Archives pour novembre 2012

Jouer pour devenir sérieux

ado studieuse

Tout d’abord, j’ai le plaisir de vous annoncer que mon professeur de cinquième année m’a répondu et que nous reprenons notre correspondance. Je réalise qu’au fond, ce qui m’a fait laisser tomber nos échanges de courriels, était ma peur qu’une rencontre en personne soit décevante de part et d’autre. Plus précisément, quel malaise si nous découvrions que nous n’avons rien à nous dire en personne! Elle suggère de commencer par nous connaître un peu plus par la correspondance avant de nous rencontrer et je suis bien d’accord avec cela. Il nous faut d’abord sortir de la relation professeur-adulte versus élève-enfant et nous connaître en tant qu’adultes. Je ne vous raconterai pas nos échanges à venir, mais je tenais à vous donner cette nouvelle fort heureuse.

Ces jours-ci, je redécouvre le plaisir de faire des listes. Je devrais plutôt dire le plaisir de biffer des items sur ma liste de choses à faire. J’avais plus ou moins abandonné cette procédure car mon emploi du temps est plutôt relax et je suis assez libre de mes journées. Par contre, je laissais certaines choses empiéter sur d’autres activités essentielles, comme le piano par exemple.

J’ai donc ressorti mon carnet et un crayon et je fais une liste chaque soir pour le lendemain, avec des choses à faire, dans un certain ordre et à telle heure. Ce n’est pas un horaire rigide, une tâche peut être permutée avec une autre et la durée peut être différente de ce que j’avais prévu, mais dans les grandes lignes, j’essaie de m’y tenir.

Je crois que ce système est nécessaire surtout parce que j’ai beaucoup d’activités que je considère importantes mais qui ne sont pas vitales ou exigeant un horaire strict. Je ne dois pas être au travail de telle  heure  à telle heure,  mon horaire est extrêmement flexible, ce qui m’amène parfois à passer beaucoup trop de temps sur les tâches qui ne demandent pas trop d’efforts, mais qui sont aussi celles qui habituellement  »rapportent » le moins, en terme de satisfaction ou d’efficacité.

La satisfaction de voir ma liste se remplir tout au long de la journée est de beaucoup profitable au vague sentiment de culpabilité que je ressens parfois à toujours remettre certaines choses à plus tard. J’ai donc décidé que la pratique de piano aurait lieu chaque jour, dès que Charmante Ado franchit la porte pour aller à l’école. C’est le meilleur moment; Tendre Moitié descend à son bureau et j’ai tout l’étage pour moi, sans distraction, si ce n’est les commentaires élogieux de ma Tendre Moitié, qui jaillissent à la fin de chaque morceau, peu importe ma manière de jouer. Il n’a tellement pas l’oreille musicale qu’il est émerveillé de voir qui que ce soit jouer d’un instrument. Même les exercices de gammes le ravissent, c’est tout dire! Enfin, je ne me plaindrai pas d’être appréciée!

Je réalise que la vie de Charmante Ado s’élargit rapidement. Nous avons rencontré dimanche dernier, une famille qui se cherche une nouvelle gardienne d’enfants et la dame a donné le nom de Charmante Ado à trois autres familles. Ma fille a aussi sa petite entreprise de gardiennage d’animaux domestiques qui va bon train, avec deux clientes dès les premiers jours. Un bénéfice non négligeable est que nos deux chiens plutôt pantouflards reçoivent plus de stimulation avec ces pensionnaires temporaires et ils ont l’air d’apprécier la variété et le changement.

Charmante Ado a notre bénédiction pour ses entreprises entrepreneuriales et sa chronique mensuelle dans le journal, en autant que ses résultats scolaires n’en souffrent pas. Elle est bien avertie que ces activités sont secondaires et ne doivent pas nuire à sa tâche principale qui est l’école.

