Archives pour février 2013

Repas de famille

galette tropézienne

 

Une semaine sans publier d’article, je vais essayer d’être plus régulière pour garder l’intérêt de mes lecteurs! Il faut dire que nous avons été très occupés dernièrement.

Nous venons tout juste de rentrer à la maison suite à un petit voyage pour un tournoi de basketball  auquel participait Charmante Ado. Son équipe a terminé au  troisième rang et elles se sont bien amusées. C’était aussi l’anniversaire de la sœur de Tendre Moitié chez qui nous avons logé. Comme ma belle-soeur est la meilleure cuisinière qui soit, au lieu de l’inviter au restaurant, nous lui avions demandé si elle avait envie de cuisiner quelque chose si nous faisions les courses pour le repas. Cela peut sembler étrange de faire travailler la personne fêtée, mais elle adore faire la cuisine et nous adorons manger ce qu’elle prépare!

Un repas à la maison et en famille est plus chaleureux qu’au restaurant et nous nous sommes régalés avec un plat de canard au cidre. Nous avions apporté le dessert, une  galette Tropézienne. C’est une brioche parfumée à l’eau de fleur d’oranger, qui est fourrée d’une crème au beurre et d’une crème pâtissière. Notre pâtissière préférée, une dame originaire de Madagascar, la réussit particulièrement bien.

Mon nouveau travail débutera véritablement dans deux semaines lors de l’ouverture officielle du service de pension. Ce délai nous permettra de profiter de la semaine de relâche scolaire pour faire une petite escapade a Washington, pour continuer notre exploration des grandes villes américaines. J’ai bien hâte de voir les différents musées du Smithsonian Institute car j’en rêve depuis l’enfance. Il ne sera malheureusement pas possible de visiter la Maison Blanche. Il faut faire la demande via l’ambassade de notre pays et le site de l’Ambassade du Canada précise que le gouvernement des États-Unis n’accepte aucune demande en provenance des ambassades en ce moment.

Je vous ai déjà parlé de Priceline et de Hotwire, deux sites où l’on peut nommer le prix que l’on voudrait payer pour une chambre d’hôtel. Nous utilisons toujours ces sites car nous obtenons des rabais incroyables. Cette fois-ci, nous irons au Hilton, où pour 65$ la nuit, nous logerons dans un hôtel avec piscine intérieure (critère le plus important pour Charmante Ado), le wi-fi gratuit (critère exigé par Tendre Moitié), le stationnement gratuit et une grande chambre avec frigo, four micro-ondes et cafetière.

Les voyages sont toujours un peu plus compliqués pour nous à cause de tous nos animaux. Cette fois-ci, j’étais un peu inquiète pour Toutou Parfait qui est encore en convalescence, mais elle semble en pleine forme après notre absence de trois jours. Elle boîte encore un peu mais elle commence à courir avec plus de confiance.

Voilà où nous en sommes dans notre petite famille.

Un repas, aussi frugal soit-il, est un instant de rencontre. Il peut être une occasion de joie et de communion, unissant profondément les gens.   –   Elise Boulding

Partagez!

Doser la technologie dans sa vie

surcharge ordi

Aujourd’hui, ma vie va prendre  une nouvelle direction. En effet, je débute un nouveau travail. Une dame de qui j’achète toute la nourriture pour nos animaux, démarre un service de pension pour les animaux domestiques et elle cherche une personne pour gérer cela. Les locaux sont situés tout près de chez moi et les heures de travail augmenteront graduellement au fur et à mesure que la clientèle se développera.

Je devrais être capable de concilier ces nouvelles tâches et mon travail avec Tendre Moitié, mais cela demandera une certaine logistique bien planifiée. Cela fait quelques mois que je cherche un travail qui me permettrait de sortir de la maison, tout en ayant des heures flexibles. Le fait de travailler auprès des animaux est bien sûr un bonus non négligeable à mes yeux.

Ce service n’existe pas dans notre communauté, alors cela vient combler un manque qui augure bien pour l’avenir de l’entreprise. Le salaire est convenable et servira à payer de petits extras, genre la réaménagement de la chambre de Charmante Ado et quelques travaux de rénovation de la maison.

J’aurais pu me tourner plutôt vers le domaine de la création de sites Web, car j’ai déjà créé plusieurs sites. Présentement je fais la maintenance de cinq sites Web différents (que j’ai aussi créés) et j’aurais facilement pu trouver d’autres clients pour augmenter mes revenus.

