Archives pour novembre 2011

Le cadeau d’une pensée est plus précieux que l’or

Noël approche à grands pas et nous ne sommes pas trop en fonds en ce moment.

Nous avons donc décidé que cette année nous fabriquerons nous-mêmes les cadeaux que nous allons offrir à la famille de Tendre Moitié et entre nous. La famille de mon côté ne fait jamais d’échange de cadeau à Noël, donc pas de souci de ce côté-là.

Après une recherche intensive sur Internet pour trouver des idées ingénieuses et créatives, voici ce que notre famille offrira à Noël:

miroir bricolage

 

Miroir personnalisé: Charmante Ado en décorera deux, un pour sa tante et l’autre pour sa cousine.

 


 

BRACELET DE SURVIE

Porte-clé et bracelet de survie: Charmante Ado  fabriquera ces deux objets pour son cousin. Chaque item est une façon bien pratique de transporter une corde extrêmement solide de 10 à 12 pieds  dans un très petit format. Il existe même des fermoirs pour le bracelet avec un sifflet incorporé. Je vais voir si je peux en trouver.

 

 

calendrier maison

Calendrier personnalisé : Tendre Moitié est déjà à l’oeuvre sur l’ordi avec des images du Sud pour sa soeur, des photos de bateau et de mer pour le neveu étudiant en navigation et des images du Canadien de Montréal pour la nièce fan de hockey.

 

 

 

chocolats maison

 

Chocolats maison: Dans ma jeunesse, j’ai confectionné des chocolats de toutes sortes et j’ai encore les accessoires nécessaires.

 

 

 

Biscuits

 

Biscuits de Noël: Je n’en ai jamais vraiment confectionné, mais j’ai de magnifiques recettes que je vais pouvoir tester.

Nous serons passablement occupés durant les prochaines semaines, mais l’idée d’éviter la cohue des magasins pour Noël m’enchante totalement.

P.S. Pour des motifs évidents (ils lisent mes articles!), je n’ai évidemment pas révélé ici ce que Charmante Ado, Tendre Moitié et moi allons nous offrir entre nous.

Le plus beau cadeau que l’on puisse offrir est une portion de soi-même.  – Ralph Waldo Emerson

Dans le titre: Le cadeau d’une pensée est plus précieux que l’or – Félix leclerc

Partagez!

Crier les éloges et chuchoter les critiques

Basket

Charmante Ado qui fait 6 pieds à douze ans, joue bien sûr au basketball. Aujourd’hui, elle jouait deux parties. La première fût gagnée assez facilement, la deuxième partie a été gagné avec un pointage plus serré.

Ces dernières années, Charmante Ado a pratiqué le karaté, le kin-ball, le water-polo et le basketball dans une ligue municipale, avant de joindre l’équipe de basketball de son école secondaire cette année.

De tous les groupes où elle a évolué, celui-ci est le plus remarquable. Il y règne un esprit d’équipe et une bonne entente qui sont très agréables et stimulants. Je regarde les autres équipes et je vois parfois leurs entraîneurs crier et même hurler durant les parties, critiquer publiquement leurs joueurs, ce qui me fait apprécier encore plus notre jeune femme entraîneur qui encourage nos filles et leur explique calmement les règles et ses recommandations.

Parmi les équipes qui jouaient aujourd’hui, il y avait un entraîneur qui était aussi le père d’une joueuse de l’équipe. Elle a joué beaucoup plus que les autres, ce qui n’est pas mauvais en soi car elle est très bonne. Le problème était plutôt qu’il critiquait très vivement son jeu en criant sans arrêt et toute l’assistance entendait ses remarques.

La jeune fille n’avait pas l’air très heureuse et plus la partie avançait, plus on voyait sa tête s’enfoncer dans ses épaules comme une tortue cherchant à rentrer dans sa carapace. On aurait dit qu’il lui faisait porter tout le poids et la responsabilité de l’équipe ce qui lui mettait beaucoup trop de pression. Elle était clairement affectée par le comportement de son père / entraîneur et semblait de plus en plus démoralisée au fur et à mesure que la partie avançait.