Elle a toujours été très sérieuse, même bébé. Je me souviens de son ton ferme lorsqu’elle tentait de descendre l’escalier sans notre aide à l’âge de quinze mois. Elle déclarait avec entêtement:  »Non, moi toute seule » si elle nous voyait faire mine de la tenir pour l’aider. Elle n’a jamais eu aucun trouble de comportement, que ce soit à l’école, à la garderie ou même à la maison, se couchant sans histoire lorsque nous lui disions d’aller au lit et attendant bien sagement que l’on vienne la chercher dans sa chambre chaque matin. Il ne lui serait pas venu à l’idée de nous réveiller, elle attendait tout simplement, jouant avec ses toutous dans son lit.

Je la vois depuis quelques semaines s’orienter vers un nouveau groupe d’amies. Ces filles (dont Gazelle) sont extraverties, exubérantes et parfois un peu indisciplinées. La mère d’une fille qui avait fréquenté Gazelle l’an dernier, m’a confié son soulagement lorsqu’elles ont cessé de se tenir ensemble. Sa fille est tout aussi exubérante et semble encore plus difficile à contrôler, car la mère relate qu’elle doit établir des règles très strictes avec elle.

Je n’ai vraiment pas ce type de problème avec Charmante Ado et je crois au contraire que la fréquentation de filles plus décontractées et désinvoltes lui fera du bien, vu son sérieux naturel. Je ne crains pas vraiment leur influence sur son attitude et comportement car Charmante Ado a une bonne tête sur les épaules, et peut-être même que son calme et sa pondération déteindront un peu sur les autres. Je garde tout de même un oeil sur ses fréquentations et nous aviserons s’il y a lieu d’intervenir, mais j’ai bonne confiance que ces deux personnalités différentes peuvent bénéficier l’une de l’autre.

J’étais très sérieuse aussi dans ma jeunesse et j’aurais parfois aimé avoir cette légèreté que j’observais chez les autres. Je ne me suis allégée que plus tard dans ma vie alors que Charmante Ado semble actuellement capable d’être à la fois sérieuse et légère et elle apprécie la compagnie des deux types de personnalité.

Je le dis souvent  mais il est fascinant de voir une enfant grandir. Elle me ressemble beaucoup mais ce sont les différences qui me fascinent le plus. Je crois qu’elle évitera bien des écueils que je n’ai pu esquiver, avec notre amour, notre attention et l’heureuse influence de la personnalité de Tendre Moitié sur ses gènes. Elle a son sens de l’humour, la même confiance solide en elle-même et un tempérament égal. C’est je crois, ce qui lui permet d’être à l’aise avec des gens complètements différents.

 

Dans le titre: Il faut jouer pour devenir sérieux.   –  Aristote
On peut faire très sérieusement ce qui vous amuse, les enfants nous le prouvent tous les jours… – Georges Bernanos

Partagez!

Super cool

être coolUn terme qui revient souvent dans la bouche des ados ou des jeunes adultes est le mot « cool ». Charmante Ado ne se considère pas cool et elle a une idée très précise de ce que cela représente « être cool » mais elle est incapable d’en décrire les caractéristiques. Comment différencie-t-on ce qui est cool de ce qui ne l’est pas?

Une équipe de chercheurs s’est penchée sur le sujet et a produit une étude intitulée « Coolness: An Empirical Investigation« .

Ils ont demandé à 508 participants entre 15 et 56 ans, de nommer des adjectifs associés au mot cool. Les participants mentionnaient souvent les mots « sûr de lui » et « populaire, » et moins fréquemment les termes; « distant » et « calme. »  Les chercheurs ont conclu que le terme « cool » n’est pas facile à décrire mais que les gens savent instinctivement reconnaître une personne cool.

Dans chaque lieu de travail, chaque école ou groupe social, il y a une personne qui manifeste une grande confiance en soi et avec qui les gens se sentent confortables. Ce type de personne est souvent qualifiée de cool simplement parce qu’il est agréable d’être en sa présence.