Le problème est que cela impliquerait encore plus de temps passé sur un ordinateur et sur internet et j’avoue que je commence à faire une indigestion d’informatique et de Web. Je trouve que je passe trop de temps en ligne et pas assez dans la vie « normale ». J’ai envie de sortir, de bouger et de voir du monde. La perspective d’aller promener quelques chiens à l’occasion, me semble tout à fait réjouissante.

Côté rémunération, les sites Web sont plus payants, mais je préfère tout de même un travail plus physique et surtout plus léger mentalement, où il n’y aura pas de stress au menu. Tendre Moitié pratique déjà le fractionnement du travail en ayant différentes sources de revenus, ce qui est très pratique pour les travailleurs autonomes. Si un secteur de travail faiblit, les autres peuvent compenser la baisse de revenus, selon la saison.

Je choisis donc un travail agréable, que je sais que je vais apprécier, mais qui ne prendra pas tout mon temps ni toute mon énergie. Le revenu supplémentaire sera le bienvenu quoique non essentiel à notre budget.

Autre changement, il n’y aura plus d’article publié à jour fixe sur Opus Secret. Cette obligation que je me suis moi-même imposée, est trop contraignante et avec un travail supplémentaire, quelque chose doit diminuer et ce sera la fréquence des articles. Je vais essayer de faire au moins deux articles par semaine, mais je ne m’engage à rien. Si l’inspiration me vient, cela pourrait être plus et si je suis surchargée, ça sera moins.

Je crois que j’ai besoin de retrouver un certain équilibre entre la vie de tous les jours et le travail sur ordinateur. Présentement, je suis sur l’ordi du matin au soir et cela commence à me peser sérieusement. Je rêve souvent au temps, au début des années 1980, où nous n’avions pas toute cette technologie. Oui, la communication est plus facile, l’information est disponible au bout de nos doigts et tout est plus rapide, mais cela ne remplace pas la vie au quotidien, nos relations interpersonnelles et notre interaction avec notre environnement.

J’ai envie de sortir du monde virtuel pour aller voir et participer à la vraie vie. L e Web isole tout en nous rassemblant, c’est assez paradoxal. D’un côté, nous rencontrons plein de gens en ligne, que nous n’aurions pas connu autrement, mais de l’autre, nous passons moins de temps avec nos proches, notre famille, nos amis et nous sommes moins conscients ce qui se passe autour de nous.

Je vois Charmante Ado passer de plus en plus de sur l’ordinateur et en ligne, à notre image, et je me dis que nous passons à côté de quelque chose et que ces heures ne reviendront jamais. Un jour, elle partira et nous regretterons probablement de ne pas avoir fait plus de choses ensemble. La même chose se passe avec un conjoint, fatalement, un des deux partira le premier et celui qui restera, regrettera peut-être de ne pas avoir passé plus de temps à vivre, à parler et  à faire des choses ensemble, plutôt que de se promener chacun de son côté sur le Web.

C’est un peu le danger qui guette tout travailleur autonome, de ne pas établir de frontière nette entre le travail et les loisirs. L’on peut travailler tard le soir et les fins de semaine et inversement aller promener le chien en plein jour ou suivre des leçons de piano. J’en ai bien profité, mais j’ai laissé graduellement le travail et l’ordinateur empiéter sur ma vie familiale au point où je ressens le besoin de diversifier ma vie et de trouver un domaine qui me permette de sortir de la maison. Quatre secteurs de ma vie exigent l’usage de l’ordinateur; mon travail avec Tendre Moitié, les sites Web que je gère, ce blogue-ci et mon projet de roman. Un travail à l’extérieur, qui implique très peu d’ordinateur et une gestion plus serrée de mon temps pour les autres activités devraient me permettre de mieux équilibrer ma vie, enfin je l’espère!

Alors, je vais sortir un peu de mon foyer, aller prendre l’air et voir ce qui se passe dans ma communauté et je vous reviendrai probablement plus enthousiaste et avec de nouvelles expériences et par le biais, de nouvelles idées de chroniques.

 

Ne te sers pas de la technologie comme d’un substitut à la chaleur humaine.  –   Doc Childre et Bruce Crye

Bonne lecture!

réseau lecture

Je découvre de nouveaux sites Web ces derniers temps et je vais partager un de ceux-ci avec vous aujourd’hui. C’est un média social qui permet de découvrir et de partager des livres. Le site  Goodreads (malheureusement en anglais seulement), affiche 15 millions de membres. Une fois membre, il est possible d’adhérer à des groupes (des Clubs de Lecteurs) partageant nos intérêts en littérature. Dans un océan anglophone, j’ai tout de même déniché trois groupes de francophones actifs, en inscrivant le mot « français«  dans la recherche de groupes. Il y a plus de 20 000 groupes, sur tous les intérêts possibles, des romances historiques à la philosophie, en passant par le paranormal, les bibliographies ou la science-fiction.

