinion lors de la prochaine décision.

Responsabilité entraîne solidarité.   –  Victor Hugo
Mieux vaut une réussite solidaire qu’une réussite solitaire.   –   Albert Jacquard