Ces personnes possèdent habituellement une personnalité naturellement extravertie ce qui les prédisposent à être admirées par les autres. Leur nature sociable devient un cycle positif; les gens sont attirés vers elles parce qu’elles sont si sympathiques et comme beaucoup de personnes sont attirées vers elles, elles demeurent populaires. Leurs talents pour la communication, leurs interactions et leurs  aptitudes sociales font que les gens sont attirés vers eux comme un aimant.

Un autre genre de personne cool est celle qui affiche un comportement à la James Dean, l’éternel rebelle. Ce sont des personnes qui projettent une attitude décontractée, désinvolte et insouciante, tout en affichant une confiance en soi  imperturbable et un contrôle parfait de leurs émotions.

Certains trouvent ces gens quelque peu poseurs, mais cette attitude peut aussi venir d’un profond calme intérieur. Ces personnes sont fréquemment des passionnés qui savent faire montre d’audace tout en restant calmes et réservés face à l’adversité.

Ce qui nous attire chez les personnes qui affichent ce genre de détachement, ne représente  pas nécessairement ce qu’elles sont réellement, mais plutôt notre vision de ce qu’elles sont. Leur détachement laisse beaucoup de place à l’imagination et nous permet de développer des projections fantaisistes.

Contrairement à ce que croient les jeunes, le concept d’être  cool n’est pas nouveau. Robert Farris Thompson, un professeur d’histoire de l’art à l’université de Yale a retracé ses racines jusqu’au Moyen-âge dans la culture Ouest-Africaine.

Au Moyen-âge, le mot « ewuare »,  provenant d’un roi ayant régné en Afrique de l’Ouest dans les années 1400, décrivait une personne qui « ramenait la fraîcheur (la paix ou le calme) après une période de tensions civiques. Nous aurions bâti notre concept moderne d’une personne cool à partir de ces notions Ouest Africaines.

Durant la première moitié du vingtième siècle, la définition d’une personne cool en est venue  à être représentée par les joueurs de musique de jazz. Le mot cool indiquait alors qu’il y aurait du jazz endiablé et excitant. Il y eut ensuite une évolution vers le jazz cool, mais plus réservé, un jazz tamisé et plus introverti. La communauté du jazz a développé le concept d’être cool pour y englober certaines caractéristiques incluant, les verres fumés, les vêtements à la mode et les voitures de sport. Les gens qui ont une passion pour la musique sont souvent des personnes avec une tendance plus individualiste, qui préfèrent suivre leur propre voie plutôt que celle que leur dicte la société.

En conclusion, on est cool ou on ne l’est pas. Personnellement, je ne le suis pas, car je n’ai pas la personnalité qui s’y rattache, ce qui ne m’empêche pas d’éprouver parfois une certaine admiration pour les gens réellement cools, qui semblent se mouvoir si facilement dans les méandres de la communication et des relations sociales.

On dirait qu’une fois que les gens ont grandi, ils ne savent plus ce qui est cool.   –    Bill Watterson

Donner un sens au bonheur

bonheur

Deux des buts les plus importants de notre existence sont d’être heureux et de trouver un sens à notre vie.

Une étude à être publiée dans le Journal of Positive Psychology, examine ces deux objectifs, plus particulièrement à travers leurs différences.

Les 397 participants ont dû remplir un premier questionnaire, suivi d’un autre, une semaine plus tard et d’un troisième au bout d’un mois. Les données recueillies démontrent une nette corrélation entre le bonheur et un sens à la vie. Certains éléments vont contribuer à la fois au bonheur et à donner un sens à notre vie, mais d’autres seront très spécifiques à un seul objectif.

La santé par exemple est un désir de base et en général universel. Une bonne santé contribue positivement à notre sentiment de bonheur, mais n’apporte de rien en termes de sens à la vie. On peut avoir une vie tout aussi significative sans être en santé, mais les gens en santé sont en général plus heureux.