En plus de partager nos lectures,  nous pouvons aussi faire des évaluations des livres que nous avons lus et ajouter les livres que nous désirons lire. Le site suggère aussi des lectures selon  les intérêts que nous avons indiqués dans notre profil. L’on peut choisir d’utiliser le site de façon privée, de rendre nos lectures visibles par nos amis uniquement ou de permettre à tout le monde de voir nos données.

Goodreads nous permet de découvrir davantage de livres, que ce soit de nouveaux auteurs, des livres à succès ou des livres électroniques. En théorie, les évaluations sur Goodreads seraient plus fiables que celles que l’on retrouve sur un site qui vend des livres, comme Amazon par exemple, car Goodreads ne produit ni ne vend aucun livre. De plus, le site nous permet de bâtir notre réseau social en incluant comme amis des gens avec des goûts et des intérêts similaires aux nôtres, ce qui nous portera à faire confiance aux évaluations et aux recommandations de nos amis. Il y a plus de 21 millions d’évaluations de livres sur Goodreads.

Goodreads est devenu particulièrement important pour les auteurs qui publient eux-mêmes leurs livres, car il leur permet de se faire connaître par une vaste audience. Certaines maison d’éditions américaines ont même commencé à afficher leurs propres pages Web sur Goodreads, pour faire la publicité des livres qui seront publiés prochainement, au même titre que Facebook ou Twitter.

Il est aussi possible d’ajouter un widget de Goodreads sur notre propre site Web ou notre blogue, pour partager nos évaluations et nos lectures. J’ai d’ailleurs installé un de ces widgets ici dans la colonne de droite, montrant les livres que je lis présentement. Des applications sont disponibles pour les appareils mobiles, comme Android et iPhone.

Un autre site, francophone celui-là, mais dans la même veine est Babelio, que je n’ai pas vraiment investigué, mais  qui semble bien lui aussi.

En passant, si vous avez la chance d’aller lire ce blogue: Madame Unetelle, n’hésitez pas, personnellement, c’est une découverte récente et j’adore!

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe.   –   Jules Renard
Un soir consacré à la lecture des grands livres est pour l’esprit ce qu’un séjour en montagne est pour l’âme.    –    André Maurois

La dynamique familiale

méthode agile

L’édition du 9 février 2013 du Wall Street Journal affichait un article assez intriguant sur la dynamique familiale, en faisant un parallèle avec ce qu’on retrouve dans le monde du travail. Je vous en fait un résumé ici.

Plusieurs manufacturiers japonais ainsi que certaines compagnies de la Silicon Valley utilisent un système de dynamique de groupe appelé la Méthode Agile (Agile Development). Ce système regroupe les travailleurs en petites équipes qui tiendront de courtes réunions quotidiennes sur leur progression et une rencontre hebdomadaire pour revoir ce qui a été accompli durant la semaine.

En 1983, Jeff Sutherland était un technologue de la Nouvelle-Angleterre, lorsqu’il a remarqué à quel point le développement de logiciels était dysfonctionnel. Le système utilisé par les compagnies, appelé le Modèle en Cascades, voyait les gestionnaires émettre des demandes ambitieuses que les programmeurs surchargés avaient peine à rencontrer. De nombreux projets échouaient. Jeff Sutherland entreprit le développement d’un système plus souple, dans lequel les idées ne viendraient pas seulement du sommet, mais pourraient aussi émerger du bas de la hiérarchie.

Aujourd’hui, le Développement Agile est utilisé dans une centaine de pays et a transformé le monde de la gestion. Inévitablement, certains se sont mis à appliquer ces techniques dans d’autres domaines, y compris la famille.

En entreprise, la responsabilisation est un facteur clé du Développement Agile. Les équipes utilisent des tableaux pour que les travailleurs puissent indiquer leurs progrès.

Dans une dynamique familiale, les adultes rêvent d’une maisonnée fonctionnant rondement, mais la réalité est souvent composée d’épuisement, de cris et de grincements de dents.

En appliquant certaines techniques du Développement Agile, il serait possible d’améliorer la communication, la productivité et de diminuer le stress, tout en impliquant chaque membre de la famille, comme dans une équipe.

Selon l’article du Wall Street Journal, de courtes réunions de famille, de vingt minutes tout au plus, sont suffisantes pour que tout le monde soit sur la même longueur d’ondes quant à l’organisation familiale.