De notre côté, ce soir, Charmante Ado est invitée avec toute l’équipe au domicile de l’entraîneur, pour une petite fête dans le but de cimenter l’esprit d’équipe.

Enfin un climat sportif sain où la compétition est vive mais où on met aussi de l’importance sur la pédagogie, l’esprit sportif et la bonne entente.

Cela fonctionne, les filles gagnent, elles sont heureuses, elles ont du plaisir ensemble et Charmante Ado a compté les trois premiers buts de la première partie!

Go Charmante Ado, Go!!

Les meilleures équipes ont une certaine chimie. Ils communiquent entre eux et sacrifieront la gloire personnelle en faveur du but commun.   – Dave DeBusschere, joueur, puis entraîneur de basketball et lanceur au baseball.

J’ai créé le basketball avec la notion chrétienne de l’amour du prochain, pour que les jeunes puissent y mettre toutes leurs forces et tout leur coeur, tout en gardant constamment le contrôle de leurs réactions sans les excès qui en feraient un instrument du diable.                       –  Docteur James Naismith, inventeur  du basketball (1891)

Dans le titre: Crier les éloges et chuchoter les critiques – Don Mayer, entraîneur de basketball au niveau universitaire

Veni, vidi, vici

Chat Numéro Un

On dit souvent que les animaux n’ont pas conscience d’eux-mêmes et qu’il sont incapables de planification ou d’anticipation réfléchie.

Chaton Mignon, notre petit dernier félin, a été castré hier. Il a passé l’après-midi et la soirée à dormir mais ce matin, il semblait redevenu lui-même. Il s’est mis à embêter Chat numéro Un; Grande Patronne. C’est son activité favorite.

Cherchant à s’éloigner et à se cacher de Chaton Mignon, Grande Patronne s’est alors réfugiée sous le banc de piano. Chaton Mignon lui, a sauté sur le banc. Il s’est mis à regarder  le reflet de Grande Patronne qui apparaissait sur le piano qui est d’un beau noir très brillant. Chaton Mignon a patiemment attendu que Grande Patronne bouge et lorsqu’il a vu vers où elle se dirigeait, il lui a sauté sur le dos.

Il va s’en dire que Grande Patronne n’a pas apprécié et une petite raclée lui a été signifié. Même si Chaton Mignon grandit vite, Grande Patronne  a encore au moins 7 à 8 livres de plus que lui et elle n’est pas du tout prête à céder sa place de Chat Numéro Un.

Grande Patronne  a tout près de quatorze ans et, lorsqu’elle est arrivée parmi nous, à moins d’un an, elle a prit le rang de Chat Numéro Trois, parce que les deux premiers rangs étaient déjà bien déterminés et indiscutables. Elle a dû attendre sept longues années avant de grimper au poste de Chat Numéro un,  ses prédécesseurs étant décédés de vieillesse à l’âge dix-huit et dix-neuf ans.

Grande Patronne est alors devenue notre seul chat pour une période d’environ un an. Puis, éventuellement, une femelle et un mâle se sont rajoutés. Ces nouveaux venus ont accepté tout naturellement leurs rangs respectifs de Chat Numéro Deux et Chat Numéro Trois. Pas une chicane, aucun grognement ou coup de griffe.

La hiérarchie féline était donc bien établie et la paix régnait dans notre demeure. Jusqu’à l’arrivée de Chaton Mignon, joli petit mâle adorable, qui dès l’âge de quatre mois a commencé à défier Grande Patronne. Il a du coeur au ventre et la harcèle sans arrêt. Grande Patronne ne s’en laisse pas imposer et elle est toujours en charge de la maisonnée. Pour combien de temps?

Avec la castration,  Chaton Mignon, qui n’a que six mois mais est déjà pas mal charpenté, se calmera sûrement un peu et Grande Patronne pourra régner encore quelques années nous l’espérons.