L’argent est un produit culturel plutôt que naturel et nous utilisons l’argent pour satisfaire beaucoup de nos désirs. Être capable d’acheter les choses dont on a besoin, influence positivement notre sensation de bonheur mais ne donne pas de sens à notre vie.

Une des théories principales de cette étude  est que le bonheur est seulement en fonction du moment présent, alors que la signification, ou le sens à la vie, est le lien que forment nos expériences et évènements au fil du temps, intégrant ainsi notre passé au présent et au futur.

Plus les participants déclaraient passer du temps à penser à leur passé et à leur futur, plus ils considéraient avoir une vie significative, mais moins ils étaient heureux. Il semblerait qu’on ne trouve pas le bonheur en contemplant le passé ou envisageant le futur.

Les participants qui indiquaient passer le plus de temps à penser au moment présent étaient ceux qui se déclaraient les plus heureux.

Pour confirmer les résultats de cette étude, une deuxième étude réunissant 124 étudiants fut réalisée. Les participants devaient évaluer une série d’adjectifs et de phrases et indiquer à quel point chacun était relié au bonheur ou à une vie significative.

Les résultats indiquent que la tendance à se concentrer sur le futur et le long terme est associée à une vie significative plutôt qu’au bonheur. Être plus orienté vers le court terme est plutôt relié au bonheur. Les participants ont aussi indiqué que la sensation de bonheur durait beaucoup moins longtemps que la sensation  ressentie lorsque l’on considère sa vie comme étant significative.

Le bonheur semble être une sensation située dans le présent. Il est souvent décrit comme étant un sentiment temporaire et non durable, mais cette étude ainsi que plusieurs autres indiquent que le bonheur serait un état plutôt stable. Contrairement à la vie significative, le bonheur ne lie pas les évènements de la vie entre eux, il est plutôt quelque chose que l’on apprécie dans le présent. C’est peut-être ce qui nous fait considérer qu’il est fugace et transitoire. La stabilité du bonheur dépendrait plus des aspects de la personnalité et du tempérament de la personne. Une personne qui est capable d’ignorer (au lieu de se tracasser)  ou d’éviter les problèmes et qui apprécie le moment présent, sera généralement plus heureuse que les personnes qui en sont incapables.

Le sentiment d’appartenance est un facteur qui est aussi important pour le bonheur que pour la vie significative. Être en relation avec les autres et avoir des échanges sociaux sont essentiels pour être heureux et la plupart des gens indiquent que leurs amis, famille et relations donnent un sens à leur vie.

Il y a tout de même quelques différences dans le type de rapports sociaux entre le bonheur et la vie significative. Le bonheur serait associé avec les bénéfices que nous retirons de nos relations avec les autres. Nous nous sentons heureux lorsque nous retirons quelque chose de positif de nos relations interpersonnelles. Une vie significative est plutôt orientée vers les bénéfices que nous apportons aux autres.

En résumé, une vie significative, est associée avec les choses que nous faisons pour les autres. Le bonheur est associé à faire des choses pour soi-même. Une implication sérieuse concentrée sur les choses en dehors de soi-même aurait un impact négatif sur notre bonheur personnel, mais augmenterait notre sentiment d’avoir une vie significative. La poursuite du bonheur ne serait pas le seul but que l’on puisse avoir dans la vie, la recherche d’une vie significative est aussi l’objectif de plusieurs personnes.

Les participants devaient indiquer le nombre d’expériences positives et négatives vécues au cours de leur vie. Plus il y avait d’évènements négatifs, moins les gens étaient heureux, Beaucoup d’expériences positives ou négatives augmentaient la sensation que la vie avait un sens.

On peut donc avoir une vie que l’on considère comme étant hautement significative, tout en n’étant pas particulièrement heureuse. Certains vont choisir de sacrifier les plaisirs personnels afin de contribuer de façon constructive à la société.