Il y a de nombreuses techniques du monde du travail qui peuvent aisément se transférer dans le milieu familial. Ainsi, les listes de responsabilités, les réunions hebdomadaires, une meilleure résolution des conflits, utiles à la dynamique de groupe, peuvent aussi s’appliquer à la famille.

Les familles mentionnées dans l’article ont vu les cris et les récriminations parentales diminuer de moitié après avoir instauré les listes de responsabilités. Le secret du succès par contre, viendrait de la réunion familiale, au cours de laquelle trois questions sont posées, adaptées du Développement Agile :

  1. Qu’est-ce qui a bien fonctionné durant la semaine?
  2. Qu’est-ce qui n’a pas bien fonctionné?
  3. Sur quoi sommes-nous d’accord de travailler la semaine prochaine?

Chaque membre de la famille peut répondre et faire des suggestions, puis l’on vote sur les deux problèmes ou secteurs sur lesquels se concentrer durant la semaine à venir.

On suggère aux parents de laisser les enfants choisir les récompenses et les conséquences, dans la mesure du possible et du raisonnable. Il semblerait, selon les études, que les enfants qui planifient et structurent leur temps eux-mêmes, qui se fixent des objectifs et évaluent leur propres tâches, deviendraient plus aptes à se motiver intérieurement et développeraient un plus grand contrôle de soi.

Les parents ne sont pas infaillibles et  lorsque le leadership n’est pas dictatorial, tous les membres de la famille peuvent contribuer.

Finalement, la flexibilité du modèle Agile permet de s’adapter aux changements et aux différentes étapes de la croissance des enfants. Les parents devraient passer plus de temps à se concentrer sur ce qu’ils font bien plutôt que d’obséder sur les choses qu’ils ne réussissent pas.

L’on peut même définir la ‘’mission’’ de la famille pour articuler ce qui va bien et énoncer les valeurs cruciales de notre famille.

Au lieu de se fier sur l’osmose pour éduquer, il ne faut pas avoir peur de parler d’argent avec ses enfants. Il faut aussi laisser les enfants faire leurs propres erreurs. Mieux vaut qu’ils se trompent avec une allocation de 6$ plutôt qu’avec un travail de 60 000$ ou un héritage de 6 millions.

Les enfants devraient avoir l’occasion de gagner eux-mêmes de l’argent. Il faut encourager leur fibre entrepreneuriale car cela leur permet de vraiment comprendre la réalité des affaires et de l’argent.

Toutes les familles connaissent des conflits. La résolution de ces conflits sera plus sereine si l’on guide nos enfants dans le processus, en leur apprenant à s’arrêter, à sortir de la pièce pour se calmer et à revenir avec des solutions et des alternatives pour résoudre le conflit.

La psychologie positive suggère que le bonheur dépend en grande partie de nos relations interpersonnelles. Notre famille constitue une grande partie de nos relations, pourtant, nous passons peu de temps à essayer de les améliorer.

Dépendant du type et du tempérament de la famille, le système Agile peut être très structuré ou au contraire, plutôt décontracté. Certains tiendront des réunions officielles, à heure et endroit déterminé, d’autres; préféreront faire cela de manière plus conviviale durant le repas familial par exemple. L’important, c’est que chacun comprenne ce que l’on attend de lui et comment il peut contribuer au bien-être familial.

Les repas de famille ne consistent pas à se manger entre parents.   –   Jules Jouy
La famille sera toujours la base des sociétés.    –   Honoré de Balzac
Les familles heureuses se ressemblent toutes ; les familles malheureuses sont malheureuses chacune à sa façon.   –   Léon (Lev) Trotski

Maximiser ou minimiser

minimax

Dans le domaine des jeux, le terme minimax  (ou minmax) réfère à une stratégie qui vise à obtenir les meilleurs résultats possibles en mettant le  maximum d’efforts sur les choses importantes et en investissant le moins d’efforts et de temps possible sur les choses qui n’ont pas vraiment d’importance. Cette stratégie permet de faire le meilleur usage de ressources limitées.

Le minimax peut aussi s’appliquer avec nos achats et nos dépenses. La plupart des gens de  classe moyenne achètent sans trop y penser, des produits de qualité médiocre à ordinaire pour leurs produits de consommation.

Si l’on considère l’achat d’ustensiles de cuisine, des couteaux par exemple, nous aurons tendance à examiner trois ou quatre modèles qui nous semblent raisonnables, puis nous choisirons probablement celui dont le prix se situe au milieu de la gamme. Ce comportement se répétera pour la plupart de nos achats et lorsque le produit arrivera à la fin de sa vie utile, au bout de deux à quatre ans habituellement, nous utiliserons la même stratégie pour acheter un produit de remplacement.