Par contre, elle devra garder Chaton Mignon à l’oeil car  il démontre une certaine intelligence, comme en fait foi son idée d’observer le reflet de Grande Patronne dans le piano pour pouvoir guetter ses mouvements et l’attaquer du haut des airs. Planification et stratégie ont permis de gagner bien des guerres!

 

Si vous êtes digne de son affection, un chat deviendra votre ami mais jamais votre esclave.                                                                                                –  Théophile Gautier

Être Humain: Fragile

être humain

Certains personnes semblent considérer  que la courtoisie et la politesse sont des signes d’infériorité et  préfèrent être carrément grossiers pour mieux s’affirmer.

Dans cette ère de l’instantané, de plus en plus de gens réagissent au quart de tour et lancent des répliques sans s’interroger au préalable quant à la pertinence et à la décence de leurs paroles.

Est-ce dû aux courriels, messages textes, téléphones cellulaires et autres moyens d’expression rapides et plus ou moins anonymes? On n’a qu’à lire les commentaires sur les divers blogues sur Internet pour réaliser que le respect et la civilité ne priment plus dans les communications.

Chacun semble revendiquer son droit de s’exprimer. Fort bien, c’est aussi ce que je fais ici, sur ce blogue. Mais ce droit d’expression implique un devoir de respect, de savoir-vivre et de décence, qui me semblent de plus en plus absents de la vie quotidienne.

Respecter autrui, c’est le considérer au même titre que soi-même comme un membre de l’humanité.  Prendre le temps de présenter nos paroles de manière convenable, sans heurter, blesser ou insulter autrui, devrait aller de soi.

Certains croient tellement à leur droit absolu de nous faire part de tout ce qui leur passe par la tête, qu’il nous accuseront de faiblesse ou de sensiblerie si l’on s’aventure à leur faire remarquer leur comportement asocial. C’est le récipiendaire qui a mal pris ou compris les paroles, l’interlocuteur, lui, n’a pas à gérer comment ses propos sont reçus.

En tant que société, nous devrions réagir à l’impolitesse, au manque de respect et de courtoisie grandissants qui affligent les relations interpersonnelles. Comment évoluer si l’on nivelle par le bas en acceptant que des êtres humains se traitent de la sorte?

Soyez civil avec tous, sociable avec plusieurs, familier avec quelques-uns, amis avec un seul et l’ennemi d’ aucun. – Benjamin Franklin

Aucune route n’est longue au côté d’un ami

Gezellig

Il existe un mot néerlandais qui illustre un concept qui me plaît bien. Ce mot est Gezelligheid.

Gezelligheid  est le nom, et Gezellig  représente l’adjectif.

La signification de gezellig est assez difficile à saisir en français. L’adjectif  le plus adéquat est convivial. Plus précisément, il sert à décrire une ambiance sympathique, quelque chose de chaleureux.

Gezelligheid  implique une notion de sociabilité, un sentiment d’appartenance ou une sensation de bien-être à l’intérieur d’un groupe.

Cela peut être une soirée où les gens sont détendus, où les conversations deviennent plus ouvertes et sincères grâce au sentiment qu’une compréhension mutuelle, exempte de jugement existe à l’intérieur du groupe. Une soirée entre amis autour d’un bon repas pourrait être qualifiée de gezellig.

Dire d’une chose qu’elle est  gezellig implique qu’elle amène les gens à être plus confortables et détendus.

Gezelligheid sous-entend d’être à l’aise en compagnie d’autres personnes et de prendre plaisir à être avec elles.  Je ne suis pas quelqu’un d’hyper-sociable, mais la notion me semble tellement agréable que j’aimerais bien être entourée de gens qui sont au même diapason que moi pour ressentir cet état d’être.

Si je comprends bien le terme, gezellig signifie prendre du temps pour les autres, pour connecter avec des gens avec qui l’on a une certaine compatibilité, afin d’échanger des idées, des pensées , visions ou rêves, en toute confiance car une empathie mutuelle est implicite.

Je crois, qu’on y gagnerais beaucoup en ces temps difficiles, à essayer consciemment d’être gezellig avec notre famille, nos amis et même avec les étrangers.

Alors allez, et soyez gezellig.