La poursuite du bonheur n’est pas la seule et unique voie dans la vie. Les gens ne recherchent habituellement pas seulement à être heureux, ils veulent aussi que tout cela ait un sens, une raison d’être plus profonde.

En apparence, la vie n’a aucun sens, et pourtant, il est impossible qu’il n’y en ait pas un !    –   Albert Einstein
On se demande parfois si la vie a un sens… et puis on rencontre des êtres qui donnent un sens à la vie.   –   Brassaï

De l’enclos au piano

piano

Nous avons terminé hier l’aménagement des quartiers d’hiver des chiens. L’enclos est ma foi très réussi et les deux chiens semblent adorer la lampe chauffante même s’il ne fait pas encore très froid. Charmante Ado a participé à la construction et je dois dire qu’elle est plus forte que moi pour soulever des panneaux et transporter des matériaux.

Nos deux chiens se sont engouffrés dans la niche aussitôt la lampe installée et n’en sont plus ressortis. Nous avons aussi ajouté une plateforme sur le sol où ils pourront relaxer à l’abri du vent et de la neige.

La première cliente de notre fille s’est aussi présentée avec son chien pour faire plus ample connaissance. Nous allons garder son Labrador/Husky dans une dizaine de jours. Elle a été très impressionnée par l’enclos et le chauffage, surtout que les chiens n’y passent que la journée car ils rentrent en début de soirée pour être avec nous et ils dorment à l’intérieur.

Le chien de cette dame est très sympathique et il a fait le tour de la propriété avec intérêt, sous l’oeil vigilant de nos deux chiens. Toutou Parfait a bien grondé un peu, mais je crois qu’elle voulait simplement indiquer au nouveau venu qu’elle était le Chien Numéro Un, ce que le visiteur a semblé accepter sans broncher.

Nous allons tout de même prendre des précautions lorsque notre pensionnaire arrivera. Nous allons mettre le nouveau venu dans la cour clôturée et nos chiens resteront dans l’enclos. Ils pourront ainsi faire connaissance à travers le grillage et nous les mettrons ensemble lorsque chacun se sera habitué à l’autre.

Parmi les autres nouvelles de la maisonnée, l’accordeur de piano est passé cette semaine. Pendant qu’il travaillait sur le piano au salon, je m’étais installée dans la salle à manger avec mon ordinateur. Lorsqu’il eut terminé, il s’est mis à jouer un morceau, Les canons de Pachelbel. C’était de toute beauté, presque à en pleurer. Je n’ai eu le réflexe de l’enregistrer que vers la fin, mais j’ai réussi à obtenir un enregistrement de près de deux minutes. Il était tout content de voir que j’avais apprécié son jeu au point de l’enregistrer.

J’étais quelque peu découragée de mon progrès plutôt lent au piano ces derniers temps, au point de songer à arrêter les leçons. Écouter la musique qu’il a fait jaillir de mon piano m’a redonné de l’énergie et la volonté de continuer, pour arriver moi aussi à jouer comme cela.

Cet accordeur nous racontait que durant sa jeunesse, en Gaspésie, il avait aménagé un petit motorisé avec un piano sur roulettes. Il faisait le tour des plages durant l’été et s’arrêtait partout où il voyait des jeunes avec une guitare. Il leur demandait s’ils voulaient un accompagnement au piano, puis il descendait son instrument avec une rampe, pour l’installer directement sur la plage. Il passait la soirée auprès du feu à faire de la musique avec ces copains d’un soir. Le piano est une véritable passion pour lui.

Nous avons inspiré un peu de cette passion chez les amis de Charmante Ado, les jumeaux de onze ans de nos voisins. Ils ont essayé le piano l’an dernier et après quelques semaines ont demandé à  leurs parents d’apprendre le piano. Ils prennent des leçons depuis février dernier et ils semblent doués. Comme ils n’ont qu’un petit clavier électronique, je leur ai offert de venir pratiquer sur notre piano et j’ai pu constater qu’ils se développent très bien tous les deux et qu’ils font cela avec beaucoup de sérieux.