En fait, nous agissons souvent  ainsi pour à peu près tous nos achats, de la pâte dentifrice aux voitures.

Par contre, une personne passionnée pour un domaine, que ce soit la cuisine ou les voitures, utilisera une stratégie complètement différente. Un cuisinier en herbe investira dans des couteaux de qualité, qu’il n’hésitera pas à payer un bon prix, car il désire un produit qui sera agréable à utiliser et qui durera longtemps.

Au fil des années, le produit de qualité représente souvent un bon investissement car il n’aura pas à être remplacé aussi souvent.

Lors d’un prochain achat, au lieu de nous mettre sur le pilote automatique et de suivre notre routine habituelle, nous pourrions examiner le produit et nous demander si ce ne serait pas l’occasion d’utiliser le minimax.

Si nous prévoyons utiliser un produit tous les jours et que nous pouvons véritablement différencier entre un produit de piètre qualité et un autre d’excellent qualité, tout en étant persuadés que le meilleur produit aura un impact sur notre usage, alors n’hésitons pas et achetons le produit de meilleure qualité.

Une bonne manière de vérifier si un produit est relié à une activité qui nous passionne, est de se demander si l’entretien de ce produit sera pour nous un plaisir ou une corvée. Un bricoleur passionné prendra grand soin de ses outils, un peintre en herbe nettoiera et rangera soigneusement son équipement.

Il faut bien faire la différence entre un hobby et une passion. Un hobby peut n’être qu’une passade qui ne durera que quelques mois. Il ne serait alors pas très judicieux de dépenser de fortes sommes pour une activité temporaire. Il serait peut-être même opportun d’emprunter ou d’utiliser du matériel d’occasion au début d’une nouvelle activité, tant que nous ne sommes pas certains de notre intérêt.

J’ai utilisé un clavier électronique bon marché pendant la première année de mes leçons (et de celles de Charmante Ado) de piano. Lorsque j’ai été convaincue que nous allions persévérer et qu’un piano serait utilisé quotidiennement dans notre vie, je n’ai pas lésiné et je me suis procuré un piano acoustique Yamaha, neuf et de grande qualité. Trois ans plus tard, c’est toujours le meilleur achat que j’ai fait de ma vie. L’accordeur de piano adore venir l’ajuster deux fois par an et il prend plaisir à en jouer. Selon lui, je n’aurais aucune difficulté à le revendre au même prix que je l’ai payé car les prix ont augmentés en trois ans. De plus, mon piano est garanti dix ans.

Lorsque l’on décide d’acheter de la qualité, mieux vaut s’assurer d’avoir suffisamment de connaissances pour faire un choix éclairé et apprécier le produit. Rien ne sert de dépenser plusieurs centaines de dollars pour un ensemble de couteaux d’excellente qualité comme ceux d’un chef cuisinier professionnel, si l’on ne peut pas le différencier d’un ensemble de bonne à très bonne qualité à moindre coût.

Dans certains domaines, il n’est pas nécessaire d’acheter toujours du neuf. Avec un peu de patience, nous pourrons dénicher à moindre coût, un produit usagé d’excellente qualité qui durera plus longtemps qu’un produit neuf de moindre qualité.

Les produits que nous utilisons moins fréquemment n’ont pas besoin d’être de qualité supérieure. Si nous faisons de la bicyclette seulement deux ou trois fois par année, nous n’avons pas besoin d’acheter ce qui se fait de mieux. Nous pourrions même considérer la location si l’activité est si peu fréquente, ce qui nous permettrait probablement d’utiliser un produit de meilleure qualité tout en évitant d’encombrer notre environnement d’objets inutilisés une grande partie de l’année.

Certains produits ont très peu d’ importance dans notre vie et nous sommes prêts à acheter n’importe quelle marque en payant le moins cher possible. Ces produits diffèrent pour chacun de nous. Certains pensent que toutes les pâtes à dent s’équivalent, d’autres que le savon à vaisselle ou à linge et les sacs poubelle n’ont aucune importance. L’important, c’est d’avoir quelques uns de ces produits dans notre liste d’objets de consommation, où nous pourrons exercer le côté ‘’minimum’’ du minimax.

En général, si nous ne trouvons pas d’arguments pour justifier de maximiser la qualité et en conséquent le prix, nous devrions minimiser les dépenses ou même ne pas acheter du tout.

Le prix s’oublie, la qualité reste.   –    Proverbe français
Le meilleur marché est le plus cher.    –   Proverbe belge