Charmante Ado a une certaine facilité au piano mais elle a tellement d’intérêts variés qu’elle ne pratique pas assez souvent. Les cours de couture étant terminés jusqu’en avril prochain, j’espère qu’elle pourra s’y remettre.

Pour ma part, l’âge m’occasionne certaines restrictions. J’ai parfois de la difficulté avec mes auriculaires qui ne veulent pas plier à cause de l’arthrite. Je déteste changer de piano à l’école car je me suis habituée à un instrument en particulier. Le cerveau est moins flexible à mon âge et coordonner les deux mains et la pédale demande beaucoup de concentration.  Je compense ces petits inconvénients en pratiquant plus souvent et plus longuement. Je crois tout de même que le piano m’aidera à garder un esprit alerte en vieillissant. Ma prochaine pièce est La Donna E Mobile de l’opéra Rigoletto de Verdi.

Il est certain que je ne suis pas près de jouer comme mon accordeur de piano, qui fait de la musique depuis plus de trente ans, mais finalement, après seulement trois ans de leçons, le résultat  n’est pas si mal et je ne dois pas me décourager.

Bon, c’était un peu décousu comme article, passant des chiens au piano, mais ce sont des éléments de ma vie et c’est comme cela que je vous les raconte.

 

La vie est comme un piano. Ce qui en sort dépend de comment vous en jouez.   –   Tom Lehrer

 

Maturité et adolescence

chambre ado

Ces temps-ci, Charmante Ado bascule entre la maturité et les enfantillages. D’un côté, elle se découvre une fibre entrepreneuriale et elle a mis une annonce où elle offre de garder des animaux chez les gens pendant leur absence, ou de les prendre en pension chez nous.

Elle a aussi un page en ligne où elle offre ses services de gardienne d’enfants.  Elle et moi devons rencontrer une famille ce dimanche, qui se cherche une nouvelle gardienne pour leurs filles de deux et quatre ans, car leur gardienne actuelle est maintenant adulte et a de nouveaux intérêts.

Pour ce qui est des animaux, en deux jours seulement, elle a déjà des clients. Nous allons garder un Husky/Labrador pendant cinq jours à la fin novembre et un Golden Retriever pour cinq jours aussi, juste avant Noël.

Charmante Ado travaille bien à l’école, elle a de bonnes notes et elle met des efforts au basketball. Là où j’ai des problèmes, c’est pour sa chambre et le nettoyage de la cage des rats. J’ai beaucoup de difficultés à ce qu’elle fasse son lit convenablement, c’est-à-dire, pas seulement rabattre les couvertures par-dessus les oreillers. Rien ne semble la convaincre de faire un petit effort, alors qu’elle fait son lit depuis l’âge de trois ans et que ce n’est que dans la dernière année qu’elle a commencé à prendre des raccourcis.

Les jeunes de nos jours sont exposés à beaucoup plus de choses, beaucoup plus tôt que dans les générations précédentes. L’internet leur fournit de l’information sur tout sujet qui pourrait les intéresser et ils veulent tout essayer dès maintenant.

Charmante Ado est enfant unique et vit entourée d’adultes. Elle s’intéresse à notre travail et nous a même déjà déniché des clients. Elle comprend le principe du travail autonome et elle veut elle aussi faire des sous et être son propre patron. Tant que l’école n’en souffre pas, je n’ai pas de problème avec cela et je dois dire qu’elle s’en tire très bien avec ses clients.  C’est certain que je devrai m’occuper des chiens lorsqu’elle est à l’école, mais nous en avons déjà deux et ils seront très heureux de divertir un invité.

Elle a donc un côté très mature et un côté plus rebelle qui refuse de faire son lit. Je ne me plains pas, c’est très mineur comme problème, mais j’essaie de comprendre pourquoi une si petite chose est si difficile pour elle.

En lisant sur le sujet, je suis tombée sur un texte qui explique que de onze à quatorze ans, le cerveau des jeunes perd quelques connexions entre les cellules, dans le secteur du cerveau qui permet de penser clairement et de prendre de bonnes décisions.

Le cerveau, durant cette période, examine les connexions plus faibles ou inefficaces et les élimine, selon Alison Gopnik, professeur à l’Université de Berkley. Un adolescent dont le cerveau est en train de changer ainsi, peut réagir émotionnellement avec des sautes d’humeur, une attitude non coopérative ou irresponsable. Parfois, les jeunes ne peuvent même pas expliquer pourquoi ils réagissent ainsi. Leur cerveau se transforme de cerveau d’enfant en cerveau d’adulte.

Les régions du cerveau se spécialisant dans le langage, par exemple, grandissent rapidement pour cesser de croître vers l’âge de treize ans environ. Le lobe frontal qui est responsable du raisonnement de haut niveau ainsi  que de la prise de décision, ne sera mature qu’au début de la vingtaine, Il y a donc une période de temps où le cerveau de l’enfant a éliminé les mauvaises connexions, mais où le cerveau adulte n’est pas tout à fait formé.

La maturité commence à se pointer vers l’âge de seize ans. Un jeune apprend à tenir ses engagements, même lorsque ce n’est plus nouveau ou amusant. Il continuera à faire ce qu’il doit faire même s’Il n’en a pas envie.

Un adolescent mature comprend que rien n’est aussi bon ou mauvais que les apparences semblent le montrer. Il peut recevoir un compliment ou une critique sans que cela lui donne une vision déformée de lui-même et il est à l’aise avec son identité. Charmante Ado est encore à l’étape où elle a un sens de la justice et de l’équité très aigu et où elle pense que tout est, soit blanc, soit noir, sans aucune possibilité de gris.

Un jeune qui est mature n’essaie pas d’attirer l’attention. Il est capable de voir la contribution des autres à son succès et il peut reconnaître que l’aide des autres a été positive pour lui. Il ne se sent pas supérieur pour un talent ou une habileté innée. L’humilité se développe en parallèle avec la maturité et est le contraire de l’arrogance.

Un jeune qui est immature croit que tout lui es dû et qu’il mérite tout ce qui lui arrive de bien dans la vie, Les jeunes qui sont matures voient le contexte et réalisent qu’ils ont eu de la chance, de l’aide, du support et que leurs circonstances étaient probablement plus favorables que celles de beaucoup de gens.

Une personne mature peut être éduquée, Elle ne croît pas avoir toutes les réponses. Elle n’a pas peur de demander des conseils.

Tout compte fait, Charmante Ado est sur la bonne voie et je n’ai pas de problème réel, sauf quelques éléments mineurs comme le lit et nettoyer la cage des rats. Je crois qu’elle ne réalisais pas la somme de travail que représenteraient les rats, mais même si je dois la pousser pour qu’elle nettoie, elle finit toujours par le faire, sans trop rechigner. Pour le lit par contre… c’est une autre histoire. Hier matin, il était parfait, suite à une conversation qu’elle a eu avec Tendre Moitié qui lui disait de le faire pour me faire plaisir.

J’ai donc eu le plaisir de voir un lit parfaitement fait, au milieu d’une chambre dans un désordre indescriptible. La chambre n’est pas dans cet état habituellement mais on ne peut pas tout avoir.

 

La maturité est la capacité de faire quelque chose malgré le fait que vos parents vous l’ont recommandé.   –   Paul Watzlawick
La maturité de l’homme, c’est quand il a retrouvé le sérieux qu’il avait au jeu quand il était enfant. – Friedrich Wilhelm Nietzsche